Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

18 janvier 2018 4 18 /01 /janvier /2018 10:26

Le gouvernement installe un comité de pilotage sur la reconversion du site nucléaire, le plus vieux du parc. Sébastien Lecornu, secrétaire d’Etat, est chargé de déminer le dossier. L’arrêt d’autres centrales nucléaires durant le quinquennat est peu probable, malgré la volonté de Nicolas Hulot de disposer d’un calendrier clair de fermeture de réacteurs. L’Elysée et EDF semblent jouer la montre. D’après Pierre Le Hir le 17 janvier 2018 pour Le Monde.

La centrale nucléaire du Bugey, le 8 avril 2016 à Saint-Vulbas (Ain) qui a connu des incidents d’exploitation en juin dernier. PHILIPPE DESMAZES / AFP

La centrale nucléaire du Bugey, le 8 avril 2016 à Saint-Vulbas (Ain) qui a connu des incidents d’exploitation en juin dernier. PHILIPPE DESMAZES / AFP

C’était en juillet 2017. Nicolas Hulot, fraîchement nommé ministre de la transition écologique et solidaire, annonce sur RTL qu’il faudrait fermer « peut-être jusqu’à 17 réacteurs nucléaires » d’ici à 2025 pour faire descendre la part de l’atome dans la production électrique française à 50 %. Mais, début octobre, le ministre revient sur l’objectif de 2025, affirmant qu’il n’est pas tenable sans compenser la diminution du nucléaire par des centrales au gaz, qui émettent du CO2.

Alors que s’amorcent les discussions sur la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), il semble de plus en plus improbable que la France ferme d’autres réacteurs que Fessenheim pendant le quinquennat d’Emmanuel Macron.

La PPE doit dessiner la trajectoire énergétique de la France pour les dix prochaines années. Cette feuille de route, qui doit être arrêtée fin 2018, inclut par exemple les objectifs de développement des énergies renouvelables ou de réduction des gaz à effet de serre.

Mais ce sont les termes employés sur le futur des 58 réacteurs du parc nucléaire qui seront scrutés avec attention par tous les observateurs. Les premiers ateliers se sont conclus, mardi 16 janvier, sans détailler les perspectives de fermeture de réacteurs. Les ONG déplorent que n’aient été étudiés que les scénarios les plus favorables au nucléaire.

« Choisir ses batailles »

Pour Nicolas Hulot, cette PPE est pourtant une occasion rêvée de rendre concret l’engagement d’« enclencher la décrue du nucléaire ». « Il faudra dans la PPE avoir un calendrier précis, avec le nom des réacteurs qui vont fermer », a expliqué au Monde le ministre, pour qui « le nucléaire n’est pas forcément une énergie d’avenir ». Selon lui, EDF a désormais compris que l’objectif de 50 %, même décalé dans le temps, « n’était pas négociable ».

Pour le ministère, il y aura trois critères pour décider quels réacteurs seront ciblés : la sûreté, après avis de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), le rendement économique, et le volet social. « Il faut prendre le temps de la concertation, discuter avec EDF, avec les syndicats, il ne faut pas faire les choses brutalement », estime le ministre.

« C’est un exercice difficile », reconnaît M. Hulot, conscient des réticences, aussi bien chez EDF qu’au sein du gouvernement. « S’il n’était pas au gouvernement, on serait reparti pour la construction de deux EPR », assure un très proche du ministre.

C’est peu dire que le scepticisme de Nicolas Hulot sur le nucléaire ne fait pas l’unanimité dans l’exécutif. Si, pendant la campagne, Emmanuel Macron s’était clairement engagé à diminuer la part du nucléaire, il estimait, en même temps, qu’il s’agissait d’« une énergie d’avenir ». Surtout, le président a depuis répété que la priorité était de lutter contre le changement climatique – avant donc de diminuer la part du nucléaire, qui n’émet pas de CO2. « Il faut choisir ses batailles (…). Si je ferme demain une centrale nucléaire en plus, ce n’est pas vrai que je peux la remplacer par du renouvelable », prévenait-il sur France 2, le 17 décembre 2017.

Orientations pas forcément incompatibles

A l’Elysée, on explique que ces orientations ne sont pas forcément incompatibles. Mais qu’il faut commencer par un développement massif des énergies renouvelables et par la fermeture des quatre dernières centrales à charbon françaises avant de se poser la question du nucléaire. « On ira bien à 50 % de nucléaire, et il y aura des fermetures de réacteurs. Mais les trajectoires doivent être réalistes tant d’un point de vue climatique qu’économique », défend-on à l’Elysée, où l’on évoque des scénarios de fermeture de réacteurs entre 2030 et 2040.

« Ça n’aurait pas de sens de donner dès maintenant une liste de centrales à fermer », ajoute-t-on. D’autant que l’exécutif cherche aussi à préserver l’équilibre économique d’EDF, mis à mal par sa dette importante et par les difficultés du parc nucléaire. Autrement dit : il n’y aura pas d’engagement clair à fermer des réacteurs tant que la voie ne sera pas tracée pour un déploiement beaucoup plus important des énergies renouvelables.

Un scénario qui sera probablement jugé insuffisant par les mouvements écologistes, qui ont accueilli avec sévérité le report de l’objectif de 50 %. « Si on veut envoyer un signal positif pour le développement des énergies renouvelables, il faut annoncer des fermetures de centrales, prévient Cyril Cormier de Greenpeace France. Sinon, personne n’y croira ».

Doubler le nombre d’éoliennes

A titre d’exemple, l’éolien ne représente aujourd’hui que 4 % de la production électrique française, et la France ne compte aucune éolienne en mer. Pour diminuer à 50 % la production de nucléaire en 2030, il faudrait plus que doubler le nombre d’éoliennes aujourd’hui implantées sur le territoire et quintupler les efforts sur le solaire, selon les données de RTE, le gestionnaire du réseau de transport d’électricité.

L’objectif de démultiplier les efforts sur les renouvelables est, lui, largement partagé au sein de l’exécutif. Nicolas Hulot, qui porte avec vigueur ce dossier, a vertement incité EDF à se mobiliser. L’électricien a fait bonne figure en annonçant, en décembre 2017, un plan solaire conséquent, semblant répondre directement aux injonctions du ministre.

Mais, en interne, on se dit confiant sur le fait qu’aucune nouvelle fermeture de réacteur ne sera engagée rapidement. « Nos propositions pour la PPE, c’est de poursuivre nos réacteurs jusqu’à 50 ans, et pour certains au-delà », explique ainsi un dirigeant d’EDF.

Une grande partie du parc nucléaire français va atteindre quarante ans de fonctionnement dans les années 2019-2025, et il appartiendra à l’Autorité de sûreté de dire à quelles conditions ces centrales peuvent être prolongées sans danger. Cet avis de l’ASN est d’autant plus crucial que M. Macron a répété qu’il s’appuierait sur lui pour décider quels réacteurs fermer. Il devait initialement être rendu en 2018 mais il a été repoussé à 2021. Juste avant la fin du quinquennat.

Partager cet article

Repost0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

Les Lilas Ecologie en campagne

Le gouvernement abandonne Europacity, pas l’artificialisation des terres agricoles

Il faut stopper EuropaCity - marche citoyenne de Gonesse à Matignon 4 et 5 octobre

Aux Lilas, les citoyens s’unissent pour produire de l’électricité verte

Les promoteurs, les arbres et la cité - lettre ouverte à BNP Paribas

Toxic Tour de Pantin à Romainville dimanche 16 juin 2019

Une Biorégion Ile-de-France résiliente en 2050

Merci aux 1779 Lilasiennes et Lilasiens qui ont voté " Pour le climat, tout doit changer ! "

Pollution de l’air dans les écoles et crèches franciliennes

Volonté politique de créer une régie publique de l’eau à Est Ensemble, mythe ou réalité ?

À la base … un revenu ?

Balade naturaliste Parcs de la Corniche des Forts et abords de la forêt de Romainville le 9 mars 2019 à 11h

La forêt de Romainville, un enjeu écologique et politique

La Forêt passe à l'attaque !

Plâtre et béton sur la Corniche

Agir ensemble pour les Coquelicots le 7 décembre

Marche pour le climat, Défendons la forêt de la Corniche des Forts

Destruction des océans, sur-pêche, pêche électrique... avec Bloom mardi 20 novembre

À Romainville, les habitants défendent une forêt sauvage contre une base de loisirs régionale

Marches pour le climat et la biodiversité 13 et 14 octobre

Les amis des coquelicots étaient bienvenus...

Amis des coquelicots, agissons ensemble vendredi 5 octobre à 18H30

La forêt urbaine de la Corniche des Forts - une chance unique à nos portes

Mobilisation citoyenne à la marche pour le climat samedi 8 septembre à Paris

Un coup de pouce Vert pour les Électrons solaires ! 

Le collectif Eau publique des Lilas invite au dialogue le 21 mars

Entre le nucléaire et la bougie, il y a l’intelligence - du 10 au 18 mars aux Lilas

En Ile de France, les énergies renouvelables citoyennes ont le vent en poupe...

Le Syctom a organisé une concertation réservée aux sachants – et après ?

Une enquête publique sur le PLU des Lilas… qui change la donne !

Une victoire pour l'eau publique en Île-de-France

L’eau publique, c’est maintenant !

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet