Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

6 février 2019 3 06 /02 /février /2019 09:28

Alors que les énergies renouvelables sont présentées sur le Vieux Continent comme une source d’avenir et d’emploi, un accord signé entre quatre pays européens et le roi Mohammed VI pourrait mettre à mal cette perspective. Par Éric Serres le mercredi 30 Janvier 2019 pour l'Humanité. Lire aussi Climat : à Bruxelles, la France lâche les renouvelables, « Donner aux citoyens et aux territoires le pouvoir d’agir » contre le réchauffement climatique et Un coup de pouce Vert pour les Electrons solaires !

Noor, dans la province de Ouarzazate, va devenir la centrale solaire thermodynamique la plus importante de la planète. Chine nouvelle/Sipa

Noor, dans la province de Ouarzazate, va devenir la centrale solaire thermodynamique la plus importante de la planète. Chine nouvelle/Sipa

On annonçait les énergies renouvelables créatrices d’emploi en France. Et c’est le cas : « 100 000 personnes travaillent à ce jour dans ce secteur », se félicite Cyril Carabot, du Syndicat des énergies renouvelables (SER). On en prévoit 900 000 d’ici à 2050, selon les calculs de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie. Pourtant, dans ce tableau aux lignes presque parfaites se cachent déjà quelques points de rupture qui froissent le regard. Ainsi – et c’est passé inaperçu ou presque –, le mercredi 19 décembre 2018, à Bruxelles, l’Allemagne, l’Espagne, la France, le Portugal et le Maroc se sont engagés pour l’intégration des marchés libres d’électricité de source renouvelable entre les entreprises. En clair, il s’agit de lever les barrières réglementaires et physiques afin de faciliter le commerce transfrontalier entre producteurs d’électricité renouvelable – plus particulièrement le Maroc – et les entreprises consommatrices de cette électricité en Europe. Cette initiative, qui a été saluée par le SER comme « un renforcement des interconnexions entre pays et non une concurrence accrue », en inquiète d’autres. L’idée n’est pas nouvelle : « Il y a une dizaine d’années, les Allemands avaient déjà imaginé un immense projet de panneaux solaires dans le désert nord-africain afin d’alimenter l’Europe en énergies propres », avoue Cyril Carabot. Jugée trop néocolonialiste, l’idée avait été abandonnée.

Alors, que penser de cet accord ? Pour Aurélien Bernier, auteur du livre les Voleurs d’énergie, cela fleure bon le cheval de Troie dans lequel se cacherait le futur grand marché européen de l’énergie, la fin des services publics de l’énergie, mais aussi celle des tarifs régulés. Pour lui, « cela commence par un marché réservé aux entreprises et, demain, le consommateur lambda y sera intégré avec tous les risques que cela comporte ». Derrière ce premier coup de boutoir, l’essayiste dénonce les principes mêmes du libéralisme, qui met en œuvre son « postulat : aller chercher la matière première là où elle est la moins chère à produire. Ce qui a été valable pour le pétrole peut l’être aussi pour les énergies renouvelables. ­Finalement, cette libre circulation des énergies aura un effet pervers et sera le frein à la création d’emploi dans ce secteur », avance-t-il. Et de confirmer : « L’énergie produite chez nous à un certain coût pourra l’être au Maroc à un moindre coût. Il y a du soleil toute l’année, le vent souffle régulièrement en été sur les côtes et la main-d’œuvre n’est pas chère. Pourquoi dès lors investir en France ? »

« Le royaume va produire le kilowattheure le moins cher au monde à partir de l’éolien »

De fait, le Maroc est en train de se positionner comme un exportateur plus que potentiel vers l’Europe « et beaucoup moins vers le reste de l’Afrique », précise encore Aurélien Bernier. Le royaume peut déjà compter sur une interconnexion avec l’Espagne qui, signe des temps, sera bientôt renforcée. Dans l’hebdomadaire le Point Afrique, on peut ainsi lire que « le Maroc est bien parti pour atteindre, voire dépasser, l’objectif de produire 42 % d’énergie renouvelable en 2020 et 52 % à l’horizon 2030 ». En moins de dix ans, en ouvrant son marché de l’énergie au secteur privé, ce pays s’est imposé comme un champion africain des énergies renouvelables. Le royaume chérifien a ainsi réussi à connecter la plus grande centrale solaire au monde et plusieurs nouveaux parcs éoliens au réseau électrique. Le complexe solaire Noor (province de Ouarzazate) va devenir la plus grande centrale solaire thermodynamique de la planète. À l’issue du projet, le complexe fournira non seulement de l’énergie à plus d’un million de ménages marocains, mais pourra aussi l’exporter vers l’Europe. Et, comme si cela ne suffisait pas, « notre pays s’apprête à produire le kilowattheure le moins cher au monde à partir de l’éolien », s’est réjoui récemment Abderrahim El Hafidi, secrétaire général du ministère de l’Énergie, des Mines et du Développement durable.

De quoi intéresser l’Europe et plus particulièrement la France, qui affiche un retard dans son développement des ENR sans vraiment vouloir accélérer le processus. Selon l’agence de presse Euractiv, le Conseil d’État, en abrogeant en décembre 2017 un décret donnant aux préfets régionaux la responsabilité d’accorder les permis environnementaux nécessaires à la construction de champs d’éoliennes, a mis un sérieux de coup de frein au développement de celles-ci dans notre pays. « Plus personne ne peut plus en effet les délivrer à ce jour. La question de l’autorité ­compétente pour les permis est en suspens depuis plus d’un an. Aucun nouveau projet ne peut se développer », déplore Giles ­Dickson, PDG de l’association d’entreprises WindEurope. Le ministère de la Transition écologique et solidaire n’arrive d’ailleurs même plus à le cacher. Le nombre de projets d’éoliennes autorisés a chuté de 22 % entre 2017 et 2018. « En 2018, 103 parcs éoliens ont été autorisés pour une puissance installée cumulée de 1 510 MW », indique le cabinet du ministère à l’Écologie. La situation est encore plus problématique pour l’éolien en mer.

En France, pas un seul projet de parcs éoliens en mer n’a vu le jour

Depuis que la France s’est engagée en 2012 à construire le premier parc expérimental du pays au large des côtes bretonnes, pas un seul projet n’a vu le jour. Vendredi dernier, le gouvernement, en donnant la feuille de route de la nouvelle programmation pluriannuelle de l’énergie portant sur les périodes 2019-2023 et 2024-2028, a laissé entrevoir ce que serait l’avenir. Certes, et conformément à la loi de transition énergétique de 2015, il est indiqué qu’il y aurait 40 % d’énergies renouvelables dans la production d’électricité en 2030, mais, dans le même temps, a été repoussée de dix ans l’échéance des 50 % de nucléaire dans le mix énergétique. Une manière à peine déguisée de décourager les volontés vertes sur notre territoire.

Les perspectives de production d'énergies solaire et éolienne au Maroc en 2020

Les perspectives de production d'énergies solaire et éolienne au Maroc en 2020

Le royaume chérifien veut faire du Sahara occidental sa poule aux œufs verts

Occupé par les armées marocaines depuis 1975, ce territoire pourrait devenir l’eldorado des voleurs de production énergétique propre. Le roi Mohammed VI du ­Maroc, en demandant récemment de réviser à la hausse les ambitions initialement projetées en matière d’énergies renouvelables afin de dépasser l’objectif actuel de 52 % du mix électrique à l’horizon 2030, a omis de dire que, pour partie (voir la carte), cette hausse se ferait sans doute par l’implantation de nombreuses centrales au Sahara occidental, pourtant considéré par l’ONU comme la dernière question coloniale restante en Afrique. Selon WSRW, ONG qui travaille pour la reconnaissance des droits du peuple sahraoui, c’est la goutte d’eau de trop : « Une part croissante des programmes d’énergies renouvelables, dont se vante le Maroc, n’est pas implantée au Maroc, mais au ­Sahara occidental, territoire qu’il occupe illégalement et brutalement depuis 1975. » À ce rythme et dès 2020, plus d’un quart de toute la production d’énergie verte du Maroc sera situé dans ce territoire.

L’Europe encourage le Maroc à accélérer le pas

Dans son rapport, WSRW explique encore que le Maroc projette de construire des centrales à énergie renouvelable au Sahara occidental pour plus de 1 000 MW (mégawatts), et ce, au grand dam des Sahraouis totalement exclus de tous ces processus. À ce jour, la production d’énergie solaire et éolienne au Sahara occidental ne constitue que 7 % de la production énergétique totale du Maroc, mais, d’ici à 2020, cette part pourrait atteindre les 26,4 %. Face à cela, l’Europe ne pipe mot et encourage même le Maroc à accélérer le pas. Dans l’après-midi du 16 janvier 2019, le Parlement européen a approuvé l’application au Sahara occidental d’un nouvel accord commercial entre l’UE et le Maroc. Une manière de s’asseoir sur la décision, en 2016, de la Cour de justice de l’Union européenne, qui avait décidé que la conclusion de ce type d’accord avec le Sahara occidental constituait une violation du droit de l’UE sans le consentement du peuple de ce territoire. Une façon de permettre aux énergéticiens européens, déjà très présents au Maroc, de participer à la curée. Ainsi retrouve-t-on impliqués dans divers projets de production d’énergies vertes dans le royaume chérifien l’allemand Siemens Wind Power, l’italien Enel Green Power ou encore les français Engie et EDF– qui, en décembre dernier, a d’ailleurs remporté un appel d’offres pour une centrale solaire de 825 mégawatts dans le centre du Maroc.

Partager cet article

Repost0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

Les Lilas Ecologie en campagne

Le gouvernement abandonne Europacity, pas l’artificialisation des terres agricoles

Il faut stopper EuropaCity - marche citoyenne de Gonesse à Matignon 4 et 5 octobre

Aux Lilas, les citoyens s’unissent pour produire de l’électricité verte

Les promoteurs, les arbres et la cité - lettre ouverte à BNP Paribas

Toxic Tour de Pantin à Romainville dimanche 16 juin 2019

Une Biorégion Ile-de-France résiliente en 2050

Merci aux 1779 Lilasiennes et Lilasiens qui ont voté " Pour le climat, tout doit changer ! "

Pollution de l’air dans les écoles et crèches franciliennes

Volonté politique de créer une régie publique de l’eau à Est Ensemble, mythe ou réalité ?

À la base … un revenu ?

Balade naturaliste Parcs de la Corniche des Forts et abords de la forêt de Romainville le 9 mars 2019 à 11h

La forêt de Romainville, un enjeu écologique et politique

La Forêt passe à l'attaque !

Plâtre et béton sur la Corniche

Agir ensemble pour les Coquelicots le 7 décembre

Marche pour le climat, Défendons la forêt de la Corniche des Forts

Destruction des océans, sur-pêche, pêche électrique... avec Bloom mardi 20 novembre

À Romainville, les habitants défendent une forêt sauvage contre une base de loisirs régionale

Marches pour le climat et la biodiversité 13 et 14 octobre

Les amis des coquelicots étaient bienvenus...

Amis des coquelicots, agissons ensemble vendredi 5 octobre à 18H30

La forêt urbaine de la Corniche des Forts - une chance unique à nos portes

Mobilisation citoyenne à la marche pour le climat samedi 8 septembre à Paris

Un coup de pouce Vert pour les Électrons solaires ! 

Le collectif Eau publique des Lilas invite au dialogue le 21 mars

Entre le nucléaire et la bougie, il y a l’intelligence - du 10 au 18 mars aux Lilas

En Ile de France, les énergies renouvelables citoyennes ont le vent en poupe...

Le Syctom a organisé une concertation réservée aux sachants – et après ?

Une enquête publique sur le PLU des Lilas… qui change la donne !

Une victoire pour l'eau publique en Île-de-France

L’eau publique, c’est maintenant !

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet