Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 17:25

Le 22 avril 2017, des milliers de chercheurs défileront dans plus de cinquante pays contre les mesures anti-climat de Donald Trump. Valérie Masson-Delmotte, climatologue et co-présidente d'un des 3 groupes de travail du GIEC, revendique le droit à une recherche sans entraves et en libre accès pour le public. La chercheuse soutient la Marche pour les sciences du 22 avril, à laquelle elle compte se rendre en famille, parents compris, parce que la société est directement concernée par l’affaiblissement généralisé de la recherche en France. Publié le 19 avril 2017 dans Politis.

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) — en anglais IPCC pour Intergovernmental Panel on Climate Change

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) — en anglais IPCC pour Intergovernmental Panel on Climate Change

Toutes proportions gardées avec ce que vivent les États-Unis, faut-il se préoccuper, en France, d’un possible revirement climato-sceptique ?

Valérie Masson-Delmotte : Certes, les affirmations surprenantes n’atteignent pas toutes le déni d’un Scott Pruitt, le nouveau directeur de l’Agence de protection de l’environnement états-unienne (EPA), qui ne reconnaît pas l’effet du CO2 sur le climat, ou d’un Trump déclarant par un tweet pendant sa campagne que le réchauffement était un canular ourdi par les Chinois. Mais on entend des propos totalement faux dans la bouche de personnages publics de très haut niveau dans de nombreux pays. Ainsi Poutine rapproche-t-il les dérèglements dans l’Arctique d’un phénomène naturel constaté dans les années 1920. C’est absurde, tout comme l’affirmation de François Fillon qui ne reconnaît à l’homme qu’une responsabilité partielle dans le réchauffement. Rien n’est jamais acquis, la vigilance s’impose.

Et puis Trump n’est pas le premier passé à l’action : Stephen Harper, Premier ministre canadien jusqu’en 2015, a censuré les chercheurs, employés fédéraux, qui n’avaient plus le droit de s’exprimer en public sur les questions climatiques qu’après avoir obtenu l’autorisation des services de la communication gouvernementale. Résultat : huit ans de quasi-silence !

Pour cette journée du 22 avril, il faut donc se mobiliser pour le climat, mais aussi pour une production libre des connaissances et leur libre accès pour le public.

Quelle est la portée réelle de la menace qui pèse sur la recherche climatique aux États-Unis ?

L’école de droit de l’université de Columbia, qui a installé un observatoire des décisions de l’administration Trump, montre que les préoccupations se concentrent sur le démantèlement de la politique réglementaire mise en place par Obama (plan énergie propre, programme pour l’efficacité énergétique, etc.), sur les recherches établissant les responsabilités du dérèglement climatique (rôle de certains gaz, de certains secteurs d’activités humaines) et sur l’adaptation aux conséquences du réchauffement. Certaines ressources scientifiques, dans ces domaines, ne sont plus disponibles publiquement. Existent-elles encore ?

Cependant, les inquiétudes les plus lourdes concernent l’examen du budget fédéral pour 2018, qui prévoit des coupes précises dans le budget de trois agences clés pour la recherche climatique : l’EPA, l’Observatoire météorologique national (NOAA) et la Nasa. Seraient affectés des programmes de mesure et de recherche sur le niveau des océans, la densité du plancton, le rôle des nuages dans le réchauffement, le comportement de la haute atmosphère, etc. Pour la Nasa, c’est un milliard de dollars qui seraient détournés de ces observations -terrestres !

Et l’abandon du financement de programmes internationaux risque de bloquer le développement de très gros outils comme les modèles numériques de climat, alors que d’énormes masses de données sont stockées sur des sites d’agences fédérales. Le Giec est par ailleurs financé à hauteur de 40 % par les États-Unis. Leur retrait de la scène internationale ne pourrait être pallié par aucun pays dans l’immédiat. Verra-t-on Trump interrompre la production de connaissances pour satisfaire un intérêt privé ? Une telle censure ne s’est jamais produite auparavant à Washington, tous gouvernements confondus. L’attitude des Républicains modérés, lors du vote du prochain budget, sera déterminante.

Les enjeux de la recherche et de l’éducation ont brillé par leur absence dans la campagne présidentielle française. Une motivation supplémentaire pour la mobilisation du 22 avril ?

Il y a deux mois, avec un groupe de chercheurs, nous avons fait parvenir aux candidats un questionnaire sur leurs intentions dans ce domaine. Seuls sept nous ont répondu, dont les principaux, à l’exception de Marine Le Pen. Et sur le point essentiel du budget de la recherche, parvenu à la limite du soutenable, ils ne s’engagent pas tous clairement sur l’objectif adopté par l’Union européenne en 2000 d’y consacrer 3 % du PIB. Par ailleurs, ces questions n’ont pas émergé lors des débats entre les candidats. Samedi, je n’irai donc pas marcher « contre Trump », mais pour une science reconnue et respectée pour son rôle dans la société, pour une recherche libre et ouverte sur le monde.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet