Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

18 novembre 2016 5 18 /11 /novembre /2016 20:40

Des projets de réglementation de la Commission européenne vont à l’encontre du développement des énergies vertes par Pierre Le Hir pour Le Monde le 18 novembre 2016.

A Gelsenkirchen, en Allemagne, en 2013. INA FASSBENDER / REUTERS

Des paroles et des actes… L’Europe, qui se pose volontiers en championne de la cause climatique, a bien du mal à tourner la page des énergies du passé. La Commission de Bruxelles doit présenter, mercredi 30 novembre, un ensemble de projets législatifs dont certaines dispositions auraient pour effet de freiner l’essor des énergies renouvelables, tout en encourageant le recours aux centrales thermiques brûlant des combustibles fossiles (charbon, pétrole et gaz). « Le travail est en cours et les textes ne sont pas finalisés », affirment les services de la Commission. Les versions provisoires, que Le Monde a pu consulter, n’en constituent pas moins un bien mauvais signal.

Les documents en question sont une série de huit propositions de réglementation portant sur l’Union européenne de l’énergie et sa régulation, le marché de l’électricité, les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique et les performances énergétiques des bâtiments. Il s’agit de la mise en œuvre du « paquet climat-énergie 2030 » qui, adopté en octobre 2014, fixe aux Vingt-Huit trois objectifs à l’horizon de la fin de la prochaine décennie : réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40 % (par rapport à 1990), hausse de la part des énergies renouvelables dans leur consommation à au moins 27 %, amélioration de leur efficacité énergétique d’au moins 27 %.

Fin de la priorité aux renouvelables

Comme souvent, le diable se cache dans les détails. En l’occurrence, dans quelques articles disséminés au milieu d’un corpus législatif touffu de plusieurs centaines de pages, ainsi que l’a révélé le site d’information spécialisé EurActiv. L’un de ces articles remet en cause la priorité d’accès au réseau dont bénéficie l’électricité d’origine renouvelable. En vertu d’une directive communautaire de 2009, les Etats membres doivent aujourd’hui s’assurer que les gestionnaires des réseaux respectent cette priorité. A l’avenir, cette obligation deviendrait facultative. Les industriels qui investissent dans les filières vertes perdraient ainsi la garantie d’un avantage nécessaire à leur développement.

« Le risque est que par extension, les gestionnaires des réseaux électriques soient autorisés, en cas d’offre supérieure à la demande, à réduire d’office la production renouvelable », s’inquiète Damien Mathon, délégué général du Syndicat des énergies renouvelables français. L’organisation professionnelle redoute aussi une autre clause. Lors de leurs appels d’offres pour la construction d’installations renouvelables, les Etats membres pourraient se voir imposer une « neutralité technologique ». En clair, ils ne pourraient plus différencier éolien, solaire ou hydroélectricité dans les appels d’offres, dont le seul critère de sélection serait le prix. Un principe qui, dénonce à l’avance Damien Mathon, « priverait les différentes filières de visibilité et empêcherait de construire un mix renouvelable diversifié ».

Subventions aux fossiles

Ce n’est pas tout. Un autre article inquiète les écologistes. Il porte sur les « mécanises de capacité », un dispositif qui vise à assurer la sécurité de l’approvisionnement électrique lors des pointes de consommation, par exemple en période de grand froid. Il y faut des réserves de capacité de production, pour lesquelles les électriciens peuvent obtenir une rémunération qui, au final, est payée par le consommateur sur sa facture d’électricité. Un tel système est déjà en place au Royaume-Uni et en Allemagne, tandis qu’en France, il entrera en vigueur en 2017.

D’autres pays, comme la Pologne, s’apprêtent à se doter de mécanismes de capacité. Or, en l’état actuel de ses propositions, Bruxelles ne fixe aucun critère de qualité environnementale – tel que les rejets de CO2 – pour les capacités de production mobilisables. Ce qui revient à autoriser l’octroi de « subventions massives » à des centrales thermiques exploitant des ressources fossiles, dénonce l’eurodéputé luxembourgeois Claude Turmes (groupe des Verts). Le mécanisme de capacité pourrait pourtant être fléché vers des énergies renouvelables comme l’hydroélectricité, elle aussi mobilisable rapidement en période de pointe.

Manque d’ambition

S’ajoute, déplore le député européen, un manque d’ambition en matière de renouvelables. En l’état, les propositions de Bruxelles se contentent de reprendre l’objectif de 27 % du mix énergétique d’ici à 2030. Ce chiffre est certes conforme au paquet climat-énergie des Vingt-Huit, mais cette feuille de route était des plus minimalistes : l’effort sur la décennie 2020-2030 – passer de 20 % à 27 % de renouvelables – est inférieur à celui de la décennie précédente où il s’agissait de passer de moins de 10 % à 20 %, alors même que les technologies vertes sont devenues plus matures et moins coûteuses.

« Les propositions de la Commission européenne ne sont pas à la hauteur de l’accord de Paris ni de l’urgence climatique, juge Joël Vormus, directeur adjoint du Réseau pour la transition énergétique. Il faut aller plus loin. » Reste à savoir quelle sera la rédaction finale des documents qui seront mis sur la table fin novembre. Et surtout si leur examen par le Conseil et par le Parlement permettra à l’Europe de verdir sa politique énergétique.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

L’eau publique, c’est maintenant !

Le projet EuropaCity jugé peu compatible avec l'environnement

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet