Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

21 octobre 2016 5 21 /10 /octobre /2016 10:15

À l'ouverture de la pré-COP22 de Marrakech, l'OCDE note une hausse des flux financiers du Nord vers le Sud par Simon Roger pour Le Monde du 19 octobre 2016.

À suivre le rythme soutenu de ratification de l'accord de Paris sur le climat – par 81 pays représentant 60  % des émissions mondiales de gaz à effet de serre –, on en conclurait presque que la mobilisation de la communauté internationale, saluée fin 2015, avance sans encombre.

Ce serait omettre un autre dossier clé de la réussite de l'après-COP21, celui du financement des 100  milliards de dollars par an (91  milliards d'euros) promis, d'ici à 2020, par les pays du Nord à ceux du Sud confrontés aux effets du réchauffement. Une vieille promesse qui date de la conférence de Copenhague, en  2009, mais qui est toujours vivace dans les pays en développement et qui en fait un test de confiance face à la parole donnée par les pays industrialisés.

Ces derniers l'ont bien compris, commandant aux experts de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) une " projection des finances climat vers l'objectif 2020 des 100  milliards de dollars ", rendue publique lundi 17  octobre.

La date est opportune. Mardi débute à Marrakech, au Maroc, où se tiendra la prochaine conférence climat en novembre, une session ministérielle de deux jours pour faire le point sur l'avancée des sujets. La ministre française de l'environnement, Ségolène Royal, qui supervise la présidence tricolore de la COP, s'est donc envolée pour cette " pré-COP " avec dans ses bagages la note technique de 44 pages de l'OCDE qui doit être au cœur des discussions des 18  et 19 octobre.

Que dit le document ? Les trente-huit pays signataires du rapport, commandé par les coprésidences française et marocaine et piloté par l'Australie et le Royaume-Uni, tentent d'envoyer un signal positif : " Nous pensons que nous remplirons l'objectif des 100  milliards de dollars à travers une variété de sources et réaffirmons notre engagement à le faire. "

Un message politique assorti de deux chiffres forts. Grâce aux engagements annoncés par divers États en  2015, les financements publics pourraient représenter à eux seuls 67  milliards de dollars en  2020, alors qu'une précédente analyse de l'OCDE, en octobre  2015, estimait ces flux à 42  milliards, en moyenne, sur les années 2013 et 2014.

Autre indication intéressante, l'OCDE évalue les conséquences des financements publics sur la mobilisation de fonds privés (on parle d'effet de levier). L'addition du public et du privé pourrait atteindre 77  milliards de dollars en  2020 selon l'hypothèse la plus basse… ou 133  milliards selon le scénario le plus optimiste ! La fourchette risque de dérouter plus d'un pays en développement face à l'objectif des 100  milliards. " Plus de 90  milliards de dollars de finance climat, publique et privée, devraient être mobilisés au total en  2020 ", avance prudemment Ségolène Royal.

Prise de conscience

Ce choix de privilégier des hypothèses plutôt qu'une valeur moyenne s'explique. Dans la première photographie réalisée en octobre  2015, les statisticiens de l'OCDE avaient estimé ce montant à 52  milliards de dollars en  2013 et à 62  milliards en  2014. Censé conforter l'idée que la mobilisation financière progressait, le calcul avait eu l'effet inverse, déclenchant l'ire des pays du Sud qui jugeaient la somme très insuffisante.

Pour autant, les pays de l'OCDE ne pouvaient faire l'impasse sur l'actualisation des données et la définition de cette " feuille de route des 100  milliards " qui figure noir sur blanc dans les décisions de l'accord de Paris. " Les pays industrialisés se savaient attendus au tournant, observe Armelle Le Comte, de l'ONG Oxfam France. Le financement a été le point faible de l'accord de Paris. "

Cette prise de conscience collective des pays de l'OCDE était d'autant plus urgente que la comptabilisation financière avance lentement du côté des Nations unies (ONU), qui envisagent de rendre leur propre synthèse en mai  2017. Trop tard pour la présidence française de la COP21, à quelques semaines du passage de témoin, le 7  novembre, au Maroc. " Sur la ratification comme sur le financement, la dynamique avance ", assure Ségolène Royal.

Plus timorées, les ONG rappellent la faiblesse des financements spécifiquement mobilisés pour l'adaptation au changement climatique. Ces derniers devraient doubler, de 8 à 16  milliards de dollars, d'ici à 2020, indique l'OCDE. Mais " cela reste largement insuffisant au regard des besoins sur le terrain. L'adaptation n'atteindrait en  2020, malgré cette augmentation, que 20  % des 100  milliards de dollars promis, insiste Armelle Le Comte. Or, l'ONU estime que les coûts de l'adaptation pourraient atteindre d'ici à 2030 entre 140 et 300  milliards de dollars. "

" Sur ce volet, le travail de l'OCDE n'est pas terminé, reconnaît Marie Scolan, co-auteure avec Pierre Ducret de Climat, un défi pour la finance (à paraître le 20  octobre, Les Petits Matins). Le financement de l'adaptation est un sujet complexe, très lié aux circonstances locales des pays bénéficiaires. Par ailleurs, pour des enjeux de négociations politiques, cette problématique a été isolée, alors qu'il faudrait l'intégrer à la question plus large du financement du développement durable. "

" Un dossier mineur "

Ces deux spécialistes de la stratégie climat de la Caisse des dépôts voient dans le rapport du 17  octobre  un réel effort de clarification des chiffres, difficile à mener puisque la feuille de route est pluriannuelle alors que les ministres des finances raisonnent en programmation budgétaire annuelle. Le sujet du financement climat n'est plus délaissé par les grands argentiers, constatent les deux économistes.

Ils louent aussi " un inventaire intéressant, qui commence à lister les outils de financement public capables de déclencher des financements privés ". Le document détaille en effet les divers mécanismes à l'œuvre : fonds vert pour le climat, initiative pour les énergies renouvelables en Afrique, actions propres à certains pays, etc.

" À l'échelle du financement de la transformation de l'économie mondiale, le dossier des 100  milliards de dollars est mineur, ajoute tout de même Pierre Ducret. Le sujet essentiel, c'est la mobilisation de l'épargne domestique partout dans le monde, qui représente, elle, des millions de milliards. "

Partager cet article

Repost 0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

L’eau publique, c’est maintenant !

Le projet EuropaCity jugé peu compatible avec l'environnement

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet