Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 16:56

La victoire de Benoît Hamon à la primaire du PS bouscule la stratégie solo de Yannick Jadot et du parti écolo. Par Hugo Boursier le 2 février 2017 pour Politis.

Yannick Jadot

Yannick Jadot

Les écologistes veulent saisir l’opportunité politique d’un rassemblement, mais pas s’enfermer à nouveau dans le piège socialiste. Lundi, sur BFMTV, Yannick Jadot a déclaré : « Si Benoît Hamon est prêt à s’émanciper d’un PS qui n’a jamais fait sa conversion écologiste (…), moi, je militerai, y compris au sein de ma force politique, pour que nous nous lancions aussi dans cette grande aventure de l’écologie et du social. »

Le lendemain, les deux candidats ont déjeuné en tête-à-tête. « Ils ont acté des convergences, et ont confirmé l’envie de faire ensemble », annonce le porte-parole d’EELV, Julien Bayou. « Il y a de plus en plus d’indices qui montrent la volonté de Benoît Hamon de tenir sa ligne », avance-t-il, alors que certains membres du gouvernement, proches de Manuel Valls, comme Bernard Cazeneuve et Jean-Marie Le Guen, l’exhortent de « changer son rapport au bilan du quinquennat ».

Pas de compromis

Le rapport de force est encore incertain au sein du PS. Pas question donc pour Yannick Jadot de faire des compromis. « Il y a un ras-le-bol des arrangements entre partis politiques. Je ne rentrerai pas dans des bidouillages d’appareils », a-t-il assuré dans un entretien au Monde.

Il faut dire que le quinquennat de François Hollande n’a pas épargné le parti des écologistes. Mort de Rémi Fraisse, Notre-Dame-des-Landes, nucléaire, désaccords publics entre Cécile Duflot et Manuel Valls notamment sur les Roms, scission orchestrée depuis l’Élysée avec les départs de Jean-Vincent Placé, Barbara Pompili et François de Rugy, les deux premiers entrant au gouvernement, débauchage d'Emmanuelle Cosse...

Ces événements restent en travers de la gorge de beaucoup de militants écologistes, et suscite forcément une grande méfiance. Du reste, la ligne d’Hamon attire les personnalités et les élus. Le dernier soutien en date ? Nicolas Hulot, qui avait voté pour Jean-Luc Mélenchon en 2012. Son soutien va désormais vers l’ex-ministre de l’Éducation. « Il a montré qu'on pouvait être socialiste et avoir une vision lucide, clairvoyante et ambitieuse sur l'écologie », a-t-il déclaré, alors que plusieurs pétitions appellent à une candidature commune entre Benoît Hamon, Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon, soutenues notamment par Noël Mamère, député de Gironde, et Michèle Rivasi, députée européenne EELV.

« Rassembler la gauche et les écologistes »

Le vainqueur de la primaire du PS a annoncé, dans son discours de victoire dimanche soir, vouloir « rassembler la gauche et les écologistes », en leur proposant « une majorité gouvernementale cohérente et durable ».

La cohérence, c’est justement ce que demandent les écologistes à Benoît Hamon, en « s’exonérant du PS », comme le confirme le secrétaire national d’EELV, David Cormand. « S’il souhaite rassembler son parti sur une ligne commune avec Valls, ce sera sans les Verts », explique-t-il. Mais s’il poursuit cette « recomposition politique inédite », et qu'il fait « le choix d'assumer son projet avec clarté et cohérence, alors cela laisserait un timing adapté pour faire des projets ensemble », prévient le numéro un d’EELV. Et Julien Bayou d’abonder : « Tant que nous sommes en accord avec le projet, il n’y a rien d’impossible pour l’avenir. »

Un avenir qui reste à écrire. Les écologistes d’EELV sont d’autant plus attentifs au positionnement de Benoît Hamon que Yannick Jadot n'a toujours pas ses 500 parrainages. Le candidat écologiste a assuré sur BFMTV en avoir 350. Or passer cet obstacle est un élément déterminant pour la suite, avec les législatives en ligne de mire.

Lignes de fractures

C'est « la vraie question », pour l’ex-patron d’EELV, Pascal Durand, qui se demande si « les cadres du PS, d'EELV et de la France Insoumise peuvent se mettre autour de la table ». « Avec qui discuter ? », s’interroge Julien Bayou, qui observe, derrière Hamon, les lignes de fractures avec les députés socialistes plus à droite.

Yannick Jadot a maintenu qu’il « n’excluait pas de discuter avec Jean-Luc Mélenchon », même s’il existe des différends importants, notamment sur la diplomatie internationale et le rapport à l'Europe.

Pour l'élu écologiste Alexis Braud, « Mélenchon pense qu'il n'y a qu'une solution pour faire les choses », explique-t-il, « nous pensons que les choses ne se font pas par en haut et qu'il faut construire avec les citoyens. C'est une opposition fondamentale, car cette différence d'approche change votre vision du monde ». Les discussions ne font donc que commencer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Vert Lilas - dans Elections National
commenter cet article

commentaires

Vert Lilas 08/02/2017 10:51

Merci pour votre commentaire qui apporte des informations, et un point de vue intéressant (que je ne partage pas totalement ;-)
Nous sommes d'accord pour tout faire pour bannir un raccrochement sec d'EELV au PS, mais pour l'instant, malheureusement, la difficulté (pour ne pas dire le refus) d'avancer ces discussions EELV-France insoumise se heurte à la personnalité de JL Mélenchon qui traîne les pieds pour ces discussions, on le constate, pas de groupes de travail en place,... et l'affirmation de la France Insoumise de présenter des candidats dans toutes les circonscriptions rend impossible tout accord - comme elle pousse le PC dans les bras du PS, vous le rappeler à la fin. Le problème concerne bien avant tout les élections législatives, et demande aux 3 candidats/structures d'accepter de construire une majorité législative commune pour pouvoir gouverner. Jusqu'ici, les signes publics dans ce sens sont plus forts côté Hamon que Mélenchon, mais je serais ravi si ça changeait !

carlos hermo 08/02/2017 15:31

j'oubliais peut-être Leila Chaibi (coordinatrice de l’espace politique)...

mais bon, quoiqu'il en soit:


legislatives@jlm2017.fr

carlos hermo 08/02/2017 15:27

Pour commencer par faire un petit point sur le sujet, il y a près de 400 candidatures validées sur autant de circonscriptions par la France Insoumise.

Le 2 novembre, lors d'une réunion entre la FI et le PCF, il a été évoqué l'opportunité de construire des accords politiques aux législatives avec d'autres forces plus largement (notamment Europe Ecologie).
Les membres de l’espace politique de la France insoumise ont insisté sur le fait que les législatives étaient directement liées à la présidentielle et ne faisaient que marquer une continuité avec celle-ci... Autrement dit, la campagne présidentielle devrait être cohérente avec celle des législatives!
Si EELV et La France Insoumise arrivent à un accord sur le programme présidentiel à soutenir, c'est une garantie de + pour obtenir un groupe politique uni à l'Assemblée capable de faire avancer des luttes sociales et écologistes majeures!

Certains cadres du PCF ont argué de divergences quant à la charte que la FI souhaitait faire signer aux candidats... charte qui mettait en avant l'engagement à respecter notamment le non cumul des mandats et l'obligation de préférer respecter les décisions collectives au "vote libre" (celui-là même qui permet de retourner sa veste dans un moment fatidique)... Un engagement à effectuer un mini mandat "impératif" en quelque sorte! Cette charte formalisait aussi le "reversement" par le mouvement de la France Insoumise des sommes perçues aux autres partis politiques des députés élus éventuellement sous la même étiquette commune... Bref...

Par contre, pour ce qui est des groupes de travail, j'en vois bien un à même de discuter avec EELV sur le sujet:

Espace politique de la France insoumise:
Communistes insoumis : Françoise Quainquard
Ensemble insoumis : Thierry Zunino
Nouvelle Gauche Socialiste : Roger Tropéano
Parti de Gauche : Martine Billard
contact: legislatives@jlm2017.fr

Pour ce qui est de la vision "jacobine" de l'écologie de la France Insoumise telle qu'elle semble être perçue à EELV, il n'y a pas de "dogme" défendu par Mélenchon à ce sujet. La nécessité de s'adosser à un "mixe" en terme de production d'énergies renouvelables (éoliens, solaire,etc...) en cohérence avec les ressources "locales" pour compenser la production d'énergie nucléaire nationale (dont il faudra se défaire définitivement) initie clairement l'entrée du pouvoir démocratique dans les sphères de décision. Cependant, un engagement initial FORT doit être pris au départ et seule l'impulsion de l'Etat peut engendrer un effet levier tel qu'un recul du nucléaire deviendrait inévitable...

carlos hermo 08/02/2017 10:10

Cet article est intéressant car il montre, contrairement à ses dernières lignes à quel point les positions de la France Insoumise et celle d'EELV sont proches...

La méfiance vis à vis de la schizophrénie qui règne au PS et des "arrangements d'appareils" prêteraient à croire à une convergence de vue qu'il serait utile de mettre à profit en suscitant une rencontre entre EELV et la FI.
Hamon, compte tenus des "gages" de plius en plus évidents qu'il donne aux "réformistes" de son parti, semble avoir adopté le rôle du "rassembleur" de "la gauche" sans en avoir réellement l'envie. J'imagine que Jadot a bien dû le sentir lors de son entretien avec lui...

Il serait utile que cette union des forces de "progrès" (sociale et écologique) commence par là où on ne l'attend pas: Je sais que Y. Jadot n'a pas forcément apprécié le soutien de J.L. Mélenchon à sa concurrente lors des primaires, mais une discussion de clarification entre eux sans Hamon serait de bon ton!

En effet, sur l'UE, la FI soutient une position visant à :
1) dans un premier temps (PLAN "A"): tenter d'influer de tout son poids (la France: 2ème puissance de l'UE) sur sa course toujours plus libérale, dérégulatrice et anti-démocratique en désobéissant aux traités et en favorisant la création d'une opposition "européenne" forte.
2) Si la première stratégie venait à échouer (PLAN "B"): prendre acte de l'incohérence à cautionner un système toujours plus dévastateur en terme de casse sociale et écologique et proposer un référendum aux français sur l'opportunité d'un "FREXIT"... Les Français décideraient alors et contrairement aux dénis de démocratie précédents, leur décision serait respectée!

Sur sa politique étrangère:
La France Insoumise souhaite que la France adopte réellement la position d'un pays "non-aligné"... autrement dit, ne s'aligner aveuglément sur aucune superpuissance... que ce soit LA RUSSIE et encore moins LES ETATS-UNIS!
L'idée c'est de devenir une force de paix et de peser pour que des organismes internationaux issus de l'ONU (comme la CNUCED) et l'ONU ne soient plus cantonnés à regarder passer les trains...

Je lis ceci :"Mélenchon pense qu'il n'y a qu'une solution pour faire les choses », explique-t-il, « nous pensons que les choses ne se font pas par en haut et qu'il faut construire avec les citoyens. C'est une opposition fondamentale"...
Il s'agit d'une méconnaissance flagrante dont la FI fonctionne... la volonté de voir une assemblée constituante pour le peuple et par le peuple, permettant aux citoyens de reprendre la main sur le pouvoir politique devrait vous en convaincre !
C'est bien le citoyen qui est au coeur du projet de la FI et non un "gourou rédempteur". Il faudrait donc profiter de cette élection présidentielle pour lever toutes les "incompréhensions" et s'affranchir des "postures" imposées par d'autres!

Le dialogue entre EELV et FI pourrait bien obliger le PS à jouer franc-jeu...
Aujourd'hui, tout indique ce dernier tente manifestement de gagner du temps pour siphonner les voix Macron, Mélenchon et Jadot tout en préparant les législatives avec Laurent...

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

L’eau publique, c’est maintenant !

Le projet EuropaCity jugé peu compatible avec l'environnement

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet