Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

19 mars 2018 1 19 /03 /mars /2018 12:23

Triangle de gonesse En réponse aux autorités qui les ont sommés d’aller cultiver leurs légumes ailleurs, les opposants au projet EuropaCity, dans le Val-d’Oise, se sont armés hier de serfouettes et de houes pour semer de l’orge. D’après Alexandra Chaignon le lundi 19 Mars 2018 pour l'Humanité. Lire aussi EuropaCity: la justice annule la création du mégacomplexe commercial au nord de Paris, Contre la folie EuropaCity, cultiver le bien commun et Le projet EuropaCity jugé peu compatible avec l'environnement.

Hier, ils étaient une bonne cinquantaine à braver le froid pour retourner cette parcelle de terre et la préparer à de nouvelles plantations. Julien Jaulin/Hanslucas

Hier, ils étaient une bonne cinquantaine à braver le froid pour retourner cette parcelle de terre et la préparer à de nouvelles plantations. Julien Jaulin/Hanslucas

C’est au bout d’un chemin émaillé de nids de poule, après avoir longé un chantier de démolition puis un vieux hangar désaffecté bordé de détritus que se trouve la parcelle du Triangle de Gonesse cultivée par les Sauveteurs de terre, ces militants opposés à l’urbanisation de la zone et plus particulièrement au mégacomplexe de commerces EuropaCity. Hier, ils étaient une bonne cinquantaine, équipés de serfouettes et de houes, à braver le froid pour retourner une bande de terre située le long de la RD 170. Objectif du jour : semer de l’orge. « Ce n’est pas le temps idéal, ça risque d’être collant, prévient d’emblée Emmanuelle Bouffée, la jardinière en cheffe du Collectif pour le triangle de Gonesse (CPTG). Mais à la guerre comme à la guerre, ou plutôt à la paix comme à la paix », rigole la militante, jardinière-paysagiste de métier et habituée des « cultures militantes », tout en dispensant ses conseils à des volontaires parfois un peu perdus.

L’opposition au projet ne cesse de croître

Cela fait bientôt un an que les opposants à l’urbanisation du triangle cultivent cette parcelle de 3 000 m2 prêtée par un agriculteur, lequel en avait gardé l’usufruit après avoir été expulsé. Le prochain grand rassemblement festif est prévu pour la fin mai, mais le 9 mars dernier, l’Établissement public foncier d’Île-de-France (Epfif), propriétaire du lopin de terre, a fait parvenir un courrier au collectif, le sommant de quitter la parcelle. « Dans le droit rural, quand un agriculteur cultive un champ, il n’a pas le droit d’être expulsé. C’est pour ça qu’on se dépêche de semer », rétorque Emmanuelle Bouffée, rappelant qu’il y a déjà du « seigle, semé à la fin de l’automne, qui pousse ». « Ce courrier est une réponse au jugement du tribunal administratif de Cergy-Pontoise qui a annulé la création de la ZAC devant permettre l’urbanisation du triangle de Gonesse », analyse Bernard Loup, le président du CPTG. D’où cet appel en urgence à venir semer ce dimanche. « L’enjeu, ce n’est pas juste cette parcelle, elle est symbolique, c’est l’ensemble du triangle », poursuit le militant environnemental, qui note que l’opposition au projet ne cesse de croître à mesure que « les nuages s’amoncellent au-dessus d’EuropaCity ».

Vanessa, habitante de Gonesse, a découvert ce mouvement il y a trois ans, un peu par hasard. « En allant travailler, j’ai vu les banderoles “Non à EuropaCity”. Comme beaucoup d’habitants de Gonesse encore aujourd’hui, je n’étais au courant de rien. J’ai voulu savoir de quoi il s’agissait », raconte la jeune femme qui, depuis, mène la bataille. « Je veux défendre notre cadre de vie et je pense que les arguments avancés par les promoteurs du projet en matière d’emplois sont surestimés. Sans compter qu’on est face à une urgence alimentaire et écologique en Île-de-France. »

Un sentiment partagé par Tania Souben, présidente de l’Amap Le Bio-Mesnil, militante de la première heure. « Au Blanc-Mesnil, notre Amap compte 56 familles. Notre problème, c’est qu’on a une liste d’attente d’au moins 20 familles. On n’a pas assez de producteurs pour fournir autant de paniers. Le projet alternatif de culture maraîchère sur le triangle pourrait permettre de répondre à la demande. » Son mari, Jean-Yves Souben, élu d’opposition au Blanc-Mesnil, dénonce pour sa part la « spéculation foncière » du projet.

La présence d’un piquet jaune surmonté d’un autocollant « Non à l’aéroport », planté au milieu du champ, rappelle que la victoire est possible. « Ici aussi, c’est une ZAD, au sens où on défend une zone, mais sans faire de copier-coller. On essaie de faire preuve d’imagination. » « Je pense que l’expérience Notre-Dame-des-Landes (NDDL) a été inspiratrice pour beaucoup d’entre nous », analyse pour sa part Emmanuelle Bouffé. « Je suis allée plusieurs fois à Nantes, pour manifester ma désapprobation au projet d’aéroport, c’est cohérent que je sois ici aussi », explique Rabha, habitante de Louvres et membre du conseil d‘administration du CPTG, par ailleurs militante de la France insoumise, qui a fait siens des propos de Bertolt Brecht : « Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Pour l’heure, les autorités préfectorales ont deux mois pour faire appel de l’annulation de la ZAC, que le tribunal a motivée pour des insuffisances de l’étude d’impact, notamment sur la qualité de l’air.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Vert Lilas 22/03/2018 18:58

Merci pour votre question, à laquelle je ne sais pas répondre. Je vous propose de vous connecter sur http://nonaeuropacity.com/ et de dialoguer avec eux.

Daniel JAGLINE djexreveur 22/03/2018 16:23

Les opposants sur place pensent-elles et ils que les services préfectoraux vont faire appel de cette décision et si oui quelles sont les risques de voir lancée une étude environnementale complémentaire, est-elle même possible encore ?

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

Les Lilas Ecologie en campagne

Le gouvernement abandonne Europacity, pas l’artificialisation des terres agricoles

Il faut stopper EuropaCity - marche citoyenne de Gonesse à Matignon 4 et 5 octobre

Aux Lilas, les citoyens s’unissent pour produire de l’électricité verte

Les promoteurs, les arbres et la cité - lettre ouverte à BNP Paribas

Toxic Tour de Pantin à Romainville dimanche 16 juin 2019

Une Biorégion Ile-de-France résiliente en 2050

Merci aux 1779 Lilasiennes et Lilasiens qui ont voté " Pour le climat, tout doit changer ! "

Pollution de l’air dans les écoles et crèches franciliennes

Volonté politique de créer une régie publique de l’eau à Est Ensemble, mythe ou réalité ?

À la base … un revenu ?

Balade naturaliste Parcs de la Corniche des Forts et abords de la forêt de Romainville le 9 mars 2019 à 11h

La forêt de Romainville, un enjeu écologique et politique

La Forêt passe à l'attaque !

Plâtre et béton sur la Corniche

Agir ensemble pour les Coquelicots le 7 décembre

Marche pour le climat, Défendons la forêt de la Corniche des Forts

Destruction des océans, sur-pêche, pêche électrique... avec Bloom mardi 20 novembre

À Romainville, les habitants défendent une forêt sauvage contre une base de loisirs régionale

Marches pour le climat et la biodiversité 13 et 14 octobre

Les amis des coquelicots étaient bienvenus...

Amis des coquelicots, agissons ensemble vendredi 5 octobre à 18H30

La forêt urbaine de la Corniche des Forts - une chance unique à nos portes

Mobilisation citoyenne à la marche pour le climat samedi 8 septembre à Paris

Un coup de pouce Vert pour les Électrons solaires ! 

Le collectif Eau publique des Lilas invite au dialogue le 21 mars

Entre le nucléaire et la bougie, il y a l’intelligence - du 10 au 18 mars aux Lilas

En Ile de France, les énergies renouvelables citoyennes ont le vent en poupe...

Le Syctom a organisé une concertation réservée aux sachants – et après ?

Une enquête publique sur le PLU des Lilas… qui change la donne !

Une victoire pour l'eau publique en Île-de-France

L’eau publique, c’est maintenant !

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet