Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 11:49

Traitement des déchets v/s projet d’usine de méthanisation à Romainville

La mission de service public du SYCTOM (Syndicat intercommunal de traitement des ordures ménagères) est de traiter les 300 000 t de déchets par an, produits par les 900 000 habitants du XIXe arrondissement parisien et de 22 communes de Seine-Saint-Denis. Aujourd’hui l’actuelle usine de tri de Romainville est devenue obsolète, et son exploitation sera prochainement interdite devant l’obligation de mettre fin à la mise en décharge, de limiter l’incinération, et de recycler les déchets organiques.

Face à ces enjeux, il est nécessaire d’agir et d’évoluer.

Le projet du SYCTOM d’implanter une vaste usine de méthanisation à Romainville (2 chaînes de tri indépendantes, et 3 digesteurs chacune) nous préoccupe tous. C’est bien normal, la concertation et l’information autour de ce projet ont été quasi nulles, l'enquête publique obligatoire n’a donné que quelques commentaires de pure forme, et les changements de point de vue des élus de Romainville n’ont pas non plus beaucoup aidé à la clarté des débats.

Pourtant des éléments dinformation ont été présentés par Europe Ecologie Les Verts. Dabord dans larticle repris en novembre sur notre blog « Méthanisation à Romainville : une pétition de la peur », puis un débat public a eu lieu le 12 décembre, salle Jacques Brel à Romainville. Chaque fois, il sagissait de comprendre les enjeux et de proposer des solutions damélioration : utilité de la méthanisation, localisation en zone urbaine, risques éventuels d'explosion et d'incendie, diminution du trafic routier, impact paysager, nuisances olfactives, valorisation du digestat sorti de lusine, etc. Dans le même temps lassociation ARIVEM faisait également un travail de contre-expertise, mais agitait le spectre de la peur et du danger, privilégiant une opposition au projet, sans proposition et sans sinterroger sur le devenir de nos déchets.

Le 1er février dernier, enfin le SYCTOM et Est Ensemble, (communauté d'agglomération récemment compétente en matière de « collecte des déchets ») organisaient une réunion publique au Palais des Fêtes de Romainville. Beaucoup de monde, beaucoup de questions, beaucoup d’opposition, peu de propositions, pas de remises en débat du projet. Seul son abandon semblait répondre aux attentes du nombreux public.

Les décisions prises ce soir là portent sur plusieurs points.

Un moratoire d'au moins 6 mois, demandé par plusieurs élus, pour mener une vraie concertation citoyenne. Pourquoi pas comme à Ivry où la reconstruction de l’usine de déchets, du SYCTOM également, avait été précédée de 2 ans de débats publics où tous les acteurs et les associations s’étaient exprimés.

Une autre décision, est la saisie de la commission nationale du débat public afin de préparer une réelle et large consultation – c'est bien là le minimum qu'on puisse attendre, à défaut d'une réelle co-construction du projet avec les habitants concernés. Cette concertation « officielle » ouvrira des ateliers aux habitants sur la question « Que faire de nos déchets ? », une permanence d’information sera ensuite installée sur le site, puis une charte intercommunale de qualité environnementale sera rédigée.

Le SYCTOM a également annoncé un nouvel audit, qui prendrait en compte les observations de la contre-expertise de l'association ARIVEM, réalisée par un cabinet dexpertise indépendant reconnu. Nous suggérons que cet audit s'accompagne dune étude sur le gisement de bio-déchets, et sur la faisabilité dune collecte séparative des déchets organiques par lagglomération Est Ensemble.

Mais les questions essentielles restent sans réponse, sans alternative, le projet semblant être finalisé. Pourtant, pourquoi produisons nous tant de déchets, quel tri, qui trie, quelle taille d’usine, quel gaz vendu, quel produit brûlé, quels risques, quelle odeur ? Les interrogations ne manquent pas…

Concernant la présence d'une usine de méthanisation en zone urbaine dense, l'expérience de la Communauté Urbaine de Lille Métropole a été rapportée, où depuis 2007 la gestion des bio-déchets de 550 000 habitants ne pose pas de problème. Mais les ménages sont équipés de bacs cloisonnés pour la collecte déchets résiduels / bio-déchets, permettant le traitement annuel de 108 000 tonnes par le Centre de Valorisation Organique de Sequedin, sans problème d'odeurs.

A Romainville, il est prévu de traiter 322 500 tonnes, 3 fois plus donc. Aussi la taille du projet interroge, il serait largement supérieur à toutes les autres usines françaises. Pour autant, il n'apparaît pas surdimensionné au regard des déchets à traiter des 900 000 personnes du «bassin versant », en complément de l'usine du Blanc-Mesnil. Mais pourquoi ne pas envisager des usines plus petites, plus nombreuses. Cela nous renvoie à la question : pourquoi produisons nous autant de déchets et pourquoi trions-nous si mal ?

Question transport, le SYCTOM promet la diminution de 13 000 camions par an, réduction rendue possible par le transport fluvial et la construction de ports. Mais la coulée verte piétonne et cyclable du bord du canal de lOurcq serait interrompue cinq jours sur sept en raison du fonctionnement du futur port fluvial. Cela est évidemment contradictoire avec le développement prévu par les villes traversées par le canal.

Lusine produira, après traitement, du gaz et un « digestat ».

Ce gaz, appelé biogaz est généré par la méthanisation. Aujourdhui il est envisagé 2 réutilisations possibles de celui-ci, la production d'électricité et de chaleur via une centrale de cogénération, ou la production de bio-méthane qui serait ensuite injecté dans le réseau de Gaz de France (GRDF).

Après traitement des déchets, le projet d'usine de Romainville produira un « digestat ». Mais au regard des normes européennes à venir, il ne pourra pas s’agir d’un compost, incapable de fertiliser les terres agricoles, car n’étant pas assez trié. In fine, il serait alors brûlé.

 

Pour l’instant existe un projet avec 2 usines de méthanisation performantes. La première, qui est en projet, l'usine de Blanc-Mesnil qui valoriserait les déchets des « gros producteurs », entreprises ou collectivités. Et la seconde, à Romainville, traiterait l'autre gisement, celui des ordures ménagères pour l'instant jetées dans la poubelle « grise ».

Notre proposition consisterait à adapter l’usine de Romainville en y développant 2 filières. L'une de tri mécano-biologique (TMB) qui produirait un digestat équivalent à 15% du volume initial d’ordures, pouvant être commercialisé, ou mis en décharge, ou incinéré. Et une seconde filière qui méthaniserait des bio-déchets : épluchures de légumes, déchets alimentaires, déchets verts, etc produisant alors un vrai compost valorisable par les agriculteurs.

Cette solution nécessiterait un tri en amont, beaucoup plus sélectif, plus complet, plus contraignant.

Dans ces propositions, la notion de tri est essentielle, il sagit bien ici déducation, de responsabilité et de civisme de chacun dentre nous. Il faudrait une collecte plus sélective de nos bio-déchets, ce qui est possible à condition de mettre des récipients adaptés et de révolutionner le mode de collecte. Cela représenterait environ 30 000 tonnes, soit 10% du tonnage actuel. C'est peu, mais cette collecte serait pour beaucoup dans la qualité de la chaîne à reconstituer, consommateur / producteur d'ordures / producteur de compost / agriculteur producteur de nourriture.

Mais quoi quil arrive, concernant la production de déchets, il sagit de lautre « révolution » à initier. Celle qui concerne une politique écologique visant la décroissance du volume global de déchets, et qui sefforce de recréer la réciprocité culture / nourriture, nécessaire aux cycles de lazote et du carbone, entre villes et campagnes. Cette politique demande également un changement de mentalité des industries, pour enfin limiter les emballages, limiter la production de produits polluants et inutiles. Il sagit dune proposition logique de sobriété énergétique et d'arrêt progressif des gaspillages, à lopposé du système pervers de l'obsolescence programmée des objets et des produits, et à la rente industrielle de leur traitement en fin de vie.

Nous le voyons, si le projet de Romainville est nécessaire, il nous renvoie aussi à la question initiale : comment trier les déchets, et surtout pourquoi notre société de consommation en produit-elle autant ?

Ce projet dusine suscite encore beaucoup de questions, il mérite dêtre révisé, car il peut être encore largement amélioré et bien mieux adapté à nos vies et à notre territoire.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Don 14/02/2012 11:45

GrDF ne semble en effet pas contre le biogaz ! Je vous invite à lire ce petit article à ce sujet sur leur blog :
http://avecvous.grdf.fr/articles/l-injection-du-biomethane-dans-le-reseau-de-distribution/

Maurice 13/02/2012 19:52

Pourquoi attendre pour publier l'audit d'Arivem et le faire en même temps que celui du Sytcom ?
Il faut signaler qu'il y a plusieurs niveaux pour les moratoires, souhaitons qu'il ne soit pas pris celui qui sera le plus favorable au Sytcom et pas à la population, ils en sont bien
capables !
Concernant le biogaz, il est aussi faisable de l'utiliser dans des véhicules comme ceux servant aux transports de passagers, véhicules municipaux, de fonction des élus, etc., ils n'ont pas besoin
(les véhicules) d'avoir des performances élevées. N'oublions pas qu'autrefois des véhicules fonctionnaient au gaz ! (en dehors de la dernière guerre mondiale) ET, il n'y a pas si longtemps, il
y avait des autobus qui y fonctionnaient.
-
GRDF ne veut pas du biogaz, il est trop corrosif, un essai et fait à Lille, attendons sa conclusion.
Je viens d'avoir l'info (par un blogue noiséen) que des composteurs avait déjà été distribués aux habitants en pavillons. Est-Ensemble devrait le faire pour toute l'agglo !

Vert Lilas 13/02/2012 22:24



Merci pour vos commentaires,


quant à l'utilisation du biogaz, toutes les options sont possibles, y compris celle que vous citez et qui est utilisée à Lille pour les bus du dépot voisin. En
revanche il est faux de dire que GRDF ne veut pas du biogaz, puisque c'est déjà le cas à Lille encore - et ce n'est plus un essai ! - et que GRDF a réaffirmer en 2011 son souhait de récupérer le
biogaz produit par les différentes usines de méthanisation d'ile de France - n'oublions pas l'autre usine de ce territoire à Blanc-Mesnil ! - en témoigne les échanges avec le SIGEIF (syndicat
intercommunal gaz et electricité IdF).


 


 



L'écologie aux Lilas et au Pré ...

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet