Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

8 octobre 2018 1 08 /10 /octobre /2018 10:55

Limiter le réchauffement planétaire à 1,5 °C ? Encore possible, à condition d’aller vite vers des objectifs concrets, montrent les experts scientifiques du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), dont le rapport spécial sort aujourd’hui 8 octobre. Ce nouveau signe de l’échec des gouvernements intensifie les mobilisations au sein de la société civile, ONG, associations, réseaux, villes, régions, entreprises... Plus qu’un défi technologique de réduction des émissions de carbone, faire muter l’économie et les modes de vie dépend de la société et des décideurs. D’après Politis et Le Parisien le 8 octobre 2018.

Une action de Greenpeace sur le glacier d'Aletsch en Suisse, 2007 - Photo Fabrice Coffrin/AFP

Une action de Greenpeace sur le glacier d'Aletsch en Suisse, 2007 - Photo Fabrice Coffrin/AFP

Dans les tout derniers instants de la fameuse COP 21, conclue en décembre 2015 par la signature de l’accord de Paris sur le climat, une petite extension a été jointe au paragraphe des objectifs. Il est entendu depuis longtemps qu’il s’agit de ne pas dépasser 2 °C d’augmentation de la température planétaire moyenne, conformément aux préconisations de la communauté scientifique, qui explique qu’au-delà la dérive de l’ensemble du système climatique risque fort de conduire à des bouleversements incalculables (hausse de plusieurs mètres du niveau des mers, Amazonie transformée en savane, etc.). Mais les petits pays insulaires, notamment, qu’un monde à + 2 °C risque de voir disparaître, submergés par les océans, ont insisté pour que l’on mentionne une perspective plus exigeante : « Et poursuivre les efforts » vers l’horizon + 1,5 °C.

Le Giec a donc été saisi pour produire un rapport spécifique sur cette ambition, cernée par deux questions : quelle différence attendre de ce 0,5 °C gagné dans la bataille climatique ? Et comment y parvenir ?

La réponse à la première question est sans appel : il y a un univers d’écart entre les deux plafonds. Et si les chiffres varient, parfois largement, d’une étude à l’autre, selon la méthode ou le périmètre d’observation retenus, la tendance globale ne se dément pas. Résumé de Lucile Dufour, qui suit les négociations internationales au Réseau action climat (RAC) : « Chaque dixième de degré compte pour éviter des conséquences dramatiques pour les populations et la planète. » Et la compilation réalisée par le Giec, renforcée par les travaux parus depuis la date limite de réception que le groupe s’est donnée (fin 2017), montre aussi qu’un monde à + 2 °C, et même à + 1,5 °C, est déjà dramatiquement changé par rapport à celui que nous connaissons, plus chaud déjà de 1 °C depuis le début de l’ère industrielle. Ainsi, de nombreux récifs de coraux sont d’ores et déjà irrémédiablement condamnés.

L’indicateur géophysique le plus parlant est la hausse du niveau des mers : celle-ci est due à la dilatation des eaux par réchauffement et surtout, actuellement, aux glaciers terrestres, dont la vitesse de fonte est beaucoup plus rapide qu’auparavant. Une hausse de 2 °C au lieu de 1,5 °C reviendrait par exemple à « accepter » 120 cm d’élévation du niveau des mers au lieu de 90 cm à long terme (on approche déjà des 30 cm) : ce sont des centaines de millions de personnes qui devraient fuir leur lieu de vie actuel, notamment sur les terres rases du golfe du Bengale.

Le régime des pluies, crucial pour l’agriculture de nombreux pays africains et asiatiques, serait moins perturbé : à + 1,5 °C, le rendement de certaines céréales ne chuterait « que » de 45 % au lieu de 60 %, rapporte l’ONU, observatrice de la sécurité alimentaire. Et les trois quarts des pays sensibles (Moyen-Orient, Afrique subsaharienne, Asie centrale et du Sud-Est, Amérique du Sud) subiraient une moindre augmentation de leur vulnérabilité à l’insécurité alimentaire. Selon une étude chinoise, le nombre de personnes exposées à des précipitations extrêmes diminuerait de 20 à 40 %. L’impact est spectaculaire pour la biodiversité : en rester à + 1,5 °C permettrait de conserver 14 % du globe comme zone refuge pour les espèces vivantes, au lieu de 5,5 %. Et de réduire de plus de 45 % le nombre d’espèces qui risquent de voir leur habitat naturel réduit de moitié.

Les chercheurs évaluent aussi les conséquences socio-économiques. Dépasser le seuil de + 1,5 °C pourrait provoquer une baisse très importante de la croissance des pays proches de l’équateur. Plus de 100 millions de personnes pourraient voir leur état de pauvreté s’aggraver encore. C’est un grand classique : ces populations, dont la responsabilité est marginale dans le dérèglement climatique, s’apprêtent à en encaisser la plus lourde facture. Inondations et sécheresses vont s’intensifier, avec leurs cortèges de décès, et plusieurs maladies véhiculées par des insectes vont étendre leurs zones d’endémisme – paludisme, dengue, maladie du Nil occidental, maladie de Lyme.

L’International Institute for Applied Systems Analysis (IIASA) a réalisé une étude originale et très frappante tant elle est démonstrative : à + 1,5 °C, 1,5 milliard de personnes (20 % de la population mondiale) présenteront en 2050 un risque modéré à élevé pour deux des trois secteurs vitaux : eau, énergie, alimentation-environnement.

Avec + 2 °C, ce sont 2,7 milliards de personnes qui seraient affectées, et vivant à plus de 90 % en Afrique et en Asie.

Question fort préoccupante, puisqu’elle détermine la marge de manœuvre qu’il reste à l’humanité : à quel moment le climat entrera-t-il dans la zone rouge ? Alors que les émissions de gaz à effet de serre sont reparties à la hausse depuis trois ans dans le monde, le rythme du réchauffement s’accélère, et, si la tendance se poursuit, la planète franchira les 1,5 °C en 2040, selon le Giec. Mais les évaluations varient, parce que les dynamiques actuelles, généralement aggravantes, prennent souvent les chercheurs à contre-pied. Pour l’Institut météorologique britannique (le Met Office), le franchissement pourrait déjà avoir lieu au milieu de la décennie prochaine !

Dès lors, la réponse à la seconde question est globalement pessimiste. « Il est encore possible d’un point de vue géophysique de contenir le réchauffement à 1,5 °C, explique Myles Allen, de l’université d’Oxford, qui organisait mi-septembre une grande conférence sur le sujet. Mais cela signifie qu’il faut réduire les émissions de gaz à effet de serre de 20 % pour gagner 0,1 °C dans cette bataille ! Mais ce n’est pas la théorie qui déterminera les options, les politiques évalueront d’abord ce qui est praticable… »

La réponse ne réside en tout cas pas du côté de la technologie, insiste Michael Oppenheimer, de l’université Princeton. « C’est d’abord un défi de société : sommes-nous prêts à décarboner massivement notre économie ? Et surtout : les pays du Nord sont-ils disposés à modifier substantiellement leur mode de vie ? » Pour Simon Bullock, responsable de campagnes d’interpellation du réseau européen des Amis de la Terre, « c’est possible, bien sûr, si l’on comprend qu’il faut agir tout de suite et fort : plus besoin de débats pour s’en convaincre ».

La vertu principale de ce rapport du Giec, estime Lucile Dufour, est d’apparaître « comme la preuve scientifique définitive que la bataille de 1,5 °C est avant tout une question politique ». Avec des bénéfices attendus, s’il faut séduire du côté économique et social : limiter les émissions abaissera la pollution atmosphérique, cause de centaines de milliers de décès par an ; mettre le paquet sur l’isolation thermique des bâtiments et le basculement vers les énergies renouvelables fait miroiter la création de millions d’emplois durables, etc.

Le rapport du Giec tente de scénariser des trajectoires possibles vers le Graal 1,5 °C. La première étape consiste à inverser très rapidement la tendance actuelle, la hausse des émissions, pour les faire ensuite décroître drastiquement. Si les estimations varient quant au volume du « reste à émettre » (et donc au délai octroyé pour tenir l’objectif), une grande majorité s’accorde sur la nécessité absolue et prioritaire d’éradiquer, à terme rapproché, le charbon de la palette énergétique. C’est la source fossile la plus fortement émettrice de CO2 et encore la plus utilisée pour produire de l’électricité dans le monde.

La notion de neutralité carbone, consacrée pour la première fois comme objectif collectif à l’échelle internationale dans l’accord de Paris, devrait guider un bon nombre de décisions politiques. « Ce texte parle d’atteindre la neutralité carbone dans la seconde moitié du siècle, précise Lola Vallejo, directrice du programme climat de l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri). Mais elle représente un moment dans l’action climatique, un point de passage, et pas une fin en soi. Nous ne devons pas arriver à la neutralité et nous arrêter là. »

L’objectif pourrait être définitivement hors de portée, selon certains scénarios moins volontaristes, si l’on n’a pas recours à des mécanismes d’absorption du CO2 émis dans l’atmosphère. Le plus acceptable consiste à planter de vastes forêts, qui feraient le travail pendant la période de croissance des arbres (1). À condition qu’elles restent sur pied et que les risques de conflits d’usage soient réduits, notamment pour les petits paysans des zones tropicales, que la disponibilité des terres et la vitesse de croissance de la végétation rendent favorables aux projets de forêts fixatrices de CO2. Variante : orienter l’agriculture vers des pratiques favorisant l’absorption de CO2. Là encore, rien ne dit que l’intérêt des populations locales, notamment leur autonomie alimentaire, ne pâtirait pas de cet objectif climatique présenté comme prioritaire. « Mais ces technologies ne sont pas la panacée, car elles sont encore balbutiantes, et il serait dangereux de ne se reposer que sur elles », prévient Lola Vallejo.

Et puis restent les fantasmes de la géo-ingénierie, qui font hurler les écologistes. Cette approche technocratique du problème climatique consiste à agir massivement sur des mécanismes naturels pour réduire les radiations solaires (réflecteurs spatiaux, formation de nuages par ensemencement de l’atmosphère, etc.) ou accélérer l’absorption du CO2 par les océans (en « engraissant » les micro-algues marines, en favorisant la formation de calcaire…). Parmi ces hypothèses d’apprentis sorciers, dont plusieurs n’ont connu que des expérimentations limitées et peu convaincantes, se détache l’épouvantail de l’époque : la capture et la séquestration du CO2 dans des couches géologiques profondes. Il s’agit de canaliser les émissions des centrales à charbon pour les injecter dans d’anciennes veines d’énergies fossiles vides. Cette technologie séduit par son potentiel théorique, mais elle n’est pas vraiment au point, et son coût la rend pour le moment hypothétique. Jusqu’à quand ? Certaines expérimentations, dans le Sahara algérien par exemple, ont montré que les veines de stockage pouvaient relarguer une partie du CO2 dans l’atmosphère : une bombe radicale léguée aux générations futures.

(1) À maturité, l’absorption (par la photosynthèse) et le rejet (par la « respiration ») du CO2 se compensent.

Partager cet article

Repost0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

Les Lilas Ecologie en campagne

Le gouvernement abandonne Europacity, pas l’artificialisation des terres agricoles

Il faut stopper EuropaCity - marche citoyenne de Gonesse à Matignon 4 et 5 octobre

Aux Lilas, les citoyens s’unissent pour produire de l’électricité verte

Les promoteurs, les arbres et la cité - lettre ouverte à BNP Paribas

Toxic Tour de Pantin à Romainville dimanche 16 juin 2019

Une Biorégion Ile-de-France résiliente en 2050

Merci aux 1779 Lilasiennes et Lilasiens qui ont voté " Pour le climat, tout doit changer ! "

Pollution de l’air dans les écoles et crèches franciliennes

Volonté politique de créer une régie publique de l’eau à Est Ensemble, mythe ou réalité ?

À la base … un revenu ?

Balade naturaliste Parcs de la Corniche des Forts et abords de la forêt de Romainville le 9 mars 2019 à 11h

La forêt de Romainville, un enjeu écologique et politique

La Forêt passe à l'attaque !

Plâtre et béton sur la Corniche

Agir ensemble pour les Coquelicots le 7 décembre

Marche pour le climat, Défendons la forêt de la Corniche des Forts

Destruction des océans, sur-pêche, pêche électrique... avec Bloom mardi 20 novembre

À Romainville, les habitants défendent une forêt sauvage contre une base de loisirs régionale

Marches pour le climat et la biodiversité 13 et 14 octobre

Les amis des coquelicots étaient bienvenus...

Amis des coquelicots, agissons ensemble vendredi 5 octobre à 18H30

La forêt urbaine de la Corniche des Forts - une chance unique à nos portes

Mobilisation citoyenne à la marche pour le climat samedi 8 septembre à Paris

Un coup de pouce Vert pour les Électrons solaires ! 

Le collectif Eau publique des Lilas invite au dialogue le 21 mars

Entre le nucléaire et la bougie, il y a l’intelligence - du 10 au 18 mars aux Lilas

En Ile de France, les énergies renouvelables citoyennes ont le vent en poupe...

Le Syctom a organisé une concertation réservée aux sachants – et après ?

Une enquête publique sur le PLU des Lilas… qui change la donne !

Une victoire pour l'eau publique en Île-de-France

L’eau publique, c’est maintenant !

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet