Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

23 mars 2018 5 23 /03 /mars /2018 15:29

Labellisé Grand Paris, le projet de planter 1 300 hectares est défendu par les élus locaux afin de réhabiliter une plaine polluée sur laquelle des gens du voyage sont installés. Par Garance Feitama le 23 mars 2018 pour Le Monde.                                Lire aussi Les oiseaux des campagnes disparaissent à une vitesse vertigineuse, Sylvothérapie : « les bains de forêt » améliorent votre santé et Appel : bientôt il sera trop tard… Que faire à court et long terme ?.

Image de synthèse montrant le projet de création d’une forêt domaniale d’un million d’arbres sur 1 350 hectares, à cheval sur sept communes. LAND'ACT SMAP

Image de synthèse montrant le projet de création d’une forêt domaniale d’un million d’arbres sur 1 350 hectares, à cheval sur sept communes. LAND'ACT SMAP

« Regardez ! La plaine est devenue une véritable décharge à ciel ouvert. Chaque semaine, on retrouve au moins une voiture brûlée au milieu de ces parcelles », s’agace Bernard Tailly, le maire (divers droite) de Frépillon et président du syndicat mixte d’aménagement de la plaine de Pierrelaye-Bessancourt (Smapp), dans le Val-d’Oise.

Au loin, des tas de gravats, des déchets plastiques et des matériaux de toutes sortes ont envahi cette verte plaine, située à 25 kilomètres de Paris, entre Cergy-Pontoise et la vallée de Montmorency. Au milieu de ce chaos, le maire a vu fleurir depuis vingt ans de nombreux camps de fortune, où sont installées différentes communautés des gens du voyage.

La décrépitude des lieux a incité les élus locaux à prendre la décision, il y a plus de quinze ans, de transformer cet espace de 1 350 hectares à cheval sur sept communes (Méry-sur-Oise, Frépillon, Bessancourt, Taverny, Herblay, Pierrelaye et Saint-Ouen-l’Aumône) en une forêt domaniale d’un million d’arbres. Parallèlement, d’ici à 2030, 6 000 à 10 000 logements seront construits à l’orée des bois. Esquissé au début de ce siècle par un syndicat intercommunal prédécesseur du Smapp, le projet d’aménagement de la plaine – dont le plan de financement, estimé à 85 millions d’euros, n’est pas entièrement bouclé –, fait l’objet d’une concertation publique jusqu’au 2 avril ; cette phase doit marquer le début des opérations.

Ceinture verte régionale

Sur le papier, le projet labellisé Grand Paris séduit. Des arbres à perte de vue, des clairières, un centre équestre au cœur de la forêt, 90 kilomètres de chemins de randonnée, des parcours pédagogiques d’observation de la faune et de la flore, ainsi que des espaces de loisirs sont prévus. Sur le site se dressent les vestiges du domaine de la Haute Borne ; la maison de maître de cette ancienne ferme modèle, qui employait une centaine d’ouvriers, est encore en bon état, mais les bâtiments attenants, les écuries et les étables en ruine sont désormais des squats. Présentée comme un élément du patrimoine local, l’imposante bâtisse pourrait être transformée en maison de chasse.

« L’objectif est de conserver cet espace naturel qui sépare deux zones urbanisées qui ne doivent pas se rejoindre : la ville nouvelle de Cergy-Pontoise et la vallée de Montmorency, qui s’étend jusqu’à la Seine-Saint-Denis », explique Bernard Tailly.

L’implantation d’une forêt sur la plaine à proximité de celles de Saint-Germain-en-Laye et de Montmorency, et du parc régional du Vexin, entre la Seine et l’Oise, formera une ceinture verte régionale, un véritable poumon en Ile-de-France. Il faudra cependant trente à cinquante ans avant que la forêt n’arrive à maturité.

Contamination aux métaux lourds

L’initiative avait reçu l’approbation de Nicolas Sarkozy quand il était président de la République. Lors d’une visite à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, en 2010, il avait évoqué la nécessité de trouver dans le département une compensation écologique aux nuisances aériennes générées par le trafic. « Cette idée a donné une impulsion au projet de Pierrelaye-Bessancourt », se souvient M. Tailly. Mais là n’est pas l’unique but de la future forêt.

L’histoire du site se noue au XIXe siècle. Il était alors boisé aux deux tiers, lorsque la Ville de Paris acquiert plusieurs hectares pour y déverser ses eaux usées. L’épandage de cet engrais va permettre de développer les activités maraîchères sur plus de 1 600 hectares de champs et relancer l’activité locale. Pendant un siècle, on y cultive des légumes, qui finiront par être officiellement déclarés impropres à la consommation crue.

« La pollution des sols par l’eau des égouts a conduit à interdire totalement les produits du maraîchage et des cultures à la consommation humaine en 2000 », rapporte le sénateur et maire de Saint-Ouen-l’Aumône, Alain Richard (La République en marche).

Restait l’alimentation animale, mais « les rendements agricoles avaient baissé du fait de la mauvaise qualité du sol, trop sableux. Cela a précipité la dégradation du territoire, devenu un dépôt sauvage occupé par des activités illégales », résume-t-il. Une étude réalisée en 2014 par la direction départementale des territoires souligne la contamination de la plaine aux métaux lourds.

Les expropriations débuteront en 2019

« Seul l’arbre résistera à l’urbanisation et à la pollution », soutient Bernard Tailly. Mais pas n’importe lesquels : il est prévu de planter des feuillus – ne dépassant pas 40 centimètres de haut au départ – tels que le tilleul, le chêne ou encore le marronnier, car ils peuvent résister à la haute acidité des sols. Nulle place pour des conifères car leurs aiguilles, une fois tombées, acidifient naturellement la terre. Et il sera interdit de cueillir les fruits, ramasser les champignons ou consommer le gibier.

En bordure des parcelles, des bouches d’alimentation témoignent d’un siècle d’irrigation intensive. La plaine regroupe environ 6 000 parcelles, appartenant à plus de 2 500 propriétaires dont une vingtaine d’agriculteurs. Tous devront céder la place. Les négociations sont en cours pour la cession de la totalité de leurs terres. Les expropriations débuteront en 2019 avec compensation financière.

Christelle Hilbert est agricultrice à la retraite, son exploitation est installée au sud de la plaine, à Herblay. Elle possède une cinquantaine d’hectares sur le périmètre de la forêt à venir. « Il n’y a plus d’avenir à Herblay pour les agriculteurs, constate la retraitée avec amertume. On cultive encore un petit peu de céréales sur ces terres, mais elles sont seulement destinées à la consommation animale. De plus, nos champs sont détruits par le passage des voitures et des caravanes. J’ai donc hâte de m’en séparer. »

Gens du voyage à reloger

Ce que Christelle Hilbert évoque, c’est l’installation de plus d’un millier de caravanes des gens du voyage sur l’aire concernée par le projet de réaménagement. Ces derniers vont eux aussi être évacués et expropriés. Les services sociaux sont censés reloger les familles les plus défavorisées.

A Bessancourt, une cinquantaine de gens du voyage ont élu domicile à la lisière de la future forêt, le long du chemin de la Chasse. Sony Scherrer est le porte-parole de cette communauté. Il est propriétaire d’une parcelle agricole, où il a installé sa caravane en 2003. « On est sur la sellette alors qu’on n’est pas dans le périmètre de la zone. Nous sommes seulement en bordure de cette forêt, explique le trentenaire dépité. La mairie de Bessancourt a évoqué des logements sociaux dans le centre-ville pour nous mais ça ne correspond pas à notre mode de vie. Ce projet est une excuse pour nous faire partir. »

Une forêt d’un million d’arbres va être créée dans le Val-d’Oise
Une forêt d’un million d’arbres va être créée dans le Val-d’Oise
Une forêt d’un million d’arbres va être créée dans le Val-d’Oise
Une forêt d’un million d’arbres va être créée dans le Val-d’Oise

Partager cet article

Repost0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

Les Lilas Ecologie en campagne

Le gouvernement abandonne Europacity, pas l’artificialisation des terres agricoles

Il faut stopper EuropaCity - marche citoyenne de Gonesse à Matignon 4 et 5 octobre

Aux Lilas, les citoyens s’unissent pour produire de l’électricité verte

Les promoteurs, les arbres et la cité - lettre ouverte à BNP Paribas

Toxic Tour de Pantin à Romainville dimanche 16 juin 2019

Une Biorégion Ile-de-France résiliente en 2050

Merci aux 1779 Lilasiennes et Lilasiens qui ont voté " Pour le climat, tout doit changer ! "

Pollution de l’air dans les écoles et crèches franciliennes

Volonté politique de créer une régie publique de l’eau à Est Ensemble, mythe ou réalité ?

À la base … un revenu ?

Balade naturaliste Parcs de la Corniche des Forts et abords de la forêt de Romainville le 9 mars 2019 à 11h

La forêt de Romainville, un enjeu écologique et politique

La Forêt passe à l'attaque !

Plâtre et béton sur la Corniche

Agir ensemble pour les Coquelicots le 7 décembre

Marche pour le climat, Défendons la forêt de la Corniche des Forts

Destruction des océans, sur-pêche, pêche électrique... avec Bloom mardi 20 novembre

À Romainville, les habitants défendent une forêt sauvage contre une base de loisirs régionale

Marches pour le climat et la biodiversité 13 et 14 octobre

Les amis des coquelicots étaient bienvenus...

Amis des coquelicots, agissons ensemble vendredi 5 octobre à 18H30

La forêt urbaine de la Corniche des Forts - une chance unique à nos portes

Mobilisation citoyenne à la marche pour le climat samedi 8 septembre à Paris

Un coup de pouce Vert pour les Électrons solaires ! 

Le collectif Eau publique des Lilas invite au dialogue le 21 mars

Entre le nucléaire et la bougie, il y a l’intelligence - du 10 au 18 mars aux Lilas

En Ile de France, les énergies renouvelables citoyennes ont le vent en poupe...

Le Syctom a organisé une concertation réservée aux sachants – et après ?

Une enquête publique sur le PLU des Lilas… qui change la donne !

Une victoire pour l'eau publique en Île-de-France

L’eau publique, c’est maintenant !

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet