Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

27 octobre 2018 6 27 /10 /octobre /2018 09:45

Fort de son expérience à Romorantin, en Loir-et-Cher, où il a travaillé au réaménagement d'un quartier en zone inondable, l'architecte Eric Daniel-Lacombe préconise plusieurs principes d'action pour la vallée de l'Aude. Une tribune publiée le 25 octobre, qui décrit un réaménagement dont on pourrait s'inspirer ailleurs en France.

Les inondations catastrophiques dans l'Aude, qui ont fait quatorze morts et plus de soixante-dix blessés le 15  octobre, obligent à réfléchir aux mesures de prudence à envisager pour l'avenir. Il faut se préparer à de nouvelles inondations en organisant les secours, l'aide aux populations et l'anticipation des dommages. Ceux-cise déclinent en trois temps : le surgissement du drame, qui frappe les esprits ; l'attente du retrait des eaux ; la lente reconstruction de la vie et des infrastructures.

A la fascination qu'exerce le premier temps succède l'oubli dans lequel sont plongés le deuxième et le troisième temps. La destruction des infrastructures de transport d'énergie, des routes et des ponts ainsi que celle des systèmes d'assainissement ont des effets dévastateurs sur des populations fragilisées, sur leur santé et leur économie. Face à l'angoisse collective, il semble d'abord évident qu'il faudrait élever des digues de protection, interdire les nouvelles constructions et exiger que l'Etat s'en charge. Ainsi, par un coup de baguette magique, tous les risques seraient supprimés.

Régulations naturelles

Il y a certes des digues qui sont utiles, et des mesures d'interdiction de construire raisonnables. Mais, dans beaucoup de cas, les digues endorment la vigilance des habitants et créent des événements terribles quand elles cèdent. Quant aux mesures d'interdiction, elles sont faciles à prendre, mais quelquefois difficiles à faire respecter, contribuant ainsi à l'affaiblissement du respect pour l'intérêt général et à la multiplication des incivilités. Déclarer zone inondable des villages anciens rend les maisons invendables et oblige les habitants à y rester, en leur interdisant de construire des protections, au risque de leur faire perdre toute confiance dans les pouvoirs publics. Cela ne semble pas raisonnable. Nous devons les aider, pas les punir.

Il faut tenir compte de la diversité -considérable des situations géographiques et météorologiques, mettre à profit et renforcer les régulations naturelles. Cela ne se fera pas sans le soutien des populations. Or, cela est difficile, car les catastrophes suscitent le désarroi. Les montagnards savent vivre avec la neige. Leurs habitudes de vie inscrivent leurs comportements dans l'ordre des régulations naturelles. Cela supprime le désarroi et diminue les risques. Il faudrait concevoir des habitats qui conduisent les habitants à se forger un nouveau rapport aux phénomènes naturels, afin de se préparer à des transformations du climat, dont nous n'avons peut-être encore aucune idée.

Il est possible d'aider les habitants à inventer de nouvelles manières de vivre avec le risque d'inondation, comme l'a fait Jeanny Lorgeoux, le maire de Romorantin (Loir-et-Cher). Près du centre-ville, au bord de la Sauldre, nous avons conçu ensemble - entre 2006 et 2010 - tout un quartier en zone inondable constructible à risque moyen. L'accroissement du rôle des régulations naturelles a permis de créer un habitat protégé des crues très au-delà des cotes d'alerte présentes, autour d'un parc public qui constitue un lit temporaire de la Sauldre lors d'inondation. Les habitants peuvent donc développer une nouvelle attention pour la montée des eaux. Et dans les longues périodes entre les crues (qui ne sont pas toutes cause d'inondation), ils peuvent profiter d'un jardin public respectant la vie naturelle des ruisseaux et marais, mettant sous leurs yeux les nouvelles dynamiques de la nature.

Lors de la crue de juin 2016, le quartier a été totalement inondé, mais sans aucune destruction matérielle. En effet, tout le sol a été conçu pour ralentir l'inondation, guider son entrée, son stockage partiel et sa sortie du terrain sans turbulences, et réguler la décrue. Une nouvelle culture du rapport au climat et à la nature s'amorce. Une telle création d'habitat neuf démontre l'existence de principes de régulation permettant de diminuer les risques en engageant une transformation des mentalités. Ils devraient conduire dans les villages hauts, à mi-pente, ou en bas de la vallée de l'Aude, à des expérimentations différentes de réhabilitation et de construction neuve, et surtout d'organisation de la protection des populations (et des animaux) lors des catastrophes.

Nouvel habitat-paysage

Je propose plusieurs principes d'action. A court terme, il pourra s'agir, pour chacun des villages, de diagnostiquer la dynamique potentielle de l'inondation (de la crue éclair à l'inondation lente) et de fournir un service gratuit d'alerte météo ; de protéger les infrastructures d'alimentation en énergie, eau et communication, ainsi que les infrastructures d'évacuation des déchets et les accumulations de polluants (industrie, élevage, station d'épuration), sources de risque en aval. On pourra également mettre à disposition des habitants un programme d'aide à l'adaptation des logements dans les zones à risque élevé, afin d'assurer des conditions de vie et/ou d'évacuation décentes en période d'inondation, et créer, près des secteurs concernés, des lieux d'accueil et de soin pour les personnes contraintes de quitter leur domicile, et lancer des exercices annuels d'évacuation complète.

A moyen terme, on tentera de ralentir la dynamique des inondations en fonction du contexte géographique et hydrologique (bassins de rétention, zones d'épandage, perméabilisation des sols en plaine, conservation des eaux de ruissellement de tout nouvel aménagement). Mais, à long terme, il s'agira de transformer les villages en un nouvel habitat-paysage assurant la transparence hydraulique - possibilités d'un ouvrage à ne pas faire obstacle aux mouvements des eaux - des rez-de-chaussée vite inondés, le développement vertical des maisons avec un séjour aussi haut que possible, et la démolition progressive des maisons très vulnérables. Et de développer des passerelles légères de communication à partir des étages des maisons vers une zone d'accueil, ainsi qu'un espace de rencontres régulières et d'information sur les coûts et bénéfices des nouveaux régimes climatiques, notamment à l'intention des plus jeunes.

Les politiques d'adaptation au changement climatique ne se feront qu'avec le soutien d'une majorité de la population. La volonté de cette dernière sera d'autant plus grande qu'elle trouvera un bénéfice dans la pratique des nouveaux lieux transformés, tant en dehors des périodes d'inondation que dans ces moments de solidarité renouvelée.

Partager cet article

Repost0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

Les Lilas Ecologie en campagne

Le gouvernement abandonne Europacity, pas l’artificialisation des terres agricoles

Il faut stopper EuropaCity - marche citoyenne de Gonesse à Matignon 4 et 5 octobre

Aux Lilas, les citoyens s’unissent pour produire de l’électricité verte

Les promoteurs, les arbres et la cité - lettre ouverte à BNP Paribas

Toxic Tour de Pantin à Romainville dimanche 16 juin 2019

Une Biorégion Ile-de-France résiliente en 2050

Merci aux 1779 Lilasiennes et Lilasiens qui ont voté " Pour le climat, tout doit changer ! "

Pollution de l’air dans les écoles et crèches franciliennes

Volonté politique de créer une régie publique de l’eau à Est Ensemble, mythe ou réalité ?

À la base … un revenu ?

Balade naturaliste Parcs de la Corniche des Forts et abords de la forêt de Romainville le 9 mars 2019 à 11h

La forêt de Romainville, un enjeu écologique et politique

La Forêt passe à l'attaque !

Plâtre et béton sur la Corniche

Agir ensemble pour les Coquelicots le 7 décembre

Marche pour le climat, Défendons la forêt de la Corniche des Forts

Destruction des océans, sur-pêche, pêche électrique... avec Bloom mardi 20 novembre

À Romainville, les habitants défendent une forêt sauvage contre une base de loisirs régionale

Marches pour le climat et la biodiversité 13 et 14 octobre

Les amis des coquelicots étaient bienvenus...

Amis des coquelicots, agissons ensemble vendredi 5 octobre à 18H30

La forêt urbaine de la Corniche des Forts - une chance unique à nos portes

Mobilisation citoyenne à la marche pour le climat samedi 8 septembre à Paris

Un coup de pouce Vert pour les Électrons solaires ! 

Le collectif Eau publique des Lilas invite au dialogue le 21 mars

Entre le nucléaire et la bougie, il y a l’intelligence - du 10 au 18 mars aux Lilas

En Ile de France, les énergies renouvelables citoyennes ont le vent en poupe...

Le Syctom a organisé une concertation réservée aux sachants – et après ?

Une enquête publique sur le PLU des Lilas… qui change la donne !

Une victoire pour l'eau publique en Île-de-France

L’eau publique, c’est maintenant !

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet