Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

28 novembre 2018 3 28 /11 /novembre /2018 09:31

L’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) en appelle au grand public pour financer l’acquisition de réserves où la faune et la flore évoluent en toute liberté. D’après www.aspas-nature.org et Pierre Le Hir pour Le Monde. Lire aussi « La nature face au choc climatique » : la moitié des espèces des régions les plus riches en biodiversité menacées d’extinctions , La sixième extinction de masse des animaux s’accélère et Les échanges commerciaux qui menacent la vie sauvage.

Des citoyens financent des réserves de vie sauvage depuis 30 ans

Voici une trentaine d’années, le 20 novembre 1987, en créant son Conservatoire E.S.P.A.C.E., l’ASPAS avait eu l’idée visionnaire de protéger des milieux par la maîtrise foncière. Pour pallier l’incurie de l’État, face à la dégradation générale de notre patrimoine, l’ASPAS remet à jour la charte du conservatoire ESPACE en avril 2010.
Le 7 juillet 2010 elle concrétise son Conservatoire avec sa toute première acquisition dans le Massif central (4 parcelles pour une surface totale de 3,27 ha). Première d’une longue série.
En 2014, le « Conservatoire E.S.P.A.C.E. » laisse place aux Réserves de Vie Sauvage, et son label « Réserve de Vie Sauvage® » est déposé à l’INPI (Institut national de la propriété industrielle).

Pourquoi des réserves de vie sauvage ?

Des citoyens financent des réserves de vie sauvage depuis 30 ans

Parce que l’État ne fait pas son travail ! Suite aux oppositions systématiques des lobbies ruraux, les exigences en matière de protection de  la nature ont sérieusement baissé.
La majorité des régimes juridiques des espaces protégés n’interdit pas la chasse, qui est autorisée dans certains parcs nationaux, comme ceux des Cévennes et des Calanques, ainsi que dans 70 % des Réserves Naturelles Nationales. De même, l’exploitation forestière peut se pratiquer dans tout ou partie de ces espaces dits « protégés » (dans tous les Parcs Nationaux par exemple).
Les différentes chartes des Parcs Naturels prévoient, avant tout, d’assurer la pérennisation des activités humaines en son sein, et non comme on pourrait le penser, de mettre tout en œuvre pour une vraie protection de la nature sauvage.
Sous la pression des lobbies financiers, agricoles et de la chasse, on ne protège plus que ce qui ne les dérange pas : c’est-à-dire quasiment rien.
L’urgence est donc de préserver des espaces de vraie nature libre, où la vie sauvage se développe à l’abri de toute destruction et de toute exploitation mercantile.

Qu'est-ce qu'une réserve de vie sauvage ?

C’est un espace naturel dont la gestion est, en fait… la non gestion, ou la libre naturalité. L’objectif est de reconstituer des îlots de nature intacte, des zones de quiétude pour la faune et de naturalité pour la végétation.
Le niveau de protection correspond à la catégorie 1b « Zone de nature sauvage » du classement de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) attribuée aux espaces qui ont conservé leur caractère et leur influence naturels, et sont protégés et gérés aux fins de préserver leur état authentique.
Sont interdits : la chasse, l’exploitation forestière, la pêche, les dépôts de déchets, les feux, la circulation des véhicules à moteur en-dehors des voies publiques prévues à cet effet et sauf service ou sécurité, toute forme de cueillette et de prélèvement (faune et flore), le passage de chiens non tenus en laisse, l’exploitation agricole et l’élevage d’animaux domestiques, et toute autre activité humaine néfaste à la faune et à la flore.

Des citoyens financent des réserves de vie sauvage depuis 30 ans
Des citoyens financent des réserves de vie sauvage depuis 30 ans

Quels terrains ?

Des terrains sauvages de toutes sortes, de préférence d’un fort intérêt ou d’un fort potentiel biologique tels que zones humides, forêts, falaises, landes, cols migratoires, etc. Chaque acquisition sera précédée d’une étude de terrain.

Comment obtenir la maîtrise foncière ?

✔ par l’acquisition de terrains. À cet effet, une recherche active est actuellement menée. Si vous avez connaissance de terrains abritant une nature riche en vente dans votre entourage, vous pouvez nous prévenir. L’ASPAS a ouvert une ligne budgétaire spécifique pour le financement de ce projet.
✔ Par les donations et les legs. La reconnaissance d’utilité publique de l’ASPAS facilite ce mode d’acquisition puisqu’elle permet désormais une exonération totale des droits de mutation (contre 60 % jusqu’à présent). Transmettre ainsi vos terrains naturels à l’ASPAS vous donnera la certitude qu’ils demeureront préservés dans le temps.

Une réserve de vie sauvage, c’est comment ?

Des citoyens financent des réserves de vie sauvage depuis 30 ans

D’abord, le silence. Puis, traversant les frondaisons, le cri rauque d’une grande aigrette, flèche blanche dans le ciel automnal. Devant nous, un plan d’eau bordé de saules et de peupliers scintille de reflets ambrés. Massée sur un îlot, une colonie de cormorans – une centaine au bas mot – bat des ailes en cadence dans le froid mordant. Des hérons cendrés montent la garde. Un martin-pêcheur prend son envol. Bienvenue dans la réserve de vie sauvage des Deux-Lacs, l’une des quatre déjà créées par l’Association pour la protection des animaux sauvages (Aspas). Sa démarche, unique en France : financer l’achat de terres pour les rendre à la nature, si nécessaire en faisant appel au grand public.

Ici, dans la petite commune de Châteauneuf-du-Rhône, à la limite de la Drôme et de l’Ardèche, elle est propriétaire, depuis l’été 2013, d’une zone humide de 60 hectares. Un ensemble de deux lacs – d’anciennes gravières remises en eau – planté de landes, d’aulnes, d’aubépines, de roseaux et d’arbustes propres aux milieux aquatiques. Un havre de tranquillité où, peu à peu, la nature reprend ses droits.

Des citoyens financent des réserves de vie sauvage depuis 30 ans

« Cinq ans, c’est encore trop court pour juger de l’évolution de la faune et de la flore. Mais ce qui me frappe, c’est de voir que, en quelques années seulement, les espèces d’oiseaux présentes se sont beaucoup diversifiées. C’est un très bon signe pour l’avenir », témoigne Béatrice Kremer-Cochet, naturaliste, qui fait découvrir le site. Entre le parc de Miribel-Jonage, près de Lyon, et la Camargue, les Deux-Lacs sont devenus une étape, parfois un refuge et une aire de nidification, pour de nombreux oiseaux migrateurs, aigrettes garzettes, guêpiers d’Europe ou hérons pourprés, qui côtoient sur ces rives, en toute quiétude, foulques macroules, grèbes huppés, sarcelles et bécassines.

Les animaux arpentant le sol prennent eux aussi leurs aises, comme le montrent les images dérobées par des caméras dissimulées dans les buissons. On y aperçoit chevreuils, renards, martes, blaireaux, ou encore des genettes, petits carnivores nocturnes. Mais la vedette des lieux est le castor d’Europe. Sur une berge du lac principal, un amoncellement de branches taillées en biseau, percé de conduits d’aération, révèle qu’une famille de rongeurs a construit ici sa hutte.

Le castor d’Europe est l’animal emblématique de la réserve drômoise. REMI COLLANGE

Le castor d’Europe est l’animal emblématique de la réserve drômoise. REMI COLLANGE

Créée voilà un peu plus de trente ans et forte de quelque 10 000 adhérents, l’Aspas met un point d’honneur à ne recevoir aucune subvention de l’Etat. En plus des Deux-Lacs, elle a acquis, avec les seuls fonds de ses membres et de donateurs, trois autres domaines, transformés en réserves. L’un, à dominante forestière, dans la Drôme également, un autre dans les Côtes-d’Armor, le dernier dans l’Hérault, pour un total de près de 700 hectares. Elle projette de presque doubler cette superficie, en leur adjoignant 500 hectares de forêts anciennes, de falaises et de ruisseaux, dans le Vercors.

VERCORS VIE SAUVAGE Un projet ambitieux porté par une ONG hors norme

Des « parts de vie sauvage » symboliques

« Ce nouveau projet sera notre vitrine, avec un espace d’accueil des visiteurs et des postes d’observation des cerfs, loups, aigles, gypaètes, vautours… », annonce Clément Roche, coordinateur des réserves de vie sauvage de l’Aspas. A condition que l’association réunisse les 2,6 millions d’euros nécessaires à cette acquisition foncière, pour laquelle elle a ouvert une souscription. Les donateurs deviennent propriétaires de « parts de vie sauvage » symboliques.

Si l’Aspas s’est lancée dans l’achat de terres, c’est, explique-t-elle, « parce que l’Etat ne fait pas son travail ». Malgré ses 10 parcs nationaux, ses 53 parcs régionaux et ses 347 réserves naturelles (167 nationales, 173 régionales et 7 corses), sans compter 1 776 sites Natura 2000 terrestres et marins, la France n’assure une « protection forte » de la nature que sur « moins de 1 % du territoire national », déplore la directrice de l’association, Madline Reynaud. La chasse est de fait autorisée dans la plupart des réserves naturelles de l’Etat, et même dans une partie des parcs nationaux des Cévennes et des Calanques.

Des citoyens financent des réserves de vie sauvage depuis 30 ans

« La France est un magnifique décor d’opéra avec trop peu de chanteurs, déplore Gilbert Cochet, naturaliste comme son épouse, Béatrice. Elle possède un très riche patrimoine naturel, mais la vie sauvage y est moins dense que chez beaucoup de nos voisins, où le niveau de protection est plus élevé. »

Au sein des réserves de vie sauvage, les règles sont donc strictes : chasse, pêche, cueillette, feux, exploitation forestière, canotage, véhicules à moteur, chiens non tenus en laisse y sont interdits, seuls les promeneurs sur les sentiers aménagés étant les bienvenus. Ce qui crée parfois des tensions avec les chasseurs et les pêcheurs – spécialement aux Deux-Lacs, où des plans d’eau avoisinants sont ouverts à la pêche –, que les agents de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, ou les bénévoles formés comme gardes assermentés, doivent régulièrement rappeler à l’ordre.

Des citoyens financent des réserves de vie sauvage depuis 30 ans

La chute vertigineuse de la biodiversité

Ces enclaves préservées bénéficient ainsi du plus haut degré de protection défini par l’Union internationale pour la conservation de la nature. Elles font aussi partie du réseau Rewilding Europe (« réensauvager l’Europe »), qui compte déjà plus d’un million d’hectares de réserves, notamment dans les Carpates, les deltas du Danube et de l’Oder, le massif du Velebit en Croatie, la chaîne italienne des Apennins, ou encore au Portugal. Avec un principe de gestion simple : l’absence de toute intervention humaine.

« L’homme a évolué au milieu de la vie sauvage. Il a besoin de cette proximité. La rencontre avec la faune sauvage est toujours un moment magique », plaide Gilbert Cochet. Aux Deux-Lacs, la végétation regagne elle aussi du terrain. « Dans ce milieu très modifié par l’homme, avec les multiples barrages aménagés sur le Rhône, un couvert forestier plus diversifié et plus mature commence à s’installer, qui va devenir de plus en plus attractif pour de nombreuses espèces, poursuit le naturaliste. Nous en sommes au tout début, mais il augure de belles surprises avec, pourquoi pas, le retour de rapaces comme le balbuzard ou le pygargue à queue blanche. »

Cette initiative citoyenne ne suffira évidemment pas à enrayer la chute vertigineuse de la biodiversité, dont le dernier rapport « Planète vivante » du Fonds mondial pour la nature (WWF) a confirmé l’ampleur, avec une perte de 60 % des populations mondiales de vertébrés en moins d’un demi-siècle. Du moins contribue-t-elle à offrir à la faune et la flore sauvages de petites oasis de paix et de liberté.

Partager cet article

Repost0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

Les Lilas Ecologie en campagne

Le gouvernement abandonne Europacity, pas l’artificialisation des terres agricoles

Il faut stopper EuropaCity - marche citoyenne de Gonesse à Matignon 4 et 5 octobre

Aux Lilas, les citoyens s’unissent pour produire de l’électricité verte

Les promoteurs, les arbres et la cité - lettre ouverte à BNP Paribas

Toxic Tour de Pantin à Romainville dimanche 16 juin 2019

Une Biorégion Ile-de-France résiliente en 2050

Merci aux 1779 Lilasiennes et Lilasiens qui ont voté " Pour le climat, tout doit changer ! "

Pollution de l’air dans les écoles et crèches franciliennes

Volonté politique de créer une régie publique de l’eau à Est Ensemble, mythe ou réalité ?

À la base … un revenu ?

Balade naturaliste Parcs de la Corniche des Forts et abords de la forêt de Romainville le 9 mars 2019 à 11h

La forêt de Romainville, un enjeu écologique et politique

La Forêt passe à l'attaque !

Plâtre et béton sur la Corniche

Agir ensemble pour les Coquelicots le 7 décembre

Marche pour le climat, Défendons la forêt de la Corniche des Forts

Destruction des océans, sur-pêche, pêche électrique... avec Bloom mardi 20 novembre

À Romainville, les habitants défendent une forêt sauvage contre une base de loisirs régionale

Marches pour le climat et la biodiversité 13 et 14 octobre

Les amis des coquelicots étaient bienvenus...

Amis des coquelicots, agissons ensemble vendredi 5 octobre à 18H30

La forêt urbaine de la Corniche des Forts - une chance unique à nos portes

Mobilisation citoyenne à la marche pour le climat samedi 8 septembre à Paris

Un coup de pouce Vert pour les Électrons solaires ! 

Le collectif Eau publique des Lilas invite au dialogue le 21 mars

Entre le nucléaire et la bougie, il y a l’intelligence - du 10 au 18 mars aux Lilas

En Ile de France, les énergies renouvelables citoyennes ont le vent en poupe...

Le Syctom a organisé une concertation réservée aux sachants – et après ?

Une enquête publique sur le PLU des Lilas… qui change la donne !

Une victoire pour l'eau publique en Île-de-France

L’eau publique, c’est maintenant !

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet