Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

7 décembre 2016 3 07 /12 /décembre /2016 09:14

Réparties sur 245 000 km2, ces régions privées d’oxygène augmentent sur les côtes et en pleine mer en raison de l’utilisation de pesticides et du réchauffement climatique par Clémentine Thiberge pour Le Monde le 5 décembre 2016.

Les zones hypoxiques sont des régions où le taux d’oxygène est au plus bas, provoquant l’asphyxie de la faune marine (photo d’illustration). GREGORY BOISSY / AFP

Les zones hypoxiques sont des régions où le taux d’oxygène est au plus bas, provoquant l’asphyxie de la faune marine (photo d’illustration). GREGORY BOISSY / AFP

Au large de l’Inde, dans la baie du Bengale, la vie marine est en train de disparaître. Cette région de 60 000 km2, soit deux fois la superficie de la Belgique, est aujourd’hui une « zone morte ». Une étude pilotée par l’Université du Danemark du Sud et publiée dans la revue Nature Geoscience le 5 décembre alerte sur l’instabilité de cette zone. « Aujourd’hui, la baie du Bengale est à un stade critique. La concentration d’oxygène est si faible qu’il suffirait d’un petit changement de conditions pour étouffer le système océanique », explique Laura Bristow, co-auteure de l’étude et biogéochimiste à l’Institut Max-Planck de Munich.

Les zones mortes, ou zones hypoxiques, sont des régions océaniques où le taux d’oxygène est au plus bas, provoquant ainsi l’asphyxie de la faune marine. « Tous les organismes qui ont besoin de dioxygène pour respirer fuient ces zones, explique Paul Treguer, biogéochimiste et professeur émérite à l’université de Brest, les espèces immobiles comme les crustacés meurent et des bactéries méthanogènes se développent. »

Les engrais agricoles responsables

Ce phénomène de désoxygénation, provoqué naturellement par des phénomènes météorologiques extrêmes ou des courants océaniques particuliers, a toujours existé dans l’histoire de l’océan moderne. Cependant, la situation s’empire depuis les années 1980. En 2003, un rapport de l’ONU estimait à 150 le nombre de zones mortes dans les océans, cinq ans plus tard, une étude publiée par l’Institut de sciences marines de Virginie en dénombrait plus de 400. Réparties sur 245 000 km2, celles-ci se trouvent principalement dans le Pacifique du sud, la mer Baltique, les côtes de Namibie ou encore dans le golfe de Mexico.

Graphique représentant le pourcentage d'oxygénation des océans à 100 m de profondeur. NATIONAL OCEANIC AND ATMOSPHERIC ADMINISTRATION (NOAA)

Graphique représentant le pourcentage d'oxygénation des océans à 100 m de profondeur. NATIONAL OCEANIC AND ATMOSPHERIC ADMINISTRATION (NOAA)

« Le nombre de zones mortes est en train d’augmenter, aussi bien sur les côtes qu’en plein océan, explique Laura Bristow. Les zones hypoxiques côtières s’agrandissent principalement à cause de l’accumulation des nutriments issus de l’agriculture, comme les fertilisants. » En effet, la pollution industrielle et le déversement des phosphates et des nitrates issus des engrais dans les eaux de ruissellements provoquent une accumulation de matières organiques. Les algues prolifèrent alors et se décomposent ensuite en microbes qui consument l’oxygène. « Dans les régions où les populations explosent, comme l’Inde, on peut s’attendre à une augmentation de l’utilisation des fertilisants, et donc une diminution continue de l’oxygène dans les océans environnants », continue la chercheuse.

Un trop lent renouvellement des eaux

« La raison pour laquelle les zones mortes en plein océan augmentent est plus complexe, explique la biogéochimiste. Mais elle est en partie liée au réchauffement global de la planète. » La question de la place du changement climatique dans la désoxygénation des océans est encore débattue, mais les preuves apportées par les scientifiques abondent dans ce sens. « Lorsque la température augmente, l’eau change de densité et les échanges entre les eaux de surface et de profondeur se font moins facilement, continue Laura Bristow. La couche de surface n’est alors plus alimentée en oxygène. »

« La clé de ce phénomène de zone morte est la vitesse de renouvellement des eaux », confirme Paul Treguer. Périodiquement, l’eau oxygénée des profondeurs se mélange avec l’eau de surface. Ce phénomène se produit par exemple lorsque l’eau de surface, froide et salée, devient suffisamment dense pour s’enfoncer en profondeur. « Dans les eaux côtières, qui reçoivent d’intenses apports organiques, si le temps de renouvellement des eaux est lent, on observera un accroissement des zones mortes. » Certaines mers dites « fermées » telles que la mer Baltique peuvent mettre jusqu’à 75 ans avant de voir leurs eaux renouvelées. L’apport en oxygène y est alors d’autant plus limité.

Les cycles des nutriments perturbés

« Ce qu’il faut comprendre, c’est que les processus physico-chimiques de l’océan sont tous liés », poursuit le chercheur français. Tel un effet boule de neige, les changements de concentration d’oxygène bouleversent le cycle de l’azote. La perte de cet élément, qui est un nutriment essentiel, affecte directement la production primaire et la chaîne alimentaire marine. « Supprimer les dernières traces d’oxygène dans la baie du Bengale pourrait avoir un impact majeur dans le cycle de l’azote de l’océan Indien et donc sur la faune marine », confirme Wajih Naqvi, co-auteur de l’étude à l’Institut national d’océanographie à Goa.

« Nous avons démontré qu’il reste encore des traces d’oxygène dans la baie du Bengale, ce qui permet pour l’instant de limiter les pertes d’azote, poursuit Laura Bristow. Mais si ces traces d’oxygène venaient à disparaître, ce qui est très probable au vu des scénarios de changement climatique, alors la perte d’azote s’accélérerait. » La faune marine ainsi affectée, l’industrie de la pêche serait la première à souffrir des conséquences de ce phénomène.

« Nous arrivons aujourd’hui à un seuil critique, prévient Laura Bristow. Il faut trouver des modèles pour prévoir quels impacts les activités humaines vont avoir sur les cycles de nutriments des océans. » Pour les scientifiques, mieux réguler l’utilisation des produits chimiques dans l’agriculture est désormais impératif.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

L’eau publique, c’est maintenant !

Le projet EuropaCity jugé peu compatible avec l'environnement

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet