Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 15:25

L'analyse de milliers de repas révèle la présence " préoccupante " d'une dizaine de contaminants, comme le plomb, l'arsenic ou les dioxines

Par Stéphane Foucart pour Le Monde le 30 septembre

C'est l'une des plus vastes enquêtes jamais réalisées sur le sujet. L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a publié, mercredi 28  septembre, une analyse des contaminants (métaux lourds, dioxines, pesticides…) présents dans l'alimentation type des enfants de moins de 3 ans. Après y avoir évalué la présence de plus de 500  contaminants, l'agence de Maisons-Alfort (Val-de-Marne) estime qu'une dizaine d'entre eux sont " préoccupants " et que les niveaux d'exposition actuels peuvent présenter des risques sanitaires.

L'Anses met en avant le plomb, l'arsenic inorganique, le nickel, l'acrylamide et les furanes (des composés se formant notamment lors des cuissons à haute température), les PCB (polychlorobiphényles), des dioxines ainsi que des mycotoxines – des substances produites par des champignons contaminant parfois les céréales. Les situations d'exposition à ces produits, tempère l'Anses, " ne sont pas systématiquement synonymes de survenue d'effets adverses ". Dans son avis, l'agence juge néanmoins " indispensable de mettre en place ou de renforcer des actions afin de diminuer l'exposition de la population infantile " à ces composés.

Travail de fourmi

Le détail des repas servis à plus de 700  enfants (non allaités) a été relevé plusieurs jours durant, de manière à construire un échantillon des repas types. L'agence a ensuite reproduit les méthodes de préparation (dilution, cuisson…) de plus de 5 400  produits alimentaires avant d'en analyser la composition, de manière à estimer l'exposition des enfants aux toxiques décelés. Un travail de fourmi qui, avec la rédaction du volumineux rapport, aura duré près de six ans. Selon l'agence, les deux tiers des enfants de moins de 4  mois ne sont pas exposés à des niveaux excessifs de ces substances préoccupantes. Mais ce taux chute à seulement 21  % chez les 13-36 mois. Dans cette tranche d'âge, plus de 40  % des enfants sont trop exposés à au moins deux composés problématiques.

La première recommandation ferme de l'Anses est de proscrire, pour les enfants de moins de un an, le lait courant en remplacement des préparations infantiles (laits pour nourrisson à reconstituer…). Outre les considérations nutritionnelles, le lait courant est en effet une source importante d'exposition à certains polluants organiques persistants, comme les PCB ou les dioxines. Dans cette classe d'âge, les enfants consommant du lait courant sont ainsi deux à six fois plus exposés à ces toxiques que ceux consommant des préparations infantiles. Les PCB et les dioxines sont aussi présents dans le poisson, dont l'Anses recommande cependant la consommation deux fois par semaine, à condition de varier les espèces et les méthodes d'approvisionnement (pêche, élevage).

Autre substance pointée par l'Anses : le plomb. Ses principales sources d'exposition sont les -légumes et l'eau, mais son omniprésence dans l'environnement – héritage de l'essence plombée, aujourd'hui bannie – rend difficile son évitement. L'agence recommande ainsi de " varier le régime alimentaire des enfants afin qu'ils ne mangent pas systématiquement les aliments les plus contaminés ". Quant à l'arsenic inorganique, il est principalement présent dans les préparations infantiles, le riz, les petits pots préparés à base de légumes ou de poisson. Ces mêmes petits pots sont également critiqués pour des teneurs parfois excessives d'acrylamide ou de mycotoxines, également retrouvées dans les boissons lactées à base de céréales et les biscuits.

En définitive, l'Anses recommande de conduire des travaux de nature à " identifier clairement les sources de contamination au cours de l'ensemble de la chaîne de production " et d'améliorer les connaissances agronomiques. Elle suggère aussi de conduire une réflexion sur " l'utilité de la mise en œuvre d'une réglementation pour les contaminants non réglementés à ce jour (…) pour lesquels l'exposition est jugée préoccupante : acrylamide, furanes, nickel " et certaines mycotoxines.

Bien que très ambitieuse, l'analyse a ses limites. D'abord, avertit l'Anses, une centaine de substances rencontrées n'ont pas pu être évaluées du point de vue de leurs risques potentiels, faute de connaissances toxicologiques. C'est le cas de certains matériaux au contact des aliments (plastifiants, résines…), de perturbateurs hormonaux ou encore de pesticides. De plus, les effets potentiels des -mélanges de molécules n'ont été pris en compte que dans un nombre limité de cas. Enfin, seule l'exposition alimentaire a été prise en compte. Or, dans certains cas, l'exposition par le biais de l'air ambiant ou des poussières domestiques, par exemple, peut être importante.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet