Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

11 janvier 2019 5 11 /01 /janvier /2019 09:09

Le Commissariat général au développement durable et l’Observatoire de la biodiversité dressent un tableau inquiétant de l’état des écosystèmes sur notre territoire. Plus d’un quart des espèces sont menacées de disparition dans l’Hexagone et les territoires ultramarins. D’après Marie-Noëlle Bertrand et Pierre Le Hir le 10 janvier pour l’Humanité et Le Monde. Lire aussi L'Europe doit choisir entre les abeilles et l’agrochimie..., La Convention sur la Diversité Biologique CDB - COP14 constate l’échec des objectifs fixés en 2010, Des citoyens financent des réserves de vie sauvage depuis 30 ans, « La nature face au choc climatique » : la moitié des espèces des régions les plus riches en biodiversité menacées d’extinctions...

Le vison d’Europe (Mustela lutreola) figure sur la « Liste rouge nationale des espèces menacées de l’UICN France et du MNHN ». JULIEN STEINMETZ

Le vison d’Europe (Mustela lutreola) figure sur la « Liste rouge nationale des espèces menacées de l’UICN France et du MNHN ». JULIEN STEINMETZ

En octobre, le rapport « Planète vivante » du WWF sonnait l’alerte quant à la dégradation de nos écosystèmes à l’échelle mondiale. L’Observatoire national de la biodiversité (ONB) et le Commissariat général au développement durable (CGDD) la déclenchent, cette fois, à l’échelle de la France.

Récemment publiée, l’édition 2018 des chiffres clé de la biodiversité dresse un tableau inquiétant de l’érosion du vivant sur notre territoire : au 1er avril dernier, 26 % des 5 073 espèces faisant l’objet d’un suivi depuis quelques années restaient fortement menacées… voire éteintes.

En termes de population, 22 % des oiseaux communs spécialistes (vivant uniquement dans un biotope donné) ont disparu de métropole entre 1989 et 2017. « Avec une baisse de 3 %, les espèces animales des habitats forestiers affichent une certaine stabilité, contrairement aux espèces inféodées aux milieux bâtis et agricoles, dont les populations ont respectivement diminué de 30 % et 33 % sur la période », détaille la synthèse. Les chauves-souris ne se portent guère mieux, alors que l’on estime que leurs effectifs ont chuté en dix ans, avec toutefois de fortes disparités entre les espèces. Ainsi, les effectifs de la noctule commune ont-ils chuté de 51 % sur cette période, tandis que ceux de la pipistrelle pygmée augmentaient de 15 %.

La noctule commune de la famille des chauves-souris a perdu 51 % de sa population entre 1989 et 2017. Juniors/Biosphoto

La noctule commune de la famille des chauves-souris a perdu 51 % de sa population entre 1989 et 2017. Juniors/Biosphoto

Le morcellement des territoires dégrade les habitats

Plus globalement, le risque que des espèces ne disparaissent complètement s’avère nettement plus élevé dans les outre-mer, qui abritent l’essentiel de la biodiversité nationale, qu’en métropole. Mais partout le problème majeur demeure celui de la dégradation des habitats où elles vivent. Tout comme l’étude de l’ONG, cette nouvelle synthèse pointe en premier lieu la responsabilité des activités humaines qui les rongent.

« L’artificialisation des sols et l’agriculture intensive figurent parmi les premières causes de perte de biodiversité en fragmentant et en détruisant les habitats naturels », explique le rapport. En fragmentant le territoire, la première détruit des milieux naturels et favorise le morcellement et le cloisonnement des milieux. Le constat n’est pas neuf. Pourtant, les espaces artificialisés (bâtiments, routes, parkings, décharges ou chantiers) continuent de progresser en France, plus vite, même, que la population ne croit (respectivement + 1,4 % par an en moyenne entre 2006 et 2015, contre + 0,5 %). Les espaces artificialisés couvraient, en 2015, 5,16 millions d’hectares – soit l’équivalent de 800 mètres carrés par habitant. Tous les dix ans, la France continue ainsi de perdre une surface naturelle équivalente à celle d’un département comme la Drôme ou le Loir-et-Cher.

Autre indicateur : sur la période 2007-2012, seuls 22 % des habitats naturels d’intérêt communautaire – des milieux tels que prairies, marais, falaises, dunes ou chênaies dont une directive européenne exige le maintien et l’amélioration – étaient dans un état de conservation jugé favorable. Les surfaces toujours en herbe, ou prairies permanentes, qui sont riches en insectes, en faune vivant sur le sol et en flore, ont rétréci de près de 8 % entre 2000 et 2010.

Le lynx boréal  (nom latin: Lynxil) espèce qui figure sur « Liste rouge nationale des espèces menacées de l’UICN France et du MNHN ». ROLAND CLERC

Le lynx boréal (nom latin: Lynxil) espèce qui figure sur « Liste rouge nationale des espèces menacées de l’UICN France et du MNHN ». ROLAND CLERC

L’utilisation de pesticides n’a de cesse d’augmenter

L’agriculture intensive se voit pareillement épinglée, singulièrement pour son usage de pesticides. En dépit des plans Écophyto successifs qui, depuis 2008, prévoient sa diminution, celui-ci n’a cessé d’augmenter – la vente de produits phytosanitaires a augmenté de 12 % en 2014-2016, par rapport à la période de référence 2009-2011, rappelle la synthèse. « Intoxication des organismes, effets sur leur reproduction ou leur comportement, réduction de l’offre de nourriture… Ils peuvent être à l’origine de déséquilibres des écosystèmes, en affectant par exemple les populations d’abeilles et autres pollinisateurs, et plus généralement les insectes, les vers de terre, les rongeurs, les oiseaux, les poissons… », soulignent encore l’ONB et le CGDD.

La France, pourtant, aurait le devoir d’endiguer ce rapide déclin. « Disposant du deuxième domaine maritime au monde et d’une palette géographique et bioclimatique de territoires extrêmement variée, (elle) héberge 10 % de la biodiversité mondiale », rappelle encore la synthèse. Parmi les espèces qu’elle abrite, beaucoup – près de 19 500 – lui sont endémiques. En d’autres termes, elles n’existent nulle part ailleurs sur la planète, et les laisser disparaître reviendrait à les rayer définitivement de la carte du monde.

Péril plus élevé dans les outre-mer

Et, si l’on cherche une lueur d’espoir, on retiendra que, chaque jour, deux espèces nouvelles sont découvertes par les naturalistes, des insectes pour un peu plus de la moitié d’entre eux, et dans les régions ultramarines neuf fois sur dix.

Mais la France figure aussi parmi les dix pays hébergeant le plus grand nombre d’espèces menacées au niveau mondial. Le péril est plus élevé dans les outre-mer (40 % des espèces en danger d’extinction) qu’en métropole (22 %), mais, y compris dans l’Hexagone, le risque s’est accru de 15 %, entre les années 2008-2009 et 2015-2017, pour les quatre groupes majeurs des mammifères, des oiseaux nicheurs, des reptiles et des amphibiens.

Les listes rouges des espèces menacées publiées périodiquement par l’Union internationale pour la conservation de la nature et le Muséum national d’histoire naturelle montrent ainsi qu’un tiers des espèces de mammifères, terrestres ou marins, est aujourd’hui menacé ou quasi menacé d’extinction en France métropolitaine, contre un quart en 2009. C’est le cas du putois d’Europe, du desman des Pyrénées (mammifère semi-aquatique), de la crocidure leucode (musaraigne), ou du phoque veau marin.

La Tortue verte (nom latin Chelonia mydasil), est sur la « Liste rouge nationale des espèces menacées de l’UICN France et du MNHN ». STEPHAN CICCIONE KELONIA

La Tortue verte (nom latin Chelonia mydasil), est sur la « Liste rouge nationale des espèces menacées de l’UICN France et du MNHN ». STEPHAN CICCIONE KELONIA

La situation n’est pas meilleure pour les oiseaux nicheurs, dont un tiers également se trouvent aujourd’hui en sursis, contre un quart en 2008. Parmi eux, l’outarde canepetière, le milan royal, l’alouette des champs ou la macreuse brune. Au cours des deux dernières décennies, les populations d’oiseaux des milieux agricoles ont chuté de 33 % et celles des milieux bâtis de 30 %, les espèces des milieux forestiers résistant mieux (– 3 %).

Espèces exotiques envahissantes

L’état écologique des eaux de surface (rivières, plans d’eau, lagunes, estuaires…) est en revanche en légère amélioration : 44,2 % étaient considérées en 2015 comme en bon ou très bon état, soit un gain de 0,8 % par rapport à 2010. Mais le résultat reste loin du niveau de 64 % fixé, pour 2015, par la directive-cadre européenne sur l’eau, l’objectif étant d’approcher 90 % d’ici à 2021.

A la détérioration des habitats s’ajoute la pollution, en particulier chimique. Les ventes de pesticides à usage agricole continuent d’augmenter (de 12 % sur la période 2014-2016 par rapport à 2009-2011). Toutefois, la contamination des cours d’eau par les nitrates et les produits phosphatés est en nette diminution, de respectivement 11 % et 50 % sur les deux dernières décennies.

Les espèces exotiques envahissantes, enfin, sont l’une des menaces les plus directes pour la flore et la faune autochtones. Or, soixante des cent espèces les plus invasives au monde ont été identifiées en 2018 dans les outre-mer, parmi lesquelles la liane papillon à La Réunion, l’iguane vert en Martinique et en Guadeloupe, ou le rat noir sur plusieurs îles.

Pour ne pas désespérer de l’espèce humaine, on relèvera que les citoyens sont de plus en plus nombreux à s’impliquer dans les sciences participatives liées à la biodiversité : plus de 50 000 d’entre eux ont participé, en 2017, à un programme de collecte de données, un chiffre multiplié par 2,5 en six ans. A l’opposé, l’effort financier national en faveur de la biodiversité (gestion des milieux, réduction des pressions et travaux scientifiques), après avoir progressé de 75 % entre 2000 et 2013, pour atteindre 2,1 milliards d’euros, a ensuite légèrement régressé.

Partager cet article

Repost0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

Les Lilas Ecologie en campagne

Le gouvernement abandonne Europacity, pas l’artificialisation des terres agricoles

Il faut stopper EuropaCity - marche citoyenne de Gonesse à Matignon 4 et 5 octobre

Aux Lilas, les citoyens s’unissent pour produire de l’électricité verte

Les promoteurs, les arbres et la cité - lettre ouverte à BNP Paribas

Toxic Tour de Pantin à Romainville dimanche 16 juin 2019

Une Biorégion Ile-de-France résiliente en 2050

Merci aux 1779 Lilasiennes et Lilasiens qui ont voté " Pour le climat, tout doit changer ! "

Pollution de l’air dans les écoles et crèches franciliennes

Volonté politique de créer une régie publique de l’eau à Est Ensemble, mythe ou réalité ?

À la base … un revenu ?

Balade naturaliste Parcs de la Corniche des Forts et abords de la forêt de Romainville le 9 mars 2019 à 11h

La forêt de Romainville, un enjeu écologique et politique

La Forêt passe à l'attaque !

Plâtre et béton sur la Corniche

Agir ensemble pour les Coquelicots le 7 décembre

Marche pour le climat, Défendons la forêt de la Corniche des Forts

Destruction des océans, sur-pêche, pêche électrique... avec Bloom mardi 20 novembre

À Romainville, les habitants défendent une forêt sauvage contre une base de loisirs régionale

Marches pour le climat et la biodiversité 13 et 14 octobre

Les amis des coquelicots étaient bienvenus...

Amis des coquelicots, agissons ensemble vendredi 5 octobre à 18H30

La forêt urbaine de la Corniche des Forts - une chance unique à nos portes

Mobilisation citoyenne à la marche pour le climat samedi 8 septembre à Paris

Un coup de pouce Vert pour les Électrons solaires ! 

Le collectif Eau publique des Lilas invite au dialogue le 21 mars

Entre le nucléaire et la bougie, il y a l’intelligence - du 10 au 18 mars aux Lilas

En Ile de France, les énergies renouvelables citoyennes ont le vent en poupe...

Le Syctom a organisé une concertation réservée aux sachants – et après ?

Une enquête publique sur le PLU des Lilas… qui change la donne !

Une victoire pour l'eau publique en Île-de-France

L’eau publique, c’est maintenant !

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet