Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

1 avril 2016 5 01 /04 /avril /2016 12:45

Par Thomas Poupeau pour Le Parisien le mercredi 30 Mars 2016

EuropaCity, projet mêlant 230 000 m2 de commerces, espaces culturels et loisirs, prévu à Gonesse (Val-d’Oise), prévoit la création de 11 500 emplois... ce que réfute une étude commandée par la ville voisine du Blanc-Mesnil. (DR.)

A qui va profiter EuropaCity, pharaonique centre commercial prévu d’ici quelques années à Gonesse (Val-d’Oise), en frontière de la Seine-Saint-Denis ? Pas à ses riverains, selon une étude commandée par la ville du Blanc-Mesnil.

« Nous avons voulu sortir du débat politique et nous appuyer sur des chiffres, qui démontrent clairement que les promesses faites par EuropaCity ne seront pas tenues », résume Vijay Monany, conseiller départemental (LR). Dans son viseur : les 17 500 emplois engendrés par le chantier et le site lui-même, dont 11 500 pérennes, promis par EuropaCity. Le document de 60 pages, dont les chiffres ont été collectés par le cabinet Lafayette & associés, va être versé au débat public, procédure officielle de concertation qui dure jusqu’en juin. Porté par le groupe Auchan, qui investit 3,1 Mds€, EuropaCity prévoit 230 000 m2 de commerces, des espaces culturels et de loisirs.

Des métiers déjà en tension. C’est le principal enseignement : les emplois promis présentent, pour la plupart, de « fortes difficultés de recrutement dans la région ». Par exemple, selon l’étude, dans le secteur de l’est du Val-d’Oise, les employeurs ont rencontré des difficultés à embaucher des artistes (musiciens, danseurs...), des jardiniers, des vendeurs en produits alimentaires... dans plus de la moitié des cas. Idem au centre de la Seine-Saint-Denis, où les patrons galèrent dans 77,9 % des cas pour trouver des artistes, dans 97,9% des cas en cherchant des cuisiniers et 73,9% des cas pour recruter des agents de maintenance... A l’ouest du 93, il est compliqué dans 100% des cas de recruter dans les métiers de « maîtrise des magasins » (animateur, chef de rayon ou grossiste) ! Cette étude conclut que l’arrivée du géant « n’entraînerait pas de création mais un déplacement géographique des emplois ».

Un parc à neige pourrait voir le jour sur EuropaCity (DR)

Des clients venus d’ailleurs ? Si les futurs employés ne sont pas les riverains, cette étude veut montrer que les clients ne le seront pas non plus. Pouvoir d’achat trop faible, selon le document. Qui indique, par exemple, que 24,6% des habitants de Gonesse (Val-d’Oise) vivent sous le seuil de pauvreté, ce chiffre grimpant à 25,1% à Aulnay. Par ailleurs, dans la plupart des villes situées aux abords du triangle de Gonesse, le taux de chômage est particulièrement élevé... Conclusion : « Ce projet n’est pas en adéquation avec les revenus faibles et le fort taux de pauvreté des habitants des villes voisines ».

Plus de 30 millions de visiteurs sont attendus chaque année à EuropaCity. (DR)

Quid des autres centres ? L’étude soulève aussi la présence, dans un rayon de 20 km, d’autres gros centres commerciaux, tous dotés d’au moins 150 boutiques et d’une surface de plus de 80 000 m2 : Rosny 2 (Rosny-sous-Bois), O’Parinor (Aulnay), Qwartz (Villeneuve-la-Garenne), Aéroville (Tremblay)... Ce dernier, ouvert en 2013, vise d’ailleurs la même clientèle qu’EuropaCity, à savoir les « touristes transitant par l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle ». Une « clientèle qu’Aéroville n’a toujours pas réussi à attirer plus de 2 ans après son ouverture », précise l’étude. Selon ses derniers chiffres, Aéroville a attiré 8,5 millions de visiteurs en 2015... encore loin des 12 millions espérés chaque année.

Contacté, EuropaCity n’a pas souhaité faire de commentaires sur cette étude qu’ils n’ont pas encore consultée.

Les gros groupes privés s’organisent contre EuropaCity

Le centre commercial O’Parinor, situé à Aulnay, pourrait souffrir de l’arrivée d’EuropaCity à quelques kilomètres de là. (DR)

En privé, ils l’appellent la « task force », comme les commandos militaires dédiés aux contre-attaques rapides. Plusieurs gros groupes privés, promoteurs de centres commerciaux du nord de Paris, avaient rendez-vous jeudi dernier en mairie d’Aulnay-sous-Bois.

Parmi eux : Unibail, la Compagnie de Phalsbourg, Carrefour, Hammerson, Klépierre, la direction d’O’Parinor, la galerie commerçante d’Aulnay... Des élus de Paris, terres d’envol*, le territoire frontalier avec le Val-d’Oise, présidé par Bruno Beschizza (LR), étaient présents. L’idée : mettre tout le monde autour de la table pour organiser la résistance au projet EuropaCity. Car celui-ci, avec ses 230 000 m2 de commerces, risque fortement de perturber les affaires des centres commerciaux des alentours, propriétés des groupes cités plus haut.

Rapidement, ils vont mobiliser leurs services pour enquêter sur les effets négatifs d’EuropaCity, notamment sur l’emploi, et exposer ces résultats lors du débat public — procédure officielle de concertation publique qui dure jusqu’en juin. Enfin, raison de plus pour les acteurs privés de s’organiser : le soutien tacite de l’Etat au projet. Récemment, il a été décidé que la future gare du Grand-Paris Express du triangle de Gonesse (Val-d’Oise), qui desservira le futur site, serait un des « hubs » (pôle de transport) principaux du Grand Paris.

*Dugny, Le Bourget, Drancy, Tremblay-en-France, Sevran, Villepinte, Blanc-Mesnil, Aulnay

Partager cet article

Repost 0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet