Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 16:05

Le Parisien, 19 et 20 mai 2015.

Pour lutter contre les épisodes de pollution, la Ville de Paris a instauré la circulation alternée le 17 mars 2014 et le 23 mars dernier. Une première depuis 1997.

Airparif a rendu hier son bilan de la qualité de l’air en Ile-de-France pour 2014. 16 jours de pics de pollution ont été enregistrés. C’est moins qu’en 2013 et 2012 mais Paris et les grands axes restent problématiques.

DES AMÉLIORATIONS notables mais une situation « toujours problématique ». Airparif, l’association de surveillance de la qualité de l’air en Ile-de-France, a rendu hier son bilan pour l’année 2014. Selon l’organisme, 2,3 millions de Franciliens restent exposés à des niveaux de pollution qui ne respectent pas la réglementation.

Moins de pics de pollution : merci la météo

Paradoxalement, alors que le sujet a beaucoup fait parler, la pollution francilienne a connu un léger mieux l’an dernier. Airparif a ainsi enregistré 16 jours de pics de pollution aux particules fines PM 10. C’est moins qu’en 2013 (36 jours) et qu’en 2012 (44 jours). Explication : « On a connu une très bonne année en terme météorologique avec un été pluvieux et un hiver chaud, souligne

Frédéric Bouvier, le directeur d’Airparif. Cela a induit une baisse estimée de - 15% des émissions liées au chauffage ». Les épisodes de pollution se sont surtout concentrés en mars 2014 et ont conduit notamment à la mise en place de la circulation alternée le 17 mars. Une première depuis 1997. Une mesure de nouveau prise le 23 mars 2015.

90% des Parisiens inhalent trop de dioxyde d’azote

Malgré ces progrès, 400 000  Franciliens sont toujours potentiellement exposés à des niveaux de particules fines PM 10 (d’un diamètre inférieur à 10 microns) ne respectant pas la réglementation dans un périmètre de 60 km 2. C’est encore pire pour le dioxyde d’azote, libéré par les moteurs diesel, que respirent en trop grande quantité 2,3 millions de Franciliens dont… 9 Parisiens sur 10. Autres polluants qui posent problème : le benzène, lui aussi lié au trafic routier, et l’ozone, le seuil à ne pas baisser depuis 20 ans en Ile-de-France.

Des points noirs le long des axes routiers

Sans surprise, c’est dans l’agglomération parisienne (Paris et sa petite couronne) et le long des axes routiers, des autoroutes, des grands boulevards ou des « canyons à voitures » parisiens que la pollution est la plus forte. « Le long de l’autoroute A1 à Saint-Denis, les seuils en particules fines ont été dépassés 92 jours en 2014. C’est presque 3 fois plus que la valeur limite fixée à 35 jours par an », note Frédéric Bouvier. Ainsi, on retrouve des niveaux excessifs de particules PM10 le long de 700 km d’axes routiers. Et le dioxyde d’azote est à un niveau trop élevé le long de 1 510 km de routes franciliennes.

Airparif appelle à des « actions permanentes »

Ces dernières années, Airparif constate « une tendance à la baisse » des PM10 et du dioxyde d’azote. Mais cela reste insuffisant. Outres les mesures de restrictions type circulation alterné qui ont prouvé leur efficacité lors des épisodes de pollution, l’association appelle donc à mener des « actions permanentes ».

« Les pics de pollution sont très médiatiques mais il faut considérer la qualité de l’air que l’on respire au quotidien. C’est pourquoi il faut mettre en place des solutions pérennes tout au long de l’année », souligne le directeur d’Airparif. L’organisme rappelle que la pollution chronique est la première préoccupation environnementale des Franciliens. Et que fin avril, l’organisation mondiale de la santé (OMS) et l’organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) ont estimé le coût des impacts sanitaires de la pollution de l’air à 48Mds par an pour la France seule, soit 2,3 % de son produit intérieur brut (PIB). ■ par Julien Duffé

Paris, mars 2015. Lors des pics de pollution en mars, la circulation alternée avait été mise en place dans la capitale. Une mesure qui ne pare qu’à l’urgence, les associations écologistes pointant l’inaction des pouvoirs publics pour traiter le problème en profondeur.

Nouvelle plainte pour pollution de l’air

Déboutée une première fois la semaine dernière, l’ONG Écologie sans frontière nous dévoile qu’elle relance une procédure. Elle veut pousser l’État à agir.

PLUS DE 2 MILLIONS de Franciliens restent exposés à des niveaux de pollution qui ne respectent pas la réglementation. C’est ce que devrait montrer le rapport sur la qualité de l’air dressé ce matin par Airparif. Un constat qui ne date pas d’aujourd’hui. En mars 2014, alors que les particules fines asphyxient les Parisiens et que la circulation alternée est déclenchée, l’association Écologie sans frontière (ESF) porte plainte contre X pour « mise en danger de la vie d’autrui ». Une procédure pénale inédite visant à dénoncer « l’inaction » des pouvoirs publics. L’enquête préliminaire a été classée sans suite par le parquet de Paris la semaine dernière. Mais l’ONG va déposer une nouvelle plainte contre X en se constituant partie civile.

« Cela permettra la désignation d’un juge d’instruction et ouvrira la voie à d’autres associations ou victimes de la pollution qui pourront se constituer partie civile à leur tour », explique Franck Laval, fondateur et porte-parole d’ESF. Cette procédure intervient alors que le Conseil d’Etat étudiait hier le recours d’une autre ONG. Les Amis de la Terre poursuivent l’Etat depuis près de dix ans devant la justice administrative pour que « soient enfin respectées les normes de qualité de l’air à Paris ». « Nous attendons beaucoup du Conseil d’Etat car la situation à Paris est grave : l’évaluation environnementale du dernier plan de protection de l’atmosphère d’Ile-de-France atteste que les valeurs limites d’émission de particules fines seront toujours dépassées en 2020 », affirme le président des Amis de la Terre-Paris, Louis Cofflard, qui sera fixé sur le sort du recours dans quelques semaines.

Dans un courrier de deux pages envoyé à l’avocat d’Ecologie sans frontière,le procureur de Paris justifie le classement sans suite de la première plainte contre X : « C’est bien l’activité humaine (circulation routière, chauffage au bois, certaines activités industrielles ou agricoles essentiellement) et non la carence alléguée des pouvoirs publics qui se trouve directement à l’origine de la pollution atmosphérique et de ses conséquences négatives en termes de santé publique. » Le procureur ajoute que lors des procédures d’alerte à la pollution, le préfet est soumis à une « obligation de moyens et non de résultat ».

Une analyse que ne partage pas l’ONG. Soulignant que la pollution de l’air est responsable de « 42 000 décès prématurés par an », ESF rappelle que la France est poursuivie par l’Europe, et est passible d’une amende pour non-respect de la qualité de l’air. « D’autres pays sont confrontés aux mêmes problématiques et y ont apporté des solutions radicales », explique Franck Laval, citant l’exemple de Tokyo, où le diesel a été éradiqué du centre-ville à partir de 2001 et le taux de concentration de particules fines dans l’air réduit de 55% en dix ans.

L’association affirme par ailleurs que des zones de basse émission ont été créées à Londres, Berlin et Stockholm. « Mais en France, les zones d’action prioritaires pour l’air (Zapa), créées par la loi Grenelle 2 en 2010 sur le même principe, sont restées lettre morte », déplore l’ONG, qui dénonce un « naufrage politique ». ■ par Frédéric Mouchon

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jicelyn 23/05/2015 22:21

Merci, ces chiffres font peur.

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

L’eau publique, c’est maintenant !

Le projet EuropaCity jugé peu compatible avec l'environnement

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet