Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 11:31

La valeur des services rendus par les abeilles à l'agriculture est forte dans le sud de la France par Joël Cossardeaux pour Les Échos le 24 novembre 2016.

Le niveau de mortalité très élevé qui affecte les colonies d'abeilles pourrait se payer au prix fort s'il devait s'aggraver jusqu'à les faire toutes disparaître. Leur extinction, ajoutée à celle de toutes les autres espèces butineuses, causerait en France une perte de près de 2,9 milliards d'euros, selon une étude que vient de publier le ministère de l'Environnement.

Ce chiffre, bâti sur des données de 2010 pour des raisons de cohérence avec les données des autres pays de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), correspond à la valeur monétaire du « service de pollinisation » rendu par ces insectes. Selon l'étude du ministère, ce service représente 8,6 % de la valeur marchande de la production agricole destinée à l'alimentation humaine (33,5 milliards d'euros) atteinte en France à l'issue de cette même année 2010.

Ce taux s'est révélé relativement stable entre 2006 et 2010. En revanche, il varie fortement selon les cultures et les régions. Les cultures de céréales, de racines, de tubercules et d'épices, ainsi que les cultures sucrières, se passent des abeilles. Elles ne leur apportent absolument aucun « service écosystémique ». À la différence de la culture de fruits, où ce service se chiffre à plus de 1,7 milliard d'euros, mais aussi de celle d'oléagineux (650 millions d'euros) et de légumes (486 millions).

Une préservation cruciale

Les auteurs de l'étude pointent également « une différence notable entre les départements ». Ainsi, c'est dans le Cantal que la valeur du service de pollinisation est le plus faible (100.000 euros) et dans le Lot-et-Garonne qu'elle est le plus élevée (222 millions d'euros). L'indice de vulnérabilité des cultures confrontées à un déclin des pollinisateurs fait aussi le grand écart : 1,2 % dans le Pas-de- Calais, contre 54,4 % dans les Hautes-Alpes.

Dans une dizaine de départements, tous situés dans la moitié sud de l'Hexagone, ce taux dépasse 20 %. La préservation des abeilles y est donc cruciale, et ce d'autant plus que l'activité apicole y est aussi très importante. « Les régions majoritairement viticoles et céréalières seraient, quant à elles, moins sensibles à ces enjeux, à l'instar du Pas-de-Calais ou de la Gironde, dont l'indice de vulnérabilité ne dépasse pas les 2 % », observe l'étude.

Les chiffres sont encore plus impressionnants au niveau mondial. L'impact économique de la pollinisation dépasse 150 milliards d'euros et représente près de 10 % de la valeur de la production agricole destinée à l'alimentation de l'homme. Les cultures de fruits et de légumes apparaissent encore plus dépendantes du butinage des abeilles qu'en France, avec des indices de vulnérabilité de respectivement 23,1 et 12,2. Mais ce ne sont pas les plus tributaires de l'activité des pollinisateurs. Les cultures stimulantes que sont notamment le café et le cacao, ainsi que les fruits à coque, affichent des taux de 39 % et 31 %. ■

Partager cet article

Repost 0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

L’eau publique, c’est maintenant !

Le projet EuropaCity jugé peu compatible avec l'environnement

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet