Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 11:18

* au Sénat, examen du Projet de loi portant sur la réforme des retraites : Le hold-up des Sarkozy via le développement de la capitalisation !

 
Au terme de plus de deux semaines de débats, le Gouvernement jette bas les masques : hier soir, les discussions au Sénat ont porté sur la retraite par capitalisation. Le gouvernement et les Sénateurs UMP ont défendu des amendements visant à développer les produits d'épargne-retraite, comme le PERCO (Plan d'épargne pour la retraite collectif).
Pour les  Sénatrices et Sénateurs écologistes, la priorité du gouvernement n'est manifestement pas la retraite par répartition mais la retraite par capitalisation.
La récente création de la société  Sevriena, issue d'une joint-venture entre la Caisse des Dépôts et Consignations, la Caisse Nationale de Prévoyance et le groupe de prévoyance Malakoff-Mederic vient illustrer les intentions du tandem Guillaume/Nicolas Sarkozy. Le frère du Président de la République sera en effet à la tête du Conseil d'Administration de ce nouvel acteur majeur dans le secteur de l'épargne-retraite…
Pour Jean Desessard, « Spéculer avec l'argent des retraites est inadmissible ».  Il a vivement dénoncé l’hypocrisie de la politique menée par Woerth-Sarkozy : « cette réforme inefficace va faire fondre les retraites des assurés comme neige au soleil, c'est pourquoi le gouvernement conforte un dispositif de gestion privée des retraites, au plus grand profit des banques et des assurances ».
Pour Jacques Muller, « le choix de booster l’épargne retraite à coups d’exonérations fiscales constitue un aveu de l’échec programmé de cette réforme qui fait reculer de l’âge de la retraite, et d’une politique donnant une nouvelle fois la priorité aux classes aisées qui ont déjà les moyens d’épargner un maximum. »
En conséquence, les Sénatrices et Sénateurs Verts ont voté contre toutes les mesures visant à promouvoir la retraite par capitalisation, et ont réaffirmé leur attachement à un système de retraite juste et solidaire.

*
Les jeunes, les vieux, les riches : un rééxamen.
 

L'article d'Eric Le Boucher (Les Echos 15 octobre) critiquant l'engagement des jeunes dans le mouvement contre la réforme Woerth des retraites est assez surprenant. L'auteur va jusqu'à accuser les jeunes de se « projeter » à 62 ans ! Il sait bien pourtant que leurs préoccupations sont immédiates, et il cible deux de leurs motivations véritables : la « croyance » que le non-départ en retraite des aînés aggravera le chômage des jeunes, et la « croyance » que cette dégradation de l'assurance vieillesse n'est qu'un aspect de la dégradation générale de la protection sociale.
Déjà la seconde critique est stupéfiante. Eric Le Boucher nierait-il ce que toutes les organisations humanitaires et les statistiques de l'Insee et de la Dares soulignent de semaine en semaine : la dégradation continue depuis 1986 du niveau de couverture des différents risques, en particulier maladie et vieillesse? En 20 ans le nombre de personnes renonçant à se soigner est passé de 3 à 13 % : résultat automatique des déremboursements continus. Il n'y a pas un indicateur social qui ne se soit dégradé avant même 2008 ; et la crise a fait exploser la pauvreté et le besoin de solidarité.
Mais revenons à l'effet de la réforme Fillon-Woerth sur l'emploi des jeunes. Selon l'article, « on ne partage pas le travail, on le crée ». Cette phrase, s'appuyant prétendument sur l'expérience 1997/2002, est réductrice. En réalité, on crée (ou on détruit) du travail, c'est-à-dire des heures de travail demandées par les employeurs, et ces heures, on les partage ou pas.
L'effondrement du chômage entre 1997 et 2002 combinait ces deux leviers :
- reprise en Europe après la fin de l'austérité préparatoire à l'Euro,
- repartage de la valeur ajoutée au bénéfice des salariés (basculement des cotisations maladie vers la CSG, faisant contribuer les profits à la santé, et passage aux 35 heures « à salaire constant » c'est-à-dire à rémunération horaire croissante)
- création d'emplois-jeunes au service de la communauté
- partage du travail ainsi créé par les 35 heures. .
Nous n'avons aucune idée de ce que sera la conjoncture de 2018, date de plein effet de la réformé Fillon-Woerth. Il faut donc raisonner « toutes choses égales par ailleurs ».
Dans un premier temps, elle se soldera par un pur effet du « départage du travail » : les insiders,
les salariés âgés, travailleront deux ans de plus. Il est surprenant de voir nier un quelconque effet sur l'emploi des jeunes, alors que le prix Nobel d'économie vient d'être attribué à trois spécialistes des « viscosités » du marché du travail. Celui-ci ressemble davantage à une file d'attente qu'à un marché
néo-classique. En clair, une lycéenne d'Avallon ayant toutes les chances de rechercher un emploi
dans le tertiaire avallonnais ; son succès dépendra crucialement du nombre d'aînées qui quitteront le travail l'année où elle commencera à chercher le sien.
La « réforme » proposée signifie qu'au moment où les lycéens arriveront sur le, marché du travail,
les générations de « papy-boomers » quitteront le travail 2 ans plus tard. Chacune de ces générations compte environ 800 000 personnes. La moitié a déjà quitté le travail à 59,1 ans. Ce seront 2 fois 400 000 postes de travail qui ne se libéreront pas. Soit, mécaniquement 800 000 chômeurs de plus.
La réforme modifiera-t-elle le cadre macro-économique dans un sens favorable à la création de ces 800 000 postes ? On doit en douter ! Sans même discuter de effets, positifs ou négatifs, du vieillissement de la population au travail, l'effet macro  de « second tour » sera le remplacement de retraités par de jeunes chômeurs non indemnisés. Le choc sur la demande effective et l'emploi sera là encore négatif.
Tout autre raisonnement relève plus ou moins de la pensée magique. Rien à voir avec le retour des
Pieds-noirs et l'arrivée des immigrés : ils apportaient leur propre demande en face de leur force de travail. L'idée qu'une force de travail plus âgée serait plus compétitive et plus innovante serait assez douteuse, et quand elle serait exacte, elle n'aurait guère d'effets. Un entrepreneur innovant ne crée pas d'emploi, il capte l'orientation de la demande effective au détriment d'autres emplois.
Le refus d'Eric Le Boucher de prendre en compte les effets d'ensemble de la réforme renvoie à une
analyse erronée des succès de 1997 à 2002, et peut-être de la crise actuelle. Pour les économistes non-« hooveriens » comme Stiglitz, la crise est, d'une part, « keynésienne » (insuffisance de la demande effective, par excès de profits qui ne s'investissent pas) et d'autre part, écologique (toute croissance indifférenciée se heurte aux contraintes telles que la crise énergie-climat.)
Nous proposons à notre pays une politique macro-économique fondée sur la croissance des heures travailléesŠdans la lutte contre la crise écologique. Les efforts nécessaires pour réduire de 30 %  les émissions de CO2 en France créeraient à eux seuls 600 000 emplois nets, essentiellement des conducteurs de transports en commun et des emplois de second oeuvre du bâtiment. Il serait infiniment plus juste et plus conforme à la sécurité des travailleurs et des usagers que ce soit des jeunes plutôt que des aînés qui occupent ces postes !
Restera à financer les retraites. Selon le COR, il faut déplacer 3% du PNB vers les retraites d'ici 2050. Or le rapport Cotis a montré que celui-ci s'est déformé de 5% vers les profits depuis les « trente glorieuses », en particulier vers les dividendes distribués, plus 1% vers les très hauts salaires Si l'on veut revenir au taux optimal des « glorieuses années 70 », nous proposons de faire contribuer ces revenus dont la propension à épargner financièrement (et non productivement) est forte. Contributions qui, n'entrant pas dans le coût de revient, ne grèveraient pas compétitivité.
Les jeunes ont raison de s'inquiéter des arguments de certains papy-boomers pour les rejeter hors de l'emploi.

Eva Joly, présidente de la commission Développement du Parlement européen.
Alain Lipietz, économiste.

 

Aux Lilas, nous poursuivons notre engagement au sein du collectif lilasien de défense des retraites, nous soutenons la mobilisation des jeunes, des lycéens et les grèves des employés communaux, et nous appelons aux mobilisations des jeudi 28 octobre et samedi 6 novembre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Vert Lilas - dans Retraites
commenter cet article

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet