Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

28 juin 2018 4 28 /06 /juin /2018 09:23

Commissaire indépendante auprès de l’OMS sur les maladies non transmissibles, Katie Dain estime que l’objectif de réduire d’un tiers la mortalité d’ici 2030 ne sera pas atteint avec les moyens alloués actuellement. Propos recueillis par Marie Bourreau (New York, Nations unies, correspondante du Monde le 21 juin 2018. Lire aussi Les états généraux de l’alimentation déçoivent les paysans et les écologistes et Nous mangeons trop de produits ultra-transformés.

L’urbanisation mondiale a favorisé un mauvais équilibre alimentaire, facteur d’augmentation des maladies non transmissibles. YUYA SHINO / REUTERS

L’urbanisation mondiale a favorisé un mauvais équilibre alimentaire, facteur d’augmentation des maladies non transmissibles. YUYA SHINO / REUTERS

Katie Dain est directrice générale de l’Alliance contre les maladies non transmissibles ou chroniques (cancer, diabète, maladies cardiovasculaires et respiratoires…) et membre de la Commission indépendante de haut niveau sur les maladies non transmissibles (MNT) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Alors que l’ONU doit tenir une conférence en septembre sur ce sujet, elle dénonce l’apathie des gouvernements.

Trois ans après l’adoption des objectifs de développement durable sur les maladies non transmissibles, quel premier bilan tirez-vous ?

Ce n’est pas très positif. L’objectif était de réduire d’un tiers la mortalité d’ici à 2030. Mais selon l’OMS, la tendance actuelle nous amène à une réduction d’uniquement 17 %. Si nous continuons ainsi, nous n’atteindrons pas notre objectif. Et il en va de même pour beaucoup d’objectifs spécifiques liés aux MNT, comme la prévalence des maladies causées par le tabagisme ou par l’alcool. Les progrès ont été beaucoup trop lents. Les engagements ambitieux qui ont été pris en 2015 ne se sont pas traduits en action au niveau national. C’est particulièrement vrai pour les pays en voie de développement.

Comment expliquez-vous ce manque de volonté politique ?

D’abord par le fait que les MNT ne sont pas seulement un problème de santé publique. Il touche tous les secteurs du gouvernement : l’agriculture, l’environnement, les transports… Il faut une vraie volonté de l’exécutif pour faire bouger les lignes. Par ailleurs, les pays en développement ne savent pas par où commencer car le champ des MNT est si vaste qu’un sentiment de paralysie domine. Donc l’OMS encourage les pays à prioriser leurs actions.

Enfin, les financements et ressources manquent. Au niveau international, moins de 3 % de l’aide au développement pour la santé [22 milliards de dollars, soit 19 milliards d’euros] vont aux maladies non transmissibles, alors qu’elles représentent la première cause de mortalité. L’industrie agroalimentaire représente le dernier obstacle : elle propose des produits au détriment de la santé mais finance aussi des études scientifiques [pour prouver le contraire]. Cette interférence pollue le débat sur la nocivité de ces aliments et bloque des actions efficaces, comme la taxation des boissons sucrées.

Quel est le coût humain et financier de ces MNT ?

A l’échelle mondiale, les maladies non transmissibles ont dépassé les maladies infectieuses. Elles provoquent 40 millions de morts par an, soit les deux tiers de la mortalité mondiale. C’est donc un changement radical en termes épidémiologiques.
En termes de coût économique, nous savons que sur une période de deux décennies, les MNT vont coûter 40 000 milliards de dollars. Pourtant, pour chaque dollar investi dans la lutte contre les MNT, le bénéfice retour est de 7 dollars. Mais les gouvernements considèrent cet investissement comme un fardeau pour leur système de santé publique. Ils ne voient pas encore les bénéfices sur le long terme.

L’Afrique et l’Asie connaissent une explosion du nombre de MNT. Pourquoi ?

Cela est dû à une véritable escalade de l’urbanisation. Depuis 2011, il y a plus d’urbains que de ruraux dans le monde. Le mode de vie a évolué en conséquence : les gens sont physiquement moins actifs. Ils restent longtemps assis à leur bureau et vont ensuite au McDonald’s parce que c’est beaucoup moins cher que d’acheter des aliments sains. C’est aussi un phénomène de la mondialisation avec de grands groupes alimentaires, des fabricants de tabac, ou des producteurs d’alcool, qui s’installent dans ces régions car le marché est en pleine croissance et la population vulnérable. Ce sont eux qui alimentent cette épidémie de MNT.

Pourquoi accorde-t-on encore la priorité aux maladies infectieuses dans ces régions ?

Dans de nombreux pays en développement, le système de santé repose encore sur la lutte contre les maladies infectieuses. Cela tient à la façon dont le financement de la santé mondiale a été organisé au cours des dernières décennies. Il y a eu des investissements fantastiques dans la lutte contre le VIH, le paludisme, mais cela a créé une sorte de système de santé en silo. L’accent est mis sur des infections aiguës telles que le sida, la tuberculose et le paludisme, mais pas sur les maladies chroniques comme le diabète ou le cancer.

Quel rôle le secteur privé peut-il jouer pour pallier le service public ?

Dans l’amélioration du bien-être au travail, dans la production d’aliments plus sains ou encore l’élimination des acides gras trans. Le secteur privé peut aussi interdire la publicité pour le tabac, l’alcool ou la malbouffe et jouer un rôle important dans l’accès aux soins de santé, aux médicaments essentiels, etc.

Mais le secteur privé ne peut pas supplanter le service public. Il ne devrait d’ailleurs jamais avoir l’oreille des politiques. C’est un gros problème en ce qui concerne les MNT. Par exemple, dans certaines régions d’Afrique, c’est l’industrie des liquoreux qui est à l’origine du développement des plans nationaux de prévention contre l’alcool. Ce n’est pas acceptable !

Les grandes marques financent pourtant des événements sportifs comme la Coupe du monde…

L’industrie de l’alcool adopte de plus en plus certaines tactiques des fabricants de tabac en se positionnant comme des partenaires légitimes dans le développement durable, la santé, et la promotion d’événements sportifs. Cela montre à quel point ces produits sont devenus des biens de consommation courante. C’est complètement normalisé et absurde du point de vue des maladies non transmissibles. Nous plaidons pour une interdiction de la publicité par des marques d’alcool lors des événements sportifs.

Partager cet article

Repost0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

Les Lilas Ecologie en campagne

Le gouvernement abandonne Europacity, pas l’artificialisation des terres agricoles

Il faut stopper EuropaCity - marche citoyenne de Gonesse à Matignon 4 et 5 octobre

Aux Lilas, les citoyens s’unissent pour produire de l’électricité verte

Les promoteurs, les arbres et la cité - lettre ouverte à BNP Paribas

Toxic Tour de Pantin à Romainville dimanche 16 juin 2019

Une Biorégion Ile-de-France résiliente en 2050

Merci aux 1779 Lilasiennes et Lilasiens qui ont voté " Pour le climat, tout doit changer ! "

Pollution de l’air dans les écoles et crèches franciliennes

Volonté politique de créer une régie publique de l’eau à Est Ensemble, mythe ou réalité ?

À la base … un revenu ?

Balade naturaliste Parcs de la Corniche des Forts et abords de la forêt de Romainville le 9 mars 2019 à 11h

La forêt de Romainville, un enjeu écologique et politique

La Forêt passe à l'attaque !

Plâtre et béton sur la Corniche

Agir ensemble pour les Coquelicots le 7 décembre

Marche pour le climat, Défendons la forêt de la Corniche des Forts

Destruction des océans, sur-pêche, pêche électrique... avec Bloom mardi 20 novembre

À Romainville, les habitants défendent une forêt sauvage contre une base de loisirs régionale

Marches pour le climat et la biodiversité 13 et 14 octobre

Les amis des coquelicots étaient bienvenus...

Amis des coquelicots, agissons ensemble vendredi 5 octobre à 18H30

La forêt urbaine de la Corniche des Forts - une chance unique à nos portes

Mobilisation citoyenne à la marche pour le climat samedi 8 septembre à Paris

Un coup de pouce Vert pour les Électrons solaires ! 

Le collectif Eau publique des Lilas invite au dialogue le 21 mars

Entre le nucléaire et la bougie, il y a l’intelligence - du 10 au 18 mars aux Lilas

En Ile de France, les énergies renouvelables citoyennes ont le vent en poupe...

Le Syctom a organisé une concertation réservée aux sachants – et après ?

Une enquête publique sur le PLU des Lilas… qui change la donne !

Une victoire pour l'eau publique en Île-de-France

L’eau publique, c’est maintenant !

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet