Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 09:35

par Cécile Ducourtieux (Bruxelles, bureau européen), le 29.10.2015 pour Le Monde.fr

Les tests d’émissions des gaz polluants par les véhicules automobiles seront désormais un peu plus contraignants en Europe. Mais ils ne le seront pas autant que la Commission européenne l’aurait voulu. Les pays européens n’ont pas souhaité se montrer aussi fermes avec les constructeurs que ce que leur proposait Bruxelles.

Près de deux mois après que le groupe allemand Volkswagen a reconnu avoir triché sur les émissions de gaz polluants de 11 millions de ses véhicules, les 28 pays membres de l’Union européenne ont accepté à une large majorité, mercredi 28 octobre, la mise en place progressive, à partir de 2017, de tests d’émissions des gaz polluants NOx (oxydes d’azote, principaux composants du diesel), supposés être mieux à même de déceler les tricheurs.

Mais pour arracher cet accord, la Commission a dû revoir ses ambitions, jugées déjà particulièrement modestes par les ONG. Les constructeurs auront ainsi jusqu’à quatre ans pour se mettre en conformité avec les nouveaux tests pour les émissions de NOx. Ceux-ci se dérouleront désormais en condition réelle de conduite, et plus seulement en laboratoire, à partir du 1er janvier 2017.

Entre 2017 et 2019, les voitures devront, lors de ces tests « en situation réelle », ne pas émettre plus de 2,1 fois le plafond autorisé dans l’Union, qui se situe à 80 mg de NOx par kilomètres. À partir de 2020, les véhicules pourront encore dépasser ce plafond de 50 %.

« Il faut voir le verre à moitié plein »

Selon les experts bruxellois, ce « facteur de conformité » de 1,5 a été décidé pour tenir compte des éventuelles erreurs de relevé des mesures durant les tests. Le délai de trois ans pour y parvenir – de 2017 à fin 2020 – a été jugé nécessaire pour laisser le temps aux industriels d’adapter leurs lignes de production.

On est toutefois loin des premières propositions de la Commission : elle avançait initialement, selon nos informations, un « facteur de conformité » de seulement 1,6 entre 2017 et 2019 (soit 60 % de dépassement du plafond de 80 mg/km), et d’un peu moins de 1,2 au-delà.

« Il faut voir le verre à moitié plein. Le scandale Volkswagen a mis la pression sur les États et a permis qu’on obtienne une très large majorité pour changer les procédures, explique après le vote une source européenne proche des discussions. Il fallait transiger par rapport à la proposition initiale de la Commission parce que beaucoup d’États refusaient de la voter en l’état. Maintenant qu’on a ce vote, les tests en conditions réelles de conduite vont pouvoir démarrer vite, c’est un point positif. Et la période transitoire sera courte »

La République tchèque a voté contre le compromis

De fait, les tests effectués en conditions réelles sont une réelle avancée, puisqu’ils ne devraient plus permettre aux constructeurs d’« optimiser » leurs véhicules, comme ils le font couramment pour les tests en laboratoires. Soit en trichant délibérément, comme l’a fait Volkswagen, grâce à un logiciel embarqué dans les voitures. Soit en préparant les véhicules spécialement pour les tests (en gonflant les pneus, etc.).

D’après nos informations, l’Italie, l’Espagne ou la République tchèque réclamaient un « facteur de conformité » de 2,6, pour 2017 et au-delà. Plus restrictive, l’Allemagne défendait un facteur de 2,1 fois le plafond pour 2017-2019. La France, elle, défendait un facteur de conformité de 1,8 pour 2017-2019, et de 1,4 au-delà.

Seule la République tchèque a finalement voté contre le compromis de Bruxelles, mercredi, l’estimant encore trop exigeant pour son industrie automobile. A contrario, les Pays-Bas se sont abstenus pour marquer leur déception face à une proposition jugée insuffisamment contraignante : c’est l’un des rares pays européens à prendre régulièrement position pour des normes environnementales plus contraignantes dans le secteur automobile.

« Les gouvernements ont fait fi du scandale Volkswagen »

Les Verts et les ONG environnementales ont vivement réagi, mercredi, à ce vote bruxellois. « Les gouvernements européens se sont mis d’accord sur des émissions de NOx pour les véhicules diesel qui seront doubles des plafonds autorisés par une législation européenne datant de 2007 [les fameux 80 mg/km] », insiste l’ONG bruxelloise Transport & Environment dans un communiqué.

À la pointe du combat pour une industrie automobile plus propre, le lobby environnemental prônait un facteur de conformité de seulement 1,5 dès le 1er janvier 2017, et un strict respect du plafond d’émissions de NOx dès 2019.

« La décision prise par les gouvernements européens, sous la pression de la France, de l’Allemagne et du Royaume-Uni, est scandaleuse et d’un cynisme sans nom. Non seulement ils ont décidé de faire fi du scandale Volkswagen, mais en plus ils ont décidé d’ignorer les problèmes de santé publique liés à la pollution de l’air et les près de 100 000 décès prématurés causés par le diesel en Europe », a réagi, pour sa part, l’eurodéputé vert Yannick Jadot.

Manque de transparence

Autre sujet de critiques, la manière dont cette décision a été prise. Non pas lors d’une réunion – relativement publique – des ministres européens de l’environnement. Mais portes closes au sein du Technical Committee on Motor Vehicles (TCMV). Composée de représentants des 28 Etats membres et de la Commission européenne, cette instance est chargée de fixer les règles au niveau européen quand elles sont jugées très techniques.

Le fait de confier aux experts le soin de trancher autoriserait encore plus qu’ailleurs à Bruxelles, le jeu des lobbys.

CommuniquÉ

Scandale des tests automobiles : EELV appelle à un rassemblement devant le ministère de l’Ecologie à 17h30

EELV appelle à un rassemblement devant le ministère de l’Ecologie à 17h30 ( 246 boulevard Saint-Germain 75007 Paris). En présence notamment d’Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d’EELV, des eurodéputé-e-s (Karima Delli, Pascal Durand, Yannick Jadot) et de député écologistes (Denis Baupin) 

Le dépassement des normes d’émissions en conditions réelles est un cadeau au lobby automobile au détriment de la santé de tous.

Alors que le scandale Volkswagen n’en finit pas de révéler le trucage à grand échelle des constructeurs automobiles sur les normes d’émissions de leurs véhicules, les gouvernements européens viennent d’autoriser le dépassement de celles-ci en conditions réelles : de 110% jusqu’en 2019 puis de 50% ensuite.

Les écologistes s’indignent d’une telle décision qui s’établit au détriment de la santé de nos concitoyens et de l’environnement : le diesel cause chaque année 42 000 morts prématurés et la pollution aux particules fines engendre un air irrespirable pour les habitants des grandes villes.

Face à la fraude «en bande organisée» du premier constructeur automobile mondial et le mensonge au service de son profit, la réponse politique au niveau européen se devait de combattre les maux à sa source. Au contraire, c’est un aveu de faiblesse généralisée face au travail de sape du lobby automobile, avec une autorisation officielle donnée aux industriels de violer impunément la loi au détriment de l’intérêt général.

Les gouvernements européens prouvent ainsi leur incapacité à se saisir d’un enjeu majeur de santé publique, alors même que les normes européennes d’émissions de particules sont bien moins contraignantes qu’outre-atlantique. EELV constate la bienveillance de la France et de sa ministre de l’Ecologie envers une décision de relèvement des seuils d’émissions profondément incompatible avec l’urgence sanitaire et climatique.

Les écologistes rappellent leur volonté de sortir du Diesel cancérogène à horizon 2025.

Europe Ecologie-Les Verts 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

L’eau publique, c’est maintenant !

Le projet EuropaCity jugé peu compatible avec l'environnement

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet