Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

8 avril 2016 5 08 /04 /avril /2016 13:43

Par Martine Valo le 6 avril 2016 pour Le Monde, http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2016/04/06/planete-biodiversite_4896541_1652692.html

Un parc national au Gabon, entre la foret tropicale, la savane et les plages, surveillé par un éco-garde.

Grands lacs africains, sanctuaire népalais des derniers tigres sauvages, forêts primaires, grands récifs de corail : les trésors naturels de la planète sont en danger. L’Unesco a inscrit sur sa liste du patrimoine mondial 229 de ces sites précieux disséminés dans une centaine de pays : 34 pour leur richesse naturelle et culturelle à la fois, 197 uniquement pour la beauté de leurs paysages et la qualité de leurs écosystèmes. Chaque site présente une « valeur universelle exceptionnelle ». Mais ce classement ne constitue pas une garantie de protection.

Dans un rapport rendu public mercredi 6 avril, le WWF, le fonds mondial pour la nature, qui a recensé l’ensemble des sites, pousse un cri d’alarme. Selon l’ONG, près de la moitié de ces emblèmes de la biodiversité – 114 exactement –, est aujourd’hui soumise à des menaces émanant essentiellement de l’industrie : activités pétrolières et gazières, extraction minière, exploitation forestière illégale, construction de grandes infrastructures, surpêche, ou encore consommation excessive des ressources en eau.

Logique économique

Près d’un site classé sur cinq accueille dans son périmètre une concession d’hydrocarbure, malgré l’engagement pris à partir de 2003 par certaines grandes compagnies minières et pétrolières (notamment Shell, Total, Tullow) de s’abstenir d’y mener leurs activités. L’Afrique subsaharienne souffre de la situation la plus critique : 71 % des aires à préserver (30 sur 42) sont confrontées à un ou plusieurs de ces fléaux environnementaux, ce qui peut avoir un impact direct sur les moyens d’existence de 1,8 million de personnes. Le tableau est le même dans au moins 54 % des cas en Asie, Amérique latine, et dans les Caraïbes.

Alors qu’ils font la fierté des gouvernements concernés au moment d’être distingués par l’Unesco, les lieux élus au patrimoine mondial sont ensuite victimes des entorses aux règlements censés les protéger. Une grande route par-ci qui fragmente l’habitat de la faune locale, un permis de bétonner par-là avec son lot de pollution : c’est une vision de court terme qui s’impose au nom de la logique économique.

Pourtant « la protection des aires naturelles et des écosystèmes ne fait pas obstacle au développement, écrit Marco Lambertini, Directeur général du WWF International. Au contraire, elle va dans le sens d’un développement soutenable et robuste qui profite sur le long terme à la nature et à l’Homme et contribue à la fois à la stabilité sociale, la croissance économique et le bien-être de chacun. »

Lorsqu’elles sont en bon état, les vastes aires naturelles permettent de consolider la sécurité alimentaire des communautés locales, elles contribuent à réduire la pauvreté, à lutter contre le changement climatique et à atténuer les effets des catastrophes naturelles. Selon l’ONG, plus de 11 millions de personnes dépendent de ces sites pour subvenir à leurs besoins, se soigner, travailler.

Pour améliorer la gestion des sites, le WWF suggère d’impliquer les populations alentour et de redistribuer les retombées du tourisme haut de gamme. Cependant son rapport dessine surtout une palette étendue de calamités environnementales, d’autant plus dommageables qu’elles frappent des concentrés de biodiversité.

Trafic d’ébène et surpêche

Ainsi sur l’île indonésienne de Sumatra, les trois parcs nationaux composés de forêts humides dont dépendent plusieurs millions de personnes pour l’approvisionnement en eau, sont menacés à la fois par le prélèvement excessif du bois, par des routes, des voies ferrées, sans compter 27 concessions minières, trois pétrolières et gazières… Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), l’exploitation forestière illégale menace gravement 25 des 106 sites naturels du Patrimoine mondial. Le rapport cite le cas de Madagascar, où le trafic de bois de rose et d’ébène favorise au passage le braconnage des lémuriens, la détérioration de l’eau, les glissements de terrain…

Un cinquième des lieux classés se situe dans le milieu marin et pâtit globalement de la surpêche. Dans la région des Caraïbes notamment, le déclin des poissons herbivores conduit à l’effondrement prévisible des récifs coralliens, progressivement recouverts d’algues.

La gigantesque station balnéaire de Puerto Azul, à Belize, projette de construire une piste de formule 1 et un aéroport sur le sable prélevé dans la baie ! Or la faune marine exceptionnelle y souffre déjà des dégâts causés par un grand terminal de croisières et par les forages pétroliers en mer. Ainsi le récif-barrière de Belize, le plus grand de l’hémisphère nord, est-il désormais inscrit sur la liste du patrimoine mondial en péril, comme les forêts remarquables de Madagascar et de Sumatra.

La Réserve de Selous en Tanzanie l’est aussi depuis 2014 : déjà affectée par plus de 50 concessions vouées à l’extraction d’hydrocarbures et d’uranium entre autres, elle est à présent menacée par des barrages hydroélectriques. La population d’éléphants a fondu de 90 % depuis 1982, celle de rhinocéros noirs a « été pratiquement réduite à néant ».

Plus triste encore, le sort de l’oryx arabe d’Oman, dont le territoire a été amputé de 90 % au profit du pétrole. Là encore, les routes ouvertes pour l’activité industrielle ont favorisé le braconnage. Le nombre d’individus a chuté de 87 % entre 1994 et 2007, il ne resterait que des mâles actuellement. Le sanctuaire de l’oryx a été rayé de la liste du patrimoine mondial.

Partager cet article

Repost 0
Published by Vert Lilas - dans International
commenter cet article

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet