Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

25 janvier 2018 4 25 /01 /janvier /2018 09:08

Auteur et réalisateur de documentaires, Guillaume Coudray enquête depuis plusieurs années sur l’industrie des charcuteries nitrées. « Cochonneries : comment la charcuterie est devenue un poison » est publié aux Editions la Découverte. Son ouvrage révèle les dessous de ce scandale, dont les premières victimes sont les populations les plus modestes. Entretien par Alexandra Chaignon le 24 janvier 2018 pour l’Humanité. Lire aussi De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !, La viande au menu de la transition alimentaire et Cantines scolaires : deux fois trop de viande dans les assiettes.

Les nitrites de sodium accroissent les volumes et font baisser les prix, tout en donnant un aspect appétissant. Cecilia Garroni Parisi/Rea

Les nitrites de sodium accroissent les volumes et font baisser les prix, tout en donnant un aspect appétissant. Cecilia Garroni Parisi/Rea

On parle de « salaison accélérée » ou de « salaison chimique ». Qu’est-ce que ce procédé ?

Guillaume Coudray Ce processus repose sur une famille d’additifs à base d’azote. Le plus ancien est le nitrate de potassium, également appelé salpêtre. L’autre est le nitrite de sodium. Ces additifs présentent plusieurs avantages pour les industriels : ils permettent d’accélérer le processus de production, qui normalement demande de longues périodes de maturation (réduit de neuf mois à quatre-vingt-dix jours pour un jambon cru), d’allonger le délai de conservation en rayon (il ne serait que d’une quinzaine de jours sinon) et, enfin, de donner facilement une jolie coloration rouge rosé. Pour résumer, ces additifs diminuent les pertes, accroissent les volumes et font baisser les prix, tout en donnant un aspect appétissant. Ce sont vraiment des additifs « miracles » pour l’industrie.

À quand remonte l’utilisation massive de ces additifs ?

Guillaume Coudray Les premières traces écrites d’usage de salpêtre (nitrate de potassium) remontent au XVIe siècle. On y vante ses effets sur la viande comme une astuce pour lui donner une couleur rouge. Mais c’est encore un usage anecdotique. Ces additifs se généralisent vraiment aux États-Unis dans la seconde moitié du XIXe siècle, sous la pression des meatpackers, les premiers charcutiers industriels, qui inventent le travail à la chaîne. À cette époque, la population des villes augmente en raison de l’exode rural. Il faut donc apporter de plus en plus de nourriture dans les zones urbaines. Les produits nitrés permettent de répondre à cette demande en produisant toute l’année des charcuteries à très bas coût. Et peu à peu, ces charcuteries accélérées envahissent le marché mondial. Un nouveau palier est franchi dans les années 1920, avec l’utilisation du nitrite de sodium, plus rapide encore que le salpêtre. En France, les autorités ont d’abord été réticentes à utiliser ce procédé, qu’elles considéraient dangereux et frauduleux. Mais en 1964, elles finissent par céder pour, comme il est écrit dans les rapports officiels, « préserver la compétitivité de la charcuterie française vis-à-vis des productions étrangères ». L’autorisation a été accordée sous l’impulsion d’Edgard Pisani, alors ministre de l’Agriculture. J’ai retrouvé des documents dans les archives du ministère qui sont accablants : les industriels y expliquent que ce procédé va leur permettre de quadrupler leur production…

Depuis quand sait-on que la charcuterie traitée au nitrate de potassium ou au nitrite de sodium est dangereuse ?

Guillaume Coudray Dès le début du XXe siècle, les médecins hygiénistes français ont émis des soupçons vis-à-vis de ces produits. Mais les premières alertes sont apparues plus tard. Au cours des années 1960, les cancérologues ont commencé à comprendre que l’utilisation d’additifs nitrés augmentait la fréquence des tumeurs cancéreuses. Lors de la digestion ou même dès la fabrication, les nitrites peuvent faire apparaître d’autres substances, les nitrosamides et les nitrosamines, qui sont cancérogènes. Par la suite, les scientifiques ont compris que les additifs nitrés donnent lieu à un troisième composé cancérogène, appelé « fer nytrosylé ». En d’autres termes, les composés nitrés activent le pouvoir cancérogène du fer contenu dans la viande. Les études épidémiologiques montrent aujourd’hui que les charcuteries provoquent un des cancers les plus répandus des pays développés : le cancer colorectal. C’est ce risque qui a été dénoncé par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ), en 2015.

On ne trouve pourtant ces additifs qu’en petite quantité…

Guillaume Coudray Il faut comprendre que ce n’est pas le nitrate et le nitrite qui sont eux-mêmes cancérogènes. Mais une fois injectés dans la viande, ils peuvent donner naissance aux trois molécules cancérogènes que je viens d’évoquer. Ces nitro-composés sont dangereux même à très faible dose.

Peut-on évaluer le nombre de personnes concernées par cette maladie ?

Guillaume Coudray C’est l’un des cancers les plus répandus. Les plus touchés sont les plus pauvres. Ce sont eux qui consomment les produits les plus nitrités. Au rayon libre-service des supermarchés, un ménage modeste achète deux fois plus de charcuterie qu’un ménage aisé. Mais il est aujourd’hui difficile de trouver des chiffres détaillés qui montrent la réalité des inégalités de consommation. Une discrétion qui colle bien avec les mensonges de la filière, qui préfère scander que « la consommation moyenne quotidienne des Français est inférieure à 50 g par jour », tout en faisant croire qu’en deçà, il n’y aurait pas de risque. L’OMS dit précisément le contraire : chaque portion de 50 g de charcuterie fait bondir de 18 % le risque d’être atteint d’un cancer colorectal ! L’OMS dit bien qu’elle n’est pas capable d’établir de dose en deçà de laquelle il n’y a pas de risque de développer un cancer. Insister sur la « moyenne » est fallacieux : en réalité, ceux qui consomment effectivement des charcuteries en mangent souvent des quantités bien plus importantes que ladite « moyenne ». Les gros consommateurs sont les agriculteurs, les ouvriers ! Je vous laisse deviner quels sont les milieux sociaux les plus accueillis dans les services d’oncologie digestive des hôpitaux français…

Est-il possible de faire sans ?

Guillaume Coudray Tout à fait. De nombreux producteurs s’en passent. Les fabricants de jambon de Parme l’ont prouvé en renonçant en 1993 à l’usage du nitrite et du nitrate. Ils sont retournés aux procédés traditionnels, à une méthode de fabrication plus lente qui laisse apparaître le pigment naturel. Mais supprimer le nitritage implique d’adapter les méthodes de travail : il faut plus d’employés, réviser les processus de fabrication et les machines, suivre des règles d’hygiène plus contraignantes, interdire l’utilisation de viande de qualité douteuse. Il faut travailler une matière première de meilleure qualité, ce qui impose de mieux rémunérer les éleveurs. Les fabricants qui renoncent aux additifs nitrés utilisent généralement du cochon qui a entre 12 et 18 mois, contre 6 mois dans les grandes industries charcutières. Il s’agit donc de transformer les modes de fabrication pour aller vers des productions plus locales, plus raisonnables, plus vertueuses. En somme, il faut réformer la filière. Y a-t-il le choix ? On peut penser qu’à force de faire des cochonneries nitrées, les gens n’en voudront plus. Je crois plutôt que la filière ne changera pas de méthode tant qu’elle n’y sera pas forcée par les autorités sanitaires.

Quels arguments, justement, oppose la filière pour continuer à utiliser le nitritage, alors même que sa toxicité est prouvée ?

Guillaume Coudray Pour les distributeurs et les fabricants, supprimer le nitritage, cela veut dire diminuer la durée de conservation tout en allongeant les délais de fabrication. Par ailleurs, les services marketing des fabricants s’y opposent car, sans lui, le jambon de Paris, les knacks et autres lardons ne seront plus roses, mais blancs ou gris. C’est risquer de vendre beaucoup moins car la couleur rose donne au consommateur l’illusion de la fraîcheur. Comme pour le glyphosate, ils répètent que, sans nitrites la filière s’effondrera, que ces additifs sont indispensables « pour protéger le consommateur ». Or, voyez le cas des 160 producteurs de jambon de Parme qui depuis vingt-cinq ans ont arrêté tout additif nitré. Ils vendent chaque année 9 millions de jambons sans avoir jamais connu aucun problème de botulisme (une grave maladie neurotoxique), que les industriels agitent comme un épouvantail.

Selon les industriels, les additifs nitrés seraient en effet l’unique moyen de combattre le botulisme…

Guillaume Coudray Le risque de botulisme a été brandi par les charcutiers industriels américains à la fin des années 1960, avant d’arriver en France. C’est une défense fabuleuse : on fait croire aux consommateurs que les nitrites servent à les protéger. Il y a tromperie, encore une fois : quand on enquête dans les archives, on s’aperçoit que tous les experts le disent : les causes du botulisme, c’est l’absence de soins et la viande avariée, et non pas l’absence de nitrites ! Les industriels n’hésitent pas non plus à réinventer l’histoire : ils jurent que ces additifs sont utilisés depuis des millénaires et qu’aucun charcutier n’a jamais pu s’en passer.

Le bio est-il garant d’une charcuterie sans nitrites ni nitrates ?

Guillaume Coudray Même pas. Et c’est aussi un scandale que la réglementation bio autorise leur utilisation. Pour trouver de la charcuterie sans additif, il faut lire les étiquettes. En cherchant bien, on trouve aujourd’hui du saucisson et du jambon sans nitrates ni nitrites.

Les autorités ne participent-elles pas, elles aussi, à cette vaste supercherie ?

Guillaume Coudray Ce n’est pas aux consommateurs de résoudre ce problème, mais aux autorités sanitaires. Et en premier lieu l’Efsa (Autorité européenne de sécurité des aliments), qui continue à autoriser ces dangereuses molécules. Connue pour les conflits d’intérêts qui règnent en son sein, cette agence européenne pourrit le débat scientifique. Au lieu de protéger les consommateurs, l’Efsa semble avoir choisi de protéger l’industrie charcutière.

Nitrites et désinformation

Sur le site Connaissezvosnitrites.com, on apprend tout sur le nitrite de sodium. Et en particulier ses nombreux « avantages » d’un point de vue sanitaire, défendus par des « experts ». On y parle ainsi de son rôle dans la lutte contre le botulisme… Le site explique que le nitrite « renforce la salubrité des aliments en bloquant la croissance des bactéries Clostridium botulinum ». En somme, un vibrant plaidoyer pour ces additifs… plébiscité par le lobby canadien des viandes nitrées, via le Conseil des viandes du Canada, qui a justement… réalisé ce site ! Un bel exemple de désinformation.

Partager cet article

Repost0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

Les Lilas Ecologie en campagne

Le gouvernement abandonne Europacity, pas l’artificialisation des terres agricoles

Il faut stopper EuropaCity - marche citoyenne de Gonesse à Matignon 4 et 5 octobre

Aux Lilas, les citoyens s’unissent pour produire de l’électricité verte

Les promoteurs, les arbres et la cité - lettre ouverte à BNP Paribas

Toxic Tour de Pantin à Romainville dimanche 16 juin 2019

Une Biorégion Ile-de-France résiliente en 2050

Merci aux 1779 Lilasiennes et Lilasiens qui ont voté " Pour le climat, tout doit changer ! "

Pollution de l’air dans les écoles et crèches franciliennes

Volonté politique de créer une régie publique de l’eau à Est Ensemble, mythe ou réalité ?

À la base … un revenu ?

Balade naturaliste Parcs de la Corniche des Forts et abords de la forêt de Romainville le 9 mars 2019 à 11h

La forêt de Romainville, un enjeu écologique et politique

La Forêt passe à l'attaque !

Plâtre et béton sur la Corniche

Agir ensemble pour les Coquelicots le 7 décembre

Marche pour le climat, Défendons la forêt de la Corniche des Forts

Destruction des océans, sur-pêche, pêche électrique... avec Bloom mardi 20 novembre

À Romainville, les habitants défendent une forêt sauvage contre une base de loisirs régionale

Marches pour le climat et la biodiversité 13 et 14 octobre

Les amis des coquelicots étaient bienvenus...

Amis des coquelicots, agissons ensemble vendredi 5 octobre à 18H30

La forêt urbaine de la Corniche des Forts - une chance unique à nos portes

Mobilisation citoyenne à la marche pour le climat samedi 8 septembre à Paris

Un coup de pouce Vert pour les Électrons solaires ! 

Le collectif Eau publique des Lilas invite au dialogue le 21 mars

Entre le nucléaire et la bougie, il y a l’intelligence - du 10 au 18 mars aux Lilas

En Ile de France, les énergies renouvelables citoyennes ont le vent en poupe...

Le Syctom a organisé une concertation réservée aux sachants – et après ?

Une enquête publique sur le PLU des Lilas… qui change la donne !

Une victoire pour l'eau publique en Île-de-France

L’eau publique, c’est maintenant !

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet