Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

14 mars 2018 3 14 /03 /mars /2018 10:33

Dans cette étude publiée mercredi 14 mars, l'ONG WWF s'inquiète des effets catastrophiques du changement climatique sur la biodiversité. Et appelle une nouvelle fois à sortir d'urgence des énergies fossiles pour tenter d'enrayer le phénomène. D’après Audrey Garric pour Le Monde le 14 mars 2018. Lire Alors que les contentieux sur le climat se multiplient dans le monde, la Constitution pourrait intégrer le défi climatique, Un budget qui fait fi des engagements écologiques du gouvernement et Les émissions de gaz à effet de serre augmentent en France, en contradiction avec nos engagements climatiques, mais aussi Appel : bientôt il sera trop tard… Que faire à court et long terme ? et Réchauffement climatique : la bataille des 2 °C est presque perdue...

« La nature face au choc climatique » : la moitié des espèces des régions les plus riches en biodiversité menacées d’extinctions

Il y avait déjà la destruction et la fragmentation de l’habitat, sous l’effet de l’agriculture, de l’élevage ou de l’exploitation forestière, la chasse et le braconnage, les maladies et les pollutions. Dorénavant, au-dessus de ces menaces, s’ajoute le péril du changement climatique.

En témoigne une étude réalisée par le Fonds mondial pour la nature (WWF) et les universités d’East Anglia (Royaume-Uni) et James-Cook (Australie), dont les résultats sont publiés dans la revue Climatic Change mercredi 14 mars ainsi que dans un rapport intitulé « La nature face au choc climatique ». Les constats sont sans appel : si le réchauffement planétaire se poursuit jusqu’à atteindre + 4,5 °C, près de 50 % des espèces qui vivent actuellement dans les régions les plus riches en biodiversité seront menacées d’extinction locale d’ici aux années 2080.

Télécharger le rapport de WWF

Les chercheurs se sont focalisés sur trente-cinq « écorégions prioritaires » définies par le WWF – comme l’Amazonie, la Grande Barrière de corail, le désert de Namibie ou le delta du Mékong – qui abritent nombre d’espèces emblématiques, endémiques et en danger.

Modélisation de 80 000 espèces

Ils ont voulu déterminer comment le climat affectera ces zones à l’avenir, en fonction de quatre scénarios différents : celui de base, caractérisé par des émissions de gaz à effet de serre qui continuent à augmenter sans limitation pour atteindre une hausse des températures de 4,5 °C d’ici à la fin du siècle par rapport à l’ère préindustrielle ; la trajectoire dessinée par les promesses des Etats dans le cadre de la conférence de Paris sur le climat, qui conduirait à une hausse du thermomètre de 3,2 °C (version pessimiste) ou de 2,7 °C (version optimiste) ; enfin, l’objectif de limiter la surchauffe à 2 °C maximum tel qu’il a été adopté par la COP21.

Pour ce faire, les scientifiques ont utilisé un précédent projet (la Wallace Initiative) qui a modélisé l’aire géographique présente et future de 80 000 espèces de plantes, d’amphibiens, de reptiles, d’oiseaux et de mammifères en fonction des conditions de température saisonnières mais aussi de pluviométrie et de couverture nuageuse.

« Les calculs sont effectués sur une grille de 20 km par 20 km, de sorte qu’il est possible de compter, dans chaque cellule, le nombre d’espèces pour lesquelles le climat reste adapté à l’avenir et le nombre d’espèces pour lesquelles il ne l’est plus », explique la première auteure de l’étude, Rachel Warren, professeure à l’université d’East Anglia.

Son équipe a étudié deux hypothèses, selon que les espèces soient en mesure ou pas de migrer pour suivre leur niche écologique (le plus souvent vers les pôles, les sommets des montagnes ou les profondeurs des océans, aux températures plus fraîches). Ils n’ont pas analysé d’autres réponses au changement climatique, comme les mutations génétiques, plus difficiles à quantifier. Les chercheurs n’ont également pas pris en compte les événements climatiques extrêmes qui peuvent augmenter les risques d’extinction locale, ni l’évolution de la banquise et du permafrost ou encore les facteurs qui ne sont pas en lien avec le climat (la perte d’habitat liée à l’humain, les maladies ou les interactions entre espèces).

Contenir le réchauffement climatique

« Ce travail reste intéressant à cette échelle, afin de pouvoir connaître le pourcentage d’espèces à risque dans des régions très différentes du point de vue du climat et de la biodiversité », juge Franck Courchamp, écologue et directeur de recherches au CNRS, qui n’a pas participé à l’étude.

Martin Harvey, WWF

Martin Harvey, WWF

Les résultats montrent l’importance de contenir le réchauffement climatique. Alors que 48 % des espèces des trente-cinq écorégions seront menacées d’extinction dans un climat à + 4,5 °C, ce chiffre tombe à 37 % dans un scénario à + 3,2 °C et surtout à 24 % pour un monde à + 2 °C. De même, seulement 33 % des zones étudiées pourraient jouer le rôle de refuges climatiques dans le premier scénario, contre 47 % dans le deuxième et 67 % dans le troisième. De manière générale, les groupes les plus vulnérables s’avèrent les plantes, les reptiles et les amphibiens.

Dans le détail, les écorégions les plus affectées sont les régions boisées de Miombo en Afrique australe et centrale, le sud-ouest de l’Australie et l’Amazonie. Cette dernière, qui abrite actuellement plus de 10 % de toutes les espèces connues sur Terre et joue un rôle clef dans la régulation du climat mondial, risque de voir plus de quatre plantes sur dix disparaître localement dans un monde à + 2 °C (et près de 70 % à + 4,5 °C). Un tiers des mammifères seraient également menacés – un chiffre qui doublerait dans le pire scénario.

J.J. Huckin - WWF US

J.J. Huckin - WWF US

L’extrême sud-ouest de l’Australie, avec ses espèces emblématiques comme le Wallaby des rochers, sera exposé aux pertes de refuge parmi les plus fortes dans un monde à + 2 °C comme à + 4,5 °C. « Un scénario de laisser-faire pourrait se révéler catastrophique pour l’ensemble des groupes d’espèces », prévient le rapport, avec 81 % des espèces de mammifères, 89 % d’amphibiens ou 74 % des plantes menacées d’extinction localement. L’Australie a connu la première extinction mondiale d’une espèce de mammifère causée par le changement climatique : le Melomys rubicola, un rongeur victime de l’élévation du niveau de la mer.

Zones protégées et corridors écologiques

« En ajoutant le climat aux autres menaces qui pèsent sur la biodiversité, l’humanité risque d’alourdir son érosion, prévient Pierre Cannet, responsable du programme climat et énergie au WWF France. La gravité de la situation appelle à une mobilisation d’ampleur : les 2 °C d’augmentation des températures mondiales doivent bien être un plafond et non un plancher. »

L’étude montre ainsi que l’atténuation du changement climatique est bien plus efficace, pour protéger la biodiversité, que l’adaptation à l’augmentation des températures. Il s’agit de « réduire nos émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial, en sortant des énergies fossiles et en changeant nos modèles de production et de consommation », rappelle le WWF.

Reste que « l’adaptation a un rôle à jouer au niveau local », par la création de zones protégées ou de corridors écologiques, la préservation des refuges climatiques ou encore la translocation d’individus ou de sous-populations vers ces aires.

« Pour nombre d’écorégions ou d’espèces, le climat est malheureusement une menace secondaire, après la destruction des habitats (comme pour les lémurs de Madagascar, ou les tigres de Sibérie) ou directement des espèces (braconnage des éléphants), prévient toutefois Sandra Lavorel, écologue au laboratoire d’écologie alpine de Grenoble. Il ne faudrait pas non plus perdre le message sur les causes premières de perte de la biodiversité. »

Partager cet article

Repost0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

Les Lilas Ecologie en campagne

Le gouvernement abandonne Europacity, pas l’artificialisation des terres agricoles

Il faut stopper EuropaCity - marche citoyenne de Gonesse à Matignon 4 et 5 octobre

Aux Lilas, les citoyens s’unissent pour produire de l’électricité verte

Les promoteurs, les arbres et la cité - lettre ouverte à BNP Paribas

Toxic Tour de Pantin à Romainville dimanche 16 juin 2019

Une Biorégion Ile-de-France résiliente en 2050

Merci aux 1779 Lilasiennes et Lilasiens qui ont voté " Pour le climat, tout doit changer ! "

Pollution de l’air dans les écoles et crèches franciliennes

Volonté politique de créer une régie publique de l’eau à Est Ensemble, mythe ou réalité ?

À la base … un revenu ?

Balade naturaliste Parcs de la Corniche des Forts et abords de la forêt de Romainville le 9 mars 2019 à 11h

La forêt de Romainville, un enjeu écologique et politique

La Forêt passe à l'attaque !

Plâtre et béton sur la Corniche

Agir ensemble pour les Coquelicots le 7 décembre

Marche pour le climat, Défendons la forêt de la Corniche des Forts

Destruction des océans, sur-pêche, pêche électrique... avec Bloom mardi 20 novembre

À Romainville, les habitants défendent une forêt sauvage contre une base de loisirs régionale

Marches pour le climat et la biodiversité 13 et 14 octobre

Les amis des coquelicots étaient bienvenus...

Amis des coquelicots, agissons ensemble vendredi 5 octobre à 18H30

La forêt urbaine de la Corniche des Forts - une chance unique à nos portes

Mobilisation citoyenne à la marche pour le climat samedi 8 septembre à Paris

Un coup de pouce Vert pour les Électrons solaires ! 

Le collectif Eau publique des Lilas invite au dialogue le 21 mars

Entre le nucléaire et la bougie, il y a l’intelligence - du 10 au 18 mars aux Lilas

En Ile de France, les énergies renouvelables citoyennes ont le vent en poupe...

Le Syctom a organisé une concertation réservée aux sachants – et après ?

Une enquête publique sur le PLU des Lilas… qui change la donne !

Une victoire pour l'eau publique en Île-de-France

L’eau publique, c’est maintenant !

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet