Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

5 avril 2016 2 05 /04 /avril /2016 14:23

La révision du PLU a été lancée par la ville des Lilas avant l’été 2015. Dès lors, nous avons participé aux différentes étapes proposées, lors des réunions publiques, par des contributions sur la page internet dédiée, dans les ateliers participatifs que nous avions demandé et qui ont été réduits à 2 séances, évidemment trop rares pour permettre un travail véritablement collaboratif sur les hypothèses du PLU.

Le premier des 3 documents nécessaires à un PLU, c’est le Diagnostic et état initial de l’environnement (DEIE), et nous n’avons cessé de demander sa communication depuis juin dernier. Or le second document, le Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD), s’appuie en général sur ce diagnostic préalable. Aux Lilas, le PADD a été voté fin 2015, avant que soit disponible ce Diagnostic et état initial de l’environnement. Enfin, lors du Conseil municipal du 17 février 2016, un document provisoire a été remis à nos élus - malheureusement pas sous forme informatique, nous vous l'aurions fait partager. Il nous paraissait important de réagir, même après le vote du PADD, le PLU lui-même n’étant pas encore bouclé selon la municipalité. D’où la lettre de nos élus au Maire des Lilas, avec copie au cabinet d’études qui complète actuellement le diagnostic. Bonne lecture.

                                                                                  Les Lilas, le 24 Mars 2016

Groupe Les Lilas Autrement

                                                           Monsieur le Maire, Hôtel de Ville, 93260 Les Lilas

Objet : diagnostic environnemental PLU

Monsieur le Maire,

Veuillez trouver ici nos commentaires et propositions au regard du document provisoire « Diagnostic et état initial de l’environnement » (noté DEIE par la suite) remis lors du Conseil municipal du 17 février 2016 qui devait aussi approuver le PLH d' Est ensemble.

Remarques générales :

Un DEIE essentiellement factuel mais à ce stade sans analyse

Le document remis au Conseil municipal n’est sans doute qu’une ébauche. En effet, s’il rassemble la plupart des données et faits nécessaires à un diagnostic, il ne contient pratiquement pas d’analyse ou l'identification des enjeux principaux et  des points noirs ; de ce fait – et sans que nous confondions le DEIE avec le PADD - les priorités qui devraient être dégagées à partir des points saillants du diagnostic, sont absentes.
Dès lors, si nous pouvons partager de nombreux éléments portés au DEIE, cela renvoie pour beaucoup à son caractère purement factuel.

Sur les enjeux de logement

Le schéma directeur d’Ile de France (SDRIF), qui a force réglementaire, indique que la commune fait partie des « espaces urbanisés à optimiser », ce qui se traduit par un PLU devant permettre une augmentation de 10 % de la densité humaine et en habitats. Ceci, appliqué aux 23 000 habitants des Lilas, devrait se traduire par un objectif à 2030 de 25 300 soit légèrement plus que les 25 000 que vous avez fait inscrire au PADD, qui indique pour sa part limiter la population nouvelle supplémentaire à 2 000 habitants. Votre objectif de densification modérée, au-delà de son aspect réglementaire, nous paraît un compromis entre les besoins massifs de logement en Ile-de-France et le souhait des Lilasiens de préserver un cadre de vie de type patrimonial, et nous vous soutiendrons sur ce point

Le Programme Local d’Habitat Intercommunal (PLHi) d’Est ensemble n’identifie pas de grande zone à fort potentiel de mutabilité (p.32 du DEIE) mais la question du Fort de Romainville n’est pas évoquée. Or, comme nous avons eu l’occasion de le souligner à plusieurs reprises, il s’agit d’une réserve foncière significative pour la ville, dans laquelle un projet global d’aménagement devrait comprendre une construction significative de logements. En dehors de ce site et du programme prévu au parc Lucie Aubrac, il conviendra de travailler sur une maille très fine, pour traiter les « dents creuses » de la commune et espérer atteindre la cible des 10 % de densification. La loi Alur portée par Cécile Duflot donne des outils en ce sens. De nombreux urbanistes ont développé des méthodes d’approche et des propositions parfois très innovantes que la commune devrait solliciter à l’avenir, en complément du PLU.

Le point noir du logement aux Lilas reste celui du logement très social. Ce constat est énoncé et étayé dans le DEIE. La part de logements à bas loyers (inférieurs à 5, 70 €/m2) n'est que de 35 % contre 49 % à Est ensemble, alors que les loyers les plus élevés (> 6,76 €/m2) sont sur-représentés avec 34 % contre 24 %. Pourtant la faible mobilité des locataires (5,6 %) s'accompagne d'une hausse constante des demandeurs (près de 1 400 en 2015). Nous notons que le DEIE ne mentionne pas comment se répartissent les demandeurs entre ceux qui seraient éligibles aux PLAI, PLUS et PLS. Cette carence concernant les Lilas est d'autant plus préoccupante qu'à l'échelle d' Est Ensemble 74 % des attributions concernent des ménages   dont les ressources sont inférieures aux plafonds PLAI. Dans ces conditions, l'objectif que s'est fixé la commune (30 % de PLAI, 40 % de PLUS et 30 % de PLS dans les constructions nouvelles), ne semble pas de nature à rattraper le retard des Lilas. En effet sur les 551 projets de livraison de logements neufs pendant la période du PLH (2016-2021), seuls 30 % seraient « sociaux », soit 165, parmi lesquels seulement une cinquantaine très sociaux. Nous vous demandons de bien vouloir revoir ce point afin que des règles spécifiques soient introduites dans les orientations et règlement du PLU.

Sur les services publics :

Le DEIE note l’absence d’OPH dans la commune, caractéristique que nous avons eu l’occasion de dénoncer tant elle nous prive collectivement d’un instrument d’attribution de logements, dans un contexte d’augmentation des demandes. Nous regrettons que le PADD ne réponde pas à ce point noir signalé au DEIE.

De même en ce qui concerne l’absence de Centre d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS), alors que l'hébergement d'urgence en hôtel se développe

Les trois derniers éléments que nous pointons ici (logement très social, OPH, CHRS) font système et renforcent l’idée d’une municipalité de Seine-Saint-Denis plus préoccupée de satisfaire les besoins d’une population  au profil socio-professionnel de cadres diplômés et aisés, plutôt qu’à une gestion active de la mixité sociale.

Sur les enjeux de transport :

Nous notons (p. 58) que « aucun projet de création ou suppression de places de stationnement n’est envisagé ces prochaines années ». Pour le coup, il s’agit d’une orientation qui ne relève pas du DEIE mais du PADD et qui serait en outre particulièrement préjudiciable au développement des circulations douces. Il est en effet nécessaire de réduire la place de l’automobile sur la voirie pour répondre aux enjeux de congestion (comme tous les experts des mobilités urbaines le savent, dans les zones bien dotées en transports collectifs, limiter la circulation automobile suppose de NE PAS faciliter la venue en voiture) et aux enjeux climatiques.

Il est dit en plusieurs endroits (p. 57 et p. 61) que la requalification de la rue de Paris aurait facilité les circulations douces et sécurisé les parcours. Cette affirmation est loin de traduire la réalité, seule l’extrémité Ouest de la rue de Paris bénéficiant effectivement de voies cyclables en site propre. Le centre-ville reste, quant à lui, non aménagé et particulièrement dangereux pour les cyclistes. Ce point est d’autant plus anormal que le Schéma directeur des circulations douces (SDCD) - qu’en tant que chargé du développement durable de la métropole vous devriez considérer comme une priorité - prévoit de longue date une piste cyclable le long de la rue de Paris. Nous constatons que rien n’avance de ce côté. Nous regrettons aussi l'absence de mentions précises concernant les zones 30 applicables, et leur extension possible à toute la ville, ainsi que les  essais de contre-sens cyclistes...

Sur le métro-câble : vous connaissez notre opposition à ce projet onéreux – en période de disette budgétaire - et proclamé sans qu’aucune étude des alternatives n’ait été faite. Or vous devez aussi savoir, au vu de votre expertise du développement durable, que le principal point d’achoppement des « grands projets inutiles » comme l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, le tunnel du Lyon-Turin, le barrage de Sivens, renvoie toujours à une décision d’élus pressés d’annoncer un projet sans jamais analyser les solutions de substitution possibles. Une extension des dessertes par autobus ou par un réaménagement du Tillbus, voire d'autres transports internes à Est Ensemble, pourraient sans doute à moindre coût, et à faible impact écologique, améliorer la desserte entre le quartier de l' Avenir et les trois communes de l’agglo que sont Pantin, Les Lilas et Romainville. Il serait aussi réalisable à plus court terme que ce fantômatique projet.

Sur les enjeux climatiques :

Alors que vous avez indiqué à plusieurs reprises l’importance que vous accordez à la transition énergétique, le DEIE est très pauvre sur ce sujet, ne faisant que quelques allusions au PCET d’Est Ensemble en cours de rédaction. L’absence d’analyse précise de la situation des Lilas ne permettra pas d’en déduire des mesures fortes pour le PADD et les documents d’orientation et réglementaires. A ce sujet, nous notons avec regret l’absence des conclusions et cartes détaillées de l'étude du SIPPEREC sur les perspectives de géothermie pour le CG93 (juillet 2010). La carte du DEIE est notamment inexploitable alors que le « groupe 2 » étudié (les Lilas, le Pré-St-G et Romainville) montre des opportunités à condition de regrouper ces 3 communes. Les potentiels solaire et éolien sont cités sans étude fine sur certains usages domestiques, par ex. en toiture. L’analyse ne peut en effet se limiter au « taux d’effort énergétique des ménages » mais doit aussi inclure les émissions globales de la ville, identifier les zones et bâtiments les plus émetteurs – dont les bâtiments publics - et les points d’amélioration possible, et ce afin d’être à la hauteur des engagements de la COP21. L'adhésion à la compétence « Développement des énergies renouvelables » du SIPPEREC (mars 2016) devra être un tremplin pour la mise en œuvre de projets réels sur notre commune.

Sur les enjeux de biodiversité et trame verte :

Le DEIE nous semble à ce stade encore très pauvre sur cet enjeu, essentiel pourtant pour le développement durable. En effet, s’il cite à juste titre le Schéma régional de Cohérence écologique de la Région (SRCE) et le Schéma environnemental vert du département (SEVES), il est évident que la déclinaison au niveau d’une commune des enjeux de biodiversité suppose d’adopter une granulométrie plus fine que celles des échelles régionale et départementale. Ainsi, il serait nécessaire d’être plus précis sur la forme que prend et pourrait prendre la trame verte communale. Nous proposons ainsi pour le PADD que deux aspects innovants soient particulièrement développés, la végétalisation des toits (supposant des aides financières de la commune, en l’absence d’autres dispositifs de soutien) et le verdissement des trottoirs par les habitants, comme d’autres communes l’ont développé via des formes contractuelles souples.

En en restant au SRCE et SEVES , il est particulièrement frappant de voir que, comme pour les pistes cyclables du SDCD, la situation n’a pas progressé dans la commune sur l’axe identifié comme vert qu’est la RD20 (avenue Maréchal Juin + rue Léon Renault, etc.). Dans ces deux documents, la RD 20 apparaît structurante et voie à privilégier : elle fait partie des « liaisons reconnues pour son intérêt écologique » au SRCE et figure comme élément du « chemin des parcs » sur le SEVES. Or, le DEIE n’évoque ni sa situation actuelle qui reste encore toute virtuelle du point de vue biodiversité, ni les efforts spécifiques qu’il conviendrait de réaliser. Force est de constater qu’il y a loin entre les orientations réglementaires ou indicatives déjà adoptées et les réalisations concrètes de la mairie.

Remarques de détail : en page 107 du DEIE, il est évoqué « 23 ICPE » alors qu’il n'en existe que 2.

Souhaitant que ces remarques puissent être prises en compte pour faire évoluer le DEIE et les documents du PLU,

Nous vous prions de croire, Monsieur le Maire, en l’assurance de toute notre considération.

Marie-Geneviève LENTAIGNE                                           Mathieu AGOSTINI

Nous vous remercions de bien vouloir transmettre la copie de ce courrier à M. ALBAREDE pour le Cabinet qui a établi le DEIE.

Partager cet article

Repost 0
Published by Vert Lilas - dans Urbanisme - logement
commenter cet article

commentaires

Simar 06/04/2016 18:49

Rien sur la nécessité de favoriser l'emploi local en faisant place à des lieux de travail partagés?

Vert Lilas 07/04/2016 13:27

Merci pour votre commentaire !
Pas à cette étape-là, qui porte sur le diagnostic. En revanche, avant, oui, nous avons porté cette proposition de lieux de travail partagés, notamment lors des réunions publiques et dans des tracts.

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet