Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 18:05

La Commission européenne a décidé de relancer la procédure visant à autoriser à long terme le glyphosate, cette substance active de l’herbicide le plus vendu au monde. Par Alexandra Chaignon le 18 Mai 2017 pour l'Humanité. Lire d'abord L’Agence européenne des produits chimiques interpellée sur le dossier glyphosate et Une quarantaine d’ONG européennes lancent une initiative citoyenne contre le glyphosate, mais aussi Les juges de La Haye taillent Monsanto, La toxicité du Roundup connue de Monsanto depuis au moins 18 ans et Cancer au travail : la Commission européenne complice de l’industrie.

Un rapport d’un centre d’études dépendant de l’OMS a classé le glyphosate comme cancérigène probable. Photo : Sean Gallup/Getty images/AFP Forum

Un rapport d’un centre d’études dépendant de l’OMS a classé le glyphosate comme cancérigène probable. Photo : Sean Gallup/Getty images/AFP Forum

La controverse autour du glyphosate, la substance active de l’herbicide le plus vendu au monde, le Roundup (commercialisé par Monsanto), est loin d’être terminée. Mardi, les commissaires européens ont en effet donné leur accord pour « redémarrer les discussions avec les États membres sur un possible renouvellement de l’autorisation du glyphosate pour dix ans ».

Pour rappel, l’an dernier, la Commission européenne n’avait pas réussi à convaincre les États membres de renouveler la licence de l’herbicide qui arrivait à expiration en juin 2016. Faute de consensus entre les États membres – deux pays, la France et Malte avaient voté contre un renouvellement de l’autorisation et sept s’étaient abstenus, bloquant la décision –, Bruxelles avait alors décidé de la prolonger de dix-huit mois, dans l’attente d’un rapport de l’Agence européenne des produits chimiques (Echa). À la mi-mars, cette dernière a finalement écarté le risque cancérogène. C’est sur cette base que le collège des commissaires entend proposer aux États membres de renouveler son autorisation. « La Commission a pris en compte les dernières études scientifiques, en particulier la conclusion du comité d’évaluation des risques de l’Echa, confirmant que la substance active ne devrait pas être classée comme cancérogène », explique ainsi l’institution dans un communiqué.

Des études scientifiques qui inquiètent

Pour le député européen Verts Harald Ebner, « une nouvelle autorisation pour dix ans sans restriction montre le peu de respect pour l’initiative citoyenne » qui a été lancée contre le glyphosate. Ce mouvement citoyen, qui souhaite interdire la substance, réformer la procédure d’approbation des pesticides et instaurer des objectifs obligatoires de réduction dans l’utilisation des pesticides au sein de l’UE, a réuni près de 750 000 signatures en quatre mois.

Les eurodéputés socialistes Éric Andrieu et Marc Tarabella dénoncent eux aussi une décision aussi disproportionnée qu’inconséquente : « La Commission s’essuie carrément les pieds sur la santé de 500 millions d’Européens », s’insurgent-ils. De fait, le glyphosate fait l’objet de plusieurs études scientifiques dont les avis ont de quoi inquiéter. Avant l’avis de l’Agence européenne des produits chimiques, une étude réalisée par le Centre international de recherche contre le cancer (Circ), dépendant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), avait classé la substance comme « cancérigène probable ». « Au-delà de la santé des agriculteurs et des consommateurs, se pose la question du rôle même de l’exécutif européen dans cette affaire. La confiance aveugle de la Commission européenne et de son président dans l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et l’Agence européenne des produits chimiques a de quoi interroger », ajoutent les deux eurodéputés. En demandant un débat en session plénière et une audition au Parlement européen avec les différents acteurs. « Si nous n’obtenons pas une réponse satisfaisante de la Commission européenne, les socialistes et les démocrates à l’unanimité se sont accordés pour demander la création d’une commission d’enquête parlementaire ou d’une commission spéciale à ce sujet », précisent-ils.

En mars dernier, Michèle Rivasi, députée européenne Verts, se disait elle aussi prête à envisager « la possibilité de saisir la Cour de justice de l’Union européenne ». « Nous avons le droit de savoir comment les autorités européennes en viennent à dire qu’il n’est probablement pas cancérogène alors que l’OMS affirme le contraire. » L’eurodéputée pointait alors du doigt l’avis de l’Echa qui « se fonde sur les mêmes études non publiées de l’Efsa et dont les experts au sein du comité présentent des conflits d’intérêts notoires ».

« Cette proposition sera soumise au vote du Conseil européen avant l’été, précise Emmanuel Foulon, porte-parole du groupe socialiste belge au Parlement européen. La balle sera donc à nouveau dans le camp des États membres ! »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet