Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 09:03

Emmanuel Macron installe la culture managériale au plus haut niveau de l’État, en scellant une pensée unique néolibérale qui nie le besoin de respiration démocratique du pays. Par Erwan Manac’h et Nadia Sweeny le 24 mai 2017 pour Politis.

PHILIPPE WOJAZER/POOL/AFP

PHILIPPE WOJAZER/POOL/AFP

Nouveaux ministres, conseillers, candidats aux législatives : en apparence, l’attelage gouvernemental dessiné par Emmanuel Macron suit un équilibre subtil, bien qu’il tangue nettement à droite. La parité et la promesse de renouveler les visages ont été respectées. Et le trombinoscope fait émerger des personnalités apparemment conciliatrices, toutes excellentes dans leur domaine. Une dream team sans aspérités. « Emmanuel Macron a nommé des gens qui lui ressemblent », observe, enthousiaste, Élise Cadren, cadre de la fonction publique territoriale et formatrice auprès des élus. Le portrait-robot de l’homme ou de la femme de l’équipe Macron présente en effet les principaux traits du nouveau gardien de l’Élysée : un technocrate ayant zigzagué entre la haute fonction publique et la direction de grandes entreprises, pur produit de l’élitisme à la française, porteur d’une vision résolument libérale de l’économie.

Premier constat, tant au gouvernement qu’aux législatives, la France d’En marche ! est sociologiquement uniforme. La revue d’effectifs des 526 candidats macroniens aux législatives, menée notamment par l’hebdo Marianne, dénombre 90 % de CSP+, la catégorie sociale favorisée qui ne représente pourtant que 9,5 % de la population totale, selon l’Insee. Le CV des 11 personnalités « de la société civile » alignées au gouvernement se révèle également être celui de hauts gradés. Avec une solide expérience dans la haute administration. Et, si le nombre d’énarques est limité au gouvernement (Bruno Le Maire, Sylvie Goulard et Édouard Philippe), les anciens élèves de l’école sont en écrasante majorité parmi les conseillers. C’est l’autre trait marquant du renouveau macronien : il consacre des techniciens.

« Le gouvernement est composé comme un “staff technique”, une équipe de spécialistes », résume Élise Cadren. La compétence doit l’emporter sur les rapports de force politiques. En affaire comme en politique, c’est l’« efficacité » qui prime. Résultat, « on assiste à l’effacement de la frontière entre intérêt général, service public et intérêts particuliers », juge Paul Lagneau-Ymonet, sociologue des élites à Paris-Dauphine [1].

D’autant que les entreprises privées sont mieux représentées que jamais au cœur du pouvoir. Exemple avec le Premier ministre, Édouard Philippe, qui fut lobbyiste chez Areva et membre du conseil d’administration de Dexia de 2010 à 2014, à l’époque où la banque distribuait ses crédits « pourris » aux collectivités françaises. Ou encore Anne Clerc, sa cheffe de cabinet, qui était, depuis 2007, responsable du lobbying pour Accor, le premier groupe hôtelier français. Le secrétaire général de l’Élysée, Alexis Kohler, arrive tout droit de la direction financière de MSC, le numéro 2 mondial du fret maritime. Idem rue de Grenelle, au ministère du Travail, où l’ancienne directrice des ressources humaines de Danone et de Dassault Systèmes a été nommée ministre.

L’esprit de dialogue de Muriel Pénicaud est loué par la plupart de ceux qui l’ont eue comme interlocutrice. Elle est connue pour son attention à la prévention des risques psychosociaux et à la « responsabilité sociale des entreprises ». Mais son métier, en 2013, consistait à négocier un plan de départs volontaires détruisant 236 postes en France et 900 en Europe, alors que Danone affichait la même année 1,9 milliard d’euros de bénéfice.

La ministre du Travail a également déployé chez Danone le lean management, visant à maximiser les performances et les profits au prix d’une série de plans sociaux. Elle a ensuite endossé les habits d’une super lobbyiste, chargée de promouvoir les entreprises françaises à l’étranger, en dirigeant (depuis 2015) l’agence Business France, rattachée au ministère de l’Économie. Quant à son directeur de cabinet, Antoine Foucher, il a officié pendant quatre ans comme négociateur pour le Medef dans les organismes paritaires, avant de devenir à son tour lobbyiste en chef chez Schneider Electric. S’il appartenait au pôle « réformiste » de l’organisation patronale, ce spécialiste du « dialogue social » incarne, lui aussi, une vision patronale du travail.

Avec cette équipe, c’est la culture managériale qui prend les commandes, une culture qui n’a rien de nouveau mais n’avait jamais atteint un tel stade de pouvoir. « Ce “nouveau management public”, basé sur une pression de type gestionnaire, se propage dans les institutions depuis les années 1980, confirme Nadia Okbani, docteure en sciences politiques, spécialiste de l’institutionnalisation de l’évaluation des politiques. « La culture managériale ringardise les valeurs liées au service public et à l’intérêt général, les modes d’être et de faire non marchands, dès lors présentés comme dépassés, analyse Julie Gervais, politiste à Paris-I. Les politiques managériales renforcent les structures de commandement et le contrôle des agents publics, et réduisent leurs activités à une logique comptable. Cette culture se présente comme une “culture taille unique”, censée pouvoir s’appliquer à tous les univers sociaux, quels que soient les contextes nationaux. » Un pragmatisme jugé exempt d’idéologie.

« Sauf qu’en adoptant les “bonnes pratiques”, on importe aussi les objectifs auxquels elles sont effectivement adaptées, prévient Paul Lagneau-Ymonet. En copiant les méthodes des grandes entreprises, on importe leur manière de penser. Par exemple, la rentabilité dans les services publics plutôt que la qualité du service rendu aux usagers. » C’est là toute l’illusion de la dépolitisation sous couvert de pragmatisme.

Recrutant sur l’ensemble de l’échiquier politique, la République en marche semble appliquer la vision de Nicolas Sarkozy, pour qui, « dans l’économie, il n’y a pas d’idéologie ». « On essaye de nous faire croire qu’il n’y a pas d’idéologie, et que donc il n’y a pas d’alternatives, souligne Nadia Okbani. C’est un leurre qui risque de mener à l’uniformisation. » Sous couvert de réunir des « talents » au-delà des divisions partisanes, c’est le néolibéralisme à la méthode « start-uper » qui est consacré. La Silicon Valley a pignon sur rue à l’Élysée.

Dynamisme, innovation, optimisme et volonté de changer le monde en détruisant une partie de « l’ancien monde », tout y est_. La start-up est d’ailleurs le modèle par excellence de l’économie dite « disruptive », qualifiée par David Heinemeier Hansson, programmateur danois, de « permis de tuer », avec pour consigne : « courir vite et briser les entreprises »._ Remplacez « entreprises » par « politique » et vous obtenez En marche !. Certes, le changement n’est pas un mal en soi, mais, dans ce grand ménage, encore faut-il savoir où on va et s’assurer de certaines limites. Or, la caractéristique de la start-up est de n’en avoir aucune.

À la République en marche, tout s’organise autour de la figure emblématique d’Emmanuel Macron, laissant les organisations traditionnelles s’engoncer dans leurs luttes d’état-major. Pour être efficace, il faut être « le moins possible » à décider… Mais appliquer cette logique à un État démocratique pose la question de la concentration des pouvoirs et fait craindre une forme nouvelle d’autoritarisme.

Emmanuel Macron ne s’y trompe pas : il prône la réduction du nombre de parlementaires, un profilage de ses candidats aux législatives en fonction de critères de loyauté, un fonctionnement par ordonnances, et s’offre un gouvernement de personnalités opposées sur des thématiques essentielles, et dont le dernier à trancher sera lui-même… Tout cela accompagné d’un projet de gouvernance draconien : fin du système des grands corps et des cabinets ministériels, et vérification, là encore, de la « loyauté » des hauts fonctionnaires : « Je changerai ou confirmerai l’intégralité des postes de direction dans la fonction publique », a-t-il affirmé aux Échos le 24 avril dernier.

Macron l’Américain prépare un « spoil system » à la française – méthode américaine qui consiste à faire table rase des hauts fonctionnaires supposés dévoués au pouvoir précédent : l’appareil d’État est prié d’être aux ordres. Si, à chaque présidentielle, un certain nombre de hauts fonctionnaires ont été remplacés, rien de cette envergure n’avait été vu auparavant. Jusqu’à 700 postes sont concernés – le Président en annonce 250. « Il faudra observer à quel type d’administration il s’attaque, prévient Nadia Okbani. La Cour des comptes, par exemple, est une administration sensible, car son rôle est d’évaluer l’utilisation de l’argent public. Y toucher, c’est inquiétant. »

Emmanuel Macron s’attaque aux « corps intermédiaires » potentiellement porteurs de contestations, au sein de l’administration, mais aussi en dehors. Une « désintermédiation » caractéristique de l’ubérisation. Dans ce contexte, la communication est capitale et ultra-contrôlée : le nouveau Président a d’ailleurs décidé de verrouiller la presse en tentant d’imposer un choix de journalistes habilités pour le suivre lors de ses déplacements, prônant un « dialogue direct » avec les Français, honnissant les journalistes politiques – suspectés de participer à la « politicaillerie » –, leur préférant des journalistes spécialisés dans chaque domaine. Une entrave à la liberté de la presse qui a suscité une levée de boucliers dans le milieu : Reporters sans frontières et 25 sociétés de journalistes des plus grands médias ont écrit une lettre ouverte au Président, protestant contre cette mesure qui « ajoute à la confusion entre communication et journalisme, et nuit à la démocratie ». Emmanuel Macron se veut « jupitérien », du nom du dieu romain qui gouverne la Terre, le ciel et tous les autres dieux – et, d’après le Larousse, en a « le caractère impérieux et dominateur »

[1] Le Concert des puissants, François Denord & Paul Lagneau-Ymonet, éd. Raisons d’agir, 2016.

Partager cet article

Repost 1

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet