Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 21:06

 

(d'après l'article de la Coopérative Atanka – produits bio et paysans)

Face à la sécheresse, qui touche aussi nos producteurs, l'agrobiologie propose des solutions simples et de bon sens... pour qui veut les écouter.
Un sol vivant retient plus d'eau
Issu de la décomposition des matières organiques, l'humus peut stocker d'importants volumes d'eau... qu'il restitue ensuite aux racines. De même, certains micro-champignons se développent en symbiose avec les racines et améliorent leur capacité de captation, de stockage et de restitution de l'eau.

Résultat : "Si je gratte un peu, mon sol reste humide et frais !"constate ces jours-ci Didier Lamirand de l'oliveraie des Fonts

En agriculture conventionnelle, toute cette microbiologie est tuée par le labour et les pesticides. Le sol devient un simple support minéral incapable de stocker puis de restituer l'eau.

Alors que la France est le 3ème consommateur mondial de pesticides et le premier consommateur européen, il n'y a aucune chaire officielle de microbiologie des sols en France depuis la disparition du secteur microbiologie des sols de l'Institut Pasteur... cherchez l'erreur !

Un sol couvert limite l'évaporation
Bien connues des paysans les plus en pointe dans l'agriculture biologique ou naturelle, des techniques telles que le Bois Raméal Fragmenté (BRF – sol couvert de plusieurs centimètres de rameaux broyés) ou le semis sous couvert (on sème les graines directement sur les restes de la culture précédente ou sur un tapis de plantes telles que du trèfle) permettent de ne jamais laisser la terre à nu. Ce qui favorise la microbiologie du sol (encore !) et limite l'évaporation.

Ces techniques sont notamment mises en oeuvre par Philippe Amalric (Les Estrets)  , Julien Taton (la Ferme du Quart Pichet) , Robert Salicis...

Dans nos campagnes, on voit souvent des hectares de terre à nu soigneusement labourée, hersée et grattée... ce qui nécessite en plus des heures de travail au tracteur en consommant d'énormes quantités de gasoil... cherchez l'erreur !

Les engrais "déconnectent" les plantes du climat
et les empêchent de s'adapter
Comme nous l'explique Julien Taton, "mes plantes n'ont pas besoin de Météo France pour savoir le temps qu'il va faire. Cela fait longtemps qu'elles se sont adaptées au climat de cette année. Elles font moins d'épis mais pourront les amener à maturation. Par contre, si on pousse artificiellement les plantes avec des quantités d'engrais, on les oblige à faire autant d'épis que les années précédentes, mais il n'y aura pas assez d'eau : résultat, tout meurt." ...cherchez l'erreur !

Adaptées et diversifiées, les variétés locales résistent mieux
80 % des légumes cultivés il y a 50 ans ont disparu. Une douzaine de variétés de pommes sont cultivées en France aujourd'hui, il y en avait 1000 il y a un siècle. On trouve seulement quatre ou cinq variétés de tomates sur le marché, alors qu'il en existe plusieurs centaines...que s'est-il passé ? L'industrialisation de l'agriculture, les semenciers, les OGM et les réglementations qui les favorisent sont passés par là.


Pourtant, seules les variétés locales sont bien adaptées à chaque climat et permettent d'éviter le recours aux engrais ou à l'arrosage artificiels. De plus, l'utilisation de plusieurs variétés sur une même parcelle est l'une des techniques de l'agriculture naturelle mise au point par Masanobu Fukuoka : si une variété souffre plus que les autres, que ce soit de maladies ou du manque d'eau, celles qui résistent mieux se développent plus et prennent sa place.

Ces techniques élémentaires sont utilisées par des maraîchers tels que Mélissa Mizrahi (la Ferme des Bouquets), Valérie Tubau (la Ferme de Valérie)  ou encore Robert Salicis.

L'arrosage systématique est une aberration

Si une culture nécessite un arrosage systématique, c'est que cette plante n'est pas adaptée au climat (le maïs par exemple, qui est une plante tropicale des zones humides d'Amérique Centrale) ou que la variété choisie ou les techniques culturales ne sont pas les bonnes.

Ainsi, des domaines viticoles tels que le Pech d'André montrent qu'il est possible de cultiver la vigne et de faire un vin excellent sous le climat de l'Hérault, sans avoir recours à l'arrosage.

Pourquoi dans ce cas l'installation d'arrosage par goutte-à-goutte dans les vignes est-elle favorisée et même subventionnée dans cette région ?! Et l'on commence à entendre parler d'un impôt sécheresse... cherchez l'erreur !

Les arbres favorisent le cycle de l'eau
On sait maintenant que les arbres régénèrent les sols et favorisent le cycle de l'eau. Mêlant arbres et cultures au sol sur les mêmes parcelles, la technique de l'agroforesterie est désormais largement utilisée en Afrique pour refertiliser des régions entières... avec succès !

En France, certains paysans tels que François de Soos (Domaine de Mazy)  font partie des pionniers qui expérimentent cette technique, mais depuis des dizaines d'années on favorise surtout le déboisement et l'abattage des haies pour faciliter la mécanisation à outrance de l'agriculture... cherchez l'erreur !

Le cas particulier de l'élevage
Les marges de manoeuvre et d'adaptation sont beaucoup plus faibles pour l'élevage. En diminuant le nombre d'exploitations il serait plus facile de leur venir en aide en cas de sécheresse.

Plutôt que de favoriser une alimentation hyper-carnée à l'américaine, on ferait mieux de privilégier les protéines végétales (beaucoup plus efficaces en terme de rendement écologique) et de limiter l'implantation des élevages aux terres agricoles difficilement valorisables autrement, comme c'est le cas pour certaines zones marécageuses (le marais de la Bruyère pour la Ferme de Kervy <) ou les prairies de moyenne montagne (dans le massif central pour la Ferme des Mille Fleurs ).

Pour conclure...
Au final, les agriculteurs conventionnels parlent de catastrophe et de fatalité, alors que ce sont leurs pratiques qui constituent une véritable catastrophe, y compris pour l'agriculture biologique et naturelle qui subit les conséquences indirectes de ces aberrations.

Une agriculture plus intelligente, plus localisée et diversifiée, respectueuse des sols et des cycles naturels permet de mieux faire face aux aléas climatiques.

Alors qu'on nous parle d'impôt sécheresse, il faudrait plutôt soutenir cette agriculture biologique et naturelle, qui doit se débrouiller sans soutien public pour explorer de nouvelles pistes et innover.
A très bientôt !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet