Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 18:00

Un collectif d’avocats considère que le projet de loi « renforçant la lutte contre le terrorisme et la sécurité intérieure », à l’ordre du jour du conseil des ministres le jeudi 22 juin, est une atteinte flagrante à l’État de droit, qui laisse le champ libre à l’exécutif au détriment du législatif et du judiciaire. Tribune publiée le 22 juin 2017 dans Le Monde.    Lire aussi Antiterrorisme : le gouvernement veut mettre l’état d’urgence dans le droit commun.

« En 2014, selon la Commission européenne, le budget de la justice française se classait à la 37e place sur 45  » (Photo: des soldats français en patrouille à Nice, le 4 février 2015). Lionel Cironneau/AP

« En 2014, selon la Commission européenne, le budget de la justice française se classait à la 37e place sur 45 » (Photo: des soldats français en patrouille à Nice, le 4 février 2015). Lionel Cironneau/AP

 « La situation était grave, mais qu’est-ce que cela prouvait ? Cela prouvait qu’il fallait des mesures encore plus exceptionnelles », écrivait Albert Camus dans La Peste. Dans quelques semaines, la locution état d’urgence ne devrait plus avoir lieu d’être. Il ne faut néanmoins pas s’en réjouir car les cassandres, si superbement ignorées, qui craignaient le pire, voient leurs prévisions les plus funestes se réaliser : dès le mois de janvier 2017, la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) s’inquiétait ainsi du risque d’« accoutumance » de la société française à cet état d’urgence.

Publié le 8 juin 2017, l’avant-projet de loi « renforçant la lutte contre le terrorisme », qui doit permettre, à terme, de lever l’état d’urgence en intégrant certaines dispositions exceptionnelles dans le droit commun, s’inscrit dans cette logique pernicieuse. Rappelons immédiatement quelques évidences.

Si nos sociétés sont démocratiques, ce n’est pas seulement grâce aux votes, mais aussi et surtout grâce à la séparation des pouvoirs : le législatif décide, l’exécutif agit et le judiciaire contrôle ce dernier. C’est cet équilibre précieux que le gouvernement fait vaciller aujourd’hui.

Des mesures instrumentalisées

Le pouvoir exécutif devient ainsi plus gros que le bœuf des fables de notre enfance. Le pouvoir législatif s’étiole, ne disposant plus du pouvoir d’impulsion et de création de la loi (les propositions de loi se retrouvent systématiquement retoquées). Contourné par le recours aux ordonnances, il devient en outre une chambre d’enregistrement, magie de l’alignement des calendriers électoraux. En parallèle, le pouvoir judiciaire ne dispose pas des moyens financiers de contrôle du pouvoir. En 2014, selon la Commission européenne, le budget de la justice française se classait à la 37e place sur 45. Et encore, les efforts budgétaires indéniables de 2016 et 2017 profitent bien plus à l’administration pénitentiaire.

Ce sont les moyens légaux du contrôle que l’on veut aujourd’hui supprimer. En confiant à l’administration le prononcé de mesures des plus attentatoires aux libertés publiques, on confie au loup la garde du troupeau. Par essence, pour des motifs éminemment compréhensibles d’efficacité, un pouvoir exécutif tend à empiéter sur ces libertés. Un policier veut pouvoir prolonger ses gardes à vue, un préfet veut pouvoir empêcher toutes les manifestations qui risquent de dégénérer, un ministre de l’intérieur veut pouvoir assigner à résidence. Cette tendance naturelle doit être contrebalancée par un pouvoir judiciaire fort qui dispose des moyens du contrôle (on a vu que ce n’était pas complètement le cas) et des possibilités légales du contrôle (que l’on veut aujourd’hui lui supprimer).

Si, au moins, la sempiternelle excuse de l’efficacité avait quelque pertinence. Depuis quasiment deux ans que les mesures permises par l’état d’urgence sont en place, on dispose d’assez de recul pour le savoir : elles ne mettent pas un terme aux attentats et ne permettent pas d’en éviter. Depuis le 22 juillet 2016 – selon les chiffres de suivi du Parlement – 590 perquisitions ont été ordonnées, 65 ont eu des suites judiciaires dont 25 pour des infractions à caractère terroriste.

En revanche, on connaît les conséquences avérées de cette pérennisation. Liberté de manifester, liberté de culte, liberté d’aller et de venir, liberté d’expression ont été et seront encore impactées. Nous avons tous constaté que les mesures de l’état d’urgence ont été instrumentalisées et détournées de la lutte contre le terrorisme pour stigmatiser certaines populations et viser des manifestants écologistes, des syndicalistes, ou encore pour combattre l’immigration clandestine.

M. Gérard Collomb, ministre de l’intérieur, présente un nouvel avatar d’un courant de pensée qui a démontré par le passé son caractère spécieux : la sécurité serait l’alpha et l’oméga de nos libertés. Nul besoin de grands discours pour comprendre qu’au quotidien l’impératif de sécurité est dévoyé et que nos libertés sont sacrifiées sur l’autel de ce dévoiement. En effet, l’équilibre que l’exécutif entend trouver entre « une nécessaire sécurité de nos concitoyens et la protection des libertés individuelles » n’est qu’un miroir aux alouettes.

Une censure à priori

Sinon comment expliquer que, depuis la loi sécurité et liberté de 1981, nos libertés aient en permanence régressé, toujours sous le prétexte du terrorisme, sans que celui-ci soit jugulé :

– Limites de plus en plus flagrantes à la liberté d’expression. A cet égard, il suffira de se reporter aux déclarations de Mme Theresa May et de M. Macron sur les nouveaux pouvoirs qu’ils veulent voir attribuer à Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft, ce qui revient, de fait, à restaurer une forme de censure a priori, alors que depuis 1881 on a toujours considéré comme une victoire de nos libertés que le contrôle de l’expression soit exercé a posteriori.

– Coups de canif dans la nécessaire vie privée des citoyens, à travers l’interconnexion des fichiers de données personnelles. Ce qui n’était qu’un cauchemar sorti des écrits de Philippe K. Dick devient une réalité quotidienne : Edvige (Exploitation documentaire et valorisation de l’information générale, fichier de police informatisé) et ses multiples avatars.

– Plus grave encore, aujourd’hui, on est prêt à sous-traiter des exécutions de Français. Jusqu’alors, la France s’était bornée à fermer les yeux ou à être complice des « goulags » de la CIA. Aujourd’hui, elle dresse ses propres kill lists de Français à l’intention de ses alliés qui acceptent de se salir les mains.

Ces mesures auront ainsi des conséquences quotidiennes lourdes pour notre pays. Dans les périodes de péril grave et imminent, il est compréhensible d’alléger le contrôle démocratique. Mais quand ce péril se pérennise, si des ajustements sont nécessaires, il ne saurait être question de bouleverser les principes fondateurs de notre État de droit.

Les signataires de cette tribune sont les avocats : Joseph Breham, Vincent Fillola, Laurence Greig, Marie-Pompéi Cullin, Raphaelle Guy, Julien Pignon, Noémie Saidi-Cottier, Safya Akorri, Eric Bernard, Khaled Elachi, Jean-Louis Jalady, Alice Loehr, Julie Février, Serdar Umut, Ingrid Metton, Benjamin Pitcho (membre du conseil de l’ordre de Paris), Calvin Job, Boris Rosenthal, Thomas de Gueltzl, Sophie-Anne Bisiaux.

Partager cet article

Repost 0
Published by Vert Lilas
commenter cet article

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet