Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

5 juin 2019 3 05 /06 /juin /2019 10:29

En 2018, cinq mille exploitations ont abandonné engrais de synthèse et produits phytosanitaires chimiques pour se convertir au bio. Avec deux millions d’hectares cultivés en bio l’an dernier en France, il y a vraiment « un cap franchi » côté production, « en ligne avec l’objectif de parvenir à 15 % de la surface agricole en bio fin 2022 », a déclaré Florent Guhl, directeur de l’Agence Bio. D’après l’Agence Bio, Le Parisien et Laurence Girard pour Le Monde le 4 juin 2019.

L'aggrozouk, un "véloculteur" équipé d'outils en tout genre, conçu pour circuler entre les rangées de légumes, par l'Atelier paysan/Joseph Templier/Fabrice Clerc

L'aggrozouk, un "véloculteur" équipé d'outils en tout genre, conçu pour circuler entre les rangées de légumes, par l'Atelier paysan/Joseph Templier/Fabrice Clerc

« Je ne voyais plus de perspective dans l’agriculture conventionnelle. Des rencontres et des visites d’autres exploitations m’ont convaincu d’abandonner la chimie » : Frédéric Piot explique ainsi les raisons de sa conversion à l’agriculture biologique.

Après s’être déjà posé la question en 2009, avant de refuser l’obstacle, il a finalement sauté le pas en 2015. Un choix radical négocié par ce quinquagénaire, propriétaire de la ferme d’Egreville à Saint-Germain-Laxis, en Seine-et-Marne.

Sur 230 hectares, il produisait blé, colza et orge. L’exemple même de l’exploitation céréalière d’Ile-de-France. « Nous sommes passés à une dizaine de cultures, comme la luzerne, les lentilles, le soja ou le pois, mais aussi à des cultures valorisées comme le blé, l’orge ou le maïs et nous relançons la betterave. On revient en gros à ce que faisaient nos grands-parents. Et quitte à revenir à avant, nous avons réintroduit l’élevage avec un atelier de poules pondeuses et un troupeau de vaches à viande », explique M. Piot avant d’ajouter qu’il a aussi une vingtaine de chevaux en pension. « Il faut prendre du plaisir à notre métier, mais aussi en vivre », lâche-t-il.

Un exemple de conversion marquant du fait de la taille de son exploitation, mais qui n’est pas un cas isolé. Le bataillon des agriculteurs prêts à jeter aux orties engrais de synthèse et produits phytosanitaires chimiques n’a jamais été aussi important qu’en 2018.

Selon les chiffres publiés mardi 4 juin par l’Agence Bio, 5 000 exploitations supplémentaires sont venues grossir les rangs de l’agriculture biologique, portant leur nombre, en net, à 41 623. Un niveau de recrutement record. Désormais, 9,5 % des fermes françaises sont certifiées bio. En termes de surface, un seuil a aussi été franchi avec le passage du cap des 2 millions d’hectares cultivés selon des principes respectueux de l’environnement. Ce qui représente 7,5 % de la surface agricole utile (SAU) française.

Progression record du bio dans l’agriculture française

Surcroît de travail

« Nous sommes passés à la vitesse supérieure. Dans plusieurs régions, il y a un phénomène de bascule. Les surfaces converties en bio sont plus importantes, signe que les cultures céréalières s’y mettent également », souligne Florent Guhl, directeur de l’Agence Bio.

La palme reste toutefois détenue par les vergers dont les surfaces plantées en bio dépassent les 23,3 %. En queue de peloton, les grandes cultures avec un pourcentage de bio de 4,3 %, les élevages de poulets de chair (1,6 %) et les élevages porcins avec un maigre 1,3 %.

Progression record du bio dans l’agriculture française

Une opportunité saisie par Alain Gibault, à Lengronne, dans la Manche. Lorsqu’il a repris la ferme de la Datinière en 2015 et s’est associé avec ses oncles, il a décidé d’installer un élevage de porcs bio dans un bâtiment vide. Des porcs élevés sur paille. Une production qui s’accompagne de neuf cultures différentes en bio sur 280 hectares. Selon la coopérative bretonne Cooperl, une dizaine de ses éleveurs s’est convertie au bio. Sur ce marché de la viande porcine, l’offre ne répond pas à la demande. Et de loin.

Reste que passer au bio, n’est pas sans risque ni aléas. « Tous les matins vous êtes seuls face à votre problème. Avec la chimie, c’est comme si vous aviez une gomme. Quand vous faites un mauvais dessin, vous prenez la gomme et vous effacez. En agriculture bio, quand vous faites une erreur, vous payez cash », explique M. Piot. Il souligne aussi le surcroît de travail inhérent à sa nouvelle organisation. Même constat à la ferme de la Datinière, qui emploie quatre salariés contre un auparavant. D’où la forte hausse du nombre d’emplois direct. Les fermes bio en totalisent 100 300, ce qui représente 14 % de l’emploi agricole.

Les retards de paiement des aides de l’État n’ont cessé de s’accumuler, mettant en difficulté nombre d’exploitations

Pendant la période charnière de transition entre les deux modes de production, des aides à la conversion sont prévues pour soutenir l’agriculteur. Elles sont versées pendant cinq ans, sachant que le temps de conversion stricto sensu dure trois ans. Période pendant laquelle les productions n’ont pas encore le label AB et n’ont donc pas la valorisation correspondante.

Des aides au maintien devaient par ailleurs prendre le relais après le cap des cinq ans. Le gouvernement s’était ainsi engagé à un financement de 1,1 milliard d’euros pour le plan bio sur la période 2018-2022.

Progression record du bio dans l’agriculture française

Oui mais voilà, le versement de ces aides a viré au casse-tête. Les retards de paiement n’ont cessé de s’accumuler mettant en difficulté nombre d’exploitations. « Les dates de versement ne sont pas respectées. Nous n’avons rien touché au titre de l’année 2018. Ce qui représente entre 40 000 et 45 000 euros. Nous avons dû faire des prêts à court terme pour compenser », explique M. Gibault.

Même son de cloche chez Gwenaël Le Berre. Propriétaire de la ferme de Kerdroual à Gourlizon dans le Finistère, il a cumulé depuis son passage en bio, il y a trois ans, une « dette d’Etat » de même ordre et n’a rien touché au titre de 2018. « L’échéance de paiement est maintenant fixée au 30 juin », assure M. Le Berre, qui a choisi d’abandonner l’élevage laitier conventionnel pour se tourner vers un élevage bio de race à viande Angus.

Un retard préjudiciable alors que, dans le même temps, l’Etat a fixé dans la loi Alimentation un objectif de 15 % de surface agricole française cultivée en bio en 2022. « Même si nous sommes sur une bonne pente, le rythme n’est pas suffisant pour atteindre les objectifs fixés par la loi. Il faudrait 7 000 conversions par an », tempère M. Guhl.

Un risque de guerre des prix

Face à cette progression de la production, l’appétit des consommateurs est scruté de près. « La consommation de produit bio croît à un rythme très proche de celui de la production. En 2018, les Français ont dépensé 1,4 milliard d’euros supplémentaires soit un total de 9,7 milliards d’euros, ce qui représente 5 % des achats alimentaires des ménages », estime M. Guhl, qui tient à souligner la stabilité de la part des importations, à 31 %. « Le bio est une valeur refuge, gage d’innocuité, face à la peur des pesticides », analyse Charles Kloboukoff, président de la société Léa Nature.

Si la grande distribution, qui compte bien profiter de ce marché, joue un rôle clé dans la démocratisation du bio, certains s’interrogent sur un risque de guerre des prix qui pourrait bousculer la chaîne de valeur de cette agriculture.

« Malheureusement, les marchés porteurs, comme le bio ou le végétal, peuvent être identifiés comme des marchés d’appels. La pression de la grande distribution est entière. Il y a presque une logique de dire qu’il est important de se positionner de manière compétitive sur ces tendances de consommation », affirme Olivier Clanchin, dont l’entreprise Triballat Noyal a été un des pionniers du bio dans les magasins spécialisés mais aussi dans la grande distribution avec sa marque Vrai.

Il met aussi en garde contre l’excès de production de lait bio en France. « L’offre est passée de 600 millions de litres en 2016 à 1 milliard de litres aujourd’hui », précise-t-il

Progression record du bio dans l’agriculture française

Tout l’enjeu pour les agriculteurs bio est de défendre des prix rémunérateurs. M. Le Berre, qui vend sa viande en circuit court, s’est associé à trente éleveurs pour soutenir un projet de réouverture d’un petit abattoir public dans le Finistère. Ou comment allier bio et local, un argument précieux aux yeux des consommateurs.

Partager cet article

Repost0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

Les Lilas Ecologie en campagne

Le gouvernement abandonne Europacity, pas l’artificialisation des terres agricoles

Il faut stopper EuropaCity - marche citoyenne de Gonesse à Matignon 4 et 5 octobre

Aux Lilas, les citoyens s’unissent pour produire de l’électricité verte

Les promoteurs, les arbres et la cité - lettre ouverte à BNP Paribas

Toxic Tour de Pantin à Romainville dimanche 16 juin 2019

Une Biorégion Ile-de-France résiliente en 2050

Merci aux 1779 Lilasiennes et Lilasiens qui ont voté " Pour le climat, tout doit changer ! "

Pollution de l’air dans les écoles et crèches franciliennes

Volonté politique de créer une régie publique de l’eau à Est Ensemble, mythe ou réalité ?

À la base … un revenu ?

Balade naturaliste Parcs de la Corniche des Forts et abords de la forêt de Romainville le 9 mars 2019 à 11h

La forêt de Romainville, un enjeu écologique et politique

La Forêt passe à l'attaque !

Plâtre et béton sur la Corniche

Agir ensemble pour les Coquelicots le 7 décembre

Marche pour le climat, Défendons la forêt de la Corniche des Forts

Destruction des océans, sur-pêche, pêche électrique... avec Bloom mardi 20 novembre

À Romainville, les habitants défendent une forêt sauvage contre une base de loisirs régionale

Marches pour le climat et la biodiversité 13 et 14 octobre

Les amis des coquelicots étaient bienvenus...

Amis des coquelicots, agissons ensemble vendredi 5 octobre à 18H30

La forêt urbaine de la Corniche des Forts - une chance unique à nos portes

Mobilisation citoyenne à la marche pour le climat samedi 8 septembre à Paris

Un coup de pouce Vert pour les Électrons solaires ! 

Le collectif Eau publique des Lilas invite au dialogue le 21 mars

Entre le nucléaire et la bougie, il y a l’intelligence - du 10 au 18 mars aux Lilas

En Ile de France, les énergies renouvelables citoyennes ont le vent en poupe...

Le Syctom a organisé une concertation réservée aux sachants – et après ?

Une enquête publique sur le PLU des Lilas… qui change la donne !

Une victoire pour l'eau publique en Île-de-France

L’eau publique, c’est maintenant !

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet