Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

18 avril 2019 4 18 /04 /avril /2019 09:05

Une pétition réclamant des mesures drastiques en faveur de la protection de la faune et de la flore a rencontré un succès inédit en Bavière. L’immense succès de cette initiative citoyenne pousse la ministre de l’Environnement à prôner une réduction massive des pesticides dans tout le pays. Un avertissement lancé à des dirigeants politiques fort peu sensibilisés aux enjeux environnementaux. D'après Thomas Wieder et Rachel Knaebel pour Le Monde et Politis.                Lire aussi Les insectes pourraient disparaître de la planète d’ici 100 ans, L'Europe doit choisir entre les abeilles et l’agrochimie..., La lutte biologique est une alternative efficace aux pesticides, L’Europe interdit trois pesticides néonicotinoïdes dangereux pour les abeilles et Une disparition des abeilles coûterait 3 milliards.

Manifestation pour réclamer des mesures drastiques en faveur de la protection de la faune et de la flore, à Munich, le 5 février. SACHELLE BABAR/ ZUMA PRESS / MAXPPP.

Manifestation pour réclamer des mesures drastiques en faveur de la protection de la faune et de la flore, à Munich, le 5 février. SACHELLE BABAR/ ZUMA PRESS / MAXPPP.

Ces derniers jours, les observateurs avaient senti qu’il se passait quelque chose : une affluence inhabituelle dans les bureaux de vote, une fébrilité singulière sur les réseaux sociaux… « Nous avons bien vu en recueillant les signatures que le sujet préoccupait beaucoup les gens. Mais nous ne nous attendions pas à un tel succès. » Uschi Anlauf et l’équipe de l’initiative citoyenne bavaroise pour la biodiversité ont surpris toute l’Allemagne mi-février. En quinze jours, ils sont parvenus à récolter 1 745 383 de signatures d’électeurs bavarois, soit 18,4 % des inscrits, pour leur « pétition populaire » (Volksbegehren) sur la défense de la biodiversité et la protection des abeilles, et le soutien de leur projet de loi régionale, ont annoncé, jeudi 14 février, les autorités du Land de Bavière. C’est presque un cinquième (18 %) du corps électoral du Land, et bien plus que le seuil nécessaire (10 %) pour obliger à l’organisation d’un référendum local.

Un tel niveau de participation est inédit. Depuis la seconde guerre mondiale, vingt consultations de ce type ont été organisées en Bavière. Jusqu’à présent, aucune n’avait mobilisé autant d’électeurs que celle de 1967 en faveur de « l’enseignement chrétien ». A l’époque, 17,2 % des inscrits avaient voté.

« C’est un jour historique pour les défenseurs de l’environnement en Bavière », s’est réjoui Ludwig Hartmann, le chef de file des Verts au Parlement régional, avant même l’annonce des résultats. Selon la Constitution bavaroise, une « pétition populaire » est recevable si elle est soutenue par plus de 10 % des électeurs. Dans ce cas, le Parlement doit s’en saisir et la transformer en proposition de loi. Soit celle-ci est adoptée, soit elle ne l’est pas, auquel cas le texte fait l’objet d’un référendum.

C’est à l’automne 2018 que la pétition approuvée jeudi a été lancée. A l’origine de celle-ci, le Parti écologiste-démocrate (ÖDP), une petite formation qui n’a recueilli que 1,6 % des voix aux élections bavaroises du 14 octobre, loin des 5 % nécessaires pour siéger au Parlement régional. Comment peser sans élu ?

Un texte combattu par les associations d’agriculteurs

C’est là que l’ÖDP a eu l’idée de cette pétition. Un texte centré sur la défense de la biodiversité, réclamant des mesures drastiques en faveur de la protection de la faune et de la flore, avec comme objectif que 20 % des terres arables de la région respectent les normes de l’agriculture biologique en 2025, avant d’atteindre 30 % en 2030.

Les auteurs de la pétition réclament également une réduction drastique de l’utilisation des pesticides et l’introduction de cours de sensibilisation aux problématiques environnementales dans les établissements scolaires.

Combattue dès l’origine par les associations d’agriculteurs bavarois, l’initiative a rapidement été soutenue par les Verts qui, fort de leur succès aux régionales (17,6 %), où ils sont arrivés à la deuxième place derrière les conservateurs (CSU), ont compris l’intérêt qu’ils avaient à s’associer à une démarche les maintenant en contact avec les électeurs.

Pour que le projet soit soumis au vote, 25 000 signatures étaient nécessaires. Plus de 100 000 ont été recueillies. En novembre 2018, le ministère bavarois de l’intérieur a donné son feu vert pour que le vote ait lieu quelques semaines plus tard, du 31 janvier au 13 février 2018.

Réveil civique et démocratique

Pour toucher les électeurs, les initiateurs de la pétition ont mis au cœur de leur campagne le sort des abeilles. Un choix particulièrement efficace dans un pays marqué par la publication d’études particulièrement alarmistes, ces dernières années, faisant état d’une diminution de près de 80 % du nombre d’insectes volants au cours des trois dernières décennies.

Avec l’abeille, la campagne a trouvé son « symbole » et sa « mascotte », a expliqué Agnes Becker, la présidente du parti ÖVP. Déguisés en abeilles, des milliers de Bavarois sont descendus dans la rue pour faire entendre des inquiétudes qui, jusque-là, s’étaient fort peu exprimées dans cette région prospère du sud de l’Allemagne.

Une sorte de réveil civique et démocratique dans un Land peu habitué à de tels soubresauts, comme ironisait, jeudi, la Süddeutsche Zeitung, le grand quotidien de centre gauche de Munich : « En Bavière, la plus grande partie de la population profite d’une prospérité économique sans précédent. Le chômage est presque un non sujet, beaucoup de gens ont des très bons salaires, les gens vivent dans des logements de plus en plus grands. (…) Et que font-ils ? Ils vont en masse dans les mairies contre la volonté de leur gouvernement, font la queue malgré les chutes de neige et votent pour une pétition intitulée : « Sauvez les abeilles. N’ont-ils vraiment pas d’autres problèmes ? »

Lancée par un petit parti écologiste à tendance conservatrice, l’Ökologisch-Demokratische Partei (ÖDP), l’initiative était aussi soutenue par la Ligue régionale de protection des oiseaux et par les Verts bavarois, qui ont obtenu près de 20 % des voix lors des dernières élections régionales, à l’automne. Leur projet prévoit, entre autres, l’interdiction des pesticides dans les zones naturelles protégées et un objectif de 30 % d’agriculture biologique dans la région d’ici à 2030. Aujourd’hui, environ 10 % des fermes bavaroises sont en bio (8 % au niveau de toute l’Allemagne).

Contraintes d’agir, les autorités du Land ont mis en place début avril des tables rondes pour discuter des mesures à prendre et, éventuellement, proposer un projet de loi alternatif. « Des agriculteurs, des communes, des acteurs de l’économie forestière participent aux réunions. Nous y avons aussi envoyé des experts. C’est une bonne manière de faire. Cela permet de parvenir à un meilleur consensus », estime Uschi Anlauf. Dès le 3 avril, le gouvernement de Bavière, dirigé par la très droitière CSU, a finalement déclaré qu’il approuvait le projet de loi tel quel.

Une loi fédérale pour sauver les insectes
Avant même d’arriver à ce réjouissant résultat, l’initiative bavaroise avait déjà eu des effets au niveau du pays tout entier

Manifestation pour la défense des insectes, le 19 janvier 2019 à Berlin. Photo Odd ANDERSEN. AFP

Manifestation pour la défense des insectes, le 19 janvier 2019 à Berlin. Photo Odd ANDERSEN. AFP

Les signatures à peine récoltées, la ministre de l’Environnement, la sociale-démocrate Svenja Schulze, a annoncé dans la presse qu’elle préparait un projet de loi fédérale pour la protection des insectes. Celui-ci devrait mettre en œuvre le programme d’action national adopté fin 2018 qui prévoyait de réduire l’utilisation des pesticides et d’investir 100 millions d’euros par an dans la recherche sur les insectes et leur protection. La ministre s’est aussi prononcée pour une sortie rapide du glyphosate.

Pour Uschi Anlauf, « il est évidemment plus que nécessaire de légiférer au niveau national sur les pesticides ». Mais le projet de la ministre est-il suffisamment ambitieux ? « Ce programme d’action contient des éléments importants, mais il faudrait aussi des objectifs concrets, comme une réduction de 50 % de l’utilisation des pesticides dans les prochaines années », analyse Corinna Hölzel, chargée de campagne à l’ONG environnementale Bund (branche allemande des Amis de la Terre). En outre, le projet de loi qui sera proposé par la ministre de l’Environnement devra aussi être accepté par celle de l’Agriculture, Julia Klöckner. Or cette condition peut être difficile à remplir dans un gouvernement de coalition : Julia Klöckner appartient au parti conservateur, la CDU, qui s’aligne souvent sur les positions du Groupement des agriculteurs allemands (Deutscher Bauernverband), fervent défenseur de l’agriculture intensive. À l’annonce du projet de loi à venir, ce dernier s’est empressé de s’y opposer, soulignant que la disparition des insectes n’était pas le seul fait des exploitations agricoles. « Il est pourtant établi que l’agriculture intensive contribue à la disparition des insectes, à cause des pesticides et de la monoculture, même si ce n’est pas la seule raison », répond Corinna Hölzel.

Quoi qu’il en soit, le temps presse. Selon une étude publiée en 2017 et qui avait fait grand bruit alors, le pays a perdu plus de 75 % de sa masse d’insectes volants entre 1989 et 2015 (2). Pourtant, en 2017, l’Allemagne a été l’un des pays qui a voté le renouvellement de l’autorisation du glyphosate au niveau européen, après une volte-face de dernière minute. C’est par ailleurs une multinationale allemande, Bayer, qui fabrique le Roundup, depuis qu’elle a racheté Monsanto.

Comme souvent, ce sont plutôt la population et les communes qui montrent la voie. Des initiatives citoyennes pour la protection des insectes sont sur le point d’être lancées dans deux autres régions allemandes. Et 460 communes du pays ont déjà interdit l’utilisation de tous les pesticides ou du seul glyphosate sur leurs terrains. En attendant que, peut-être, comme l’ont demandé les Bavarois, la biodiversité soit inscrite dans la Constitution.

Que la riche et sage Bavière se réveille, voilà qui n’était guère prévisible. Le succès sans précédent de cette « pétition populaire » en est pourtant le signe. Même là s’exprime l’inquiétude face à l’urgence écologique. Car, comme le titrait la Süddeutsche Zeitung, jeudi soir, ce vote est un avertissement à des dirigeants politiques jusque-là fort peu sensibilisés aux enjeux environnementaux. Une façon de leur dire : « Faites enfin quelque chose ! »

Partager cet article

Repost0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

Les Lilas Ecologie en campagne

Le gouvernement abandonne Europacity, pas l’artificialisation des terres agricoles

Il faut stopper EuropaCity - marche citoyenne de Gonesse à Matignon 4 et 5 octobre

Aux Lilas, les citoyens s’unissent pour produire de l’électricité verte

Les promoteurs, les arbres et la cité - lettre ouverte à BNP Paribas

Toxic Tour de Pantin à Romainville dimanche 16 juin 2019

Une Biorégion Ile-de-France résiliente en 2050

Merci aux 1779 Lilasiennes et Lilasiens qui ont voté " Pour le climat, tout doit changer ! "

Pollution de l’air dans les écoles et crèches franciliennes

Volonté politique de créer une régie publique de l’eau à Est Ensemble, mythe ou réalité ?

À la base … un revenu ?

Balade naturaliste Parcs de la Corniche des Forts et abords de la forêt de Romainville le 9 mars 2019 à 11h

La forêt de Romainville, un enjeu écologique et politique

La Forêt passe à l'attaque !

Plâtre et béton sur la Corniche

Agir ensemble pour les Coquelicots le 7 décembre

Marche pour le climat, Défendons la forêt de la Corniche des Forts

Destruction des océans, sur-pêche, pêche électrique... avec Bloom mardi 20 novembre

À Romainville, les habitants défendent une forêt sauvage contre une base de loisirs régionale

Marches pour le climat et la biodiversité 13 et 14 octobre

Les amis des coquelicots étaient bienvenus...

Amis des coquelicots, agissons ensemble vendredi 5 octobre à 18H30

La forêt urbaine de la Corniche des Forts - une chance unique à nos portes

Mobilisation citoyenne à la marche pour le climat samedi 8 septembre à Paris

Un coup de pouce Vert pour les Électrons solaires ! 

Le collectif Eau publique des Lilas invite au dialogue le 21 mars

Entre le nucléaire et la bougie, il y a l’intelligence - du 10 au 18 mars aux Lilas

En Ile de France, les énergies renouvelables citoyennes ont le vent en poupe...

Le Syctom a organisé une concertation réservée aux sachants – et après ?

Une enquête publique sur le PLU des Lilas… qui change la donne !

Une victoire pour l'eau publique en Île-de-France

L’eau publique, c’est maintenant !

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet