Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 09:04

par Stéphane Lauer, correspondant du Monde à New-York, 16 janvier 2016, http://www.lemonde.fr/energies/article/2016/01/16/les-etats-unis-commencent-a-changer-la-facon-de-gerer-leurs-ressources-charbonnieres_4848363_1653054.html?xtmc=changement_majeur&xtcr=1

La Spring Creek Mine de Decker, dans le Montana

L’ère du charbon n’est pas encore révolue aux États-Unis, mais les temps sont en train de changer. En témoigne la décision de l’administration américaine, vendredi 15 janvier, de revoir les modalités d’ouverture de nouvelles mines sur les terres fédérales. Conformément à ce qu’avait annoncé Barack Obama dans son discours sur l’état de l’Union, mardi 12 janvier, le président veut changer la façon dont le gouvernement gère ses ressources d’énergies fossiles. En l’espèce, les autorisations d’exploitation ne seront plus accordées sans un examen complet des frais facturés aux compagnies minières en fonction de l’impact de l’extraction du charbon sur l’environnement.

Il s’agit d’une évolution majeure dans la mesure où environ 40 % du charbon produit aux États-Unis proviennent de terres appartenant à l’État. Cette décision était attendue de longue date par les associations de protection de l’environnement, alors que ces modalités n’avaient pas été révisées depuis 1979. « Il est évident que l’époque n’est plus ce qu’elle était il y a trente ans, et il est maintenant temps de revoir [la réglementation] », a déclaré Sally Jewell, la ministre des affaires intérieures et des ressources naturelles.

Impact environnemental : « L’Amérique se réveille »

Cette réforme « est dans l’intérêt des contribuables », estime Tom Sanzillo, directeur financier de l’Institute for Energy Economics and Financial Analysis. « Un moratoire sur les concessions fédérales va permettre au gouvernement et aux parties prenantes de mettre en place un nouveau modèle économique pour le charbon », espère-t-il.

Depuis 1976, le gouvernement percevait une redevance de 12,5 % sur les ventes générées par les mines situées sur des terrains publics. Ces royalties étaient ensuite partagées entre l’État fédéral et l’État fédéré où se trouvait le gisement. Les principaux sites d’exploitation sont installés dans le Wyoming, le Montana, l’Utah, le Nouveau-Mexique et le Colorado. Le gouvernement perçoit en sus une taxe annuelle de 3 dollars par parcelle de 0,4 hectare.

Alors que le nombre de concessions est passé de 489 à 308 en l’espace de vingt-cinq ans, la question est de savoir si ces prélèvements compensent les coûts de l’impact de l’exploitation charbonnière sur l’environnement. Cette ressource énergétique est considérée comme l’une des principales sources d’émissions de CO2 contribuant au réchauffement climatique. Le ministère des affaires intérieures et des ressources naturelles estime que le charbon produit sur des terres fédérales contribuerait à 28 % des émissions totales des États-Unis.

 « L’Amérique se réveille de son cauchemar : la dépendance aux combustibles fossiles », s’enthousiasme Michael Brune, le directeur du Sierra Club, une organisation environnementale. « Notre santé ne va plus être exposée aux dangers des mines de charbon et de leur développement, nos terres publiques ne vont plus être ravagées pour une source d’énergie dépassée », estime-t-il, ajoutant que la décision du gouvernement « est le genre d’action qui renforce le leadership international de l’Amérique à la suite de l’accord historique sur le climat conclu à Paris » le 12 décembre 2015.

Déclin du secteur, sous la concurrence du gaz

Toutefois, si la première conséquence de la décision est de geler les attributions de concession le temps de l’examen, il est difficile de savoir quel sera son résultat final. A ce stade, aucune recommandation pour augmenter la taxation de l’extraction n’a été émise.

Les industriels ont déjà prévenu que des prélèvements supplémentaires se feraient au détriment des consommateurs d’électricité et auraient un impact significatif sur l’emploi. Sans attendre ces conséquences, le déclin du secteur est déjà largement avancé. Depuis 2012, cinquante producteurs de charbon américains se sont placés sous la protection de la loi sur les faillites, dont le numéro deux du secteur, Arch Coal, le 11 janvier.

Le groupe du Missouri est très exposé aux gisements des Appalaches et subit de plein fouet la concurrence du gaz naturel. Arch Coal a perdu 2 milliards de dollars au troisième trimestre 2015 et n’était plus en situation d’honorer le service de sa dette de long terme, d’un montant de 5,1 milliards de dollars.

« De plus en plus de producteurs de charbon américains se trouvent contraints de restructurer des dettes devenues insoutenables, ce qui met en évidence le déclin structurel du secteur. La priorité doit maintenant être de restructurer le secteur de façon responsable », explique James Leaton, directeur de la recherche du think-tank financier Carbon Tracker. L’action du numéro un du secteur, Peabody, a décroché, vendredi, de 6,77 % à 3,93 dollars.

 

Partager cet article

Repost0
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 15:00

par Audrey Garric et Pierre Le Hir pour Le Monde le 19 janvier 2016, http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2016/01/19/la-france-tente-de-sauver-une-biodiversite-en-peril_4849452_1652692.html?xtmc=la_france_a_la_reconquete&xtcr=1

Le massif du Mitaraka en Guyane abrite de très nombreuses espèces, notamment d’insectes. Sophie Gonzales, conservatrice de l'herbier IRD de Guyane, en train d'échantillonner. Ph Xavier Desmier

S’agira-t-il, comme l’espèrent les associations de protection de la nature, d’une « loi historique » ? Ou d’un catalogue d’intentions vertueuses, mais sans moyens d’action réels ? Rarement, en tout cas, un texte législatif aura connu une gestation aussi longue. Le projet de loi « pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages », promis il y a quatre ans déjà par François Hollande, arrive en première lecture au Sénat mardi 19 janvier… dix mois après son passage à l’Assemblée. A l’issue de trois jours de débats, menés par le rapporteur Jérôme Bignon (Les Républicains), le texte sera soumis au vote des sénateurs le 26 janvier.

 « Nous sommes enthousiastes à l’idée que, quarante ans après la loi de 1976 sur la protection de la nature, ce texte arrive enfin devant les deux assemblées, indique Allain Bougrain-Dubourg, le président de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO). Mais inquiets du décalage entre le discours du gouvernement, qui dit vouloir faire de la France une nation exemplaire pour la biodiversité, et la réalité sur le terrain. »

Car il y a urgence. « Nous assistons à une destruction massive de notre capital naturel », rappelle Pascal Canfin, le directeur général du WWF. La France est concernée au premier chef. Elle abrite, grâce à ses territoires d’outre-mer qui concentrent 85 % de sa biodiversité, ainsi qu’à son domaine maritime, une très grande diversité animale et végétale. Mais elle se classe au sixième rang des pays comptant le plus grand nombre d’espèces en danger, du fait de la destruction de leurs habitats, de la surexploitation des ressources, de la pollution et du changement climatique.

Conséquence : les trois quarts des habitats naturels se trouvent dans un état de conservation « défavorable ». Malgré de multiples outils réglementaires (parcs, réserves, sites Natura 2000, etc.), seul 1 % du territoire métropolitain est aujourd’hui « sous protection forte ».

Vision « dynamique » des écosystèmes : « éviter, réduire, compenser »

Le projet de loi a le mérite de mettre sur le devant de la scène des enjeux jusqu’à présent négligés. Pour ce faire, il adopte une vision « dynamique » des écosystèmes : s’il s’agit de « conserver, restaurer et valoriser la biodiversité terrestre et maritime », l’objectif « n’est pas de la figer en la mettant sous cloche », souligne la ministre de l’écologie, Ségolène Royal. C’est le sens de la définition large qui a été donnée, en commission sénatoriale, au terme de biodiversité, conçue comme « l’ensemble des organismes vivants ainsi que les interactions qui existent (…) entre ces organismes, leurs habitats naturels et leurs milieux de vie ». Une vision dans laquelle l’homme est inclus.

La loi inscrit également dans les grands principes du code de l’environnement le triptyque « éviter, réduire, compenser », qui s’applique à tout aménageur dont le projet entraîne des dégradations écologiques. « Cette ambition forte se heurte à l’absence de vrais moyens et de contrôle, notamment de l’Etat », déplore toutefois Christophe Aubel, le directeur de l’ONG Humanité et biodiversité. Cette crainte s’exprime tout particulièrement à l’encontre des réserves d’actifs naturels, généralisées par le projet de loi alors qu’elles n’étaient qu’au stade de l’expérimentation. Le principe de ce dispositif consiste à faire restaurer des terres par des acteurs privés et les revendre à des aménageurs, sous forme de crédits, pour compenser les impacts négatifs de leurs projets.

Le texte vise aussi à éviter le pillage sans contrepartie, par des firmes pharmaceutiques, cosmétiques ou agroalimentaires, de connaissances traditionnelles ou de ressources génétiques (plantes, animaux ou bactéries) d’où peuvent être tirés des produits commercialisés avec dépôt de brevets.

La pierre angulaire du dispositif sera la création d’une Agence française pour la biodiversité (AFB), initialement programmée pour le 1er janvier 2016 et désormais repoussée à début 2017. Constituant un appui technique pour les collectivités, les entreprises ou les associations, elle regroupera les 1 200 agents de quatre structures existantes : l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques, l’Atelier technique des espaces naturels, l’Agence des aires marines protégées et les Parcs nationaux de France.

Mais pour les ONG, le périmètre de l’AFB, qui n’inclut ni l’Office national de la chasse et de la faune sauvage ni l’Office national des forêts, en fera une agence « unijambiste », centrée sur les domaines aquatique et marin, mais sans compétence sur la biodiversité terrestre. Autre inquiétude : l’AFB doit être dotée d’un budget de fonctionnement de 226 millions d’euros – la somme des budgets des quatre établissements publics qui la composeront –, mais ses crédits d’intervention, estimés à 200 millions d’euros, restent à trouver. Mme Royal avait promis, au printemps 2015, que 60 millions d’euros lui seraient affectés au titre des investissements d’avenir, et elle a récemment annoncé une mission sur le financement de la biodiversité, confiée au Commissariat général au développement durable.

Suppression de mesures fortes au Sénat

Présentée par la ministre comme le « deuxième pilier » de sa politique, après la loi sur la transition énergétique promulguée en août 2015, la loi sur la biodiversité suffira-t-elle à « inverser la tendance » du déclin du vivant, comme le souhaitent les associations ? Le texte est encore loin d’être figé. Le Sénat, manifestement plus perméable au lobby des chasseurs et des agriculteurs, a déjà supprimé, en commission, plusieurs mesures fortes adoptées par les députés.

Ainsi de la prohibition de la chasse aux oiseaux à la glu, une pratique dont les associations dénoncent le caractère « non sélectif et cruel pour les animaux ». Ainsi encore de l’interdiction de tous les insecticides néonicotinoïdes, des molécules chimiques nocives pour les abeilles et autres pollinisateurs. Un moratoire européen sur ces substances a vu le jour en décembre 2013, mais il ne concerne que trois d’entre elles.

Le texte, qui devra être examiné en deuxième lecture par les deux chambres, avant une éventuelle commission mixte paritaire, puis un retour final devant l’Assemblée, sera-t-il définitivement adopté avant l’été ? Il est permis d’en douter, compte tenu d’un calendrier parlementaire chargé, avec la réforme constitutionnelle et l’adoption de l’accord sur le climat de Paris. Il pourrait alors l’être, au mieux, avant la fin de l’année 2016. Un quinquennat entier pour faire progresser la cause de la biodiversité.

Partager cet article

Repost0
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 09:55

Paris, France, AFP, le 18/01/2016, par Dominique SCHROEDER

La Méditerranée est "sur le chemin du burn out": elle connaît "un développement économique inédit" qui menace des écosystèmes "déjà dégradés" et des espèces en danger, avertit mardi l'organisation environnementale WWF-France.

Cette mer semi-fermée, qui abrite entre 4% et 18% des espèces marines connues, réparties sur une surface couvrant moins de 1% des océans mondiaux, fait notamment face à un accroissement "sans précédent" de l'exploration pétrolière et gazière.

Les contrats d'exploration pétrolière et gazière offshore "portent aujourd'hui sur plus de 20% de la mer Méditerranée et pourraient bientôt s'étendre au double de cette surface", estime le WWF dans un rapport.

"C'est énorme, surtout lorsque l'on connaît les risques sismiques de la région", souligne Pascal Canfin, directeur général du WWF-France. Selon lui, "la multiplication et la croissance des activités économiques sur cette zone" placent la Méditerranée "sur le chemin du burn out".

Les projets d'exploration d'hydrocarbures et les activités de forages essaiment dans toute la Méditerranée depuis plusieurs années.

Selon l'ONG, "la production pétrolière en mer pourrait progresser de 60% entre 2010 et 2020 dans la région méditerranéenne, passant de 0,7 million de barils par jour à 1,12 Mbj".

Les réserves méditerranéennes de pétrole représentent 4,6% des réserves planétaires, rappelle le rapport.

Quant à la production gazière en mer, "elle pourrait être multipliée par cinq entre 2010 et 2030, passant de 55 millions de tonnes équivalent pétrole par an à 250 Mtep/an à l'échelle de la Méditerranée".

Selon l'ONG, outre l'exploration pétrolière et gazière, tous les secteurs traditionnels de l’économie maritime tels que le transport, le tourisme, l’aquaculture "se développent de manière exponentielle et devraient poursuivre leur croissance au cours des 20 prochaines années, à l’exception de la pêche professionnelle".

500 millions de touristes en 2030

Le transport maritime devrait doubler d'ici à 2030. Et "les arrivées de touristes internationaux en Méditerranée devraient augmenter de 60% entre 2015 et 2030 pour atteindre la barre des 500 millions en 2030".

À l'échelle de la Méditerranée, "5.000 kilomètres de littoral supplémentaires vont être artificialisés" (construction de routes, d'immeubles...) d'ici à 2025, par rapport à 2005, selon le WWF.

L'ONG, qui a analysé l'économie maritime des huit pays méditerranéens de l'Union européenne (Croatie, Chypre, France, Italie, Grèce, Malte, Slovénie, Espagne), anticipe aussi "une expansion" de l'exploitation minière.

"Cette évolution crée une compétition grandissante entre secteurs pour une superficie et des ressources marines limitées", ce qui entraîne "de nouveaux impacts sur des écosystèmes déjà sous pression", souligne le WWF qui prédit des conflits entre le développement des projets d'exploration et d’extraction d’hydrocarbures et le développement touristique, comme c'est le cas actuellement en Croatie ou aux Baléares par exemple.

Alors que "90% des stocks de poissons sont surexploités", le WWF s'attend aussi à "un recul" de la pêche professionnelle dans la région méditerranéenne. Le développement d'activités comme l'exploitation minière des fonds marins et l'extraction d'hydrocarbures "vont clairement contribuer à aggraver" la situation.

L'ONG, qui s'oppose à "tout nouveau développement pétrolier et gazier offshore", réclame notamment la création d'aires marines protégées au-delà des eaux territoriales, la régulation du trafic maritime et la mise en place de dispositifs anticollision pour les cétacés.

Selon le WWF, l'UE, qui s'est fixé pour objectif un retour au "bon état écologique" des eaux marines européennes au plus tard en 2020, a "un rôle crucial" à jouer.

Elle doit défendre "une vision prenant en compte la biodiversité et les écosystèmes au niveau national ainsi qu’à l’échelle du bassin méditerranéen", souligne la navigatrice Isabelle Autissier, présidente du WWF-France. "Sans quoi il sera impossible d’atteindre les objectifs environnementaux de la Commission européenne, s’ils ne sont déjà compromis".

Partager cet article

Repost0
19 janvier 2016 2 19 /01 /janvier /2016 20:35
Bruno Latour : Comment représenter les forêts, les pôles et les océans

pour Le Monde du 19 janvier 2016, http://www.lemonde.fr/international/article/2016/01/18/bruno-latour-comment-representer-les-forets-les-poles-et-les-oceans_4848969_3210.html?xtmc=representer_les_forets&xtcr=1

Il est vain de prétendre protéger les populations sans défendre leurs conditions d’existence. Seul un Sénat onusien pourrait représenter les territoires et les ressources.

Les Nations unies rassemblent tous les pays, et, par conséquent, le territoire légal de ces nations. Toutefois, même si vous regardez une carte politique du monde, vous vous apercevrez aussitôt que toutes ces nations mises ensemble ne recouvrent pas le globe terrestre. Ni l’océan ni les pôles n’entrent dans ces frontières.

Définir le territoire

Si vous regardez plus attentivement et passez d’une carte administrative à une carte géologique ou météorologique, vous verrez clairement que de vastes pans de l’existence terrestre, dont pourtant les nations dépendent, ne sont représentés par personne : ni l’atmosphère, ni le pétrole, ni le charbon, ni les animaux, ni les forêts. Plus curieux encore, les sols, dont le soin et le maintien sont indispensables à la définition même d’un territoire, n’ont pas de représentants officiels, si bien qu’on peut les piller comme s’ils ne formaient pas le socle de l’Europe, de la Chine ou de l’Éthiopie.

Si l’on définit le territoire par ce dont on dépend pour subsister, ce que l’on est prêt par conséquent à défendre, ce qui a des bords à peu près délimités et que l’on est capable de représenter par des sentiments, des cartes, des chiffres et des récits, on s’aperçoit que le système des Nations unies n’a rassemblé jusqu’ici que les États. Or les États, on l’a compris avec la lenteur des décisions sur le climat, poursuivent les intérêts des populations humaines, mais nullement des territoires dont ceux-ci dépendent.

Le système de sécurité mondiale est donc schizophrène : on prétend protéger des populations que l’on prive de leurs conditions d’existence. Les États sont pensés hors sol, à peu près comme on cultive des salades hydroponiques…

Trouver la deuxième Chambre

Le système traditionnel, dit « représentatif », distingue deux Chambres, l’une pour les populations, l’autre justement pour les territoires. Disons l’Assemblée et le Sénat. Même si, jusqu’ici, la deuxième Chambre, celle des territoires, correspond à une vision administrative qui reste très abstraite, je me demande bien où se trouve la deuxième Chambre de l’ONU. Où est donc le Sénat terrestre chargé de représenter non pas les Nations unies, non pas les États hors sol, mais les territoires divers et rassemblés dont dépendent les nations comme les États pour leur subsistance durable ?

Le principe des deux Chambres évite, dit-on, des décisions trop absurdes en compensant les intérêts et les passions des populations par les intérêts contrastés des territoires. Mais, jusqu’ici, ce beau principe n’a fait que défendre une définition des humains contre une autre, en oubliant que, pour une autre partie, les humains dépendent d’êtres qui ne jouissent pour l’instant d’aucune reconnaissance institutionnelle.

À l’époque du nouveau régime climatique, cette situation est d’autant plus choquante que, au final, les humains restent sans défense puisque les territoires, les habitats dont ils dépendent, ne font pas l’objet d’une assemblée crédible. Le monde n’a toujours pas de Parlement.

Incarner le collectif

On objectera qu’il est difficile de faire représenter les forêts, les océans, les animaux sauvages, le phosphore ou le pétrole, par un humain parlant, puisqu’ils sont muets et sans voix. L’objection est doublement fallacieuse : il existe d’innombrables moyens de les faire parler – c’est d’habitude ce qu’on appelle les sciences des forêts, des océans, des sols et de la terre ; et, d’autre part, si l’on peut représenter la « France » ou le « Canada », qui sont des êtres de raison, on doit pouvoir représenter l’atmosphère, dont le découpage est sûrement moins arbitraire…

Représenter, on le sait depuis les Romains, et encore mieux depuis Hobbes, c’est toujours donner à un individu, à une personne physique, la tâche d’incarner le collectif, la personne morale. Tant que les territoires véritables dont nous dépendons ne sont pas représentés dans une deuxième Chambre par des individus en chair et en os, nous n’entendrons pas les protestations de l’océan, la révolte des sols, l’indignation des bêtes. Par conséquent, nous serons incapables de définir nos propres intérêts. Les populations resteront sans défense.

Bruno Latour, sociologue, enseigne à Sciences Po. Il a reçu en 2013 le prix Holberg pour ses travaux sur la notion de modernité. MIGUEL MEDINA/AFP

Bruno Latour, sociologue, enseigne à Sciences Po. Il a reçu en 2013 le prix Holberg pour ses travaux sur la notion de modernité. MIGUEL MEDINA/AFP

Partager cet article

Repost0
19 janvier 2016 2 19 /01 /janvier /2016 09:27

Par le Collectif « Nous ne céderons pas ! » sur nousnecederonspas.org - nous soutenons et nous y serons !

En réaction à l’horreur des attentats qui ont frappé notre société toute entière, l’état d’urgence a été décrété par le gouvernement, puis prolongé pour une durée de trois mois. Un projet de loi constitutionnelle prévoit l’inscription, dans la Constitution, non seulement de l’état d’urgence mais aussi de la déchéance de la nationalité pour les binationaux auteurs de « crimes constituant une atteinte grave à la vie de la nation ».

Sortons de l’état d’urgence

L’état d’urgence conduit à des décisions arbitrairesdes dérives autoritaires. Depuis novembre 2015, plus de trois mille perquisitions sont intervenues. Tout comme les assignations à résidence, elles ont donné lieu à de nombreux dérapages, à un accroissement des discriminations à l’égard de populations déjà stigmatisées en raison de leur origine et/ou leur religion supposée ou réelle. Toutes ces mesures, dont l’efficacité n’est pas démontrée, mettent à mal la séparation des pouvoirs : l’exécutif s’accapare le pouvoir législatif et relègue le pouvoir judiciaire hors de son rôle de gardien des libertés.

Inscrire l’état d’urgence dans la Constitution, c’est graver dans le marbre ce régime d’exception qui permet l’action des forces de sécurité sans contrôle du juge. C’est habituer les citoyen-ne-s à un état d’exception. Avec les moyens ainsi mis en place, il faut s’inquiéter des pouvoirs sans contrôle donnés à ceux qui peuvent arriver aux manettes de l’Etat…

Inscrire le retrait de la nationalité française aux binationaux condamnés pour crimes terroristes, c’est porter atteinte au principe même d’égalité des citoyens, inscrit à l’article 2 de la Constitution, fondement de la République. C’est instituer, dans la loi fondamentale de notre pays, deux catégories de Français, ceux qui le seraient et ceux qui le seraient moins, au motif que leurs parents ou grands-parents ne l’étaient pas. C’est, de fait, remettre en cause le principe d’une nationalité française ancrée dans le droit du sol.

C’est aussi mettre dans la Constitution une mesure dont personne ne croit à l’efficacité en termes de lutte contre le terrorisme, mais réclamée depuis longtemps par le Front national.

C’est banaliser la logique du rejet de l’autre. C’est s’exposer à ce que d’autres majorités politiques élargissent le champ des actes conduisant à la déchéance de nationalité.

N’acceptons pas la gouvernance de la peur : exigeons la sortie de l’état d’urgence !

Nous affirmons qu’il est nécessaire et possible que l’Etat protège les habitants face au terrorisme, sans remettre en cause les droits et les libertés. Nous refusons une société du contrôle généralisé, une société qui glisse de la présomption d’innocence au présumé potentiellement coupable. Ne donnons pas satisfaction aux terroristes qui cherchent justement à nous faire renoncer à notre vie démocratique.

L’état d’urgence contribue au renforcement des préjugés racistes, aux amalgames et aux pratiques discriminatoires.

Notre pays a été blessé, mais loin d’en soigner les plaies, l’état d’urgence risque de les exacerber en appauvrissant notre démocratie, en délégitimant notre liberté. C’est pourquoi, nous demandons la levée de l’état d’urgence et l’abandon de cette réforme constitutionnelle.

Nous appelons tous les habitants de notre pays à développer la citoyenneté et à agir pour construire une société solidaire

Manifestation le samedi 30 janvier
partout en France et à Paris, à 14h30, place de la République

Signez la pétition sur nousnecederonspas.org           Téléchargez le tract

 

Collectif « Nous ne céderons pas ! », à l’appel de AC ! Agir ensemble contre le chômage !, AC ! Trégor, Act Up-Paris, AFD International, Agir pour le changement démocratique en Algérie (Acda), Apel-Egalité, Altertour, Assemblée citoyenne des originaires de Turquie (Acort), Association démocratique des Tunisiens en France (ADTF), Association femmes solidaires comité Saint-Denis, Association France Palestine solidarité (AFPS), Association des Marocains en France (AMF), Association pour la reconnaissance des droits et libertés aux femmes musulmanes (ARDLFM), Association des travailleurs maghrébins de France (ATMF), Association des Tunisiens en France (ATF), Association des universitaires pour le respect du droit international en Palestine (Aurdip), Attac, Cadac, CADTM France, Cedetim, CGT Police Paris, Centre islamique Philippe Grenier (CIPG), Cercle Condorcet de Paris, Clamart-Citoyenne, Collectif des 39, Collectif des associations citoyennes, Collectif D’ailleurs nous sommes d’ici Tours 37, Collectif BDS Saint-Etienne, Collectif CGT Insertion-Probation (UGFF-CGT), Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), Collectif de défense des libertés fondamentales de l’agglomération rouennaise (CDLF), Collectif féministes pour l’égalité, Collectif Judéo Arabe et Citoyen pour la Palestine (CJACP), Collectif Mémorial 98, Collectif national des Faucheurs volontaires, Collectif national pour les droits des femmes (CNDF), Collectif de soutien aux sans-papiers du Trégor-Goëlo, Collectif Stop le contrôle au faciès, Comité pour le développement et le patrimoine (CDP), Comité pour le Respect des Libertés et des droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT), Commission islam et laïcité, Conseil national des associations familiales laïques (Cnafal), Confédération générale du travail (CGT), Confédération nationale du logement (CNL), Confédération paysanne, Coordination de l’action non-violente de l’Arche (Canva), Coordination nationale Pas sans nous, Coordination contre le racisme et l’islamophobie (CRI), Droit au logement (Dal), Droit solidarité, Emancipation Tendance intersyndicale, Emmaüs France, Emmaüs international, Espace franco-algérien, Espace Marx, Euromed Feminist Initiative IFE-EFI, Farapej, Fédération des CIRCs, Fédération internationale des Ligues des droits de l’Homme (FIDH), Fédération nationale de la Libre pensée, Fédération des Tunisiens citoyens des deux rives (FTCR), Femmes égalité, Filles et fils de la République (FFR), Fondation Copernic, Halte OPGM07, Ipam, Jinov International, Justice et libertés Strasbourg , La Cimade, Le Genepi, Le Gisti, Le Mouvement de la paix, Les Amoureux au ban public, Liberpensula Frakcio de Sat, Ligue des droits de l’Homme (LDH), Ligue de l’Enseignement, Maison des potes, Mamans toutes égales (MTE), Marche des femmes pour la dignité (Mafed), Minga-agir ensemble pour une économie équitable, Mouvement pour une alternative non-violente (Man), Mouvement pour l’économie solidaire (Mes), Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap), Mouvement pour l’économie solidaire, Négajoule!, Observatoire international des prisons (OIP) – section française, Osez le féminisme !, Planning familial, Pôle de renaissance communiste en France (PRCF), Powerfoule, Réseau d’alerte et d’intervention pour les droits de l’Homme (RaidH), Réseaux citoyens Saint-Etienne, Réseau éducation sans frontières (RESF), Réseau Immigration Développement Démocratie – IDD, Revue Ecole émancipée, Revue Inprecor, Revue Mouvements, Revue Regard, Romeurope 94, Survie, Syndicat des avocats de France (Saf), Syndicat français des artistes interprètes (SFA), Syndicat de la magistrature (SM), Syndicat de la médecine générale (SMG), Syndicat national des journalistes (SNJ), SNJ-CGT, SNPES-PJJ/FSU, SNUEP-FSU, SNUipp-FSU Paris, SNUTER-FSU, Solidaires étudiant-e-s, SUPAP-FSU, Union générale des fédérations de fonctionnaires CGT (UGFF-CGT), Union juive française pour la paix (UJFP), Union nationale des étudiants de France (Unef), Union rationaliste, Union syndicale de la psychiatrie (USP), Union syndicale solidaires.

Et pour mobiliser les citoyens et influencer directement les députés

PowerFoule vient de mettre en ligne une campagne permettant au public de connaitre la position de son-sa député-e sur la déchéance de nationalité et de lui envoyer un email personnel lui demandant de voter contre. Le lien est ici : www.powerfoule.org/stop-decheance  C'est très simple :

 - On rentre son code postal
 - On choisit son-sa député-e
 - La position du-de la député-e sur la déchéance s'affiche
 - On écrit son message et on l'envoie
 - La page suivant permet d'envoyer un tweet à son député et d'en envoyer également à d'autres députés. (suggestion de tweets selon la position du-de la député-e).
Nous proposons une série d'argumentaires pour aider le public à écrire son message.
Cette campagne vise la déchéance de nationalité, qui participe à la même déconstruction de notre République que l'état d'urgence.
Il est important que les députés reçoivent un maximum de messages individuels et sentent le vent tourner.

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2016 1 18 /01 /janvier /2016 12:51

Dans l’Oklahoma, le gaz de schiste provoque des séismes à répétition

in Le Monde, le 15 janvier 2016, par Stéphane Bussard (du journal Le Temps, Suisse)

Dans l’Oklahoma, l'exploitation des gaz de schiste grâce à la technique de fracturation hydraulique a provoqué une explosion du nombre de séismes.

Pour les habitants de l’Oklahoma, c’est presque devenu une routine. La terre tremble régulièrement. Le 6 janvier, deux séismes d’une magnitude de 4,7 et 4,8 ont secoué la région septentrionale de cet État du centre des États-Unis. Les dégâts ont été mineurs mais ont néanmoins alerté les autorités locales. L’une des secousses, au début d’octobre 2015, a eu lieu à proximité de la ville de Cushing, qui abrite un énorme complexe de stockage de brut contenant jusqu’à 60 millions de barils d’or noir et considéré comme une infrastructure stratégique nationale. En 2015, l’Oklahoma a recensé plus de 900 tremblements de terre d’une magnitude proche de 3, soit deux et demi par jour.

Pression de sociétés pétrolières

Pour 2016, les prédictions ne sont pas meilleures. Selon le National Earth­quake Information Center de Golden, dans le Colorado, la barre des mille séismes devrait être franchie. La région centrale du pays n’avait enregistré que 21 séismes de magnitude 3 et plus entre 1973 et 2008. Depuis 2008, l’augmentation du nombre de tremblements de terre est exponentielle. La cause de cette forte activité sismique est, à en croire une majorité de scientifiques, la fracturation hydraulique des formations de gaz et pétrole de schiste et la multiplication des sites de forage – même si, en 2011, des failles parcourant l’État du nord-est au sud-ouest ont été à l’origine du plus puissant séisme que l’État ait connu (5,7).

Depuis 2008, l’Oklahoma, à l’image des États-Unis, connaît un boom pétrolier grâce à la révolution de l’hydrofracturation. Il a grandement bénéficié des retombées fiscales qui en découlent, même si aujourd’hui il souffre du bas prix du baril de pétrole. Le secteur pétrolier représente 20 % des emplois de l’État et deux tiers des emplois créés depuis 2010 lui sont attribuables.

La fracturation hydraulique des schistes s’accompagne toutefois d’effets secondaires. Des volumes considérables d’eaux usées et de produits chimiques utilisés pour les forages sont réinjectés dans les formations de schiste, car pour l’heure l’industrie n’a pas trouvé d’alternative à ces dépôts « sauvages ». En­­tre 2009 et 2014, les volumes utilisés dans la région, en particulier dans la formation de schiste du Precambrian Basement Rock, ont augmenté de 140 %, selon l’International Business Times, passant de 68 milliards à 162 milliards de litres. Pour les sismologues, cela ne fait au­­cun doute, la fracturation hy­­drau­­lique, qui nécessite parfois dix barils d’eau pour chaque baril de pétrole produit, est directement en cause. Les volumes d’eau injectés peuvent avoir pour effet de soulever des plaques près de failles au lieu de les rapprocher, explique l’US Geological Survey.

Les autorités politiques ont été très lentes à réagir. La gouverneure de l’État, la républicaine Mary Fallin, a tout d’abord nié le problème avant de se rendre à l’évidence au vu du nombre croissant de preuves scientifiques. Selon Bloomberg, l’Oklahoma Geological Survey, une instance scientifique, a subi des pressions de la part des sociétés pétrolières pour ne pas établir de liens entre l’hydrofracturation et les séismes et a longtemps affirmé que les secousses étaient un phénomène naturel. Le régulateur du secteur, l’Oklahoma Corporation Commission, n’a pas fait preuve d’une grande indépendance non plus, se contentant de réduire le nombre de nouveaux puits de forage pour répondre à une montée de la colère de la population. Le régulateur et la gouverneure se sont souvent renvoyé la balle. Puis, le régulateur a fini par inviter les sociétés pétrolières à réduire sur une base volontaire les volumes d’eau réinjectés dans le sol, tandis que l’Oklahoma Geological Survey a reconnu que la fracturation hydraulique était « très probablement » la cause des séismes.

Cité par le New York Times, Daniel Mnamara, géophysicien au National Earthquake Information Center, est catégorique quant aux risques futurs : « Il y a une forte chance que l’Oklahoma soit confronté à une forte secousse. » Les spécialistes pensent en particulier à la faille Edmond, longue de 20 km. Pour l’État et plus largement pour les États-Unis, les conséquences pourraient être considérables. Si le complexe de stockage de brut de Cushing devait être endommagé au même titre que le vaste réseau d’oléoducs, c’est toute la chaîne d’approvisionnement du pétrole qui pourrait être perturbée.

Les grandes citernes de cette petite ville de l’Oklahoma servent à stocker le pétrole en provenance de la formation géologique des Bakken, dans le Dakota du Nord, avant qu’il ne soit acheminé vers les raffineries installées le long du golfe du Mexique. Récemment, l’Oklahoma Corporation Commission a tout de même exigé que plusieurs puits dans un rayon de dix kilomètres autour du complexe de Cushing soient fermés.

L’Oklahoma n’est pas le seul État touché par des séismes induits par l’activité pétrolière et gazière. La Californie, le Dakota du Nord ainsi que le Texas connaissent le même type de phénomène. Dans certaines régions du Texas, des pétitions demandant l’arrêt du « fracking » ont été signées.

-------------

Au Canada, des séismes quotidiens dans une région de fracturation hydraulique

Pour Le Temps, le 16 janvier 2016, http://www.letemps.ch/sciences/2016/01/16/canada-seismes-quotidiens-une-region-fracturation-hydraulique

La multiplication des sites de forage et les énormes volumes d’eau injectés dans le sol par la fracturation hydraulique provoquent près d'un séisme par jour

Une secousse sismique est enregistrée en moyenne chaque jour dans une région de l'Alberta, dans l'ouest du Canada, où des sociétés exploitent le pétrole par la fracturation hydraulique, selon les statistiques de l'Agence de réglementation de l'énergie de l'Alberta (AER).

Cette agence a relevé vendredi, depuis le 15 janvier l'an dernier, 363 secousses autour de Fox Creek, une petite bourgade de 2000 habitants à 260 km au nord-ouest d'Edmonton. Certains jours, l'activité sismique est plus importante avec, par exemple, un record de 18 séismes enregistrés le 11 septembre dernier, selon les relevés de l'AER.

Mardi, une secousse de magnitude de 4,8 sur l'échelle de Richter a été enregistrée sur un champ pétrolier de la compagnie espagnole Repsol à 30 km à l'ouest de Fox Creek.

«Au moment de l'incident, la compagnie menait des opérations de fracturation hydraulique sur le site», a indiqué Repsol dans un communiqué en annonçant la suspension de son exploitation sur ce site.

Sables bitumineux

La technique de fracturation hydraulique consiste à injecter un mélange d'eau, de sable et de produits chimiques à très haute pression dans le sol pour briser des couches rocheuses et libérer le pétrole ou le gaz. Ce procédé est largement répandu aux Etats-Unis et au Canada.

L'AER n'a pas confirmé le lien entre l'incident mardi et les opérations de fracturation hydraulique menées par Repsol et d'autres sociétés pétrolières.

«Il y avait des opérations de fracturation hydraulique dans la région au moment où le tremblement de terre est survenu», a confirmé à l'AFP Carrie Rosa, porte-parole de l'AER.

Avec une activité sismique, même légère, dans cette région de Fox Creek depuis plusieurs années «possiblement liée à la fracturation hydraulique», selon l'AER, les entreprises pétrolières de la province albertaine ont l'obligation de cesser immédiatement leur exploitation en cas de secousse supérieure à une magnitude de 4.

Les nappes phréatiques polluées

La municipalité de Fox Creek alerte les autorités politiques et les pétroliers depuis plusieurs mois sur les impacts environnementaux de l'exploitation des sables bitumineux à grande échelle.

«L'industrie et le gouvernement provincial ferment les yeux sur ce qui se passe dans notre région», a écrit Jim Ahn, le maire de Fox Creek, à l'AER.

Les sociétés pompent «l'eau de nos rivières et de nos lacs à un rythme que nous pensons bien supérieur à leur capacité de réapprovisionnement naturel», selon le courrier du maire obtenu par l'AFP.

Le maire dénonce par ailleurs la pollution des nappes phréatiques et, régulièrement, l'impossibilité de consommer l'eau du robinet. «En 2015, nous avons dû acheminer de l'eau potable (...) à nos résidents pour un budget de plus de 300 000 dollars», soit environ 150 dollars par habitant.

L'Agence de réglementation de l'énergie de l'Alberta ne veut pas lier nécessairement l'activité sismique et la fracturation hydraulique, mais «c'est quelque chose sur quoi nous enquêtons», a indiqué la porte-parole de l'AER. Sur la forte secousse mardi aux installations de Repsol, «nous ne pouvons pas confirmer qu'elle était due à la fracturation mais c'est quelques chose que nous regardons de près», a expliqué Carrie Rosa.

Repsol a indiqué vendredi «travailler avec l'AER pour analyser les données de ce séisme et il n'y a pas de calendrier pour la reprise des opérations sur ce site».

La commission de réglementation de l'industrie pétrolière et gazière de la Colombie-Britannique avait fait le lien, l'été dernier, avec un séisme de magnitude 4,4 en août 2014 au nord-est de cette province voisine de l'Alberta. Cette commission avait alors expliqué que la secousse «avait été provoquée par l'injection de fluides pendant la fracturation hydraulique».

Cette technologie a également été mise en cause par le service géologique américain (USGS) dans la multiplication des secousses sismiques enregistrées ces dernières années dans le centre des États-Unis.

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2016 1 18 /01 /janvier /2016 09:25

16 janvier 2016 pour Reporterre

En voie d’épuisement, de bétonnage et d’accaparement, les terres agricoles, en France comme dans le reste du monde, sont menacées et leur disparition serait un drame pour l’humanité. Les signataires de ce manifeste lancent une alerte et donnent des pistes pour remédier à cette situation préoccupante mais sans fatalité.

L’association Filière paysanne (Bouches-du-Rhône), le collectif Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), l’association Novissen (Somme), le collectif Sauvegarde de la zone humide du Testet (Tarn) et le collectif Terres fertiles de Sainte-Colombe-en-Bruilhois (Lot-et-Garonne) sont à l’initiative de cet appel. La liste des signataires est disponible ici.


Les terres agricoles sont soumises à deux facteurs combinés de détérioration physique :
1. l’artificialisation par bétonnage, goudronnage, compactage et mitage (urbanisation éparpillée) ;
2. l’épuisement des sols : perte de fertilité par surexploitation agricole, érosion, désertification, salinisation, contamination, pollutions diverses.

La réduction croissante des surfaces qui en résulte, ainsi que la baisse de la fertilité des sols, a de graves conséquences à la fois économiques, sociales et écologiques :
- augmentation préoccupante de la dépendance agricole et alimentaire de nombreux pays, du Sud comme du Nord, vis-à-vis des marchés internationaux ;
- baisse de la capacité des sols à stocker le carbone sous forme de matière organique et à lutter contre le réchauffement climatique ;
- augmentation du ruissellement de surface et des phénomènes d’inondation et d’érosion ;
- limitation des infiltrations pluviales, de la régénération des nappes phréatiques et de la filtration naturelle des eaux ;
- perte de biodiversité sauvage, cultivée et élevée ;
- perte de patrimoines paysagers qui façonnent profondément la culture des territoires.

Cette raréfaction globale des sols entraîne, par ailleurs, un effet induit très inquiétant. Il s’agit de l’accaparement des terres les plus fertiles par des acteurs privés, voire par certains États qui souhaitent s’assurer un accès durable à cette ressource vitale au-delà de leurs frontières. Ce phénomène accélère encore la perte de souveraineté alimentaire dans de nombreuses régions, avec toutes les conséquences que cela peut entraîner en termes de tensions sociales et géopolitiques.

L’ampleur du phénomène et la nécessité d’agir vite

La France est fortement touchée même si, en apparence, on voit beaucoup de vert, de champs et de forêts entre chaque ville. Dans les faits, l’artificialisation a fait disparaître entre 40.000 et 90.000 ha de surfaces agricoles par an entre 2000 et 2014 [1]. Cela équivaut à la surface moyenne d’un département tous les 7 ans, à un stade de football toutes les 5 minutes, ou un potager de 25 m2 toutes les secondes.

Au niveau européen, les chiffres sont également très préoccupants. Entre 1993 et 2003, 770.000 ha de terres agricoles ont disparu en moyenne chaque année (soit l’équivalent du département du Cher), ce qui rend l’Europe de plus en plus dépendante de l’extérieur sur le plan alimentaire. En 2008, le déficit entre import et export agricoles correspondait déjà à près de 20 % de la capacité de production de l’Union en termes de surfaces agricoles [2].

Une banlieue pavillonnaire aux États-Unis

À l’échelle mondiale, ce phénomène est encore plus inquiétant avec près de 20 millions d’hectares artificialisés par an selon les chiffres officiels de la FAO [3]. Ce gaspillage irréversible des sols affecte essentiellement les terres arables situées dans les plaines et les deltas, où se concentre prioritairement l’urbanisation. En France comme ailleurs, l’urbanisation se fait toujours sur les meilleures terres qui entourent les villes historiques. Si ce rythme se maintient, 1,5 milliard d’hectares supplémentaire sera urbanisé au cours des 100 prochaines années, soit l’équivalent de la totalité des terres arables dont dispose actuellement l’humanité.

La disparition de ces vastes étendues, combinée à l’augmentation de la population mondiale, ne peut qu’encourager la multiplication des crises alimentaires qui touchent déjà de nombreux pays. Cela risque de fragiliser différents États, d’accélérer encore les stratégies d’accaparement de terres et d’amplifier les tensions géopolitiques qui menacent le fragile équilibre mondial. Selon le site international Land Matrix, près de 40 millions d’hectares seraient déjà accaparés dans le monde, mais cette estimation serait incomplète selon certains experts français [4] qui parlent de 80 millions d’hectare à ce jour.

Des solutions existent pour stopper ce gaspillage irréversible des terres agricoles

Ce phénomène n’est pas inexorable. Depuis 1978, le Québec a mis en place la loi du zonage agricole et a délimité les zones réservées à l’agriculture de façon durable. Il faut préciser que ce vaste territoire dispose cependant d’un stock limité de terres arables essentiellement situées autour du fleuve Saint-Laurent, où se développe l’urbanisation. Toute diminution de cet espace est depuis soumise à l’autorisation préalable d’une commission indépendante et décisionnelle dont l’action s’avère efficace. La surface agricole du territoire (6,3 millions d’hectares) n’a ainsi pratiquement pas diminué depuis 37 ans, ce qui n’a nullement empêché le développement économique et social du Québec.

Depuis 2012, la France a mis en place une mesure analogue dans ses collectivités d’Outre-Mer soumises à une très forte artificialisation des terres agricoles. Cette politique volontariste donne déjà des résultats reconnus par les services d’État, la profession agricole, les élus locaux et les acteurs de l’environnement ultramarins. Le taux d’artificialisation des terres agricoles a globalement été divisé par deux en moins de trois ans. Les pays d’Europe du Nord ont également adopté des mesures foncières courageuses et efficaces [5]. On observe ainsi que, là où il existe une réelle volonté politique de préserver les terres agricoles, les actions qui sont engagées donnent des résultats concrets. Il n’y a donc aucune fatalité dans ce domaine et les nations ont clairement le pouvoir d’agir.

Concernant la lutte contre l’épuisement des sols, les recherches et les politiques qui ont été mises en place dans différents pays pour y développer l’agroécologie prouvent que celle-ci est une solution viable sur le plan agronomique, économique, social et environnemental. Le précédent rapporteur spécial des Nations unies sur le droit à l’alimentation a précisé, pour sa part, qu’il s’agissait du seul modèle agricole capable de nourrir à long terme la population humaine.

La mine de lignite à ciel ouvert de Garzweiler, en Allemagne

L’accaparement des terres agricoles est, quant à lui, permis par le droit (et parfois l’absence de droit) foncier en vigueur dans chaque État. Il est également lié aux accords juridiques, financiers et commerciaux qui ont été mis en place à plus grande échelle. Les gouvernements ont donc la possibilité d’agir dans ce domaine au sein de leurs territoires respectifs et les institutions internationales (Banque mondiale, FMI, OMC, ONU, organisations régionales...) doivent les appuyer sur ce point.

La FAO a déclaré 2015 comme « Année internationale des sols » afin d’alerter la communauté internationale sur les conséquences de leur disparition. Les scientifiques ont récemment démontré que leur préservation et l’augmentation de leur teneur en matière organique peuvent permettre de fixer d’importantes quantités de carbone atmosphérique. Cette fonction a le double avantage de lutter contre le dérèglement climatique et de favoriser la fertilité naturelle des sols. La prise de conscience de cette précieuse fonction doit amener son développement, en évitant toutefois que cela n’autorise le droit de polluer pour d’autres secteurs de l’économie par l’instauration d’un marché du carbone, ainsi que la multiplication des achats spéculatifs de terres dans les décennies à venir.

Les inondations qui se multiplient en France comme ailleurs, avec des conséquences dramatiques, peuvent également être combattues grâce à la préservation, voire à la reconquête, des sols perméables sur les surfaces bétonnées et bitumées. Leurs fonctions d’infiltration et d’éponge apparaissent clairement comme essentielles.

Nos dirigeants possèdent donc tous les arguments et tous les leviers pour agir dans ce domaine.

Les mesures à prendre d’urgence pour protéger les terres agricoles :

- 1. Mettre en place, dans chaque pays, des politiques de préservation foncière efficaces pouvant s’appuyer sur l’expérience positive du Québec.

En France, le président François Hollande a pris des engagements clairs lors des conférences environnementales de 2012, 2013 et 2014, visant à « stabiliser l’artificialisation des terres agricoles d’ici 2025 » (soit dans 10 ans). Selon l’Observatoire national de la préservation des espaces agricoles, cette artificialisation reste cependant considérable avec près de 60.000 hectares par an à ce jour.

Face à ce profond décalage, nous demandons au président :
- de prononcer au plus vite un moratoire national afin de suspendre les projets d’urbanisation ou d’infrastructures en cours sur ces précieux espaces, de repenser l’aménagement du territoire et d’atteindre les objectifs fixés pour 2025 ;
- de renforcer la démocratie locale et les procédures de concertation publique au sein des territoires, suite aux engagements pris par le président de la République en novembre 2014 et aux travaux de la commission du sénateur Alain Richard qui en ont découlé au printemps 2015.

- 2. Améliorer les pratiques agricoles dans le cadre de la transition agroécologique en cours.
Les États peuvent agir en mettant en pratique les recommandations produites par le précédent rapporteur spécial des Nations unies sur le droit à l’alimentation en décembre 2010 devant le Conseil des droits de l’homme.

- 3. Bloquer les processus d’accaparement de terres au Sud comme au Nord.
Les États peuvent agir en se dotant d’outils de protection juridique réellement adaptés. Les grandes institutions (organisations régionales, ONU, Banque mondiale...) doivent, quant à elles, accompagner cette évolution urgente du droit à l’échelle internationale.


Retrouvez ici le manifeste avec la liste, à la fin, de ses signataires.


[1] Rapport de l’Observatoire national de la préservation des espaces agricoles (Oncea) datant du 15 mai 2014.

[2] «  EU Agricultural Production and Trade  » (Harald von Witzke (Humbolt University Berlin), Steffen Noleppa (Agripol).

[3] Chiffres communiqués le 6 décembre 2013 par Dominique Arrouays, président de l’Association française pour l’étude du sol (Afes) et expert auprès de l’organisation de l’ONU pour l’Alimentation (FAO).

[4] Hubert Cochet et Marc Dufumier.

[5] Commentaire exprimé par Frédéric Denhez, auteur du livre Cessons de ruiner notre sol  ! édité chez Flammarion en octobre 2014.

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2016 4 14 /01 /janvier /2016 17:08

La merveilleuse métamorphose de l’immigrant, de l’exilé qui émerge du cœur de l’Europe pour devenir Shakespeare sur les rives de la Tamise, a de quoi toucher et convaincre les plus fiers shakespeariens.

Par Lamberto Tassinari (Philosophe canadien né en Italie) pour Le Monde, 9 janvier 2016 sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/01/09/le-celebre-barde-de-stratford-n-est-pas-celui-qu-on-croit_4844527_3232.html

(Photo: gravure de William Shakespeare). CC BY 2.0 MARTIN DROESHOUT

La figure de Shakespeare se fige avec la publication, en 1623, date de parution du First Folio, un recueil des trente-six pièces de théâtre qu’on lui attribue. C’est à partir de cette date que sa « nationalisation » se met en marche, elle aboutit un siècle et demi plus tard, lorsque Shakespeare est consacré par les universités nationales sous la garantie de l’immense puissance de l’Empire britannique.

La question de la paternité des œuvres de Shakespeare n’a pourtant jamais cessé de se poser, tant peu de détails de sa vie sont connus. Cette interrogation n’est pas le résultat d’une éternelle suspicion, mais une affaire à laquelle se sont intéressés des esprits parmi les plus brillants : Walt Whitman, Charles Dickens, Mark Twain, Henry James, Sigmund Freud ont tous douté de l’homme de Stratford.

Shakespeare, ce phénomène mystérieux apparu dans la campagne anglaise dans la deuxième moitié du XVIe siècle, n’a rien de miraculeux. A la faible théorie stratfordienne, j’oppose celle qu’il me plaît d’appeler « the theory of everything » de John Florio, une théorie capable d’éclairer les mystères et de répondre à toutes les questions sans réponse de l’univers shakespearien : d’où viennent le savoir linguistique, sa culture vaste, encyclopédique, sa profonde familiarité avec plusieurs langues, avec l’Italie, la Bible, la musique, l’aristocratie ?

Théorie logiquement et philologiquement « belle », selon laquelle l’étranger polyglotte Florio a écrit des œuvres de poésie et des pièces de théâtre, soit en les laissant anonymes, soit en les signant sous le pseudonyme de William Shakespeare, soit parfois avec le seul nom de plume Shake-speare, écrit ainsi, avec un trait d’union (shake spear : « remuer la lance », soit la plume).

Giovanni Florio devenu John, né à Londres en 1553, est fils d’un prédicateur italien d’origine juive, ex-franciscain qui s’est fait protestant. Il y a notamment, dans La Tempête, un passage utopique que la critique a reconnu depuis toujours être le calque du Discours sur les sauvages de Montaigne. Or, le traducteur anglais du texte de Montaigne est, justement, John Florio, un protagoniste essentiel de la vie culturelle et littéraire de l’époque.

Un seul et unique auteur

Pourquoi ce linguiste polyglotte, lexicographe, traducteur, courtisan, ami des plus puissants parmi les nobles de son époque, durant seize ans secrétaire personnel de la reine Anne de Danemark et grand diffuseur des cultures européennes en Angleterre a-t-il été boudé par les universitaires ? Pourquoi a-t-il été classé comme un technicien ? Pourquoi les seules et rares études qui présentent Florio comme un intellectuel majeur et un écrivain de grand talent datent-elles toutes d’une courte période entre les années 1920 et 1930 ? Pourquoi, depuis, ces quatre-vingts ans de silence ? Enfin, pourquoi un acteur si important pour la connaissance de la Renaissance anglaise, et en particulier pour l’œuvre de Shakespeare, a-t-il été ignoré ?

Dans ses écrits, on retrouve une masse d’éléments, impressionnante en quantité et en qualité, qu’il partage avec les pièces de théâtre signées Shakespeare. L’analyse comparée de toute cette matière permet de conclure philologiquement qu’il s’agit en réalité d’un seul et unique auteur, John Florio, qui utilise son patronyme pour les œuvres d’érudition, et un nom de plume, Shakespeare, pour ses œuvres de fiction.

Il n’est pas surprenant que le culte du génie de Shakespeare ait été imposé au moment où l’Angleterre connaissait une extraordinaire expansion économique et militaire nécessitant également une forte affirmation culturelle. Aujourd’hui, cependant, le nom de Shakespeare, élément fondateur de l’identité anglaise, puis britannique, n’est plus proposé comme valeur artistique et culturelle par la puissance d’un empire, mais devient le fer de lance d’une offensive chauvine qui révèle plutôt, derrière l’appareillage marketing, une certaine fatigue culturelle.

L’œuvre de Shakespeare est partout lue et encore plus jouée, mais la fracture entre la vie du bourgeois évanescent de Stratford-upon-Avon et Hamlet est devenue un gouffre aux yeux d’un public qui exige des images, des faits, une vie vécue. L’invitation à célébrer le simulacre de Shakespeare ne peut plus convaincre ni enthousiasmer ; l’époque des héros nationaux, des grands écrivains pères fondateurs avec la triade classique des Dante-Cervantès-Shakespeare est révolue. Shakespeare, jadis l’icône la plus forte, est en train de se transformer.

Transculturel

Il y a quarante ans, la totalité des lecteurs ainsi que la majorité des spécialistes épousaient par tradition l’image romantique du génie solitaire et universel. À partir de la fin des années 1970, grâce à une poignée de chercheurs, le New Historicism, guidé par le critique littéraire Stephen Greenblatt, a refaçonné de manière spectaculaire l’aura shakespearienne, et c’est un barde diminué qui est ressorti de cette opération : plagiaire, prompt à collaborer, voleur de mots et d’idées auprès d’auteurs contemporains et anciens, rhétoricien, passionné des langues étrangères…

En réalité, de ce magma, c’est le portrait d’un Shakespeare transculturel qui est en train de sortir, signe qu’il y a bien une limite à l’occultation de la vérité historique. Un Shakespeare qui ressemble de plus en plus à John Florio !

Alors qu’on passe définitivement à cet autre écrivain et génial traducteur, passeur infatigable des cultures européennes et, oui, génial plagiaire qui était Florio ! Que l’on célèbre un Shakespeare impur, dont l’universalité abstraite résulte d’une complexité culturelle, linguistique et génétique : idéal et réel pour une fois coïncident. Lecteurs, étudiants, enseignants, enfin, nous tous aurions à gagner à cette substitution apocalyptique, c’est-à-dire révélatrice.

Même s’il faut reconnaître qu’il était difficile pour l’Angleterre de refuser l’offre d’un Shakespeare pur génie anglais, faite par John Florio, quatre cents ans plus tard, la merveilleuse métamorphose de l’immigrant, de l’exilé qui émerge du cœur de l’Europe pour devenir Shakespeare sur les rives de la Tamise, a de quoi toucher et convaincre les plus fiers shakespeariens.

La perte de Stratford n’affaiblira pas l’œuvre de Shakespeare. En réalité, elle la rendra plus surprenante, pas plus « divine », mais plus humaine, normale et infiniment plus touchante. Aussi universelle et « immortelle » que cette œuvre soit toujours apparue, elle révèle maintenant une genèse et une histoire jusqu’ici insoupçonnées. John Florio : un Shakespeare made in Europe nous montre que la naissance du monde moderne possède une richesse et une complexité qui remplissent d’admiration.

Le livre de Lamberto Tassinari, John Florio, alias Shakespeare (Editions Le Bord de l’Eau), sera en librairie le 18 janvier.

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2016 4 14 /01 /janvier /2016 16:40

 LA Une fois par an, chaque groupe parlementaire a l’occasion durant sa journée de « niche » parlementaire de choisir l’ordre du jour de l’Assemblée nationale. Le jeudi 14 janvier, c’est au tour des écologistes : 5 textes ont été déposés autour de plusieurs thématiques (alimentation, pollution, publicité...)

 

> Les cinq propositions de loi déposées par les écologistes résumées en 1 article 

> Comment soutenir la loi supprimant la pub dans les programmes jeunesse

> Pourquoi encadrer la pub destinée aux enfants ?

Libérons nos enfants des chaînes de la publicité

Nouvelle année, nouvelle réglementation. Le 1er janvier 2016, Taïwan interdit la publicité télévisuelle faisant la promotion de la "malbouffe" à destination des enfants, rejoignant ainsi la longue liste des pays développés (Royaume-Uni, Belgique, Suède, Irlande, Canada, Norvège, ...) ayant encadré la publicité destinée aux plus jeunes ; et faisant de la France, qui s'obstine à ne rien changer en la matière, une exception peu exemplaire.

En effet, des députés socialistes s'apprêtent à détricoter un texte d'initiative parlementaire de cette teneur, le 14 janvier en hémicycle, en raison de l'opposition du gouvernement. Cette proposition de loi prévoit la "suppression de la publicité commerciale dans les programmes jeunesse de la télévision publique".

Malgré le lobbying intense de France Télévisions, qui, par la voix de sa présidente, a sorti du chapeau le chiffre de 20 millions d'euros de recettes publicitaires issus de ces programmes (alors que ces recettes sont de seulement 13,5 M€ pour 2015, et qu'elles sont en constante diminution depuis 2011), cette loi avait été votée à une très large majorité par le Sénat, le 21 octobre 2015.

"Il n'y a pas eu d'étude d'impact", disent in fine ces députés socialistes. C'est ignorer les longues études menées par les parlementaires écologistes auprès des associations et de la société civile, ainsi que les deux rapports du Sénat puis de l'Assemblée nationale qui s'accordent à préconiser une réforme rapide d'un modèle de financement de l'audiovisuel public à bout de souffle.

Publicité, compulsivité, obésité

L'échec de l'auto-régulation est incontestable. Au lendemain de Noël, c'est par centaines que des parents affluent dans les magasins pour échanger des jouets défectueux. Et pour cause : l'apposition du label européen CE, censé garantir la sécurité des jouets et qui incombe aux fabricants de ces produits, est en vérité très peu contraignant.

De même, alors que quelques industriels de l'agro-alimentaire s'étaient engagés à ne pas saturer les programmes jeunesse de publicités, la quasi-totalité des spots diffusés dans les émissions pour enfants demeurent orientés vers des produits saturés en sucre ou en gras, s'inscrivant aux antipodes des préconisations des minuscules bandeaux déroulants qui s'affichent, non sans quelque hypocrisie, au-dessous de ces publicités !

Le lien publicité-obésité est "assez ténu", déclarait Fleur Pellerin en séance publique au Sénat. À en croire l'INPES, il est pourtant bien loin d'être inexistant ! Dans son étude de septembre 2014, la très sérieuse agence a en effet démontré l'influence directe du marketing sur les préférence alimentaires d'enfants qui ne sont pas seulement des prescripteurs d'achats au sein de la famille. En effet, parmi les pays européens, ils occupent la deuxième place des enfants recevant le plus d'argent de poche, et sont donc aussi des acquéreurs directs [Ipsos, septembre 2014].

Dès lors, l'auteur de cette proposition de loi a considéré que c'est au service public, propriété d'abord de tous les Français, qu'il appartient de retrouver l'exemplarité qui fait partie de ses missions de service public, en cessant de diffuser des messages contraires à ses valeurs : "informer, cultiver, distraire".

Cette disposition, qui s'appliquerait également aux sites Internet de la télévision publique, entrerait en vigueur au 1er janvier 2018, de manière à coïncider avec une réforme de la contribution à l'audiovisuel public.

Agir ou communiquer, il faut choisir !

Les premiers intéressés, à savoir les Français eux-mêmes, adhèrent très majoritairement à cette mesure : d'après l'Ifop, 71% d'entre eux y sont favorables, tous âges et toutes tendances politiques confondues -- en outre, 72% des sympathisants socialistes y adhèrent également.

L'hypothèse d'une suppression de ces publicités sur les 18 chaînes jeunesse privées n'a en revanche pas été retenue, car elle aurait signé l'arrêt de mort de nombre d'entre elles, qui vivent pour la plupart exclusivement de la ressource publicitaire. Cette loi prévoit néanmoins un encadrement de ces chaînes, exercé par le CSA qui devra remettre chaque année un rapport au parlement rendant compte de son action de contrôle.

C'est cette mesure juste et de portée modeste que le gouvernement entend vider de sa substance, en lui substituant une demande de rapport gouvernemental à l'horizon... du 30 juin 2017, soit après l'élection présidentielle ! Inutile pour en déterminer la portée, déjà évaluée avec précision par des travaux parlementaires antérieurs, ce rapport permettrait aux députés PS de voter une coquille vide pour en "approuver la philosophie".

Transformer une loi en machine à rapports : est-ce là l'unique ambition d'un gouvernement qui fait face, comme nombre de formations politiques historiques, à une défiance croissante de l'opinion ?

"Ce qui manque au parlement, ce ne sont pas des pouvoirs mais des parlementaires pour les exercer", disait le constitutionnaliste Guy Carcassonne. Sur des sujets de société majeurs, justement, l'expérience a montré que des parlementaires étaient prêts à user de leur indépendance, y compris contre l'avis du gouvernement. Nous parlons ici d'une petite loi, mais d'un enjeu de société considérable : la formation du citoyen de demain, cette indispensable éducation qui doit être érigée en priorité, face aux sirènes toxiques des injonctions de l'hyper-consommation inoculées dès le plus jeune âge.

> L'ancrage territorial de l'alimentation 

> Signez la pétition @APEnvironnement avant le vote de la #PPL @BrigitteAllain demain !  

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2016 4 14 /01 /janvier /2016 12:56

Une tribune passionnante de Bruno Latour (Philosophe, sociologue des sciences, professeur à Sciences Po), pour LE MONDE, le 12 janvier 2016, cf. http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/01/12/le-climat-un-nouvel-horizon-politique_4846011_3232.html

Adoption de l'accord final dans la salle plénière de la Cop21 à Paris-Le Bourget. Jean-Claude Coutausse

On avait l’habitude, naguère, de jouir d’un « temps magnifique » ou de subir un « climat pourri ». Depuis plusieurs mois, nous bénéficions d’un temps « horriblement magnifique » ! Ce qui est vrai de la météo l’est aussi de la politique. Le moment est horrible et formidable : grâce à la coïncidence entre actions terroristes, montée du Front dit national, et conclusion de la COP21, il est possible que nous sachions enfin où nous en sommes et à quelle politique nous devrions nous consacrer.

Jusqu’ici, la plupart des repères pour juger si une position était « progressiste » ou « réactionnaire » s’établissaient le long d’un seul et unique vecteur : soit on regrettait l’ancien terroir, soit on misait sur la mondialisation. Entre ces deux extrêmes, il y avait une ligne continue qui s’imposait à tous : seule variait la position du curseur. A l’avant-garde du front de modernisation, il y avait les tenants du progrès et, derrière, les gens arriérés.

Avec la contradiction bien connue selon que ce vecteur porte sur les mœurs ou sur les marchés. On peut tenir à l’émancipation des mœurs contre la mondialisation de l’économie – en gros la gauche traditionnelle – ou vouloir la libéralisation des marchés et résister à l’émancipation des mœurs – disons la droite modérée.

Mais on peut aussi appeler de ses vœux l’émancipation conjointe des mœurs et des marchés – l’idéal de modernisation frénétique partagée par les secteurs « avancés » de gauche comme de droite. Ou enfin lutter contre les deux. Pour que tout cela fonctionne comme repère, encore faut-il que les élites croient elles-mêmes à l’existence d’un monde, d’un globe qui puisse devenir, si l’on parvient à l’atteindre, celui d’une planète universellement modernisée. C’est là qu’il faut joindre l’analyse habituelle de la sphère politique à cette autre sphère : la planète qui a fait son entrée en politique.

L’importance historique de la COP 21, c’est qu’elle permet de prendre conscience d’une tout autre direction : la planète Terre ne ressemble pas du tout au globe de la globalisation. Pour le dire de façon brutale : il n’y a pas de planète correspondant à la Terre promise de la mondialisation. Il y a eu erreur d’aiguillage ! de ce fait, les positions n’ont plus à se repérer uniquement grâce à la polarisation classique allant du local au global, du national à l’universel, de l’identité aux « grands espaces » du marché mondial. La politique classique pouvait fonctionner tant que les élites laissaient croire qu’il existait pour de bon, ce monde vers lequel on allait se modernisant.

Moment fatal et décisif

Or, voilà une trentaine d’années qu’elles ont cessé d’y croire. Ceux qui s’en sont aperçu les premiers ne sont pas seulement les écologistes, mais ceux qu’on appelle les climato-sceptiques. Contrairement à ce qu’on pense souvent, leur dénégation n’a rien d’un archaïsme ou d’un manque de connaissance. Ils ont très bien vu, en effet, que s’il n’y a pas de planète correspondant au monde vers lequel on prétend se moderniser, alors il faut se défendre en s’enfermant dans une forteresse d’inégalités. L’immense mouvement qui a permis aux 10 % les plus riches de devenir le 1 % puis le 0,1 % n’a pas de sens si l’on ne comprend pas que les élites ont abandonné tout espoir de jamais partager leur territoire avec ceux auxquels elles ont demandé de se moderniser ou de périr.

Pour comprendre qu’in a changé d’époque, il suffit de comparer le rictus de Donald Trump (« Vous êtes virés ! ») au sourire hollywoodien de Ronald Reagan. Il n’est plus possible de s’en faire accroire comme dans les années 1980 : d’optimistes, les élites sont devenues sinistres ; d’entraînantes, elles sont devenues défensives. Si l’Amérique continue à dessiner notre futur, celui que propose, entre autre, le Parti républicain fait froid dans le dos. D’autant que les masses ont parfaitement compris que si les élites elles-mêmes ne croient plus à la modernisation, il faut se rabattre dare-dare sur le peu d’identité encore disponible. De la Hongrie à la France, de l’Italie à l’Angleterre, de la Russie aux États-Unis, beaucoup de gens se comportent comme s’ils disaient : « Faute de globe, qu’on nous laisse au moins les terroirs ! » Race blanche, viande de porc, nation, drapeaux, califat, famille, n’importe quoi, mais qu’on ne se retrouve pas avec rien. Tous aux canots de sauvetage !

Évidemment, ces communautés sont imaginaires ; il ne reste pas un lopin de ces anciennes terres atomisées par la mondialisation. Mais utopie pour utopie, il est compréhensible qu’on se raccroche à celle qui paraît moins hors-sol. C’est à ce point d »’inflexion que nous nous trouvons, moment fatal et décisif : y a-t-il une autre définition de l’attachement à un sol que le territoire-terroir ou le territoire-globe ? Existe-t-il un troisième sommet qui permettrait de redistribuer toutes les positions et d’éviter la tragédie présente d’une bataille entre l’utopie de la mondialisation et celle des identités nationales ? Ce triangle n’a pas encore été dessiné, je sais bien, mais à la ligne qui joint le territoire-terroir au territoire-globe, il paraît légitime d’ajouter désormais les deux lignes qui joignent ces deux attracteurs traditionnels au troisième sommet du triangle : le territoire-Terre (ou planète ou Gè ou Gaia, peu importe le nom). C’est ce que j’ai appelé le « nouveau régime climatique ».

Il est clair que la planète rassemblée lors de l’étonnante conférence climat de Paris n’a que peu de traits communs avec l’espace aussi indifférencié qu’illimité vers lequel la mondialisation était supposée nous emmener. Elle a un climat, un sol, des limites, des lignes de front, toute une géopolitique qui ressemble aussi peu aux vielles cartes identitaires qu’au globe de l’ »ancien monde dit « naturel ». Ce troisième attracteur n’ouvre pas une troisième voie, entre l’identité et l’universel (ni bien sûr entre « socialisme » et « capitalisme », ces deux projets sans terre). Mais sa présence, son poids, sa nouveauté sont capables de bouleverser l’échiquier de la politique. Il oblige à redéfinir le sol auquel nous appartenons, et à redécouvrir qui est réactionnaire et qui est progressiste.

De toute façon, si nous ne parvenons pas à nous reterritorialiser très vite sur cette Terre, c’est hélas à une guerre des terroirs que nous allons devoir faire face. Je ne me souviens pas d’une Saint-Sylvestre où le temps ait été si « horriblement beau », ni d’une rentrée qui nous laisse si peu de temps entre une élection présidentielle décisive et l’urgence de se réapproprier le climat d’une façon si politique.

Partager cet article

Repost0

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

Les Lilas Ecologie en campagne

Le gouvernement abandonne Europacity, pas l’artificialisation des terres agricoles

Il faut stopper EuropaCity - marche citoyenne de Gonesse à Matignon 4 et 5 octobre

Aux Lilas, les citoyens s’unissent pour produire de l’électricité verte

Les promoteurs, les arbres et la cité - lettre ouverte à BNP Paribas

Toxic Tour de Pantin à Romainville dimanche 16 juin 2019

Une Biorégion Ile-de-France résiliente en 2050

Merci aux 1779 Lilasiennes et Lilasiens qui ont voté " Pour le climat, tout doit changer ! "

Pollution de l’air dans les écoles et crèches franciliennes

Volonté politique de créer une régie publique de l’eau à Est Ensemble, mythe ou réalité ?

À la base … un revenu ?

Balade naturaliste Parcs de la Corniche des Forts et abords de la forêt de Romainville le 9 mars 2019 à 11h

La forêt de Romainville, un enjeu écologique et politique

La Forêt passe à l'attaque !

Plâtre et béton sur la Corniche

Agir ensemble pour les Coquelicots le 7 décembre

Marche pour le climat, Défendons la forêt de la Corniche des Forts

Destruction des océans, sur-pêche, pêche électrique... avec Bloom mardi 20 novembre

À Romainville, les habitants défendent une forêt sauvage contre une base de loisirs régionale

Marches pour le climat et la biodiversité 13 et 14 octobre

Les amis des coquelicots étaient bienvenus...

Amis des coquelicots, agissons ensemble vendredi 5 octobre à 18H30

La forêt urbaine de la Corniche des Forts - une chance unique à nos portes

Mobilisation citoyenne à la marche pour le climat samedi 8 septembre à Paris

Un coup de pouce Vert pour les Électrons solaires ! 

Le collectif Eau publique des Lilas invite au dialogue le 21 mars

Entre le nucléaire et la bougie, il y a l’intelligence - du 10 au 18 mars aux Lilas

En Ile de France, les énergies renouvelables citoyennes ont le vent en poupe...

Le Syctom a organisé une concertation réservée aux sachants – et après ?

Une enquête publique sur le PLU des Lilas… qui change la donne !

Une victoire pour l'eau publique en Île-de-France

L’eau publique, c’est maintenant !

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet