Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

18 décembre 2019 3 18 /12 /décembre /2019 11:48

Un an après avoir porté plainte contre l’État pour inaction climatique, quatre ONG incitent les citoyens à signaler les évolutions concrètes dans leur quotidien pour cartographier les préjudices induits par le réchauffement partout en France. D’après Frédéric Mouchon pour Le Parisien et Marie-Noëlle Bertrand pour l’Humanité le 17 décembre 2019. Lire aussi Des ONG attaquent la France en justice pour inaction climatique.

Lac de Pierre-Percée (Meurthe-et-Moselle), le 22 octobre. L’un des plus grands lacs artificiels de Lorraine subit de plein fouet la quasi-absence de pluie, due aux canicules et sécheresses successives durant la période estivale. Un paysage de désolation que chacun peut observer.

Lac de Pierre-Percée (Meurthe-et-Moselle), le 22 octobre. L’un des plus grands lacs artificiels de Lorraine subit de plein fouet la quasi-absence de pluie, due aux canicules et sécheresses successives durant la période estivale. Un paysage de désolation que chacun peut observer.

C’était il y a un an : quatre ONG lançaient ce qui allait devenir, en quelques jours, un hit du mouvement citoyen anti-hot. L’Affaire du siècle, cette plainte déposée par Oxfam, la Fondation Nicolas Hulot (FNH), Notre affaire à tous et Greenpeace contre l’État, pour les préjudices engendrés du fait de son inaction climatique, prenait son envol. Dans les jours qui suivaient, plus de 2 millions de personnes signaient une pétition soutenant la démarche, offrant là un record en termes de paraphes à la minute.

Douze mois se sont écoulés, et l’instruction suit son cours devant le tribunal administratif de Paris. Les organisations, elles, relancent la machine et appellent les citoyens à nourrir le dossier juridique autant que la mobilisation, et « toute personne à partager les changements qu’elle observe » en témoignant de la réalité des bouleversements climatiques. Objectif : dresser une cartographie inédite des préjudices constatés sur le territoire français, via le hashtag #TémoinDuClimat.

Mettre la pression sur l’Etat

« Un an après notre plainte, l’urgence climatique est toujours aussi forte », rappelle Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France. « Le verdict viendra quand il viendra, en attendant, nous n’allons pas rester les bras croisés », insiste le responsable.

Sur la côte, entre Gascogne et Vendée, Jean-Baptiste a constaté que certaines espèces d’algues brunes sont en train de disparaître, laissant la place libre pour des algues vertes « dont on connaît le danger potentiel ». Quand Catherine, vigneronne dans l’Hérault, a vu « les grenaches, feuilles et grappes brûlées », elle n’a pas pensé à la perte de la récolte mais que « c’était là l’annonce de la fin de l’ère climatique que nous connaissons », « la manifestation de la limite de l’hospitalité de la Terre ». Catherine et Jean-Baptiste ont en commun d’avoir constaté les effets du réchauffement près de chez eux. Ils ont choisi de répondre à l’appel à témoignages lancé par quatre associations écolo désireuses « d’ouvrir les yeux de l’Etat » sur les bouleversements en cours dans l’Hexagone.

« Hausse des températures, multiplication des événements climatiques extrêmes, érosion des côtes, plantes et animaux perturbés… », les quatre associations ambitionnent de constituer une « cartographie inédite de la situation climatique en France ». « Nous demandons aux citoyens de témoigner de ce qu’ils voient en termes de modification des paysages ou d’impact sur la nature, mais aussi de ce qu’ils ressentent, explique Cécilia Rinaudo, coordinatrice générale de l’ONG Notre Affaire à tous. Les sécheresses, les inondations, la pollution et les ouragans dans les territoires d’outre-mer ont un impact sur la vie, les revenus, la santé et le travail de beaucoup de Français. » 

« Le réchauffement climatique est déjà une réalité en France, ses conséquences vont encore s’accentuer dans l’avenir et on n’a plus le temps d’attendre pour agir », estime Samuel Leré, responsable du plaidoyer au sein de la FNH. Si les quatre ONG ont lancé cet appel, c’est pour mettre la pression sur l’Etat, qu’elles accusent de n’avoir pris « aucune décision à la hauteur du défi climatique ». D’après les calculs faits par les quatre organisations, au rythme de réduction des émissions de gaz à effet de serre de l’Hexagone constaté entre 2015 et 2018, la France atteindrait ses objectifs climatiques avec un retard de plus d’un tiers de siècle. 

Les ONG veulent « montrer la diversité géographique des territoires touchés, ainsi que celle des préjudices induits ». Denis Charlet/AFP

Les ONG veulent « montrer la diversité géographique des territoires touchés, ainsi que celle des préjudices induits ». Denis Charlet/AFP

« La neutralité carbone à l’horizon 2050 a été inscrite dans la loi énergie climat votée en septembre 2019, mais si l’on continue au rythme actuel, en prenant en compte les baisses d’émissions constatées dans chaque secteur d’activité depuis 2015, on n’atteindra cet objectif qu’en 2093, soit avec quarante-trois ans de retard », s’alarme Samuel Leré. « Même lorsqu’ils sont inscrits dans la loi, l’Etat ne respecte pas ses engagements », enrage Cécilia Rinaudo. « Se fixer des objectifs plus ambitieux sans se donner les moyens d’accélérer, c’est tout le problème de l’inaction climatique, estiment les associations. Et cela nous conduit tout droit vers le retard du siècle. »

Que s’est-il passé durant ces douze mois ? Côté action étatique, rien qui ne permette de se sentir rassuré. En février, l’État a reconnu dépasser les plafonds établis dans le cadre de la Stratégie nationale bas-carbone (SNBC). Sur la période 2015-2019, son « budget carbone » révèle ainsi un excès de 4 %. Depuis, la France continue de traîner à prendre les mesures en conséquence. Certes, elle a décrété l’urgence climatique et pris, en septembre, la résolution d’atteindre la neutralité carbone en 2050. Mais rien ne vient étayer la sincérité de son discours. Elle envisage toujours de n’avoir réduit ses émissions de gaz à effet de serre (GES) que de 40 % en 2030. Insuffisant, insistent les ONG, s’appuyant sur les données du Giec. « À ce rythme, la neutralité carbone ne serait obtenue qu’en 2093, soit avec quarante-trois ans de retard », relèvent-elles, plaidant pour porter cet objectif de moyen terme à -55 % de GES, comme l’Union européenne s’est récemment engagée à le faire.

Vagues de chaleur et pluies intenses

Côté recours en justice, la procédure a consisté, pour l’heure, en un aller-retour de courriers et autres requêtes. Le 18 décembre 2018, les quatre ONG se sont donc saisies du levier juridique pour demander à l’État de rendre compte des préjudices subis du fait de ses carences fautives en matière de lutte contre le réchauffement. Celui-ci disposait de deux mois pour répondre. Le 15 février, il plaidait non coupable sous la plume de François de Rugy, alors ministre de la Transition écologique et solidaire, lequel estimait en faire déjà beaucoup sur la question. À la suite de ce rejet, les organisations ont déposé une requête sommaire devant le tribunal administratif de Paris contre l’inaction climatique de l’État, consolidée, en mai, d’un mémoire complétant leur argumentaire. La balle, à présent, est dans le camp de l’État, dont on attend de nouveau la réponse.

D’ici à ce qu’elle tombe, les organisations entendent maintenir la pression, entre autres en cartographiant les impacts du réchauffement en France. « On a souvent tendance à les croire réservés aux pays du Sud », reprend Jean-François Julliard. Mais intensification des tempêtes et sécheresses ne sont pas l’apanage de l’Asie ou de l’Afrique. Vagues de chaleur et pluies intenses se multiplient aussi en France, y compris métropolitaine. « Nous voulons montrer la diversité géographique des territoires touchés, ainsi que celle des préjudices induits. » Ils sont émotionnels, quand les événements extrêmes induisent de l’angoisse ; économiques, quand ils génèrent des pertes de revenus, par exemple agricoles ; ou encore environnementaux, quand des écosystèmes s’en trouvent bouleversés. « Nous nous réservons la possibilité de proposer que les témoignages les plus étayés soient versés au dossier que nous présenterons lors de la première audience », conclut Jean-François Julliard. Les avocats des quatre ONG comptent que celle-ci puisse avoir lieu avant le début 2021.

Partager cet article

Repost0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

Les Lilas Ecologie en campagne

Le gouvernement abandonne Europacity, pas l’artificialisation des terres agricoles

Il faut stopper EuropaCity - marche citoyenne de Gonesse à Matignon 4 et 5 octobre

Aux Lilas, les citoyens s’unissent pour produire de l’électricité verte

Les promoteurs, les arbres et la cité - lettre ouverte à BNP Paribas

Toxic Tour de Pantin à Romainville dimanche 16 juin 2019

Une Biorégion Ile-de-France résiliente en 2050

Merci aux 1779 Lilasiennes et Lilasiens qui ont voté " Pour le climat, tout doit changer ! "

Pollution de l’air dans les écoles et crèches franciliennes

Volonté politique de créer une régie publique de l’eau à Est Ensemble, mythe ou réalité ?

À la base … un revenu ?

Balade naturaliste Parcs de la Corniche des Forts et abords de la forêt de Romainville le 9 mars 2019 à 11h

La forêt de Romainville, un enjeu écologique et politique

La Forêt passe à l'attaque !

Plâtre et béton sur la Corniche

Agir ensemble pour les Coquelicots le 7 décembre

Marche pour le climat, Défendons la forêt de la Corniche des Forts

Destruction des océans, sur-pêche, pêche électrique... avec Bloom mardi 20 novembre

À Romainville, les habitants défendent une forêt sauvage contre une base de loisirs régionale

Marches pour le climat et la biodiversité 13 et 14 octobre

Les amis des coquelicots étaient bienvenus...

Amis des coquelicots, agissons ensemble vendredi 5 octobre à 18H30

La forêt urbaine de la Corniche des Forts - une chance unique à nos portes

Mobilisation citoyenne à la marche pour le climat samedi 8 septembre à Paris

Un coup de pouce Vert pour les Électrons solaires ! 

Le collectif Eau publique des Lilas invite au dialogue le 21 mars

Entre le nucléaire et la bougie, il y a l’intelligence - du 10 au 18 mars aux Lilas

En Ile de France, les énergies renouvelables citoyennes ont le vent en poupe...

Le Syctom a organisé une concertation réservée aux sachants – et après ?

Une enquête publique sur le PLU des Lilas… qui change la donne !

Une victoire pour l'eau publique en Île-de-France

L’eau publique, c’est maintenant !

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet