Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

29 septembre 2018 6 29 /09 /septembre /2018 09:15

Figure de l’École de Francfort, Hartmut Rosa critique la logique de croissance au nom de la « vie bonne ». Une traduction de son dernier ouvrage et un recueil de textes ont paru récemment : Résonance, de Hartmut Rosa, La Découverte, 544 pages, 28 euros. Remède à l’accélération, de Hartmut Rosa, Philosophie magazine éditeur, 93 pages, 14 euros. Par Laurent Etre le 27 septembre 2018 pour l’Humanité. Lire aussi Le « revenu universel », entre utopie et pragmatisme , Revenu garanti, l’invité-surprise et Reprenons le mouvement de réduction du temps de travail et instaurons le revenu universel d'existence.

Hartmut Rosa sous-titre son dernier livre, Résonance, par « Une sociologie de la relation au monde ». Plainpicture/Cavan Images

Hartmut Rosa sous-titre son dernier livre, Résonance, par « Une sociologie de la relation au monde ». Plainpicture/Cavan Images

Depuis la sortie de son best-seller Accélération. Une critique sociale du temps (La Découverte, 2010), Hartmut Rosa touche un large public, du moins celui qu’intéresse la critique de nos modes de vie dans le capitalisme contemporain. Disciple d’Axel Honneth, lequel interroge pour sa part la société actuelle du point de vue du besoin humain de reconnaissance, Hartmut Rosa s’inscrit dans le cadre théorique de l’Institut de recherche sociale de Francfort (créé en 1923 et communément appelé « l’École de Francfort » à partir des années 1950), dont il incarne la quatrième génération. Les grands noms de la première sont Horkheimer, Adorno, Marcuse, Fromm… Croisant un certain marxisme, avec les apports de la psychanalyse freudienne et une sociologie consciente des limites des méthodes empiriques, l’École a dans sa ligne de mire la société de consommation et ses industries culturelles, la course au rendement… Avant de s’édulcorer quelque peu sous la houlette de Jürgen Habermas (deuxième génération) et son « éthique de la discussion », soluble dans la social-démocratie la plus tempérée. Avec Honneth, figure de proue d’une troisième génération francfortoise, et directeur de thèse de Rosa, on a pu croire à un retour aux ambitions transformatrices des origines, sa théorie de la reconnaissance remettant au premier plan la conflictualité sociale. Las, l’horizon revendiqué ne va pas plus loin que le retour à un « capitalisme organisé » (lire l’Humanité du 22 janvier 2015).

Contre la frénésie productiviste

Et voilà donc Rosa. Lui revendique ouvertement une « pensée anticapitaliste », dans la conclusion de son dernier livre, Résonance, sous-titré « Une sociologie de la relation au monde ».

De la critique de l’accélération à la recherche de résonance, le chemin est plus direct qu’il n’y paraît. L’accélération se définit par une « croissance quantitative par unité de temps », rappelle le philosophe et sociologue. Le problème n’est donc pas la vitesse en soi mais le fait que celle-ci nous soit imposée et nous emporte dans une frénésie productiviste. « Pour produire plus, dans la même unité de temps, il n’y a qu’une solution. À population égale, il faut aller plus vite », résume-t-il dans l’un des articles composant « Remède à l’accélération », le recueil publié par Philosophie magazine. La préoccupation de Rosa, au fond, c’est notre réduction à de purs supports de croissance et le développement, concomitant, de relations déshumanisées, instrumentales, vides de sens.

L’émancipation humaine suppose donc de cultiver, envers et contre tout, des rapports d’authentique réciprocité, ou « résonnants ». Ce qui suppose d’abord d’identifier les différents « axes de résonance » : horizontaux (les relations aux autres), verticaux (l’expérience de la nature, l’art, la religion) et diagonaux (croisant les deux précédents, comme c’est le cas, par exemple, avec le travail).

Cette démarche a le grand mérite d’interpeller chacun dans son positionnement à l’égard du cours actuel de la société, à rebours à la fois des postures victimaires et culpabilisantes, en reprenant simplement la discussion des sagesses antiques sur la « vie bonne ».

N’est-ce pas, en effet, de ce débat, moral au meilleur sens du terme, et ancré dans les expériences du quotidien, que peut naître l’envie du changement social ? Débat qu’un certain déterminisme marxiste a pu ignorer dramatiquement. La description de la résonance, et de tout ce qui peut y faire obstacle, a quelque chose de performatif : elle nous reconnecte à nos aspirations profondes, nous place en résonance d’abord avec nous-mêmes.

La « justice distributive »

Rosa, nouveau penseur du New Age ? Loin s’en faut. Il ne ménage pas ses coups, d’ailleurs, contre un certain discours de développement personnel enjoignant chacun à identifier et optimiser ses « ressources ». Pour lui, l’épanouissement individuel ne doit jamais être dissocié de la réflexion sur le « cadre socio-politique ». Mais inversement, celle-ci ne saurait occuper tout l’espace d’une théorie critique de la société. à suivre Hartmut Rosa, les tendances actuelles de la philosophie sociale et de la sociologie à se focaliser, respectivement, sur la « justice distributive » et l’accroissement (réel) des inégalités comptent aussi au nombre des effets de l’incapacité de nos sociétés à faire place à la question du bonheur. C’est l’échec à penser cet enjeu qui a conduit les sciences humaines à se rabattre sur le quantitatif. Alors, que faire, concrètement, pour favoriser la résonance ? La seule piste tangible avancée par Rosa est celle d’un revenu universel. L’argumentation formulée à l’appui n’est pas inaudible. « La garantie des ressources sans la contrainte de leur augmentation continuelle me semble une condition préalable à toute réorientation de la conduite de vie », écrit-il. Certes. Mais, outre les dilemmes non tranchés sur le financement d’une telle mesure, la réorientation de vie espérée n’a-t-elle pas plus de chance d’aboutir si la garantie des ressources découle d’une socialisation des moyens de production, par l’action consciente et délibérée des producteurs eux-mêmes ? C’était la voie esquissée par Marx.

Partager cet article

Repost0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

Les Lilas Ecologie en campagne

Le gouvernement abandonne Europacity, pas l’artificialisation des terres agricoles

Il faut stopper EuropaCity - marche citoyenne de Gonesse à Matignon 4 et 5 octobre

Aux Lilas, les citoyens s’unissent pour produire de l’électricité verte

Les promoteurs, les arbres et la cité - lettre ouverte à BNP Paribas

Toxic Tour de Pantin à Romainville dimanche 16 juin 2019

Une Biorégion Ile-de-France résiliente en 2050

Merci aux 1779 Lilasiennes et Lilasiens qui ont voté " Pour le climat, tout doit changer ! "

Pollution de l’air dans les écoles et crèches franciliennes

Volonté politique de créer une régie publique de l’eau à Est Ensemble, mythe ou réalité ?

À la base … un revenu ?

Balade naturaliste Parcs de la Corniche des Forts et abords de la forêt de Romainville le 9 mars 2019 à 11h

La forêt de Romainville, un enjeu écologique et politique

La Forêt passe à l'attaque !

Plâtre et béton sur la Corniche

Agir ensemble pour les Coquelicots le 7 décembre

Marche pour le climat, Défendons la forêt de la Corniche des Forts

Destruction des océans, sur-pêche, pêche électrique... avec Bloom mardi 20 novembre

À Romainville, les habitants défendent une forêt sauvage contre une base de loisirs régionale

Marches pour le climat et la biodiversité 13 et 14 octobre

Les amis des coquelicots étaient bienvenus...

Amis des coquelicots, agissons ensemble vendredi 5 octobre à 18H30

La forêt urbaine de la Corniche des Forts - une chance unique à nos portes

Mobilisation citoyenne à la marche pour le climat samedi 8 septembre à Paris

Un coup de pouce Vert pour les Électrons solaires ! 

Le collectif Eau publique des Lilas invite au dialogue le 21 mars

Entre le nucléaire et la bougie, il y a l’intelligence - du 10 au 18 mars aux Lilas

En Ile de France, les énergies renouvelables citoyennes ont le vent en poupe...

Le Syctom a organisé une concertation réservée aux sachants – et après ?

Une enquête publique sur le PLU des Lilas… qui change la donne !

Une victoire pour l'eau publique en Île-de-France

L’eau publique, c’est maintenant !

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet