Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 11:12

Une précédente tentative d’encadrement des rachats d’exploitations avait été jugée anticonstitutionnelle. Par Martine Valo le 18 janvier 2017 pour Le Monde

Les députés débattent de nouveau de l’accaparement des terres agricoles

L'appétit des investisseurs pour les terres arables ne concerne pas seulement les pays du Sud. En témoigne la proposition de loi relative à la lutte contre l’accaparement des terres et au développement du biocontrôle, qui devait être examinée, mercredi 18 janvier, en séance plénière à l’Assemblée nationale. Le texte vise notamment à garantir la souveraineté alimentaire nationale en préservant le modèle français d’exploitation familiale. Donc à limiter l’émergence de vastes domaines agricoles, concentrés entre quelques mains et voués à des monocultures déterminées par les variations des cours mondiaux des matières premières. Intégrées à la loi dite Sapin 2, plusieurs dispositions en ce sens avaient été censurées, le 8 décembre 2016, par le Conseil constitutionnel.

« La question de l’accaparement des terres ne concerne pas que les sans-terre du Brésil », assure Dominique Potier, député (PS) de Meurthe-et-Moselle, à l’origine de ce texte. Les terres cultivables où qu’elles soient attirent désormais l’intérêt de gros investisseurs – pas seulement étrangers –, au risque de reléguer les agriculteurs au rôle de simples salariés. La proportion des exploitants propriétaires de leurs prés et de leurs champs est passée de 61 % en 1995 à 45 % en 2015.

Péril double

Pour offrir la possibilité à des nouveaux venus de s’installer, permettre la transition du plus grand nombre vers l’agro-écologie, « condition sine qua non pour assurer la sécurité et la qualité de notre alimentation, produire de la valeur ajoutée économique et environnementale et aménager l’ensemble du territoire », tout en garantissant « la liberté d’entreprendre pour tous », un encadrement législatif est impératif, selon le député.

En France, les territoires agricoles sont confrontés à un péril double. D’une part, ils pâtissent de l’artificialisation (urbanisation, routes, etc.). Ils couvrent encore la majorité du territoire (51 %) avec 28 millions d’hectares, mais perdent en moyenne 70 000 ha par an depuis 2006. D’autre part, poursuit Dominique Potier, ils sont exposés depuis une décennie à une « libéralisation du marché foncier, fondée sur la dérive individualiste de la course à l’agrandissement » et à des failles juridiques.

Au printemps 2016, une transaction survenue dans l'Indre est venue illustrer ce phénomène. Un fragment de la campagne du Berry passait alors, à la stupéfaction générale, dans l’escarcelle d’investisseurs chinois. Il ne s’agissait pas cette fois de quelque vignoble prestigieux, mais de 1 700 hectares de terres de qualité, issues de cinq exploitations céréalières. Une opération rendue possible grâce à ce qui est vu comme un tour de passe-passe par les milieux agricoles.

Constitués en sociétés, les précédents propriétaires n’ont pas directement vendu leurs exploitations et leurs droits à cultiver, mais ont cédé la quasi-totalité de leurs parts. En conserver quelques-unes leur a permis d’échapper à l’examen de leur dossier par la société d’aménagement foncier et d’établissement rural (Safer) de la région Centre. Cette dernière n’est pas autorisée, jusqu’à présent, à intervenir en cas de cessions partielles.

Les Safer sont des sociétés anonymes à but non lucratif qui ont pour mission de réguler le marché du foncier et peuvent, à ce titre, préempter l’achat de parcelles puis proposer celles-ci à la vente, à un prix éventuellement inférieur à ceux du marché. A un fermier en activité, par exemple, ou à un jeune qui tente de lancer une activité. Leurs arbitrages sont parfois discutés, mais ce garde-fou a permis à la France d’afficher des cours (5 910 euros l’hectare en moyenne) moins exposés à la spéculation financière que ceux de ses voisins. L’objet de la proposition de loi défendue par Dominique Potier est, en particulier, d’étendre les prérogatives de ces Safer.

« Atteintes au droit de propriété »

Les parlementaires en ont déjà récemment approuvé le principe. Plusieurs articles de la loi relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique, adoptée le 9 décembre 2016, portaient sur le contrôle des transactions foncières. Mais au nom d’« atteintes portées au droit de propriété ainsi qu’à la liberté d’entreprendre », 79 députés et 108 sénateurs de l’opposition ont saisi le Conseil constitutionnel, avec succès.

Sans se prononcer sur le fond, les juges constitutionnels ont vu dans ces dispositions anti-monopoles des « cavaliers législatifs », au motif qu’elles ne présentaient pas de lien, même indirect, avec les dispositions du projet de loi initial et les ont donc déclarées contraires à la Constitution. Ainsi, la majorité gouvernementale les présente de nouveau in extremis, assorties de mesures favorables à l’utilisation des dispositifs de biocontrôle – destinés à faire baisser le recours aux pesticides dans les campagnes françaises. Le débat devrait diviser la droite, car une partie de ses élus souhaitent, eux aussi, s’opposer à la métamorphose des terroirs.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet