Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

10 décembre 2019 2 10 /12 /décembre /2019 18:02

D’ici à fin 2020, l’Anses va retirer de la vente plus de la moitié des produits contenant cette molécule controversée. Les fabricants des formules rejetées n’ont pas fourni les données expérimentales suffisantes pour exclure un risque génotoxique. D’après Alexandra Chagnon pour l’Humanité et Stéphane Foucart pour Le Monde le 9 décembre 2019. Lire aussi Les pesticides perturbateurs endocriniens présents dans les eaux de surface en FranceLancement d'une pétition européenne pour interdire les pesticides de synthèse et Glyphosate, un herbicide dans nos assiettes.

La décision de l’Anses vient bousculer le débat. J.-F. Monier/AFP

La décision de l’Anses vient bousculer le débat. J.-F. Monier/AFP

La France parviendra-t-elle à sortir un jour du glyphosate ? En dépit des annonces du gouvernement qui reste flou quant aux délais – il est tantôt question de 2021, tantôt de 2023 –, et surtout des millions d’euros mis sur la table depuis une décennie, l’agriculture française est toujours aussi accro à ce pesticide. Mais, alors qu’un rapport parlementaire, rendu public il y a un mois, prédisait une issue compliquée à l’abandon de cette molécule controversée – à charge, il estime que la sortie du glyphosate est impossible pour tous les usages –, l’Anses vient bousculer le débat. Hier, l’Agence nationale de sécurité sanitaire a annoncé le retrait de 36 des 69 pesticides à base de glyphosate actuellement sur le marché français. « Ce qui représente près des trois quarts des tonnages de produits utilisés en 2018 », selon l’agence.

« Trente-six de ces produits vont être retirés du marché et ne pourront plus être utilisés à compter de fin 2020, en raison de l’insuffisance ou de l’absence de données scientifiques permettant d’écarter tout risque génotoxique (susceptible d’endommager l’ADN et de provoquer des mutations génétiques – NDLR) », indique encore l’agence dans un communiqué. C’est à la suite de la réapprobation pour cinq ans de la substance herbicide par l’Union européenne, en 2017, que l’Anses a engagé un réexamen de la totalité des autorisations de mise sur le marché des produits à base de glyphosate commercialisés en France et lancé « une évaluation comparative avec les alternatives disponibles ».

Quatre nouveaux produits également refusés

Cependant, elle a pris cette décision sans attendre la fin du processus en cours. Et, pour des raisons identiques, quatre des onze nouvelles demandes d’autorisation déposées depuis janvier 2018 viennent également d’être refusées. Argument avancé : « Les données fournies par les industriels ne permettent pas de statuer sur leur éventuelle génotoxicité. » « Seuls les produits à base de glyphosate répondant aux critères d’efficacité et de sécurité définis au niveau européen pour les usages revendiqués, et ne pouvant pas être substitués de façon satisfaisante, bénéficieront in fine de l’accès au marché français », précise l’Anses, qui finalisera l’ensemble du processus d’évaluation « d’ici le 31 décembre 2020 ».

Cette décision de retraits d’autorisations de mises sur le marché (AMM) « confirme que l’innocuité des herbicides à base de glyphosate est un mythe », a aussitôt réagi François Veillerette, directeur de Générations futures, ONG qui milite pour l’interdiction des pesticides. Et de rappeler que « 70 % des études universitaires (indépendantes de l’industrie) prises en compte par l’expertise du Centre international de recherche sur le cancer (Circ) mettent en évidence cette génotoxicité » ! « Nous espérons maintenant, insiste-t-il, que l’Anses prenne en compte l’ensemble de cette littérature scientifique disponible pour refuser les autres demandes de mise sur le marché d’herbicides à base de glyphosate qu’elle doit encore examiner. »

Sachant que le cas du glyphosate n’est pas le seul problème. C’est, en matière de pesticides, l’arbre qui cache la forêt ! Raison de plus, estiment de plus en plus d’acteurs, et notamment la Confédération paysanne, pour changer de modèle agricole. « L’interdiction de cette substance et d’autres à venir appelle à une transformation économique et politique du modèle agricole. Ces interdictions doivent s’inscrire dans un projet global de sortie des pesticides », martèle le syndicat. À bon entendeur…

Partager cet article

Repost0

commentaires

Vert Lilas 16/12/2019 13:54

Bonjour,
merci pour votre apport sur le dioxyde de titane.
Cette information est présente dans l'article " Un rapport parlementaire contre la malbouffe industrielle : « Reprendre le pouvoir sur nos assiettes » ", que vous trouverez à l'adresse http://www.leslilasecologie.fr/2018/09/un-rapport-parlementaire-contre-la-malbouffe-industrielle-reprendre-le-pouvoir-sur-nos-assiettes.html.
Bonne lecture

vinel 13/12/2019 23:42

Bien que m'éloignant de la problematique glyphosate je vous entretients d'une autre problématique aussi grave:le dioxyde de titane TIO2.
Ce nanoélement est inscrit dans l'inventaire des adjuvants comme toxique pouvant entrainer l’inflammation des intestins.
En janvier 2020 ce produit et interdit en Europe comme complément dans l'alimentation.
Or,le TIO2 est utilisé à grande échelle dans les produits pharmaceutiques,cosmetiques et médicaments.
Il est systématiquement dans la constitution de l'enveloppe des gellules.
Tous les produits pharmaceutiques blancs en contiennet aussi hormis les produits effervescents.C'est un additif de coloration et de stabilisation.
Depuis peu ,les qqs conditionnements qui n'en contenaient pas ont été modifiés et en contiennent.
Par conséquent ,aucun choix n'existe,qu'avec !
Subissant un traitement depuis pres de 10 ans j'ai subi des problemes permanents d'inflammation des intestins.
Le médecin me proposait des traitements qui ,après vérification contenaient tous du dioxyde de titane.
J'avais donc,il y à 5 mois pratiqué mon traitement visant des douleurs de nerfs périphériques en ouvrant toutes les gellules et en rejetant l'enveloppe.
Pendant 10 jours environ j'ai bénéficié de l’arrêt de diarrhées et autres problèmes.
Mais,lors du renouvellement mensuel de mon traitement,avec les mêmes prescriptions les douleurs intestinales sont réapparues.
L’extension de TIO2 à tous les conditionnements des mêmes produits avait été opéré par les labo et industrie .Tous les laboratoires ont modifié le conditionnement gellule essentiellement.
Il existe sur le marché des gelules sans le produit mais elle doit être plus chere.
JE vous fais connaitre un problème existant mais qui va devenir majeur avec l"interdiction de produits toxique dans l'alimentation...mais pas dans les médicaments.
Des pathologies vont se multiplier en effet secondaire! des médicaments,la très grande majorité et sans choix font absorber des nano éléments toxiques ne contribuant pas ,au contraire, à la thérapeutique c'est à dire évitables.
Certains commentaires sur le produit mentionnent un effet cancérogene.
Voila,tout est dit,je vous demande fermement de donner la suite qui convient à mon annonce et de me tenir informé des suites données.
Je vais alerter QUE CHOISIR,60 millions DE CONSOMMATEURS et autre moyen d'information fiable.
Je mentionnerais bien sur l'information que je Vous ai donnée.
Salutations

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

Les Lilas Ecologie en campagne

Le gouvernement abandonne Europacity, pas l’artificialisation des terres agricoles

Il faut stopper EuropaCity - marche citoyenne de Gonesse à Matignon 4 et 5 octobre

Aux Lilas, les citoyens s’unissent pour produire de l’électricité verte

Les promoteurs, les arbres et la cité - lettre ouverte à BNP Paribas

Toxic Tour de Pantin à Romainville dimanche 16 juin 2019

Une Biorégion Ile-de-France résiliente en 2050

Merci aux 1779 Lilasiennes et Lilasiens qui ont voté " Pour le climat, tout doit changer ! "

Pollution de l’air dans les écoles et crèches franciliennes

Volonté politique de créer une régie publique de l’eau à Est Ensemble, mythe ou réalité ?

À la base … un revenu ?

Balade naturaliste Parcs de la Corniche des Forts et abords de la forêt de Romainville le 9 mars 2019 à 11h

La forêt de Romainville, un enjeu écologique et politique

La Forêt passe à l'attaque !

Plâtre et béton sur la Corniche

Agir ensemble pour les Coquelicots le 7 décembre

Marche pour le climat, Défendons la forêt de la Corniche des Forts

Destruction des océans, sur-pêche, pêche électrique... avec Bloom mardi 20 novembre

À Romainville, les habitants défendent une forêt sauvage contre une base de loisirs régionale

Marches pour le climat et la biodiversité 13 et 14 octobre

Les amis des coquelicots étaient bienvenus...

Amis des coquelicots, agissons ensemble vendredi 5 octobre à 18H30

La forêt urbaine de la Corniche des Forts - une chance unique à nos portes

Mobilisation citoyenne à la marche pour le climat samedi 8 septembre à Paris

Un coup de pouce Vert pour les Électrons solaires ! 

Le collectif Eau publique des Lilas invite au dialogue le 21 mars

Entre le nucléaire et la bougie, il y a l’intelligence - du 10 au 18 mars aux Lilas

En Ile de France, les énergies renouvelables citoyennes ont le vent en poupe...

Le Syctom a organisé une concertation réservée aux sachants – et après ?

Une enquête publique sur le PLU des Lilas… qui change la donne !

Une victoire pour l'eau publique en Île-de-France

L’eau publique, c’est maintenant !

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet