Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

30 mai 2018 3 30 /05 /mai /2018 11:27

Les députés ont refusé l’inscription dans la loi Agriculture et Alimentation, de la date d’interdiction du glyphosate, malgré des demandes jusqu’au sein de la majorité. En voulant d’abord une solution pour les agriculteurs, le gouvernement privilégie le lobby de l’Agriculture chimique, son ministre Stéphane Travert et ses mesures inefficaces au détriment du ministre de la Transition écologique et solidaire, et de la santé des paysans et des consommateurs. Bilan. D’après Marie Astier le 29 mai 2018 pour Reporterre.                                                      Lire aussi La France est-elle prête pour une cure de désintoxication des pesticides ?, Fongicides SDHi : vers un nouveau scandale sanitaire ? et Les oiseaux des campagnes disparaissent à une vitesse vertigineuse.

Ependage d’herbicide au glyphosate sur un champ de maïs sans labour à Piacé, dans la Sarthe, le 11 mai. JEAN-FRANCOIS MONIER/AFP

Ependage d’herbicide au glyphosate sur un champ de maïs sans labour à Piacé, dans la Sarthe, le 11 mai. JEAN-FRANCOIS MONIER/AFP

Encore au menu de l’Assemblée nationale aujourd’hui mercredi, le projet de loi Agriculture et Alimentation aura été débattu par les députés durant plus d’une semaine. Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, avait annoncé, juste avant l'ouverture des débats, une "révolution". D’autres continuent de souligner l’inefficacité du projet de loi « pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire, et une alimentation saine et durable », en comparaison avec les milliers d’heures de réunion et les centaines de participants aux états généraux de l’alimentation censés l’avoir inspiré.

« Il suffisait de trois experts dans un ministère, autour d’un bureau, pour rédiger ces mini-mesures qui nous font hausser les épaules. Cela n’est pas à la hauteur de l’attente, de l’urgence », a regretté dans l'hémicycle Fraçois Ruffin, député France insoumise de la Somme. Quelques pincées de sel n’ont pas suffisamment relevé le plat pour le mettre au goût de ceux qui partagent l’avis de M. Ruffin.

Symbole de ce manque d’ambition du gouvernement pour ses détracteurs, le refus d’inscrire dans la loi l’interdiction du glyphosate d’ici trois ans. Même l’amendement porté par le député LREM (La République en marche) Matthieu Orphelin, proche de Nicolas Hulot, et une cinquantaine de députés de la majorité a été retoqué. C’était pourtant une promesse présidentielle. « J’ai confiance dans la parole du Président, il s’est engagé sur une interdiction dans trois ans, mais en convaincant ses partenaires européens et en trouvant des solutions aux impasses techniques », explique le rapporteur LREM du projet de loi, Jean-Baptiste Moreau. « Le gouvernement peut prendre la décision quand il le souhaite, il suffit de suspendre l’autorisation de mise sur le marché. Nous sommes là pour écrire la loi, pas pour prendre des mesures symboliques. »

Parmi les députés de la majorité qui soutenaient l’amendement de M. Orphelin, Sandrine le Feur, agricultrice bio dans le Finistère. « Le gouvernement nous a expliqué qu’il ne voulait pas que le monde agricole ne retienne de cette loi que l’interdiction du glyphosate », regrette-t-elle. « Dans ce match qui oppose la santé publique aux intérêts des industriels et à l’agrochimie, il faut un cadre et des règles qui protègent tout le monde », a réagi l’ONG Foodwatch dans un communiqué, qualifiant le refus d’inscrire l’interdiction du glyphosate dans la loi de « tout simplement incompréhensible. »

Le reste du projet de loi reste lui aussi mi-figue, mi-raisin, laissant les défenseurs de l’environnement et de l’agriculture paysanne dubitatifs quant à l’efficacité de ses mesures. Dans son titre I, le projet de loi entend rétablir « l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire » en faveur des producteurs écrasés par un rapport de force inégal. Parmi les mesures phares, l’encadrement des promotions, le relèvement du « seuil de revente à perte » (un produit alimentaire doit impérativement être revendu au prix d’achat plus 10 %) et le fait que désormais ce seront les producteurs (et non pas les acheteurs) qui proposeront les contrats.

D’autres, au contraire, estiment que rien dans ces mesures ne permettra vraiment aux agriculteurs de vendre leur production à des prix leur permettant de vivre. « Elles ne vont pas chambouler le modèle agricole actuel et les rapports entre producteurs et distributeurs », réagit Nicolas Girod, secrétaire national de la Confédération paysanne.

Un élargissement de la définition des néonicotinoïdes

Le syndicat a soutenu plusieurs amendements tentant de corriger le tir. Il demandait notamment qu’un prix minimum, correspondant au prix de production, soit défini pour les denrées agricoles. « L’idée a été balayée, regrette-t-il. Le gouvernement a même porté des amendements qui annulent certaines avancées. » Exemple : une mesure prévoyait qu’un producteur qui passe en bio ne puisse pas subir de sanction de la part de ses acheteurs pour interruption de contrat. Elle a été supprimée. « C’est pourtant ce qui se passe pour les producteurs de lait qui sont chez Sodiaal ou Lactalis, et qui vont chez Biolait : on leur demande des indemnités, c’est la bagarre pour retrouver les modalités des contrats. »

Jean-Baptiste Moreau défend à l’inverse un « changement de paradigme ». « Il sera obligatoire au sein des contrats de prendre en compte les coûts de production et de préciser quels indicateurs servent à les définir », rassure-t-il.

Le titre II du projet de loi nous promet ensuite « une alimentation saine et durable ».

Plusieurs mesures votées par les députés satisfont à la fois le gouvernement, le rapporteur et les défenseurs de l’environnement :

  • l’usage de l’additif E171, le dioxyde de titane sous forme de nanoparticule, est suspendu au nom du principe de précaution ;
  • un élargissement de la définition des néonicotinoïdes, permettant d’interdire les insecticides aux modes d’action similaires et donc le sulfoxaflor, qui avait fait polémique à l’automne dernier ;
  • l’obligation, d’ici 2022, d’avoir 50 % de produits sous signes de qualité, dont 20 % de bio, dans les cantines ;

la reconnaissance des « préparations naturelles peu préoccupantes » (purin d’ortie et autres préparations à base de plantes utilisées en agriculture).

La députée LREM Sandrine Le Feur se félicite également de l’ouverture du conseil d’administration des chambres d’agriculture aux ONG et associations. « Cela pourra donner aux chambres d’agriculture plus d’ouverture vers les modèles alternatifs », espère-t-elle.

Adopté contre l’avis du gouvernement, mais défendu par la députée de la majorité Barbara Pompili, un amendement apporte à partir de 2023 de nouvelles informations sur les étiquettes : elles devront indiquer le mode d’élevage des animaux (cage, sol, plein air), s’ils sont « nourris aux OGM », l’origine géographique pour les denrées alimentaires d’origine animale et le nombre de traitements pesticides sur les fruits et légumes frais.

La vidéosurveillance dans les abattoirs a elle aussi été affaiblie 

L’interdiction de l’élevage de poules en cage, promis par le président de la République lors de sa campagne et à Rungis, a lui été retoqué. Les associations de défense du bien-être animal doivent se contenter de l’interdiction de l’installation de nouveaux élevages de poules en cage. « Cela amènera ce mode d’élevage à disparaître d’ici 2028, on ne pouvait pas mettre en place une interdiction brutale, car les éleveurs ont déjà lourdement investi pour s’adapter au nouveau règlement européen sur les cages », explique la députée LREM du Finistère Sandrine Le Feur. « Il n’y a plus d’installations ou d’extensions depuis plusieurs années faute de débouchés », dénonce de son côté l'association L214, qui considère que cette mesure revient à n’avoir « rien » voté.

La vidéosurveillance dans les abattoirs a elle aussi été affaiblie, la volonté de la mettre en place remplacée par une expérimentation de deux ans pour les établissements volontaires. « Reste à voir ce qui sera fait pour inciter les abattoirs à mettre en place cet outil », s’interroge l’association de défense des animaux d'élevage CIWF France.

Toujours dans ce même volet, la Confédération paysanne se félicite que le principe de l’expérimentation d’un abattoir mobile, permettant aux éleveurs d’abattre leurs animaux à la ferme, ait été accepté.

Enfin, beaucoup de mesures prônées par les défenseurs de l’environnement et d’une alimentation plus saine n’ont pas été adoptées :

  • la création de périmètres de protection contre les épandages de pesticides autour des habitations (Stéphane Travert a retiré son amendement) ;
  • l’introduction d’un menu végétarien dans les cantines ;
  • l’interdiction des contenants alimentaires en plastique dans les cantines ;
  • l’interdiction des publicités pour les aliments trop gras, trop sucrés, trop salés destinés aux enfants ;
  • l’obligation d’indiquer le « Nutri-Score » (système officiel de classification des aliments en fonction de leur qualité nutritionnelle) des aliments dans les publicités a elle aussi été rejetée.
L’obligation d’indiquer le « Nutri-Score » n’a pas été retenue, même si un amendement, contre l’avis du gouvernement, a été adopté pour élargir à partir de 2023 les étiquettes de nouvelles informations.

L’obligation d’indiquer le « Nutri-Score » n’a pas été retenue, même si un amendement, contre l’avis du gouvernement, a été adopté pour élargir à partir de 2023 les étiquettes de nouvelles informations.

« Le texte a été considérablement enrichi », se félicite tout de même son rapporteur, Jean-Baptiste Moreau. À la Confédération paysanne, on ne semble pas avoir goûté la même recette : « On nous a fait miroiter des choses, mais il n’y aura pas de vrai changement », déplore Nicolas Girod.

Les débats à l’Assemblée se termineront aujourd’hui mercredi. Dernier sujet sensible non encore abordé, la séparation de la vente et du conseil des pesticides, autre promesse faite par Emmanuel Macron.

La prochaine étape du projet de loi sera ensuite le Sénat. Les chances de faire évoluer le texte sont désormais restreintes. Le gouvernement l’a placé en procédure accélérée, il n’y aura pas d’autre aller-retour entre les deux assemblées.

Partager cet article

Repost0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

Les Lilas Ecologie en campagne

Le gouvernement abandonne Europacity, pas l’artificialisation des terres agricoles

Il faut stopper EuropaCity - marche citoyenne de Gonesse à Matignon 4 et 5 octobre

Aux Lilas, les citoyens s’unissent pour produire de l’électricité verte

Les promoteurs, les arbres et la cité - lettre ouverte à BNP Paribas

Toxic Tour de Pantin à Romainville dimanche 16 juin 2019

Une Biorégion Ile-de-France résiliente en 2050

Merci aux 1779 Lilasiennes et Lilasiens qui ont voté " Pour le climat, tout doit changer ! "

Pollution de l’air dans les écoles et crèches franciliennes

Volonté politique de créer une régie publique de l’eau à Est Ensemble, mythe ou réalité ?

À la base … un revenu ?

Balade naturaliste Parcs de la Corniche des Forts et abords de la forêt de Romainville le 9 mars 2019 à 11h

La forêt de Romainville, un enjeu écologique et politique

La Forêt passe à l'attaque !

Plâtre et béton sur la Corniche

Agir ensemble pour les Coquelicots le 7 décembre

Marche pour le climat, Défendons la forêt de la Corniche des Forts

Destruction des océans, sur-pêche, pêche électrique... avec Bloom mardi 20 novembre

À Romainville, les habitants défendent une forêt sauvage contre une base de loisirs régionale

Marches pour le climat et la biodiversité 13 et 14 octobre

Les amis des coquelicots étaient bienvenus...

Amis des coquelicots, agissons ensemble vendredi 5 octobre à 18H30

La forêt urbaine de la Corniche des Forts - une chance unique à nos portes

Mobilisation citoyenne à la marche pour le climat samedi 8 septembre à Paris

Un coup de pouce Vert pour les Électrons solaires ! 

Le collectif Eau publique des Lilas invite au dialogue le 21 mars

Entre le nucléaire et la bougie, il y a l’intelligence - du 10 au 18 mars aux Lilas

En Ile de France, les énergies renouvelables citoyennes ont le vent en poupe...

Le Syctom a organisé une concertation réservée aux sachants – et après ?

Une enquête publique sur le PLU des Lilas… qui change la donne !

Une victoire pour l'eau publique en Île-de-France

L’eau publique, c’est maintenant !

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet