Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

7 octobre 2018 7 07 /10 /octobre /2018 09:07

La contestation grandit au sein de l’Office national des forêts. À l’appel d’une large intersyndicale, les agents organisent cet automne une « marche pour la forêt ». L’objectif : défendre ce « bien commun » menacé par des choix productivistes. D'après Alexandra Chaignon le jeudi 4 octobre 2018 pour l’Humanité. Lire aussi « Le Temps des forêts » : l’exploitation de la forêt est entrée dans la démesure et Sylvothérapie : « les bains de forêt » améliorent votre santé.

Marche à Mulhouse vers la forêt de Cerilly, le 26 septembre. Thierry Gachon/Photopqr/L’Alsace/Maxppp

Marche à Mulhouse vers la forêt de Cerilly, le 26 septembre. Thierry Gachon/Photopqr/L’Alsace/Maxppp

 « On vient de traverser la forêt du Doubs. On y trouve encore une grande variété de feuillus gigantesques, avec une véritable biodiversité. » Garde forestier au sein de l’ONF (Office national des forêts) mais aussi secrétaire général du syndicat Snupfen Solidaires, Philippe Berger ne se lasse pas d’évoquer ce « bien commun », « malheureusement » de plus en plus soumis aux lois du marché. C’est pourquoi, depuis le 26 septembre dernier, il participe quotidiennement à la « marche pour la forêt », une initiative portée par le personnel de l’ONF, constitué en une large intersyndicale, avec le soutien d’associations environnementales, pour dénoncer « l’industrialisation de la forêt publique et la privatisation de sa gestion ».

Philippe Berger, lui, est parti de Mulhouse – sachant que trois autres parcours coexistent (au départ de Strasbourg, Perpignan et Valence), pour converger à pied en forêt de Tronçais, dans l’Allier, le 25 octobre, où un grand rassemblement s’y déroulera. « Chaque jour, nous sommes entre 25 et 60 à marcher », constate le syndicaliste, tout en expliquant les origines de cette action. Celle-ci s’inscrit dans une lutte opposant depuis des années les agents à leur direction, sur fond de réforme : saignée des effectifs, dégradation des conditions de travail, instauration de critères de rentabilité. « La marche, c’est le résultat d’une longue exaspération », résume Gilles Quentin, de la CGT forêt.

Un modèle économique intenable

La racine du problème, tous les syndicats la dénoncent, c’est la privatisation de la gestion des forêts. Depuis sa création, en 1964, l’ONF tire l’essentiel de ses revenus de la vente de bois. En 2016, le dernier contrat d’objectifs et de performance pluriannuel prévoit de prélever en 2020 environ 1 million de mètres cubes de bois supplémentaires par rapport à 2014. « Ce mode de financement est bancal : le cours du bois n’ayant cessé de chuter depuis cinquante ans, cela accentue la pression pour toujours couper plus de bois, explique le secrétaire du Snupfen. On se retrouve à remplir des objectifs de coupe commerciale du bois, en contradiction avec la gestion à long terme que nécessite la forêt. Accaparés par les tâches les plus rentables, on est contraint d’en délaisser d’autres, décisives, comme l’entretien des forêts, l’accueil du public ou la surveillance… »

Découpe forestière et sociale

« Protection, biodiversité et accueil du public sont sacrifiés sur l’autel de la rentabilité de court terme. Les forêts sont de plus en plus considérées comme de vulgaires usines à bois à mettre au service de l’industrie », dénonce l’intersyndicale dans un tract. « Le personnel souffre d’une perte de sens », confie Gilles Quentin, évoquant « une période noire qui a abouti à des suicides ». Sans parler du climat social délétère, dénoncé par l’intersyndicale, qui a poussé en septembre 2017 cinq syndicats à démissionner des instances représentatives du personnel de l’ONF. « Le dialogue est rompu avec cette direction, qui va jusqu’à mettre les syndicats au tribunal », illustre la CGT. Sans compter qu’entre 2002 et 2016 un quart des effectifs a été supprimé. « Nous étions 16 000 en 1986. Aujourd’hui, on est à 8 500. On est à l’os. On n’est plus en capacité physique d’assurer la gestion des forêts », estime Philippe Berger. « 226 suppressions sont prévues en 2019. Et 1 600 postes en moins d’ici à 2022, a calculé Gilles Quentin. En outre, lorsqu’il remplace, l’office embauche des salariés de droit privé et non plus des fonctionnaires. Quand les fonctionnaires seront minoritaires, le statut de l’établissement changera. L’objectif, c’est la privatisation de l’établissement. L’ONF a été configuré pour devenir une entreprise privée. »

« Cette pression aboutit à une perte de la biodiversité, alerte également Philippe Berger. Un chêne, c’est 160 à 250 ans. Du coup, les industriels mettent une forte pression pour que l’on reboise plus de résineux, à la croissance rapide. En clair, on demande à la forêt de s’adapter à l’industrie. On est en train d’industrialiser la forêt. Aujourd’hui, on assiste à une fuite en avant de surproduction de bois qui va au-delà de la capacité de la forêt à se renouveler. 

Partager cet article

Repost0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

Les Lilas Ecologie en campagne

Le gouvernement abandonne Europacity, pas l’artificialisation des terres agricoles

Il faut stopper EuropaCity - marche citoyenne de Gonesse à Matignon 4 et 5 octobre

Aux Lilas, les citoyens s’unissent pour produire de l’électricité verte

Les promoteurs, les arbres et la cité - lettre ouverte à BNP Paribas

Toxic Tour de Pantin à Romainville dimanche 16 juin 2019

Une Biorégion Ile-de-France résiliente en 2050

Merci aux 1779 Lilasiennes et Lilasiens qui ont voté " Pour le climat, tout doit changer ! "

Pollution de l’air dans les écoles et crèches franciliennes

Volonté politique de créer une régie publique de l’eau à Est Ensemble, mythe ou réalité ?

À la base … un revenu ?

Balade naturaliste Parcs de la Corniche des Forts et abords de la forêt de Romainville le 9 mars 2019 à 11h

La forêt de Romainville, un enjeu écologique et politique

La Forêt passe à l'attaque !

Plâtre et béton sur la Corniche

Agir ensemble pour les Coquelicots le 7 décembre

Marche pour le climat, Défendons la forêt de la Corniche des Forts

Destruction des océans, sur-pêche, pêche électrique... avec Bloom mardi 20 novembre

À Romainville, les habitants défendent une forêt sauvage contre une base de loisirs régionale

Marches pour le climat et la biodiversité 13 et 14 octobre

Les amis des coquelicots étaient bienvenus...

Amis des coquelicots, agissons ensemble vendredi 5 octobre à 18H30

La forêt urbaine de la Corniche des Forts - une chance unique à nos portes

Mobilisation citoyenne à la marche pour le climat samedi 8 septembre à Paris

Un coup de pouce Vert pour les Électrons solaires ! 

Le collectif Eau publique des Lilas invite au dialogue le 21 mars

Entre le nucléaire et la bougie, il y a l’intelligence - du 10 au 18 mars aux Lilas

En Ile de France, les énergies renouvelables citoyennes ont le vent en poupe...

Le Syctom a organisé une concertation réservée aux sachants – et après ?

Une enquête publique sur le PLU des Lilas… qui change la donne !

Une victoire pour l'eau publique en Île-de-France

L’eau publique, c’est maintenant !

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet