Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

27 mai 2018 7 27 /05 /mai /2018 09:04

L’ONG Fonds International pour la Protection des Animaux (IFAW) révèle l’ampleur du commerce en ligne d’animaux vivants ou de produits dérivés qui met en péril des espèces menacées d’extinction. D’après le Fonds International pour la protection des animaux et Pierre Le Hir pour Le Monde le 23 mai 2018. Lire aussi La sixième extinction de masse des animaux s’accélère et Les trafiquants d’espèces sauvages à l’assaut des sanctuaires classés.

Les tortues sont les principales espèces mises en vente en ligne. IFAW

Les tortues sont les principales espèces mises en vente en ligne. IFAW

Tortues, perroquets, rapaces, boas, alligators, guépards, tigres, ours, antilopes, requins, hippocampes, ivoire, cornes de rhinocéros… C’est un trafic à très grande échelle, d’animaux vivants ou de parties de leur corps, qui s’opère sur Internet, à la fois sur les sites de vente en ligne et sur les réseaux sociaux. Une « cybercriminalité » dont le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) révèle l’ampleur et les dangers pour la faune sauvage, dans une enquête dont il publie les résultats mercredi 23 mai.

L’ONG, qui mène une veille sur cette question depuis 2004, s’est focalisée sur quatre pays, l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni et la Russie, dans lesquels elle dispose de bureaux qui lui ont permis de collecter des données aussi exhaustives que possible.

Elle a conduit cette étude pendant six semaines, à l’automne 2017, avec le concours d’enquêteurs qui ont passé au crible les annonces et les messages en ligne. Son travail ne couvre donc qu’un échantillon très réduit, géographiquement comme dans la durée, d’un commerce dont la Chine, les Etats-Unis et l’Union européenne (UE) dans son ensemble sont des plaques tournantes, mais sur lesquels il n’existe pas de bilan mondial.

Même partiels, les résultats n’en sont pas moins effarants. Sur les seuls quatre pays retenus et en seulement un mois et demi, ont été recensés 5 381 annonces et messages portant sur 11 772 spécimens – animaux vivants ou « produits dérivés » – d’espèces pourtant protégées, car classées comme en danger. L’IFAW ne s’est en effet attaché qu’aux animaux inscrits aux annexes I et II de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvage menacées d’extinction (Cites), dont la vente et l’achat sont soit interdits, soit strictement réglementés.

Le perroquet gris du Gabon, dont le commerce international est interdit (à l’exception des oiseaux d’élevage). IFAW

Le perroquet gris du Gabon, dont le commerce international est interdit (à l’exception des oiseaux d’élevage). IFAW

80 % d’animaux vivants

Globalement, les spécimens vivants représentent 80 % des offres, signe de l’engouement pour les « nouveaux animaux de compagnie » exotiques. Dans le détail, plus de la moitié des annonces (55 %) concernent des reptiles, pour l’essentiel des tortues marines ou terrestres, auxquelles s’ajoutent lézards, crocodiles, alligators et serpents. Suivent, pour un quart du total, des oiseaux : perroquets mais aussi rapaces, oies, toucans, grues ou mainates. Les objets en ivoire provenant de défenses ou de dents d’éléphants, hippopotames, baleines, morses ou narvals forment 11 % du panel.

On y trouve encore, à hauteur de 5 %, des mammifères ou parties de mammifères : des félins (guépards, léopards, lions ou tigres) sous forme de spécimens empaillés, de fourrures et de peaux, de la corne de rhinocéros, des pieds, de la peau ou des poils d’éléphant, mais aussi des animaux vivants, notamment en Russie où l’on peut se procurer des ours ou différents primates (tamarins, lémuriens, ouistitis, gibbons et orangs-outans). Le bestiaire ne s’arrête pas là : il comprend également coraux (vivants ou en morceaux), hippocampes, requins, bénitiers géants, tritons ou salamandres…

L’Allemagne constitue à elle seule plus de la moitié de ce marché (6 329 spécimens mis en vente), devant le Royaume-Uni (2 456), la France (1 915) et la Russie (1 072). Mais chaque pays a ses « préférences » : le commerce des produits en ivoire est florissant dans l’Hexagone (38 % du total), tandis que les tortues sont les animaux les plus proposés outre-Rhin (65 %) et, à un moindre niveau, outre-Manche (32 %). Quant à la Russie, elle s’est fait une spécialité de la vente d’animaux vivants de toute nature, des aigles des steppes aux jaguars en passant par les yacks sauvages ou les antilopes saïga.

On peut acheter sur Internet des spécimens empaillés, des peaux et des fourrures de tigres et autres félins (lions, guépards, léopards...) IFAW

On peut acheter sur Internet des spécimens empaillés, des peaux et des fourrures de tigres et autres félins (lions, guépards, léopards...) IFAW

En termes financiers, ce trafic en ligne est très rentable puisque l’ensemble des annonces identifiées représente une valeur de 3,9 millions de dollars (environ 3,3 millions d’euros). « Internet est devenu le premier marché du monde, ouvert sept jours sur sept, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, ce qui démultiplie la possibilité de commerce illicite d’espèces sauvages », observe Céline Sissler-Bienvenu, directrice de l’IFAW pour la France et l’Afrique francophone.

Complexité de la réglementation

Encore, beaucoup d’annonces ont-elles probablement échappé au filet des cyberenquêteurs, qui n’ont pu surveiller que les sites de vente en ligne en accès libre (une centaine dans cette enquête) ou, sur les réseaux sociaux, les publications non protégées par des paramètres de confidentialité. Il ne s’agit donc que de la partie émergée d’une activité que l’ONG juge criminelle, même si certaines offres d’animaux ou de produits d’animaux sont licites.

La frontière est sur ce point souvent mince. Ainsi, bien que le commerce international du perroquet gris du Gabon, inscrit depuis octobre 2016 à l’annexe I de la Cites, soit prohibé, sa vente est autorisée si l’oiseau provient d’un élevage référencé, sous réserve que son propriétaire fournisse la preuve de cette origine. De même, la législation européenne bannit le commerce d’ivoire brut, mais pas celui des objets en ivoire travaillé antérieurs à 1947 (ils ont alors le statut d’antiquités) ni, sous certaines conditions, de ceux façonnés avant 1975.

Le trafic d’ivoire (ici un éléphant dans le parc national d’Amboseli au Kenya) représente 11 % des annonces en ligne. IFAW

Le trafic d’ivoire (ici un éléphant dans le parc national d’Amboseli au Kenya) représente 11 % des annonces en ligne. IFAW

La complexité de la réglementation permet à ce commerce de prospérer sur la Toile. Il est souvent difficile pour les particuliers d’avoir une connaissance claire de ce qui est légal et de ce qui ne l’est pas. Et tout aussi ardu, pour les plates-formes de vente en ligne, de maîtriser le flux continu d’annonces touchant à une multiplicité d’espèces.

« La lutte contre le trafic des animaux sauvages en est à ses balbutiements, commente Céline Sissler-Bienvenu. Ce commerce illicite n’a jamais été une priorité pour les Etats, encore moins lorsqu’il s’opère sur Internet. Pourtant, en incitant les entreprises du secteur à mettre en place un contrôle strict et en informant les utilisateurs de la situation critique des espèces concernées, on peut obtenir des résultats positifs. » Un exemple : en France, le nombre de perroquets gris du Gabon proposés à la vente a chuté depuis 2017, grâce à la surveillance exercée par Leboncoin.fr.

Engagements des géants du numérique

Au-delà de ce cas particulier, des progrès importants ont été accomplis. D’abord, la Cites, dont sont membres 183 Etats, a mis en place en novembre 2017 un groupe de travail sur « la cybercriminalité liée aux espèces sauvages ».

Ensuite, en mars 2018, 21 sociétés du numérique, du commerce électronique et des réseaux sociaux (dont Google, Facebook, Microsoft, Instagram, eBay ou Alibaba) ont rejoint une « coalition mondiale contre le trafic d’espèces sauvages en ligne », menée par trois ONG, le WWF, IFAW et Traffic, avec pour objectif de réduire de 80 % ce commerce sur leurs plates-formes d’ici à 2020.

Cet engagement est d’autant plus important que le « marché virtuel » d’Internet alimente, dans le monde réel, le braconnage et le massacre de la faune sauvage. L’IFAW rappelle ainsi qu’au cours des dix dernières années, plus de 7 000 rhinocéros ont été tués pour leur corne. Et, chaque année, ce sont plus de 20 000 éléphants qui sont abattus pour leur ivoire. Il faut donc, exhorte Azzedine Downes, directeur général de l’ONG, « briser la chaîne du trafic de ces espèces menacées ».

Partager cet article

Repost0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

Les Lilas Ecologie en campagne

Le gouvernement abandonne Europacity, pas l’artificialisation des terres agricoles

Il faut stopper EuropaCity - marche citoyenne de Gonesse à Matignon 4 et 5 octobre

Aux Lilas, les citoyens s’unissent pour produire de l’électricité verte

Les promoteurs, les arbres et la cité - lettre ouverte à BNP Paribas

Toxic Tour de Pantin à Romainville dimanche 16 juin 2019

Une Biorégion Ile-de-France résiliente en 2050

Merci aux 1779 Lilasiennes et Lilasiens qui ont voté " Pour le climat, tout doit changer ! "

Pollution de l’air dans les écoles et crèches franciliennes

Volonté politique de créer une régie publique de l’eau à Est Ensemble, mythe ou réalité ?

À la base … un revenu ?

Balade naturaliste Parcs de la Corniche des Forts et abords de la forêt de Romainville le 9 mars 2019 à 11h

La forêt de Romainville, un enjeu écologique et politique

La Forêt passe à l'attaque !

Plâtre et béton sur la Corniche

Agir ensemble pour les Coquelicots le 7 décembre

Marche pour le climat, Défendons la forêt de la Corniche des Forts

Destruction des océans, sur-pêche, pêche électrique... avec Bloom mardi 20 novembre

À Romainville, les habitants défendent une forêt sauvage contre une base de loisirs régionale

Marches pour le climat et la biodiversité 13 et 14 octobre

Les amis des coquelicots étaient bienvenus...

Amis des coquelicots, agissons ensemble vendredi 5 octobre à 18H30

La forêt urbaine de la Corniche des Forts - une chance unique à nos portes

Mobilisation citoyenne à la marche pour le climat samedi 8 septembre à Paris

Un coup de pouce Vert pour les Électrons solaires ! 

Le collectif Eau publique des Lilas invite au dialogue le 21 mars

Entre le nucléaire et la bougie, il y a l’intelligence - du 10 au 18 mars aux Lilas

En Ile de France, les énergies renouvelables citoyennes ont le vent en poupe...

Le Syctom a organisé une concertation réservée aux sachants – et après ?

Une enquête publique sur le PLU des Lilas… qui change la donne !

Une victoire pour l'eau publique en Île-de-France

L’eau publique, c’est maintenant !

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet