Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 09:50

Six ans après la catastrophe nucléaire, le chantier du démantèlement de la centrale reste titanesque en raison de son son coût, de sa dangerosité et de sa complexité. Par Philippe Mesmer, envoyé spécial à Fukushima (Japon) le 11 mars 2017.

Eau contaminée stockée à Okuma près de Fukushima le 23 février. TOMOHIRO OHSUMI / REUTERS

Eau contaminée stockée à Okuma près de Fukushima le 23 février. TOMOHIRO OHSUMI / REUTERS

Ces défis font craindre de nouveaux retards dans le démantèlement de la centrale, déjà prévu pour durer quarante ans, et une augmentation des coûts. En novembre 2016, le gouvernement avait revu à la hausse l’enveloppe totale allouée à la résolution de la catastrophe, à 165 milliards d’euros, contre 91 auparavant.

Rassurer les populations

Autre enjeu : rassurer les populations. Désireux de relancer l’activité économique de Fukushima, le gouvernement investit massivement dans la décontamination. L’objectif est de ramener les niveaux d’exposition pour les populations à 1 millisievert par an – norme légale d’exposition au Japon comme en France –, ce qui devrait coûter 45 milliards d’euros.

Satisfait des résultats, le gouvernement a annoncé la levée, fin mars, de l’ordre d’évacuation pour quatre nouvelles municipalités, représentant 32 000 habitants. « Après, il ne restera que 2,5 % du ­territoire de Fukushima soumis à un ordre d’évacuation », souligne le ministre de la reconstruction, ­Masahiro Imamura.

Les autorités cherchent à attirer les investissements, notamment dans les énergies renouvelables et la robotique, et à relancer les activités traditionnelles, essentiellement la pêche et l’agriculture. Pour cela, elles ont mis en place un important réseau de vérification des niveaux de radiation des aliments, poissons, viande, fruits et légumes. Les normes ont été fixées à des niveaux bas, 100 becquerels par kilo, contre 1 000 par exemple en Europe.

« Nous traitons les produits des 50 municipalités, explique Kenji Kusano, directeur adjoint au Centre de technologie agricole installé à Koriyama (département de Fukushima). C’est obligatoire pour les professionnels. Chacun peut venir faire évaluer gratuitement ses produits. » Le centre gère onze machines de Canberra, une entreprise de fabrication d’instruments de détection et de mesure de la radioactivité, à 165 000 euros l’unité. D’autres sites de vérification sont en place dans le département.

Les produits ne sont pas tous traités de la même manière. La totalité de la production de riz, soit 10 millions de sacs de 30 kg chaque année, est contrôlée. Mais pour les pêches, par exemple, seuls des échantillons prélevés aux trois points de l’exploitation affichant les niveaux de radiations les plus élevés sont vérifiés.

Par souci de transparence, les informations sont mises en ligne sur un site traduit en plusieurs langues. A l’en croire, aucun produit n’a dépassé les normes en 2016, à l’exception de poissons de rivière et de plantes ramassées dans les montagnes.

Relancer les réacteurs

« Tout cela a été évalué positivement par l’AIEA [Agence internationale de l’énergie atomique] et la FAO [Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture] », souligne M. Imamura, qui juge par ailleurs « irrationnel » le maintien par certains pays et territoires de l’interdiction d’importer des produits de Fukushima.

Les efforts consentis passent également par un travail sur la perception du département. Des événements permettant la découverte et la dégustation des produits de Fukushima se multiplient à Tokyo. L’image du boys band Tokio est abondamment utilisée.

Il s’agit aussi, pour le gouvernement, de relancer les réacteurs nucléaires à l’arrêt. Sur 43, cinq l’ont déjà été. Le 8 mars, Hideo Kishimoto, le maire de Genkai (département de Saga, Sud-Ouest), a donné son accord pour celui des tranches 3 et 4 de la centrale installée sur sa commune. En janvier, l’Autorité de régulation du nucléaire avait estimé qu’elles répondaient aux normes mises en place après la catastrophe de Fukushima.

Pour autant, la mauvaise image du nucléaire, alimentée par les mensonges formulés par le secteur, perdure. Le secteur de la distribution juge toujours difficile de proposer des produits estampillés Fukushima. Et seulement 10 % des populations évacuées, essentiellement des personnes âgées, sont revenues dans les zones où l’ordre d’évacuation a été levé.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet