Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 12:06

Une centaine de députés de gauche estiment que l’accord de libre-échange Europe-Canada place les multinationales au-dessus des citoyens, des élus et des petites entreprises. Par Erwan Manach le 22 février 2017 pour Politis. Lire aussi Tou⋅te⋅s à Strasbourg pour stopper le vote du CETA !, Nous pouvons stopper le CETA !, « Au cœur du CETA », épisode 3 : CETA et climat font-ils bon ménage ? et 12 raisons de s’opposer au CETA !

Photo : Emmanuele Contini / NurPhoto

Photo : Emmanuele Contini / NurPhoto

 

Cent quatre députés de gauche (EELV, Front de Gauche, PS) ont saisi mercredi le Conseil constitutionnel au sujet de l’accord de libre-échange entre l’Europe et le Canada, ratifié le 15 février par le Parlement européen. L’institution aura un mois pour juger de la compatibilité du traité avec la Constitution française.

 

Le CETA, qui prévoit une « harmonisation » des règles du commerce d’une rive à l’autre de l’Atlantique, doit entrer en application provisoire (à 90 %) à partir du mois d’avril, avant le vote des parlements nationaux. Mais de nombreuses ONG l’estiment inconciliable avec la Constitution française, pour trois raisons :

1 – Les citoyens passent après les multinationales

Le Ceta crée des « comités » et un « Forum de coopération réglementaire », composés de lobbyistes, pour faire converger les normes passées et futures entre l’Europe et le Canada. Le but : « faciliter les échanges » en supprimant tous les « obstacles injustifiés au commerce ».

Une coopération renforcée est, par exemple, organisée dans les biotechnologies (OGM, pesticides, etc.) « afin de réduire au minimum les répercussions commerciales négatives des pratiques réglementaires » (article 25).

Pour l’association Foodwatch, l’Institut Veblen et la Fondation Nicolas Hulot, ces mécanismes de coopération « créent de nouvelles contraintes par rapport à la fonction de “faire la loi” » et dessaisissent de leur pouvoir les élus nationaux.

2 – Les investisseurs ne sont plus égaux devant la loi

Le Ceta crée également des « cours arbitrales », chargées de trancher des litiges entre un investisseur et un État. Elles ne peuvent être saisies que par les multinationales, lorsqu’elles estiment que leurs intérêts sont compromis par une loi ou une réglementation nouvelle dans le pays où ils ont investi (grâce au Ceta).

Cela « introduit une inégalité devant la loi entre investisseurs nationaux et investisseurs étrangers », estiment trois experts en droit sollicités par les ONG, Dominique Rousseau, Évelyne Lagrange et Laurence Dubin. Ces tribunaux constituent selon eux une « voie de droit spéciale », qui permettrait aux investisseurs étrangers de « contourner » la justice nationale.

« Ils rompent avec le principe d’égalité notamment en mettant en place des juridictions d’exception pour les investisseurs étrangers », estime Denis Voisin de la Fondation Nicolas Hulot.

3 – Le « principe de précaution » n’est pas respecté

Selon l’analyse des ONG de défense de l’environnement, le Ceta est enfin incompatible avec le principe de précaution, inscrit dans la Constitution depuis février 2005. Le traité prévoit en effet que les règles du commerce doivent être « basées sur la science », mais ne fait pas mention du « principe de précaution » (qui prévaut théoriquement lorsque la science n'a pas établi l'innocuité d'un produit).

Les « notes interprétatives » qui accompagnent le traité et garantissent ce principe sont jugées non contraignantes par les ONG.

Le Conseil constitutionnel devra se prononcer sur la légalité du Ceta

Une saisine qui en appelle d’autres

La saisine a été déposée au Conseil constitutionnel ce mercredi par Danielle Auroi (EELV), Jean-Noël Carpentier (radicaux de gauche), Jean-Paul Chanteguet (PS), André Chassaigne (Front de gauche) et Suzanne Tallard (PS). Parmi les signataires figurent également des élus socialistes de sensibilités diverses, comme Delphine Batho, Valérie Rabault, Christian Paul, Jean-Marc Germain ou le soutien d’Emmanuel Macron Stéphane Travert, ainsi que l’ancienne ministre EELV Cécile Duflot.

« Ce recours inédit est d’autant plus important que le Ceta est un accord d’une ampleur inégalée et présenté par ses promoteurs comme un modèle pour les négociations futures », pointe Mathilde Dupré, de l’Institut Veblen.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

L’eau publique, c’est maintenant !

Le projet EuropaCity jugé peu compatible avec l'environnement

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet