Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 16:48

Référence des écolos, cette étude prospective indépendante, qui vise zéro CO2 en 2050, a également conquis Hamon et Mélenchon, alors que la version 2017 vient d’être dévoilée. Par Patrick Piro pour Politis le 25 janvier 2017.

Le scénario Négawatt éclaire la gauche

L’équipe Négawatt creuse son sillon. Mercredi 25 janvier, cette association regroupant plusieurs dizaines de professionnels indépendants des domaines de l’énergie et de l’économie a divulgué la version 2017 de son scénario, qui trace la route d’une puissante transition énergétique : à l’horizon 2050, la France aura réduit des deux tiers sa consommation d’énergie primaire [1] par rapport à 2015, sera devenue neutre pour ses émissions de gaz à effet de serre et couvrira tous ses besoins énergétiques par des sources renouvelables.

La lutte contre le dérèglement climatique va de pair avec l’autonomie énergétique : le pays se libère des importations de pétrole, de gaz et de charbon, mais aussi d’uranium, la trajectoire Négawatt comprenant la sortie du nucléaire, avec fermeture de la dernière centrale en 2035. Car la robustesse d’une transition énergétique, affirment les auteurs, se mesure à l’indépendance des approvisionnements comme à l’abandon des options à risque.

Depuis la première version du scénario, publiée en 2003 puis refondue en 2006 et en 2011, le contexte a « considérablement évolué », soulignent les experts. La catastrophe de Fukushima a plombé l’atome, le contrôle des énergies fossiles accroît les tensions géopolitiques, et l’Accord de Paris, fin 2015, a remis la lutte climatique au premier rang des préoccupations.

À son niveau, Négawatt a fait bouger les lignes en France. Cette étude était sans conteste la plus originale et la plus complète des onze prospectives étudiées lors du débat précédant l’élaboration de la loi de transition énergétique de juillet 2015. Le fondement de sa logique s’est imposé – mettre en avant la réduction des consommations (sobriété, efficacité des appareils) plutôt que l’accroissement des moyens de production d’énergie. Seul scénario couvrant l’ensemble des secteurs – électricité, chauffage, transport, industrie, etc. –, Négawatt a également montré la crédibilité d’une sortie totale du nucléaire à terme, option taboue des prospectives gouvernementales. Jusqu’à ce que l’Ademe s’y risque, en 2015, avec une étude [2] qui a provoqué des remous chez les gardiens de l’orthodoxie énergétique nationale.

Le scénario Négawatt est devenu une référence des programmes d’Europe Écologie-Les Verts, plus précisément depuis sa version 2011, publiée là aussi en période présidentielle. En particulier parce que, au-delà de l’étendue des économies d’énergie et du potentiel des renouvelables, le document évaluait l’impact sur l’emploi de cette ambitieuse transition. La version 2017 affiche la création de 400 000 emplois net dans les trente-cinq ans à venir, compilant les postes (non délocalisables) créés par un vaste programme d’isolation thermique des bâtiments anciens, par l’essor d’une économie circulaire (recyclage, réparation, etc.) et par la marche à l’hégémonie des renouvelables, et intégrant les pertes dans les énergies conventionnelles et le transport routier.

Si, en 2017, l’urgence climatique et énergétique suscite une attention beaucoup plus vive qu’en 2011 pour le chantier de la transition énergétique, cet atout social a sans nul doute joué un rôle important dans l’intérêt récent à gauche du Parti socialiste pour les travaux de Négawatt, et notamment de la part des concurrents potentiels à la présidentielle. Au-delà de Yannick Jadot pour EELV, le scénario est endossé tout ou partie par Pierre Larrouturou (Nouvelle Donne), Charlotte Marchandise (LaPrimaire.org), François de Rugy et Jean-Luc Bennahmias (candidats éliminés de la primaire de la Belle Alliance populaire). Mais aussi, et c’est plus significatif au regard des débats de la présidentielle, par Jean-Luc Mélenchon, qui déclarait en juin dernier « faire sien le scénario Négawatt [3] », et Benoît Hamon, qui met en proue de son programme la transition énergétique et les « choix politiques radicaux [4] » qu’elle nécessite. Cette récente adhésion, au sein d’un PS très modéré sur ce chapitre, signe « un véritable changement, d’autant plus intéressant que les prises de position de ce candidat alimentent actuellement le débat politique », relève Thierry Salomon, cofondateur de Négawatt et vice-président de l’association, qui précise que ses travaux sont accessibles à tous, sans exclusive ni favoritisme.

Entre autres point saillants, la version 2017 pousse les gains majeurs qu’offrirait une mutation de l’agriculture française telle qu’explorée par le scénario Afterres2050 (association Solagro), que Négawatt articule à son étude : par la sortie des pratiques productivistes dominantes ainsi que la réduction de la consommation de viande, le pays va jusqu’à neutraliser l’intégralité de ses émissions de gaz à effet de serre.

Une autre percée ébauchée en 2011 est développée : le couplage des réseaux de gaz et d’électricité. Les jours où la production des éoliennes et des panneaux solaires photo-voltaïques (énergies intermittentes) dépasse les besoins, l’excès sert à synthétiser du méthane (équivalent au gaz naturel) utilisable en carburant ou en combustible de chauffage. Cette filière « power-to-gas » (qui prend son essor en Allemagne) rend également le service inverse : brûler du méthane dans des turbines à cogénération fournirait de l’électricité les jours où les renouvelables intermittentes sont insuffisantes.

Négawatt instaure aussi l’économie circulaire prévue par la loi de transition énergétique : en imposant des biens durables, la fin de la surconsommation, la réparation, le recyclage et la récupération, la ponction en matières minières peut être divisée par deux.

Outre la création d’emplois, la mutation entraîne d’autres bénéfices sociaux : la qualité de l’air s’améliore radicalement et le nombre de ménages en situation de précarité́ énergétique est divisé par huit, grâce à la rénovation thermique des logements et à la maîtrise du coût de l’énergie. Le cumul jusqu’en 2050 des économies annuelles générées par le tarissement des importations d’hydrocarbures, selon l’ambition Négawatt, allégerait la balance commerciale de 700 milliards d’euros.

Et, pour souligner la crédibilité de ses travaux, l’association souligne que la courbe de la consommation d’énergie, à la baisse depuis quelques années, rejoint désormais celle que traçait son scénario en 2003.

Un mouvement structurel s’est engagé, constatent les experts, qui les pousse à livrer une préconisation « essentielle » à l’adresse des candidats à la présidentielle : alors que le rythme d’application des politiques décidées depuis deux quinquennats est « très insuffisant », il faut l’accélérer : « C’est une priorité́ pour les cinq ans à venir. »

[1] Celle qu’on prélève dans la nature, avant transformation pour la consommation finale (électricité, essence, etc.)

[2] « Vers un mix électrique 100 % renouvelable en 2050 ».

[3] Regards, 1er juin 2016.

[4] « Comment mettre en œuvre la transition écologique ? », Paris, 15 décembre 2016.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet