Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

8 mars 2018 4 08 /03 /mars /2018 09:08

Malgré un hiver « normal », le littoral français continue à reculer alors que les premières évacuations ont débuté il y a 5 ans. A Lacanau, les autorités étudient l’option du « repli stratégique » et de la relocalisation d’une partie des habitants, qui constituerait une première en France. D’après Patricia Jolly le 6 mars 2018 pour Le Monde. Lire aussi Le sable de la discorde en baie de Lannion.

Plus de 650 km de côtes en recul

Plus de 650 km de côtes en recul

Le bilan que l’Observatoire de la côte aquitaine (OCA) a rendu public, le 1er mars, est rédigé en termes faussement rassurants. L’hiver 2017-2018 a été jusqu’ici « normal », estime-t-il, et les marées à fort coefficient du début du mois ne devraient éroder le littoral aquitain que dans des « proportions » couramment observées en cette saison. Mais les remarques de cet organisme, qui scrute l’évolution morphologique des côtes de la région depuis plus de vingt ans, soulignent une relative accalmie plutôt qu’ils n’incitent à l’optimisme.

Submersion marine, abaissement du niveau des plages, grignotage des dunes et effondrement des falaises… Sous les coups de boutoir des éléments parfois amplifiés par le changement climatique, le « trait de côte » – limite maximale atteinte par la mer sur le rivage dans des conditions météorologiques normales ou extrêmes – recule en effet inexorablement. Selon le ministère de la transition écologique et solidaire, 26 kilomètres carrés de territoire métropolitain ont ainsi disparu entre 1949 et 2005, soit l’équivalent de 3 100 terrains de rugby.

« Deuxième région littorale la plus attractive en France, la côte aquitaine est aussi la deuxième façade métropolitaine la plus affectée par l’érosion », note Vital Baude, conseiller régional Europe Ecologie-Les Verts et délégué au littoral de la région Nouvelle-Aquitaine. Sur ses 240 km de côtes sableuses qui courent de l’estuaire de la Gironde à l’embouchure de l’Adour, le recul atteint en moyenne 1,70 m à 2,50 m par an, selon un rapport de l’OCA de décembre 2016. Certains épisodes hivernaux sont plus impressionnants : les tempêtes qui ont frappé la France le 28 décembre 2017, puis le 1er et le 4 janvier, ont provoqué localement un recul pouvant atteindre

Le retrait général de la côte sableuse sur le littoral aquitain devrait être « d’environ 20 m d’ici 2025 et même davantage par la suite selon la puissance des vagues et la fréquence des tempêtes », prévient Cyril Mallet, ingénieur en risques côtiers au Bureau de recherches géologiques et minières et chef de projet littoral pour l’OCA. Ces estimations pourraient même être revues à la hausse, car le changement climatique favorise la montée du niveau de l’océan qui se conjugue aux phénomènes d’érosion.

La protection des dunes par une méthode active dite « douce », en installant des palissades de bois et en déposant des branchages afin d’empêcher le sable de s’envoler et les gens de les piétiner, est plus que jamais de mise. Mais il faut aussi assurer celle des biens et des personnes. Or l’Insee estime que les 26 départements littoraux métropolitains devraient concentrer 43 % de la croissance démographique de la France métropolitaine d’ici 2040, avec près de 4 millions de nouveaux résidents.

Dans cette optique, le groupement d’intérêt public Littoral aquitain – adossé à l’OCA – a mis en place en 2012 une stratégie régionale de gestion du trait de côte et a invité chaque collectivité concernée à esquisser un plan pour prévenir l’érosion et préparer le déplacement des populations vers l’intérieur des terres sans tarder.

A Soulac-sur-Mer (Gironde), les vagues ont détruit le bâtiment du club de surf local, le 6 janvier 2014. JEAN-PIERRE MULLER - AFP

A Soulac-sur-Mer (Gironde), les vagues ont détruit le bâtiment du club de surf local, le 6 janvier 2014. JEAN-PIERRE MULLER - AFP

Un travail de Sisyphe

Née au début du XXe siècle et développée dans les années 1960-1970 par la mission interministérielle pour l’aménagement de la côte aquitaine, la commune de Lacanau n’a, aujourd’hui, quasiment plus de plage à marée haute l’hiver. Elle ne s’est pas fait prier pour coopérer. Les dépressions météorologiques qui se sont succédé durant l’hiver 2013-2014 ont particulièrement affecté son front de mer, le trait de côte ayant reculé de 10 à 20 m par endroits. Le mauvais temps a détruit les enrochements érigés en rempart contre les vagues, tranche par tranche, depuis la fin des années 1970 et jusqu’au milieu des années 1990.

« Ça a été le cadeau empoisonné de mon début de mandat », se souvient Laurent Peyrondet, maire (MoDem) de Lacanau depuis 2014. La réfection de l’ouvrage et la restructuration des accès à la plage, entreprises dès le printemps 2014 grâce à une procédure d’urgence, ont coûté 3,5 millions d’euros financés aux trois quarts par la commune.

« Ce mur est solide mais ne suffira pas à nous protéger jusqu’en 2040 », prédit l’élu, conscient que pour gérer le risque local d’ici à 2100, deux scénarios principaux s’offrent désormais. Soit poursuivre une « lutte active et dure » contre l’océan en continuant à renforcer le front de mer par des enrochements et des apports réguliers de sable – un travail de Sisyphe. Soit se résoudre à « relocaliser ».

Comme quatre autres communes pilotes de la côte aquitaine, Lacanau étudie donc l’option du « repli stratégique », qui constituerait une première en France. « Le ministère parle plutôt aujourd’hui de recomposition spatiale, précise Martin Renard, responsable de l’urbanisme à la mairie. Car il ne s’agit pas de reconstruire plus loin à l’identique, mais de repenser l’aménagement du territoire afin d’équilibrer l’économie. »

« Actions sans regrets »

La station balnéaire a défini son « périmètre vulnérabilité » : 1,3 km de bande côtière sur 200 à 300 m de large concentre 20 % des résidences secondaires et la majorité des activités commerciales du secteur. La valeur des 1 200 logements et de la centaine de commerces sis sur la zone a été estimée à 302 millions d’euros. « Mais en l’état actuel du droit, il faudrait au moins 300 millions d’euros supplémentaires pour gérer la relocalisation des biens concernés », calcule M. Renard. Un débours impossible pour ce gros bourg de 5 000 habitants – 50 000 en été –, au budget annuel de 20 millions d’euros.

« Nous sommes au bout de nos capacités de réflexion et de financement, poursuit M. Renard. Les réponses à nos questions sont désormais du ressort de l’Etat et même de l’Europe. Il faut faire évoluer le cadre juridique. » Et convaincre tous les administrés.

Pour Alain Crombez, président de l’Association des propriétaires et des locataires de Lacanau-Océan, le scénario de relocalisation est trop « sévère ». « On paie aujourd’hui la façon dont la mission interministérielle pour l’aménagement de la côte aquitaine, donc l’Etat, a développé la station balnéaire dans les années 1960-1970, rappelle-t-il. A lui de nous aider à entretenir et à maintenir les protections existantes. »

M. Crombez souhaite également que la métropole bordelaise mette la main à la poche. Distante d’à peine plus de 40 kilomètres de la capitale de la Gironde, Lacanau-Océan est en effet la plage de Bordeaux qui « sature », explique-t-il. Le débat sur la surfréquentation et l’éventuel « repli » n’empêchera pourtant pas le démarrage imminent d’un projet de construction de 15 appartements sur le front de mer. « Les permis de construire ont été délivrés en 2013 alors que la législation le permettait encore », plaide M. Peyrondet. Depuis 2017, s’il prévoit encore le développement économique « a minima et en fonction des besoins », le plan d’urbanisme de Lacanau n’autorise plus que l’édification d’installations « temporaires et à caractère réversible ».

Faute de pouvoir réellement arbitrer pour l’heure, la municipalité envisage de s’« adapter » au travers d’« actions sans regrets ». Comme faire reculer les parkings pour rendre l’espace à la nature. Le Surf Club de Lacanau, installé depuis 1968 près du rivage, n’est pas opposé à quelques ajustements. « Compte tenu de l’érosion, avoir une maison de la glisse les pieds dans l’eau est devenu un luxe, concède son président, Laurent Rondi, qui participe aux concertations. Faire quelques centaines de mètres planche sous le bras ne nous empêcherait en rien de fonctionner. »

Partager cet article

Repost0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

Les Lilas Ecologie en campagne

Le gouvernement abandonne Europacity, pas l’artificialisation des terres agricoles

Il faut stopper EuropaCity - marche citoyenne de Gonesse à Matignon 4 et 5 octobre

Aux Lilas, les citoyens s’unissent pour produire de l’électricité verte

Les promoteurs, les arbres et la cité - lettre ouverte à BNP Paribas

Toxic Tour de Pantin à Romainville dimanche 16 juin 2019

Une Biorégion Ile-de-France résiliente en 2050

Merci aux 1779 Lilasiennes et Lilasiens qui ont voté " Pour le climat, tout doit changer ! "

Pollution de l’air dans les écoles et crèches franciliennes

Volonté politique de créer une régie publique de l’eau à Est Ensemble, mythe ou réalité ?

À la base … un revenu ?

Balade naturaliste Parcs de la Corniche des Forts et abords de la forêt de Romainville le 9 mars 2019 à 11h

La forêt de Romainville, un enjeu écologique et politique

La Forêt passe à l'attaque !

Plâtre et béton sur la Corniche

Agir ensemble pour les Coquelicots le 7 décembre

Marche pour le climat, Défendons la forêt de la Corniche des Forts

Destruction des océans, sur-pêche, pêche électrique... avec Bloom mardi 20 novembre

À Romainville, les habitants défendent une forêt sauvage contre une base de loisirs régionale

Marches pour le climat et la biodiversité 13 et 14 octobre

Les amis des coquelicots étaient bienvenus...

Amis des coquelicots, agissons ensemble vendredi 5 octobre à 18H30

La forêt urbaine de la Corniche des Forts - une chance unique à nos portes

Mobilisation citoyenne à la marche pour le climat samedi 8 septembre à Paris

Un coup de pouce Vert pour les Électrons solaires ! 

Le collectif Eau publique des Lilas invite au dialogue le 21 mars

Entre le nucléaire et la bougie, il y a l’intelligence - du 10 au 18 mars aux Lilas

En Ile de France, les énergies renouvelables citoyennes ont le vent en poupe...

Le Syctom a organisé une concertation réservée aux sachants – et après ?

Une enquête publique sur le PLU des Lilas… qui change la donne !

Une victoire pour l'eau publique en Île-de-France

L’eau publique, c’est maintenant !

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet