Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

22 septembre 2018 6 22 /09 /septembre /2018 09:45

Selon une étude exclusive Elabe-Mutuelle familiale, 97 % des sondés associent dégradation de l’environnement et explosion des maladies chroniques. D'après Stéphane Guérard, suivi d’un entretien réalisé par Alexandra Chaignon avec André Cicolella, Président du Réseau Environnement santé le vendredi 21 Septembre 2018 pour l’Humanité. Lire aussi « Les cobayes lancent l’alerte » : appel pour la marche « vérité et justice » pour la santé environnementale.

Pour les Français, santé et environnement, même combat en situation de crise sanitaire

Bisphénols, phtalates, parabènes, glyphosate, ­particules fines, CFC, méthane, métaux lourds, nitrates… inconnus du plus grand nombre, il y a encore quelques années, ces noms barbares de perturbateurs endocriniens, pesticides et autres polluants de l’air, des sols et des eaux, ont désormais leur place dans les dictionnaires. Un signe parmi d’autres du fait que ces vecteurs de dégradation de notre environnement sont entrés dans le quotidien des Français. L’enquête d’opinion menée par l’institut Elabe pour la Mutuelle familiale, en partenariat avec le Réseau Environnement santé, que nous révélons ici, vient formaliser ce ressenti.

La malbouffe mise en cause

Pour 97 % de nos concitoyens (69 % en sont certains, 28 % le jugent probable), le lien est désormais établi entre qualité de l’environnement et santé. L’opinion est très largement partagée, du cadre et professions intermédiaires (76 % certains) aux employés et ouvriers (63 %), du Parisien (75 %) aux habitants de communes rurales (64 %). Un niveau de certitude qui atteint même 80 % parmi les gens souffrant de maladie chronique.

« On voit rarement une telle quasi-unanimité sur d’autres sujets de société, souligne Bernard Sananès, président de l’institut Elabe. Le niveau de maturité sur le lien entre santé et environnement est élevé, voire très élevé. Certains débats lors de la dernière élection présidentielle ont pu concourir à cette prise de conscience. Mais le premier vecteur de sensibilisation a trait à l’alimentation. » D’ailleurs, la malbouffe est identifiée comme la deuxième cause de maladies et de décès, juste derrière la pollution chimique, dont les perturbateurs endocriniens. Et la qualité des produits alimentaires est le premier domaine préconisé par les Français pour réduire la mortalité et les maladies chroniques, devant l’environnement et les conditions de travail. Les actions contre la pollution de l’air, contre la sédentarité ou en faveur d’une meilleure qualité des produits du quotidien, sont citées à un moindre degré comme des vecteurs d’amélioration, devant la lutte contre la pollution des sols, de l’eau et la qualité de l’habitat.

Si les solutions désignées sont multifactorielles, les acteurs d’une meilleure prise en compte de la santé environnementale sont clairement pointés. Au premier rang se trouvent les « industriels et producteurs », « les individus, chacun d’entre nous » et les « professionnels de santé ». « Comme à chaque étude consacrée à l’environnement, pour les Français, la responsabilité est collective. Il y a ceux à la source des problèmes sanitaires et environnementaux, ceux qui traitent des conséquences et les citoyens consommateurs qui ont une responsabilité dans leurs choix », relève Laurence Bedeau, d’Elabe. Le gouvernement et les agences de sécurité sanitaire arrivent juste après dans ces réponses à choix multiples. Signe que les Français attendent beaucoup de ceux qui peuvent prendre des décisions. C’est bien là que le bât blesse.

La semaine prochaine, l’Assemblée générale de l’ONU s’apprête à reprendre les objectifs fixés par l’Organisation mondiale de la santé : réduction de 30 %, d’ici à 2030, de la mortalité prématurée due à des maladies chroniques et arrêt de la progression du diabète et de l’obésité. La France devrait signer ces objectifs. Les maladies chroniques, très souvent liées à des causes environnementales, représentent déjà 60 % des dépenses de santé de la Sécurité sociale. Mais elle a déjà prévu de ne pas s’y conformer. Le plan santé dévoilé par Agnès Buzyn ne contient pas une ligne sur la santé environnementale. Quant à la loi alimentation, en instance d’adoption parlementaire, elle n’a pas avancé sur la transformation du modèle agricole productiviste français. D’ailleurs, le ministre de l’Agriculture a de nouveau bloqué, il y a une semaine, un amendement imposant la fin de l’utilisation du glyphosate d’ici trois ans.

Refus de la fatalité

Les ONG environnementales, associations de patients ou acteurs de santé ont donc encore du pain sur la planche pour que le système de santé intègre ces enjeux. « À la Mutuelle familiale, nous sommes aux premières loges de l’augmentation des maladies chroniques. Mais nous n’acceptons pas cette fatalité ou le discours de culpabilisation des malades. Nous avons un rôle à jouer », souligne sa présidente, Léonora Trehel. La Mutuelle organise donc, avec le Réseau Environnement santé, ce vendredi matin, au Conseil économique, social et environnemental, un colloque sur les coûts de l’action et de l’inaction. 

---------------------------

André Cicolella « On est en situation de crise sanitaire »

Face à l’explosion des maladies chroniques, André Cicolella attend que les politiques agissent enfin sur les causes.

Le lien entre qualité de l’environnement et santé est fait par 97 % des Français. La bataille de l’opinion semble gagnée ?

André Cicolella J’ai été surpris, je ne m’attendais pas à un tel score ! Il y a encore dix ans, la santé environnementale, ça ne parlait pas aux gens. On sent bien qu’il y a une prise de conscience, qui s’explique par la croissance des maladies chroniques. Lesquelles sont à l’origine de l’explosion des dépenses de santé. C’est le fond du problème. Prenez l’infertilité. Cette question est une vraie préoccupation, notamment chez les jeunes parents, qui s’inquiètent pour la santé de leurs enfants. L’OMS, depuis 2006, parle d’épidémie mondiale de maladies chroniques et s’attend à « une mise en péril du système d’assurance-maladie ». Pour moi, on est en situation de crise sanitaire…

L’AG des Nations unies organise, fin septembre, une réunion sur ce thème des maladies chroniques. Cela va dans le bon sens ?

André Cicolella Oui. Et, cette fois, devraient être adoptés des objectifs quantifiés, comme la baisse de 30 % de mortalités prématurées d’ici à 2030. C’est important, car c’est un enjeu sanitaire, social, économique et politique.

La France va signer ces objectifs… qu’elle n’appliquera pas ! Le plan santé n’en parle pas…

André Cicolella Il y a une contradiction. La France va voter un texte qu’elle n’appliquera pas. Certes, la France a pris le leadership européen sur la question des perturbateurs endocriniens, et c’est une bonne chose. Certes, la France s’est dotée d’une stratégie nationale sur le sujet. Mais il y a un problème de financement. En outre, c’est encore une chose de dire qu’on s’engage à réduire la mortalité prématurée…

Quels sont les leviers qu’il faudrait mettre en place ?

André Cicolella Il faut refonder notre politique de santé. Il est nécessaire de soigner, mais il faut aussi se préoccuper d’agir avant. Il faut donc construire une politique s’attaquant à ces causes, qui sont en grande partie identifiée. C’est transformer le mode de production agricole ; c’est arrêter le tout-plastique ; c’est repenser notre système de normes, qui est obsolète… De son côté, la société civile, elle, a mûri, elle est prête. C’est le message donné par le sondage. Aux politiques de faire des propositions. 

Partager cet article

Repost0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

Les Lilas Ecologie en campagne

Le gouvernement abandonne Europacity, pas l’artificialisation des terres agricoles

Il faut stopper EuropaCity - marche citoyenne de Gonesse à Matignon 4 et 5 octobre

Aux Lilas, les citoyens s’unissent pour produire de l’électricité verte

Les promoteurs, les arbres et la cité - lettre ouverte à BNP Paribas

Toxic Tour de Pantin à Romainville dimanche 16 juin 2019

Une Biorégion Ile-de-France résiliente en 2050

Merci aux 1779 Lilasiennes et Lilasiens qui ont voté " Pour le climat, tout doit changer ! "

Pollution de l’air dans les écoles et crèches franciliennes

Volonté politique de créer une régie publique de l’eau à Est Ensemble, mythe ou réalité ?

À la base … un revenu ?

Balade naturaliste Parcs de la Corniche des Forts et abords de la forêt de Romainville le 9 mars 2019 à 11h

La forêt de Romainville, un enjeu écologique et politique

La Forêt passe à l'attaque !

Plâtre et béton sur la Corniche

Agir ensemble pour les Coquelicots le 7 décembre

Marche pour le climat, Défendons la forêt de la Corniche des Forts

Destruction des océans, sur-pêche, pêche électrique... avec Bloom mardi 20 novembre

À Romainville, les habitants défendent une forêt sauvage contre une base de loisirs régionale

Marches pour le climat et la biodiversité 13 et 14 octobre

Les amis des coquelicots étaient bienvenus...

Amis des coquelicots, agissons ensemble vendredi 5 octobre à 18H30

La forêt urbaine de la Corniche des Forts - une chance unique à nos portes

Mobilisation citoyenne à la marche pour le climat samedi 8 septembre à Paris

Un coup de pouce Vert pour les Électrons solaires ! 

Le collectif Eau publique des Lilas invite au dialogue le 21 mars

Entre le nucléaire et la bougie, il y a l’intelligence - du 10 au 18 mars aux Lilas

En Ile de France, les énergies renouvelables citoyennes ont le vent en poupe...

Le Syctom a organisé une concertation réservée aux sachants – et après ?

Une enquête publique sur le PLU des Lilas… qui change la donne !

Une victoire pour l'eau publique en Île-de-France

L’eau publique, c’est maintenant !

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet