Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 22:38

61591983.jpg

Nous reproduisons ici quelques informations sur la bio-diversité présente sur le territoire de la future Base de Loisirs de la Corniche des Forts.

D'abord quelques photos, ici avec Ornithomedia ou là avec Noisy-le-Sec Environnement - merci à eux !

 

Un article d'Ornithomedia passionnant et extrêmement documenté :

Une autre approche pour la base de loisirs de la Corniche des Forts

Situation de la future base de loisirs de la Corniche des Forts (Seine-Saint-Denis)

corniche_situ.gif

Il existe tout près de Paris, à Romainville (Seine-Saint-Denis), un espace unique de plus de 40 hectares : il s’agit d'anciennes carrières de gypse que la Nature a lentement (en cinquante ans) reconquises. Une forêt s’y est développée, principalement constituée d’érables, de frênes et de robiniers.
Interdit au public du fait de l'existence de zones au sous-sol instable, le lieu est devenu un endroit unique en Seine-Saint-Denis, naturel et "sauvage". Or il est prévu de l'inclure dans la future base de loisirs de la Corniche des forts, qui s'étendra sur 64 hectares sur les communes Pantin, de Romainville, des Lilas et de Noisy-le-Sec.
Une proposition du cabinet d’architectes Ilex Paysages avait été retenue en 2000 : la version initiale prévoyait la destruction de tous les arbres, la création de vastes pelouses, l'érection d’une butte artificielle surmontée d’un belvédère et la construction d’une galerie commerciale à demi-enterrée. Si cette approche pharaonique a semble-t-il été au moins en partie reconsidérée, on ne sait toujours pas quels sont les aménagements prévus.
Dans la perspective de la tenue d'une réunion importante des décideurs en juin 2011, nous avons rédigé ce rapport proposant une approche plus raisonnable et plus respectueuse de l'environnement existant, que nous transmettrons à certains élus.

 

Contexte et situation actuelle
Le projet de base de loisirs 

corniche_ilex.gif

Figure 1- Le projet initial d'aménagement de la base de loisirs par Ilex Paysages : notez 1) la butte artificielle surmontée d'un belvédère et 2) une galerie commerciale à arcades à demi-enterrée
Source : Ilex Paysages

Le conseil régional d’Ile-de-France a décidé en 1993 de créer sur les communes de Pantin, de Romainville, des Lilas et de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis) la douzième base de plein air et de loisirs (BPAL) de région, le parc de la Corniche des Forts.
Elle s’étendra sur 64 hectares de terrain accidenté (sur un coteau de la plaine de France), notamment sur d’anciennes exploitations de gypse (que l'on extrayait pour la fabrication du plâtre) abandonnées depuis cinquante ans et colonisées par la végétation.
Les activités imaginées et évoquées sont nombreuses : ferme pédagogique, école équestre, tir à l’arc, kiosque à musique, musée du plâtre, mur d’escalade, parc de roller, piste de luge….
Mais pour des questions foncières, techniques (nombreuses cavités souterraines), d’appels d’offres et budgétaires, les décisions ont été retardées. Toutefois un projet proposé par le cabinet Ilex paysages (www.ilex-paysages.com) avait été retenu en 2000 (voir figure 1) : il prévoyait notamment le remodelage total des lieux (après destruction de toute la végétation actuelle) avec création d’un monticule surmonté d’un belvédère, de parkings et d’une galerie commerciale avec arcades.
Voici comme est présentée sur leur site web l’approche des architectes pour élaborer leur projet : « l’enjeu a été de projeter un parc sans connaître totalement le site, impénétrable, trop dangereux, ni son sous-sol très contraignant. Le parti pris a été de travailler simultanément le comblement des cavités du sous-sol et le modelé du sol ».
Aucune visite du milieu naturel n’a a prioriété faite avant de proposer ces aménagements lourds. Nous préconisons une autre approche plus concrète, plus réaliste et respectant le site actuel.


La situation actuelle : un espace boisé

Figure 2- Vue actuelle de la zone par satellite : elle est entièrement boisée et "naturelle". On distingue deux parties séparées par le parc de Romainville : A) une zone située à Pantin (point rouge : situation d'un front de taille pittoresque) et B) les anciennes carrières de Romainville
Source : Google maps

corniche_generale.gif

C’est sur le territoire de la commune de Romainville que s’étendra la plus grande partie de la future base de loisirs de la Corniche des Forts : il s’agit d’une zone d’environ 40 hectares (partie B sur la figure 2 ci-contre) correspondant à d'anciennes carrières de gypse, au relief varié (buttes, creux, « plateau ») et désormais recouvertes d’un bois dont les essences dominantes sont l’Erable plane, le Robinier faux-acacia, l’Orme champêtre, le Frêne commun et l’Erable sycomore, auxquels se mêlent quelques merisiers (qui fleurissent au printemps et qui offrent alors un spectacle très agréable), marronniers, pins noirs, hêtres ...

A Pantin, le long de la rue Jules Jaslin, existe une autre portion de bois (partie A de la figure 2) qui sera aussi incluse dans la future base et où l’on trouve un élément paysager rare et original en Ile-de-France : un front de taille très pittoresque : le projet de le transformer en mur d’escalade a été évoqué, ce qui le détruirait.
Les aménageurs ne partent donc pas à partir d’une simple "friche", mais bien d'un bois diversifié.

corniche_front.jpg

Le front de taille (falaise de gypse) à Pantin (93) : un paysage pittoresque rare en banlieue parisienne et à préserver
Photo : Ornithomedia.com

 

 



 

 

 

 

 

 

 

218 espèces végétales

corniche_vraie.jpg

Dans certains secteurs des anciennes carrières de Romainville (93) pousse désormais une véritable forêt
Photo : Ornithomedia.com

Le cabinet d’étude Ecosphère (www.ecosphere.fr) avait réalisé en juillet 2001 une étude écologique du secteur. Il avait alors recensé 218 espèces végétales dont 59 sub-spontanées ou naturalisées.
Certaines zones comprennent des arbres de taille respectable. La strate arbustive est dominée par les fourrés à Sureau noir et Sureau yèble très intéressants pour les oiseaux migrateurs (ils fournissent des baies en automne).
On trouve aussi des bosquets isolés de lilas (notamment près de l’ancien château de Romainville) et d’arbres à papillons dans les endroits ensoleillés (favorables aux papillons)

 

Dans les zones humides et ombragées se développe un sous-bois dominé par l’Ail des ours et la Grande Ortie (intéressante pour les papillons), le lierre grimpant (baies et refuges pour les oiseaux), le houblon…

corniche_lierre.jpg

Les secteurs les plus ombragés des anciennes carrières de Romainville sont recouverts de lierres
Photo : Ornithomedia.com

Certains arbres sont littéralement recouverts de lianes, offrant un spectacle digne de la forêt tropicale.
On note sur la zone la plus élevée (« plateau ») quelques petits peuplements odorants d’armoises.
Un secteur très localisé est recouvert de Renouées du Japon (Fallopia japonica), une plante invasive.

 

 

 

Des oiseaux typiques des milieux forestiers d’Ile-de-France
L’étude écologique publiée en octobre 2001 par le cabinet Ecosphère avait été réalisée à partir de "recherches sur le terrain" (dont ni le nombre ni la durée totale n’ont été précisés) menées en juillet 2001, un moment de l’année assez mal choisi pour évaluer la richesse ornithologique, les oiseaux étant alors discrets et chantant peu. A noter d’ailleurs que le mois de juillet n’est pas optimal pour déterminer la richesse botanique, de nombreuses fleurs étant déjà fanées.

corniche_lianes.jpg

Grands arbres et lianes, anciennes carrières de Romainville (93)
Photo : Ornithomedia.com

40 oiseaux nicheurs (les espèces migratrices et hivernantes n’ont pas été recensées, alors que la richesse globale d’un site devrait s’évaluer sur au moins une année complète), ainsi que cinq mammifères et 13 papillons (dont l'Argus bleu et l’Aurore) ont été recensés.
Les oiseaux nicheurs sont typiques des espaces boisés de la région parisienne : Accenteur mouchet (Prunella modularis), Fauvette à tête noire (Sylvia atricapilla), Grive musicienne (Turdus philomelos), Mésanges bleue (Cyanistes caeruleus) et charbonnière (Parus major), Merle noir (Turdus merula), Pigeon ramier (Columba palumbus), Pinson des arbres (Fringilla coelebs), Pouillot véloce (Phylloscopus collybita), Rouge-gorge familier (Erithacus rubecula), Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes) et Geai des chênes (Garrulus glandarius).
Le Bouvreuil pivoine (Pyrrhula pyrrhula), en déclin dans la région, nicherait dans le secteur. Il est en tout cas probablement visible en hiver.
Les grands arbres permettent la nidification des pics (trois espèces), de la Chouette hulotte (Strix aluco) (bien présente et audible à la fin de l’hiver depuis les quartiers alentours) et de l’Epervier d’Europe (Accipiter nisus). Au moins deux couples sont présents, et leur parade est bien visible à la fin de l’hiver.

corniche_buse.jpgLors d'une sortie en avril 2011, un couple de Buses variables (Buteo buteo) paradait au-dessus des anciennes carrières, en compagnie de deux Eperviers d'Europe : un spectacle rare en proche banlieue
Photo : Arthur Grosset / www.arthurgrosset.com


 

 

 

 

 

 

 

La Buse variable (Buteo buteo) est un nicheur probable (couple en parade observé en avril 2011), ce qui est rare en pleine banlieue parisienne.
Selon Ecosphère, les zones à orties et buissons accueilleraient la Rousserolle verderolle (Acrocephalus palustris).
Toujours selon l'évaluation, les espaces plus dégagés (plus élevés) accueillent le Chardonneret élégant (Carduelis carduelis) et le Serin cini (Serinus serinus).
Des sorties en automne et au printemps permettraient sûrement de constater que ce secteur sert aussi de zone nourrissage et de repos pour de nombreux passereaux migrateurs comme le Gobemouche noir (Ficelula hypoleuca), les pouillots, les grives… tandis qu’en hiver le Pinson du Nord (Fringilla montifringilla), la Grive mauvis (Turdus iliacus) et de grandes troupes de Pigeons ramiers y stationnent.

Une valeur écologique « faible » : oui mais …

corniche_cerisiers.jpgUn paysage valloné et boisé original en proche banlieue parisienne Photo : Ornithomedia.com

 

L’étude de 2001 d’Ecosphère avait évoqué une "valeur écologique faible à localement moyenne" : cet avis ne tient pas compte de la valeur paysagère unique du site, une véritable île de verdure "sauvage" enserrée ans un tissu urbain dense. En outre, grâce à un relief varié (buttes, creux, "vallons"), une promenade est dépaysante et reposante, les bruits de la ville alentours étant absorbés par la végétation et le terrain. Au détour d’un chemin, au-dessus de la cime des arbres, se dévoilent de temps en temps des points de vue remarquables sur les villes environnantes et sur Paris.

corniche_newyork.jpg

Point de vue sur les bâtiments alentours, qui semblent "noyés" dans la forêt
Photo : Ornithomedia.com

Avec la saison, le paysage change de visage : il s’embrase en automne, grâce aux érables et frênes, tandis qu’au printemps le vert tendre des frondaisons est ponctué du blanc des merisiers en fleurs. Cette zone constitue désormais un élément important du cadre paysager des communes proches.
Si la biodiversité est classique pour un milieu boisé relativement récent de la banlieue parisienne, elle représente toutefois un réservoir de biodiversité, un refuge pour des plantes et animaux qui ont quasiment disparu de l’environnement urbain dense du secteur.

Le secteur représente aussi un relais, un élément d’un corridor écologique entre la grande banlieue et les bois parisiens. Ce rôle essentiel a été complètement oublié et négligé par l’étude d’Ecosphère : or cette fonction est de plus en plus souvent prise en compte par les aménageurs qui ont une approche globale et durable.

Des bâtiments intéressants
Quelques bâtiments sont des indicateurs du passé historique (la Folie de Pantin, belle demeure du XVIIIème siècle, le château de Romainville, les forts des Lilas, de Romainville et de Noisy-le-Sec) et industriel (maison des carriers, tunnel d’exploitation) du site, et il serait important de les conserver et de les restaurer s'en servir de centres d'information et d'accueil.


Sous-sol instable et différents secteurs
Une orientation initiale désastreuses pour l'environnement

corniche_deboise.jpg

Zone déjà entièrement déboisée le long de la rue du Docteur Vaillant (Romainville) : voilà à quoi ressemblera toute la zone si une autre approche n'est pas proposée
Photo : Ornithomedia.com

Le projet proposé par le cabinet Ilex qui avait été retenu par les décideurs (et qui était d’ailleurs différent de celui qui avait été approuvé par les habitants, mais que nous n’avons pas réussi à consulter) faisait table-rase de la nature existante, qui était totalement détruite au profit de vastes pelouses et de reliefs artificiels. Même si ce choix a été suspendu, avant tout pour des questions financières, il existe un vrai risque qu'il reflète la volonté des aménageurs de faire de ce lieu un endroit spectaculaire pouvant accueillir de nombreux visiteurs simultanément. Il était en outre coûteux, le montant du budget s’élevant selon les sources entre 54 et 80 millions d’euros. Nous pensons qu’une autre approche est possible et souhaitable.

 

Une contrainte forte : un sous-sol instable

corniche_arbresdetruits.jpg

Arbres déracinés par les engins de terrassement pour réaliser les premiers sondages, anciennes carrières de Romainville (93)
Photo : Ornithomedia.com

Des zones potentielles d’effondrement, dont la dangerosité, l’étendue et la localisation précises n’ont pas été révélées, qui sont le résultat de l’ancienne exploitation du gypse, avaient jusqu’à présent protégé la zone en obligeant sa fermeture au public. Paradoxalement, la sécurisation des lieux constitue aujourd’hui la plus grande menace qui pèse sur l’habitat naturel qui s'est développé depuis la fin d'activité des carrières. Des engins de chantier ont d’ailleurs déjà tracé à travers le bois de larges chemins pour faciliter les sondages.
N’ayant pas eu accès aux résultats de ces sondages, il nous est difficile de faire une proposition précise sur la localisation des zones à combler. Ecosphère avait signalé dans son étude de 2001 que les travaux de mise en sécurité et de terrassement engendreraient la destruction d’une grande partie des boisements actuels et la disparition probable de la plupart de la faune et de la flore : il faut donc tout faire pour que les interventions soient les plus limitées possibles.

corniche_sondages.jpg

Tuyaux de sondage du sous-sol, anciennes carrières de Romainville (93)
Photo : Ornithomedia.com

 

 

Nous pensons que ce comblement devrait respecter certains principes :
- les engins qui apporteront les matériaux devront utiliser au maximum les chemins déjà tracés;
- les zones à combler devront être les plus limitées possible, afin de limiter au maximum les dégâts inévitables et désastreux au niveau écologique et paysager : mais depuis le choix du projet d'Ilex, les techniques d’injection et de consolidation ont évolué et sont de moins en moins invasives. En 2007, les carrières souterraines situées sous le parc départemental de Romainville avaient d’ailleurs été comblées par injection d’un coulis de béton sans que des destructions soient nécessaires;

corniche_remblais.jpg

Espace déjà en partie artificialisé, anciennes carrières de Romainville (93)
Photo : Ornithomedia.com

- les matériaux apportés devront être sans danger pour l’environnement;
- les remblais seront stockés au maximum en dehors de la zone boisée;
- il n’est a priori pas nécessaire d‘ouvrir toute la zone au public et donc de combler tout le sous-sol : certains secteurs pourraient rester fermés et serviraient de refuges pour la faune et la flore;
- les zones détruites inévitables devront être reboisées;
- une étude de la présence de chauves-souris devrait être menée au préalable afin de localiser et de sauvegarder certaines cavités qui leur servent de refuge.

 

Différentes zones

corniche_sous_bois.jpg

Ambiance de sous-bois au printemps, anciennes carrières de Romainville (93)
Photo : Ornithomedia.com

Un bois recouvre désormais les anciennes carrières de Romainville, et il est important de le conserver au maximum.
Les forêts sont en effet très appréciées des franciliens : 85% d’entre eux s’y rendent au moins de façon occasionnelle et 88% déclarent apprécier s'y promener. Cet habitat est donc autant apprécié que les pelouses.
En outre, seuls 27 % d’entre eux considèrent qu’il est facile de s’y rendre en transport en commun : or ce bois est justement bien desservi (source des chiffres : Agence des espaces verts d’Ile-de-France). 

corniche_schema.jpg

Figure 3- Différentes zones de boisement dans les anciennes carrières de Romainville et de Pantin : A) Vert sombre : zones boisées denses à préserver intégralement, B) Vert clair : zones boisées plus claires à aménager légèrement, C) Jaune : zones plus ouvertes, D) Mare possible, E) Orange : zones déjà artificialisées. De 1 à 3, des points d'observation remarquables. 4 : front de taille. En orange sont tracés les chemins et percées existant déjà
Carte : Ornithomedia.com d'après Google maps

 

 

 

Nous avons identifié (figure 3) différentes zones plus ou moins densément boisées qui devraient orienter les aménagements;
- Vert sombre (A)  : nombreux grands arbres, sous-bois forestier : à préserver intégralement comme zones refuges pour la faune et la flore, comme cloisons végétales naturelles séparant du tissu urbain, pour l'atténuation des bruits, pour la préservation de la ligne d’horizon arborée actuelle, pour leur intérêt paysager, pour la conservation de la fraîcheur en été, comme abri vis-à-vis du froid et du vent, … ;
- Vert clair (B) : boisements plus clairs (terrains plus secs, peuplements plus récents) : aménagements légers possibles (parcours de santé et sportif, bancs, sentiers, aires de pique-nique, panneaux d'information…) avec conservation de la plupart des arbres et de secteurs de sous-bois (refuges pour la faune et la flore). Nous pensons que même dans ce secteur les pentes boisées des buttes devraient être conservées et interdites au public (pour lutter contre l’érosion et le piétinement, comme refuges pour la faune, pour garder le caractère un peu "mystérieux" des creux actuels;

- Jaune (C) : espaces plus clairs, déjà déboisés ou envahis par la Renouée du Japon : des prairies de fauche entretenues de façon douce sans traitement chimique pourraient être créées. Une ou deux mares pourraient être creusées dans des fonds favorables.
Près de l’ancien château de Romainville existe un paysage bucolique, vestige d’un ancien parc arboré (marronniers, bosquets de pins, bosquets de lilas, murets) qui pourrait servir de point d’entrée et de repos (bancs, buvette). Le futur parc de la Corniche des forts comprend des parcs urbains où existent déjà des pelouses (parc de Romainville par exemple), et il n'est donc pas nécessaire d'en créer de nouvelles;
- Orange (D) : zones déjà déboisées : elles devront concentrer les structures "lourdes" (équipements sportifs, points d’accueil éventuels).

corniche_renouees.jpg Zone recouverte de Renouées du Japon : une petite prairie naturelle pourrait être créée Photo : Ornithomedia.com

 

Un autre aménagement est possible
Un exemple d’aménagement  "doux" : le parc du Plateau d’Avron à Rosny-sous-Bois

Les aménageurs ont la chance de pouvoir étudier le cas d’un exemple d’aménagement original, doux et respectueux de la nature dans un contexte similaire, d’une superficie proche et dans le même département : le parc du Plateau d’Avron à Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).
Il se trouve en effet aussi sur d'anciennes carrières souterraines de gypse qui ont été sécurisées tout en conservant l’intérêt écologique des lieux. Il fait partie de la trame verte de la Corniche des Forts reliant Rosny-sou-Bois au Parc de la Villette, et son aménagement tient compte des éléments paysagers et environnementaux (inscription au réseau Natura 2000 et classification en ZNIEFF). Nous pensons d’ailleurs que les aménageurs pourraient entrer en contact avec les gestionnaires de ce parc pour bénéficier de leur expérience, même si l’habitat naturel est différent (bois à Romainville, coteaux secs à pelouses et buissons à Rosny-sous-Bois).
Nous avons intégré une partie de l’approche utilisée à Rosny-sous-Bois pour proposer une nouvelle démarche pour la Base de la Corniche des Forts.

Des aménagements respectueux des atouts naturels

corniche_sentier.jpg

Plusieurs sentiers sillonent déjà les anciennes carrières de Romainville (93)
Photo : Ornithomedia.com

Différents aménagements sont possibles qui préserveraient l’intégrité écologique et paysagère du site :
- création de pistes piétonnes et cyclables (séparées par des lisses de bois) : des sentiers parfois assez larges existent déjà (ils ont été créés par le passage d’engins de chantier) et sillonnent la plupart de la zone (voir la figure 3 de la page précédente) : il ne serait donc pas nécessaire d’en créer beaucoup d’autres, ce qui éviterait des abattages inutiles et limiterait les dérangements et le piétinement du sous-bois;
- des haies ou des petites barrières pourraient séparer les sentiers du sous-bois pour éviter le piétinement;
- création de petites prairies naturelles dans les secteurs déjà déboisés ou dans la zone envahie par les Renouées du Japon;
- installation d'un mobilier urbain solide, facile à nettoyer et non inflammable (bancs, tables, poubelles);
- installation d’une signalétique (plans, panneaux, totems) d'orientation et d'information sur la flore et la faune;
- installation de garages à vélos, d’aires de pique-nique, d’aires de jeux pour les enfants, de sanitaires (?);

corniche_migration.jpgDepuis les points les plus élevés, la vue sur les communes environnantes est étendue Photo : Ornithomedia.com

- mise en place de points d’observation : tables d’orientation, points de suivi de la migration des oiseaux. Les associations pourraient organiser des séances de suivi de la migration en automne;
- une buvette démontable;
- un mur d’escalade pourrait être installé en profitant des fondations d’un bâtiment existant dans la zone des anciennes carrières de Romainville et ainsi épargner la belle falaise de gypse située sur la commune Pantin;
- l’éclairage devrait être réduit au strict nécessaire, devrait être économe, ne pas être trop puissant et être éteint la nuit pour ne pas perturber la faune;
- et pourquoi pas mettre en place un petit kiosque à musique, pour des concerts organisés par les élèves des conservatoires de musique des communes proches, dans l’esprit "romantique" du Parc des Buttes-Chaumont, qui a d’ailleurs des points communs (relief, espace arboré) avec cette zone ?

Le cas du front de taille à Pantin

corniche_mur.jpg

Dans les anciennes carrières de Romainville, les fondations d'un ancien bâtiment pourraient être aménagées en murs d'escalade
Photo : Ornithomedia.com

A Pantin, le long de la rue Jules Jaslin et de la rue des Buttes subsiste une portion boisée au caractère naturel dominée par un front de taille (falaise) très pittoresque et à l’intérêt paysager réel : des rumeurs évoquaient la création d ‘un mur d’escalade qui entraînerait :
1- sa destruction (bétonnage nécessaire pour sa consolidation);
2- le piétinement et la destruction de la végétation environnante;
3- des attroupements de personnes entraînant des nuisances sonores pour le voisinage (déjà constaté dans la rue des Buttes, où se posent désormais des problèmes de voirie).
Il existerait une alternative : aménager les fondations d'un ancien bâtiment existant sur les sites des carrières de Romainville

Eviter les concentration de personnes
Il faudrait éviter les zones de forte concentration de visiteurs et préserver des zones de quiétude, en plus des zones refuges pour la faune et la flore.

Les bâtiments
Les bâtiments d’accueil du public ne devraient pas empiéter sur la zone boisée et devraient utiliser ceux existants à restaurer : Folie de Pantin, Maison des Carriers, anciennes maisons de la Rue des Buttes (Pantin).

 

Une approche générale favorisant la biodiversité

corniche_mare.jpg

Dans les zones les plus basses, il existe peut-être sûrement un emplacement favorable à la création d'une mare
Photo : Ornithomedia.com

La biodiversité actuelle du site devrait être préservée et elle pourrait même être augmentée :
- conservation des arbres morts non dangereux;
- création d’une petite mare naturelle à l'emplacement le plus favorable;
- création de petites prairies fleuries arborées;
- conservation au maximum des plantes de sous-bois (orties, …) qui favorisent les insectes, notamment les papillons;
- mise en place de nichoirs fabriqués ou naturels : cette activité pourrait être réalisée par les classes des communes environnantes;
- entretien réduit au strict nécessaire permettant à la faune et à la flore de se développer librement;
- bannir définitivement les insecticides et herbicides au profit d'autres techniques;
- éviter de bétonner ou goudronner les allées;
- les petits murets près de l’ancien château de Romainville pourraient servir de support à la culture d’arbres à fruits (pêchers, …).
Une partie de ces activités favoriseront ainsi une découverte pédagogique du milieu.

Des idées de thèmes
L’identité de cette base devrait s’inspirer de son historique : une ancienne activité de carrière et le retour de la Nature. Des expositions pourraient être organisés, un site web créé : sur les plantes "pionnières", sur les espèces invasives, sur la place de la nature en ville, sur les anciennes carrières, sur le choix des matériaux dans l’architecture régionale, sur l’impact des carrières sur le paysage …

 

Entretien et voirie

corniche_dechets.jpg

Accumulation de déchets dans la rue des Buttes (Pantin), l'un des points d'accès de la future base ...
Photo : Ornithomedia.com

Par la suite, les travaux forestiers et de jardinage devaient être réalisés dans la mesure du possible en dehors de la période de nidification des oiseaux (mars-juin).
Des poubelles devraient être placées et vidées régulièrement. L’expérience de l’ouverture d’un sentier dans le prolongement de la rue des Buttes à Pantin est sur ce point peu concluante : déchets jetés dans la rue, déchets encombrants éparpillés dans le sous-bois (portes de voitures, sacs de vêtements usagés, …).
Les services de voirie de Pantin n’ayant pas inclus cette rue dans leur circuit journalier, nous avons pris l’initiative de rassembler les gros déchets autour de la poubelle, d’installer un gros sac plastique pour inciter les gens à y déposer leurs ordures et d’accrocher une affiche "Ne jetez pas vos ordures, respectez la Nature". Ces premiers éléments laissent supposer de gros problèmes de propreté à venir à l’échelle de la future base.
Etant donné les habitudes d’une partie de la population des communes concernées, des dégradations sont à attendre (déchets jetés en dehors des poubelles, poubelles brûlées, …). Les éléments prévus (tables, bancs, parcours de santé, …) devraient ainsi être robustes, simples, faciles à nettoyer (tags) et non inflammables.

Clôture
Nous pensons que le site devrait être clôturé, voire gardé la nuit pour limiter les incursions, dégradations, dérangements de la faune, squattage, et les trafics divers (nombreux dans le département).

Dérangements et sécurité
L’ouverture de cet espace entraînera un afflux de personnes qui augmentera les nuisances sonores et visuelles, les dégradations et l’insécurité pour les quartiers voisins : les décisions d’aménagement devrient prendre en compte cet aspect essentiel pour le respect de la tranquillité des habitants.
Une fréquentation dominée par des promeneurs et des sportifs devrait être favorisée au détriment des rassemblements bruyants et des groupes de "jeunes désoeuvrés".
Les horaires d'accès devraient être les mêmes que ceux des parcs urbains et des barrières devraient empêcher le stationnement de voitures en soirée à proximité des entrées.

Le budget
Le budget initial envisagé pour cette base de loisirs s’élevait entre 53 et 80 millions d’euros. Cette nouvelle approche permettrait de réduire fortement les fonds nécessaires.

 

En conclusion

corniche_horizon.jpg

La ligne d'horizon boisée du site doit être conservée
Photo : Ornithomedia.com

L’aménagement de ce milieu rare en région parisienne devrait donc avoir comme double objectif de préserver au maximum la faune et la flore et les qualités paysagères actuelles tout en l’ouvrant aux habitants.
Il devrait :
- favoriser le développement d’une flore et d’une faune variées;
- conserver la diversité écologique existante par la mise en place d’un mode de gestion adapté;
- privilégier une découverte pédagogique du milieu tout en le protégeant.
Les aménagements devront être doux et discrets et des zones-refuges devront être conservées. Le paysage dépaysant et naturel actuel devrait être conservé, car il serait dommage de détruire ce que la Nature a créé en cinquante ans.
La continuité de la fonction de réservoir biologique  de cet espace devrait être assurée.
Les nouvelles orientations prises devront être transparentes et soumises à la population locale concernée et non pas rester opaques comme cela a été le cas depuis 2000.
Il n’est plus envisageable de réaliser des bases de loisirs sur le modèle de celles créées dans les années 1970 et 1980 : de vastes pelouses et un plan d’eau. Les conseils général et régional, qui mettent souvent en avant les actions de conservation de la biodiversité, ne peuvent pas cautionner la destruction d‘un espace unique, fragile et intéressant.
Le public est suffisamment mature pour reconnaître l’importance de préserver la faune et la flore, et apprécierait de pouvoir se promener dans un espace boisé au relief varié. Il n’a pas besoin d’une énième pelouse pour des concerts et des manifestations sportives de masse. L’aménagement devrait répondre à des besoins locaux et départementaux et ne pas avoir des ambitions démesurées.

Sources
- Rosny-sous-Bois. 110 initiatives pour Paris Métropole – Préverdissement du parc du Plateau d’Avron à Rosny-sous-Bois. http://sigr.iau-idf.fr/
- Conseil régional d'Ile-de-France. Base de La Corniche des Forts : les travaux commencent. http://www.iledefrance.fr/lactualite/sports-tourisme-loisirs/loisirs/base-de-la-corniche-des-forts-les-travaux-commencent/
- Ecosphère (2001). Etude écologique : Base de Plein Air et de Loisirs de la Corniche des Forts. LAFTTP et Région Ile-de-France.
Réagissez à cet article sur nos forumsou par e-mail à david.bismuth@ornithomedia.com.

 

Et puis le point de vue de Noisy-le-Sec Environnement sur le projet « Ilex » qui semble abandonné aujourd'hui... Corniche_des_Forts_ce_qui_ne_va_pas

 

La «Corniche des Forts» est le nom donné à la future base régionale de loisirs et de plein air (BPAL) qui s’étendra sur 64 ha environ, principalement sur le territoire Romainville (76%), et dans une mesure moindre sur ceux de Pantin, des Lilas et de Noisy le Sec.

Il s’agit d’un vaste coteau orienté au nord qui descend du plateau de Romainville vers Bobigny, Pantin et Paris, avec de magnifiques points de vue. Le projet établira une continuité entre des parcs déjà aménagés (parc communal de Romainville, parc départemental de Romainville dit « la Sapinière »/ Pantin) en aménageant la friche du centre (anciennes carrières de Romainville). Préalablement aux aménagements, il faut sécuriser deux, voire trois niveaux de galeries minières, avant de pouvoir l’ouvrir au public.

La solution de comblement proposée par la Région consiste à prendre le remblai sur place. Pour pouvoir le faire, il faut couper les arbres qui se trouvent dessus. Il s’agit de prendre de la terre au Nord de la friche (Bas- Pays, et de la repousser au Sud en suivant l'ancienne rampe d'accès à l'ancien front de taille qui se trouve en contrebas du chantier de la nouvelle école. Ces terres, poussées vers le sud formeront une pente molle jusqu'au bord du plateau.

La première tranche de comblement est prévue pour le premier semestre 2012. Elle affectera toute la moitié ouest du bois (environ 15 hectares) qui a poussé sur les anciennes carrières. L'autre moitié sera détruite au cours de la tranche suivante.

L'étude environnementale et l'étude d'impact ont été réalisées par Ecosphère (2001), qui concluait à

l'absence d'espèces animales ou végétales à protéger, et à l’intérêt d'une valorisation écologique du site lors des aménagements. Cette étude est incomplète et ancienne. Elle a été faite sur un temps très court, une saison unique. Les chiroptères n’ont pas été correctement étudiés. Le statut de protection de plusieurs espèces a évolué depuis 2001...

Une nouvelle étude environnementale est en cours, par le cabinet Biotope, que nous avons rencontré, et qui nous a déclaré : « les milieux présents en Seine-Saint-Denis sont communs et nous

savons les reconstituer ».

Le bois abrite une quarantaine d’espèces d’oiseaux nicheurs et sert de relais aux migrateurs. Plusieurs espèces d’insectes déterminantes ZNIEFF ont été identifiées dans la prairie derrière le château dans une zone n’est pas concernée par la prochaine tranche de travaux.

A noter que la zone des anciennes carrières fut un temps classée ZNIEFF (Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique) de type 1. Ce classement a disparu avec l’élaboration du projet de Base de Loisirs...

L’association Noisy le Sec Environnement n’accepte pas la destruction de centaines d’arbres et de toutes les vies qu’ils abritent. Nous sommes en petite couronne où beaucoup d’espèces sont aux marges de l’extinction. Nous voulons conserver le peu que nous avons. La disparition soudaine de tous ces arbres impacterait lourdement la biodiversité locale et l’hygrométrie locale.

Ce bois, aujourd’hui interdit au public à causes des carrières, a beaucoup de charme, avec son modelé particulier et ses paysages variés. Le projet de base de loisirs, projet équipementier (centre équestre, piste de BMX), ignore totalement tous ces aspects. Nous voulons un projet plus proche de la nature actuelle et de ses caractéristiques, qui sont la mémoire du travail du plâtre.

Nous ne croyons pas à la « valorisation écologique » d’un site dont on aurait ôté la vie, où l’homme jouerait les apprentis-sorciers. Soyons réaliste, dans notre région, la gestion différenciée des espaces verts existe surtout à l’état d’intention ou de vœu pieux dans les agendas 21...

Nous demandons à la Région de proposer une méthode moins brutale pour sécuriser les anciennes carrières pour que cet espace boisé puisse être ouvert au public.

Nous voulons que la Région modifie son projet en faisant de l’environnement actuel une priorité.

  BoisNoisy.jpg

 

Bois-Noisy2.jpg

 

SAUVONS LE BOIS DE ROMAINVILLE

Pour aménager la Base de Loisirs de la Corniche des Forts, qui s'étend sur 64 ha (Noisy le Sec, Romainville (75%), Pantin, Les Lilas, la Région Ile-de-France projette de raser purement et simplement le bois cinquantenaire qui a poussé sur les anciennes carrières de Romainville. Ce bois, si rare en petite couronne,  est une réserve d’oxygène, un havre de paix en milieu urbain. Des centaines d’arbres vont être coupés, la faune et la flore seront anéanties, et le sol nivelé. Les travaux pourraient commencer avant l’été 2012.

Nous demandons à la Région de proposer une méthode moins brutale pour sécuriser les anciennes carrières pour que cet espace boisé puisse être ouvert au public.

Nous  voulons que la Région modifie son projet en faisant de l’environnement une priorité.

Pétition en ligne :   http://www.petitions24.net/sauvons_le_bois_de_romainville

 

(Noisy-le-Sec Environnement 2011-2012)

Repost 0
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 19:17

Ecolo N-7-BLOG P1

Ecolo N-7-BLOG P2

Ecolo N-7-BLOG P3

Ecolo N-7-BLOG P4

Repost 0
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 13:55

Après plus d'un siècle d'augmentation importante de la production et de la consommation de pétrole, la Terre s'essouffle et la notion de "pic de production", autrefois ignorée, s'impose comme une réalité inéluctable. Cette tension se manifeste d'ores et déjà à travers le déploiement de techniques d'extraction demandant toujours plus d'investissements, d'énergie et de matériaux. En effet, lorsque des réserves sont limitées, le rythme de leur exploitation suit une courbe croissante, puis elle plafonne à son maximum en formant un plateau, avant de décroître. C'est le cas du pétrole facilement accessible et bon marché dont la plupart des experts, y compris, désormais, l'Agence internationale de l'énergie, admettent qu'il a atteint son pic de production mondial il y a quelques années.

Malgré les découvertes de gisements récemment médiatisées, le monde continue de consommer beaucoup plus de pétrole qu'il n'en trouve par l'exploration. L'extraction du pétrole difficile, appelé non-conventionnel (sables asphaltiques, pétrole de roche-mère, grands fonds marins...) sera beaucoup plus coûteuse et surtout beaucoup plus lente. Elle ne permettra donc pas d'éviter la baisse de la production mondiale après un plateau qui ne devrait durer que jusqu'en 2015-2020. Les énergies alternatives, même si elles sont développées à un rythme soutenu, ne pourront pas compenser le déclin de la production de pétrole, que ce soit en quantité ou en coût de production. Aucune solution de substitution aux carburants liquides n'est disponible à l'échelle de la demande, actuelle ou future.

A l'avenir, nous disposerons fatalement de moins d'énergie et de ressources alors que nous sommes de plus en plus nombreux sur Terre et que les pays émergents sont en phase d'industrialisation rapide. Par ailleurs, les pays exportateurs consomment une part toujours plus importante de leur production pour alimenter leur développement.

Or force est de constater que le fonctionnement de notre société dépend aujourd'hui d'une croissance économique soutenue qui va de pair avec une consommation toujours plus importante d'énergie et de ressources. L'urgence apparaît donc d'anticiper une inexorable descente énergétique. Les limites physiques devraient déclencher une réelle transition de la société vers une diminution majeure de notre dépendance aux ressources non renouvelables, par un changement profond des comportements, de l'organisation du territoire et de notre économie. Si cette transition n'est pas anticipée, elle sera subie de manière chaotique et provoquera des conséquences économiques désastreuses, à l'image de la crise des subprimes. Les fondements de la démocratie et la paix pourraient donc être menacés.

Dans ce contexte, il est indispensable que les responsables politiques, mais aussi l'ensemble des acteurs sociaux et économiques ainsi que les citoyens français, prennent conscience de cet enjeu et fassent preuve d'anticipation, car nous sommes face à un péril réel pour la cohésion sociale et le fonctionnement de l'ensemble des secteurs vitaux de notre collectivité.

Les signataires de cet appel invitent tous les candidats à l'élection présidentielle à tenir compte de cette situation urgente. Ils leur demandent de prendre position sur cette question, dans le cadre de débats et de propositions politiques concrètes. Celles-ci devront être compatibles avec la réalité physique de l'extraction des ressources et permettre de faire face à la décrue énergétique de notre société.

Signataires initiateurs de cet appel (paru dans Le Monde le 22 mars 2012) :

Pierre René Bauquis, ancien directeur de la stratégie et la planification du groupe Total ;

Yves Cochet, député européen, ancien ministre de l'environnement ;

Jean-Marc Jancovici, ingénieur consultant, président de The Shift Project ;

Jean Laherrère, président d' ASPO France (Association pour l'étude du pic pétrolier et gazier), ancien patron des techniques d'exploration du groupe Total ;

Yves Mathieu, ancien chef du projet ressources pétrolières mondiales à l'Institut français du pétrole, auteur du livre Le dernier siècle du pétrole : la vérité sur les réserves mondiales (Editions Technip, 2010).

Jean-Marie Bourdaire – Membre fondateur d’ASPO-France (Association pour l’étude du pic pétrolier et gazier), ancien directeur des Etudes Economiques de Total (1988-1995), ancien directeur du bureau long terme de l’AIE (1995-1998), ancien directeur des Etudes du conseil Mondial de l’énergie.

Bernard Durand - Géologue pétrolier, ancien Directeur de la Géologie à l’Institut Français du Pétrole et de l’Ecole Nationale Supérieure de Géologie

Jacques Varet - Ancien directeur du Service Géologique National, BRGM, ancien Président de Eurogeosurveys, association des services géologiques européens, Conseiller en ressources géologiques pour le développement durable

Philippe Labat - Ingénieur consultant pétrolier

Cédric Ringenbach - Ingénieur, Directeur de The Shift Project

Jean-Luc Wingert - Ingénieur consultant, membre ASPO-France

Agnès Sinaï - Journaliste, présidente de l’Institut Momentum

Matthieu Auzanneau - Journaliste spécialiste des questions pétrolières

Benoît Thévard - Ingénieur conférencier, recherche et conseil en résilience territoriale

Cyril Dion - Directeur du Mouvement Colibris

Cécilia Durieu - Ingénieure, candidate UMP aux législatives en Isère

Etienne Lacroix - Ingénieur Consultant énergie-climat

Danielle Grunberg - Ambassadrice du mouvement des Villes en Transition en France

Yves Trémolet - Ingénieur, forum.aprespetrole.net

Corinne Coughanowr - Ingénieur, Mouvement des villes en transition

Nicolas Féat - Ingénieur

Philippe Desbrosses - Docteur en sciences de l’environnement, pionnier de l’agriculture biologique Thierry Caminel - Ingénieur

Philippe Patouraux et Gérald Moulédous - Fondateurs de Next World

 

Repost 0
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 16:24

 

 Manifestation contre les gaz de schiste le 23 octobre 2011 à Barjac (Gard). | AFP/GERARD JULIEN"

 

A un mois de l’élection présidentielle, voilà de quoi relancer le débat sur l’exploitation des huiles et gaz de schiste, exploitation controversée en raison de ses conséquences néfastes sur l’environnement. Le ministère de l’écologie a rendu public, jeudi 22 mars, le rapport final de la mission d’inspection (PDF) – issue du ministère de l’industrie et de celui de l’écologie – sur ” les hydrocarbures de roche-mère en France ”, en clair les huiles et gaz de schiste.

Le rapport remis aujourd’hui préconise le lancement d’un programme de recherche scientifique, dans un cadre national ou européen, sur les techniques de fracturation hydraulique et leurs impacts environnementaux. Ce programme devra être strictement encadré, par un comité scientifique national, un suivi permanent et des comités locaux d’information.

La mission recommande également que, en l’attente des résultats de ce programme de recherche, la technique la plus contestée, à savoir la fracturation hydraulique, ne soit pas utilisée hormis pour le programme scientifique indiqué ci-dessus. Le texte s’intéresse ainsi à une disposition prévue dans la loi du 13 juillet 2011 qui interdit globalement la fracturation hydraulique en France (seule technique disponible à l’heure actuelle pour explorer ces hydrocarbures non conventionnels) : la mise en œuvre d’“expérimentations réalisées à seules fins de recherche scientifique sous contrôle public. Les auteurs du rapport y sont favorables pour un “nombre limité de puits”, ouvrant donc une brèche dans le principe d’interdiction de la fracturation hydraulique.

Elle préconise également une réforme de la fiscalité pétrolière “de sorte que les collectivités locales trouvent un intérêt à une exploitation d’hydrocarbure sur leur territoire“, et pense que “dans deux ou trois ans“, l’expérience acquise des deux côtés de l’Atlantique “permettra de prendre des décisions rationnelles sur l’opportunité d’une exploitation de gaz et huiles de roche-mère en France“.

Il serait dommageable, pour l’économie nationale et pour l’emploi, que notre pays aille jusqu’à s’interdire, sans pour autant préjuger des suites qu’il entend y donner, de disposer d’une évaluation approfondie de la richesse potentielle : accepter de rester dans l’ignorance d’un éventuel potentiel ne serait cohérent ni avec les objectifs de la loi POPE, ni avec le principe de précaution. Mais, pour ce faire, il est indispensable de réaliser des travaux de recherche et des tests d’exploration“, ont indiqué les auteurs du rapport en guise d’introduction.

Le document de 199 pages est consultable sur le site du Ministère du Développement Durable.

 

Le gouvernement a aussi annoncé la création de la " commission nationale d’orientation, de suivi et d’évaluation des techniques d’exploration et d’exploitation des hydrocarbures liquides et gazeux (Décret n° 2012-385 du 21 mars 2012). Cette commission “jouera un rôle majeur dans le contrôle des conditions d‘éventuelles expérimentations qui pourraient être réalisées sur les techniques d’extraction de gaz et huiles de schiste.”

Les organes compétents doivent maintenant désigner leurs représentants, comme suit:
La commission comprend :
Cinq membres de droit, représentants de l’Etat :
a) Le directeur général de l’énergie et du climat ;
b) Le directeur général de l’aménagement, du logement et de la nature ;
c) Le directeur général de la prévention des risques ;
d) Le directeur général de la compétitivité, de l’industrie et des services ;
e) Le directeur général du Trésor ;
Un député et un sénateur ;
Trois représentants des collectivités territoriales :
a) Un représentant des communes ou groupements de communes désigné par l’Association des maires de France ;
b) Un représentant des conseils généraux désigné par l’Assemblée des présidents des conseils généraux de France ;
c) Un représentant des conseils régionaux désigné par l’Association des présidents de conseils régionaux ;
Douze membres nommés par arrêté des ministres chargés des mines, de l’industrie, de l’énergie, de l’écologie et du développement durable pour une durée de trois ans :
a) Trois représentants d’associations agréées pour la protection de l’environnement ;
b) Trois représentants des entreprises des secteurs gazier et pétrolier ;
c) Trois représentants du personnel des industries gazière et pétrolière, désignés sur proposition des organisations syndicales les plus représentatives de ce personnel ;
d) Trois personnalités désignées en raison de leurs compétences scientifiques dans les domaines concernés par le développement des techniques d’exploration et d’exploitation des hydrocarbures liquides ou gazeux.”

 

 

UN CALENDRIER JUSQU’AU VOTE AU PARLEMENT

 

Globalement, et pour résumer l’argumentaire développé, il s’agit de ne pas gâcher le potentiel des richesses du sous-sol français, tout en prenant le maximum de précautions techniques (surveillance de la cimentation des puits, des nappes phréatiques, de la qualité de l’air, etc.). Un calendrier est même prévu :

- Premier semestre 2012 : constitution et premiers travaux de la Commission nationale d’orientation, de suivi et d’évaluation des techniques d’exploration et d’exploitation des hydrocarbures liquides et gazeux” qui, selon la loi de juillet 2011, émettra un avis public sur les conditions de mise en œuvre de ces expérimentations.

- Second semestre 2012 et premier semestre 2013 : recueil de données – via des carottages classiques – dans les sous-sols français susceptibles de receler des gisements d’huiles et gaz de schiste ; et proposition d’une nouvelle loi par le gouvernement afin de définir un cadre précis à ces expérimentations par fracturation hydraulique.

- Second semestre 2013 : vote au Parlement.

Pour commencer, ces expérimentations seraient réalisées dans le Bassin parisien où des permis ont été accordés pour explorer des huiles de schiste.

Compte tenu des mobilisations locales des collectifs anti-gaz de schiste, il est sûr que ces recommandations devraient susciter de nouvelles mobilisations.

 No Fracking France  lance une « alerte écarlate » et exige que les pétroliers détenteurs de permis financent avant leurs prospections, l’analyse chimique de la nappe aquifère an recherchant tous les produits qui seront injectés.

C’est en effet le seul moyen de faire payer les pétroliers des dégâts irréversibles induis par la fracturation de la roche-mère.

Le ministère poursuit l’instruction de dossiers et accorde aux compagnies gazières et pétrolières des permis qui renouvelables deux fois leur donnent une amplitude de 15 ans pour mener des travaux d’exploration. Ce sont 73 permis de recherche en hydrocarbures liquides ou gazeux qui sont accordés à ce jour sur le Territoire Français et plus de 90 permis qui sont en instruction.

 

(D'après Le Monde.fr, par Marie-Béatrice Baudet, Boursier.com, No fracking France).

Repost 0
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 10:09

OSLO (AFP) - Le prix Sophie de l'environnement et du développement durable, créé par un auteur norvégien à succès, a été attribué mercredi à Eva Joly, candidate écologiste à la présidentielle française, pour "sa lutte infatigable et téméraire contre la cupidité à l'origine de problèmes humains et écologiques".

"Nous avons aujourd'hui un système économique en conflit avec les limites que la nature nous a imposées", a annoncé la Fondation Sophie, qui décerne ce prix doté de 100.000 dollars.

"Eva Joly affiche une compréhension globale de la façon dont une économie verte, débarrassée de la corruption et de la spéculation financière, pourrait être une piste économique, sociale et environnementale. Une fois encore, Eva Joly (...) se distingue comme une source majeure d'inspiration", a-t-elle ajouté.

Agée de 68 ans, l'ex-juge franco-norvégienne s'est rendue célèbre pour avoir instruit l'affaire Elf qui a fait trembler une partie du monde politique et économique français dans les années 1990.

Aujourd'hui candidate à la présidentielle française pour le mouvement écologiste Europe Ecologie Les Verts, elle a fait de la lutte contre les paradis fiscaux un cheval de bataille.

"Chaque année, plus de 1.000 milliards de dollars sont cachés dans des +juridictions du secret+, souvent appelées paradis fiscaux, dont une grande partie en provenance de pays en développement", a noté la Fondation Sophie.

"Joly met en lumière la façon dont le recours croissant à des paradis fiscaux entrave le développement et appelle cela +une forme moderne de colonialisme+", a-t-elle ajouté.

Fondé en 1997 par l'écrivain norvégien Jostein Gaarder, auteur du roman à succès "Le Monde de Sophie", et son épouse, le prix Sophie devrait être remis le 13 juin, entre les deux tours des élections législatives françaises qui se dérouleront le 10 et le 17.

Décerné pour la 15e fois, il a dans le passé récompensé l'écologiste kényane Wangari Maathai en 2004, également couronnée du Nobel de la paix cette année-là, la représentante canadienne des Inuits Sheila Watt-Cloutier (2005), le journaliste australien John Pilger (2003) ou encore le mouvement Attac (2001).

© 2012 AFP

Repost 0
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 22:40

Le Forum alternatif mondial de l’eau (FAME) a été un immense succès populaire. Plus de 5000 personnes se sont pressées au Dock des Suds du 14 au 17 mars pour participer aux ateliers, séances plénières, controverses, etc. Avec trente fois moins de moyens financiers mais sans doute un peu plus de convictions, le FAME a fait jeu égal avec le Forum mondial de l’eau. Le FAME a rempli son objectif en contribuant à précipiter la fin du Forum mondial de l’eau placé sous la domination des marchands. Il est impensable après le fiasco de Marseille que le Conseil mondial continue tel qu’il est aujourd’hui : un nouvel organisme international, placé sous l ‘égide de l’ONU, doit maintenant lui succéder. Le FAME propose l’organisation d’un nouveau forum en octobre 2014 car la crise mondiale de l’eau exige un sommet légitime, transparent et responsable, sans attendre.

La voie est ouverte pour l’application partout du droit à l’eau et à l’assainissement et pour que l’eau devienne un bien commun : à nous de jouer ! Le FAME engage une nouvelle étape de la lutte pour le droit à l’eau et à l’assainissement pour tous, après sa reconnaissance par l’ONU et son inscription dans les constitutions de plusieurs pays dans le monde. Il s’agit de continuer à le faire adopter dans les constitutions nationales. Ce droit doit devenir opposable. Des mécanismes juridiques, internationaux et indépendants, sont à inventer pour le faire respecter. La protection des défenseurs du droit à l’eau doit être garantie. La criminalisation de la résistance sociale pour le droit à l’eau, dont le dernier exemple est l’assassinat le 15 mars, de Bernardo Vasquez Sanchez qui luttait  contre les entreprises minières au Mexique, doit cesser.
Sur la lancée du référendum en Italie et de nombreuses expériences analogues dans le monde, comme la votation citoyenne pour le maintien du service public du canal Isabel II à Madrid début mars, le FAME a choisi la voie de la démocratie. Les populations concernées doivent pouvoir se prononcer sur toutes les décisions importantes affectant l’eau et l’assainissement, par exemple, sur le choix du mode gestion ou avant la réalisation d’un grand projet (barrage, centrale nucléaire, etc.) Les citoyens et les associations doivent être directement parties prenantes de la gestion de l’eau.

L’extractivisme, c’est à dire l’exploitation des biens naturels à échelle industrielle, dans toutes ses formes (hydrocarbures y compris gaz et pétrole de schiste, mines, grands barrages, agro-industrie, etc.), a été fortement dénoncé, par les associations du sud comme du nord. Il s’agit de mettre en oeuvre une transition énergétique qui s’appuie sur des solutions locales et soutenables de production d’énergie, dans le cadre d’une réduction de la consommation.

 

Le FAME a, bien entendu, rejeté la privatisation et la marchandisation de l’eau et s’est prononcé pour une gestion publique et citoyenne, pour des partenariats public- public et public-citoyens. La remunicipalisation de l’eau à Paris, à Atlanta, à Buenos Aires et dans de nombreuses villes dans le monde constituent des victoires significatives, à généraliser.

Outre les très nombreuses propositions, regroupées en onze thèmes, qui seront publiées dans les semaines et les mois prochains, le FAME marque aussi une nouvelle étape dans l’organisation du mouvement pour l’eau bien commun. Un réseau européen s’est constitué et tiendra sa première assemblée générale au début de l’été ; une coordination permanente sera mise en place. Au niveau national, la réussite du FAME donne envie à tous de continuer ensemble ; il s’agit de favoriser cette convergence pour déboucher rapidement sur des actions et, pourquoi pas, des structures communes.

                                     Le 22 mars 2012  Coordination eau Ile-de-France


Pour fêter ensemble ces avancées ,
pour s'informer, échanger et imaginer la suite de nos actions communes...
Dimanche 1er avril 2012
Journée exceptionnelle pour l'eau bien commun
sur la péniche Antipode à Paris :)
Programmation en cours - Réservez vos agendas !
Coordination eau Ile-de-France
5, rue de la Révolution, Montreuil
Tel : 09 82 31 73 84



Repost 0
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 13:40

 PARIS, 20 mars 2012 (AFP) –

La candidate EELV à la présidentielle, Eva Joly,  a annoncé avoir décidé de suspendre sa campagne mardi et annulé une visite prévue à Montreuil "en raison du drame toulousain", annonce son équipe dans un communiqué.
   "En raison du drame toulousain, Eva Joly et son équipe ont décidé de suspendre la campagne ce mardi 20 Mars. Les visites et la réunion publique de Montreuil sont donc annulées", selon le communiqué. L'élue écologiste devait se rendre au Centre hospitalier intercommunal (CHI) de cette ville de l'est parisien, avant un meeting dans la soirée.

Repost 0
Published by Vert Lilas - dans Débats
commenter cet article
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 09:38

eva200312.jpg

eva200312a.jpg

Repost 0
Published by Vert Lilas - dans Débats
commenter cet article
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 16:02

13 maires, dont Dominique VOYNET, unis contre le logement précaire.

Chaque année, le 15 mars marque la fin de la trêve hivernale et la reprise des expulsions locatives sans relogement. Des milliers de familles sont alors exposées au risque de se retrouver à la rue, sans solution pérenne de relogement.

2012 est le 100e anniversaire du logement social ; pourtant, en France, 10 millions de personnes sont touchées par le crise du logement ; 3,8 millions d'entre elles sont en situation de précarité énergétique. Cette situation est indigne dans le « pays des Droits de l'homme ».

Elus de proximité, les Maires sont mobilisés en première ligne dans la lutte contre le logement précaire. Ils ne peuvent toutefois répondre seuls aux effets d'une crise d'ampleur nationale. Confrontés au manque de moyens financiers attribués à la prévention, comme à la construction, à l'absence de solutions d'accompagnement des familles vers une véritable insertion, ils font face à une augmentation constante du nombre d'expulsions locatives sans relogement, exécutées avec le concours de la force publique.

En Seine Saint-Denis, 13 maires s'unissent pour livrer une bataille politique et juridique, et faire avancer le droit au logement. Le 15 mars 2012, les maires de Blanc-Mesnil, Bobigny, Bondy, La Courneuve, Montreuil (Mme Dominique Voynet), Saint-Denis, Saint-Ouen, Sevran, Stains, Tremblay-en-France, Villepinte, Villetaneuse ont signé ensemble des arrêtés interdisant les expulsions locatives sans relogement et/ou les coupures d'énergie sur leurs territoires communaux, puis se sont rendu en préfecture pour les remettre au Préfet.


Ecolo N-6 - P1

Ecolo-N-6---P2.jpg

Ecolo N-6 - P3

Ecolo-N-6---P4.jpg

Repost 0
Published by Vert Lilas - dans Urbanisme - logement
commenter cet article
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 12:38

Samedi 17 mars de 16 h à 22 h à l'espace Chauzy à la Mairie de Bondy,

un après-midi de partage d'expériences et de réflexions communes, entre professionnels, politiques et citoyens sur le thème de la santé.

tract-17-mars-format-A5-1coupe.jpg

tract-17-mars-format-A5-2.jpg

 

Repost 0

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet