Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

13 décembre 2018 4 13 /12 /décembre /2018 12:05

Les grands pays ne sont pas sur une trajectoire permettant d’éviter un réchauffement à moins de 1,5 °C. C’est ce que révèle l’indice de performance des changements climatiques 2019 publié le 10 décembre 2018. D’après Agnès Sinaï pour Actu Environnement et Alexandra Chaignon pour l’Humanité le 13 décembre 2018.        Lire aussi Les ONG décryptent les enjeux de la COP 24 et La vie humaine totalement perturbée par le changement climatique : décès, famines, pénuries d’eau, migrations…

La Pologne est enferrée dans les énergies fossiles. Des manifestants n’ont pas manqué de le rappeler à l’occasion de la COP24 . Karolina Jonderko/NYT-REDUX-REA

La Pologne est enferrée dans les énergies fossiles. Des manifestants n’ont pas manqué de le rappeler à l’occasion de la COP24 . Karolina Jonderko/NYT-REDUX-REA

L'indice de performance des changements climatiques 2019 (CCPI), publié le 10 décembre à la COP 24 à Katowice (Pologne), montre que seule une poignée de pays ont commencé à mettre en œuvre des stratégies visant à limiter le réchauffement de la planète en dessous de 2°C voire de 1,5°C.

Selon cette étude, qui évalue et compare chaque année les actions engagées par 56 pays et l’Union européenne – responsables à eux seuls de près de 90 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre –, aucun n’est sur la bonne trajectoire pour contenir l’élévation des températures bien en dessous de 2 °C. « Les émissions augmentent à nouveau, après trois années consécutives d’émissions de CO2 stables. Seuls quelques pays ont commencé à mettre en œuvre des stratégies visant à limiter le réchauffement de la planète en dessous de 2 °C voire de 1,5 °C », relèvent les organisations Germanwatch, New Climate Institute et Climate Action Network (CAN), corédactrices de ce classement.

Selon le classement, qui compte quatre critères (les émissions de gaz à effet de serre, les énergies renouvelables, la consommation énergétique et la politique climatique), « aucun des 56 pays, ni l’Union européenne n’est sur une trajectoire de 1,5 °C dans ses performances globales, malgré des signaux encourageants dans certains pays ».

La France rétrogradée en 21e position

Désignée championne du climat après son engagement diplomatique pour la COP21, la France est ainsi tombée de son piédestal. En baisse, elle est aujourd’hui classée à la 21e place, avec la mention « passable », bien loin du leader, la Suède, mais aussi du Maroc, qui a considérablement accru sa part en énergies renouvelables, de la Lituanie ou même de l’Inde (11e). « Passable » également pour l’Allemagne, qui chute de nouveau, passant de la 22e à la 27e position, ses émissions n’ayant pas chuté depuis 2009. « Les décisions relatives à l’élimination du charbon ou à une stratégie de décarbonisation du secteur des transports font encore défaut », analyse Jan Burck, coauteur de l’étude chez Germanwatch. Classée 16e, l’Union européenne, qui s’est fixée comme objectif de réduire de 55 % ses gaz à effet de serre à l’horizon 2030, a, elle, un engagement jugé « trop faible ».

L'Inde passe au onzième rang en raison d'une amélioration de ses performances en matière d'énergies renouvelables et de niveaux d'émissions par habitant relativement faibles. La Chine se rehausse au 33e rang, faisant partie pour la première fois du groupe des pays à performance moyenne.

Dans le groupe des pays très peu performants, on trouve près de la moitié des pays du G20 : Japon (49e), Turquie (50e), Russie (52e), Canada (54e), Australie (55e), Corée (57e) et, en bas de l’indice, les États-Unis (59e), qui perdent encore plusieurs places en raison de la politique climatique de l’administration Trump, et enfin l’Arabie saoudite (60e). Mais les experts ont mis en évidence « certains signaux positifs en raison de l’action climatique menée dans plusieurs États et villes ». Les résultats de la Pologne, pays hôte de la COP24, sont eux aussi qualifiés de « mauvais ».

Les trois premiers rangs du CCPI 2019 restent inoccupés, car « aucun des pays ne se situe clairement sur une trajectoire en deçà de 2 °C dans sa performance globale ». « Au total, l’ambition des pays et le niveau de mise en œuvre ne sont pas assez élevés », analysent les organisations à l’origine de ce classement. Celles-ci pointent notamment « un manque de volonté politique de la plupart des gouvernements d’éliminer progressivement les combustibles fossiles ». « Sur la base des développements techniques de ces dernières années, le retard dans la mise en œuvre de solutions sobres en carbone ne peut guère être justifié », déplore ainsi Jan Burck.

En clair, l’écart entre les niveaux d’émission actuels et ce qui est nécessaire pour mettre le monde sur la bonne voie, bien en dessous de 2 °C, se creuse. Une fois de plus, les ONG appellent les pays à se montrer « plus ambitieux le plus rapidement possible pour atteindre les objectifs de Paris ». Même appel du pied à l’Europe des 28. Comme l’exhorte Stephan Singer, de CAN : « Il est très important que l’Union européenne renforce son engagement actuel en faveur du climat pour faire preuve de leadership. »

Partager cet article

Repost0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

Les Lilas Ecologie en campagne

Le gouvernement abandonne Europacity, pas l’artificialisation des terres agricoles

Il faut stopper EuropaCity - marche citoyenne de Gonesse à Matignon 4 et 5 octobre

Aux Lilas, les citoyens s’unissent pour produire de l’électricité verte

Les promoteurs, les arbres et la cité - lettre ouverte à BNP Paribas

Toxic Tour de Pantin à Romainville dimanche 16 juin 2019

Une Biorégion Ile-de-France résiliente en 2050

Merci aux 1779 Lilasiennes et Lilasiens qui ont voté " Pour le climat, tout doit changer ! "

Pollution de l’air dans les écoles et crèches franciliennes

Volonté politique de créer une régie publique de l’eau à Est Ensemble, mythe ou réalité ?

À la base … un revenu ?

Balade naturaliste Parcs de la Corniche des Forts et abords de la forêt de Romainville le 9 mars 2019 à 11h

La forêt de Romainville, un enjeu écologique et politique

La Forêt passe à l'attaque !

Plâtre et béton sur la Corniche

Agir ensemble pour les Coquelicots le 7 décembre

Marche pour le climat, Défendons la forêt de la Corniche des Forts

Destruction des océans, sur-pêche, pêche électrique... avec Bloom mardi 20 novembre

À Romainville, les habitants défendent une forêt sauvage contre une base de loisirs régionale

Marches pour le climat et la biodiversité 13 et 14 octobre

Les amis des coquelicots étaient bienvenus...

Amis des coquelicots, agissons ensemble vendredi 5 octobre à 18H30

La forêt urbaine de la Corniche des Forts - une chance unique à nos portes

Mobilisation citoyenne à la marche pour le climat samedi 8 septembre à Paris

Un coup de pouce Vert pour les Électrons solaires ! 

Le collectif Eau publique des Lilas invite au dialogue le 21 mars

Entre le nucléaire et la bougie, il y a l’intelligence - du 10 au 18 mars aux Lilas

En Ile de France, les énergies renouvelables citoyennes ont le vent en poupe...

Le Syctom a organisé une concertation réservée aux sachants – et après ?

Une enquête publique sur le PLU des Lilas… qui change la donne !

Une victoire pour l'eau publique en Île-de-France

L’eau publique, c’est maintenant !

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet