Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

19 janvier 2016 2 19 /01 /janvier /2016 09:27

Par le Collectif « Nous ne céderons pas ! » sur nousnecederonspas.org - nous soutenons et nous y serons !

En réaction à l’horreur des attentats qui ont frappé notre société toute entière, l’état d’urgence a été décrété par le gouvernement, puis prolongé pour une durée de trois mois. Un projet de loi constitutionnelle prévoit l’inscription, dans la Constitution, non seulement de l’état d’urgence mais aussi de la déchéance de la nationalité pour les binationaux auteurs de « crimes constituant une atteinte grave à la vie de la nation ».

Sortons de l’état d’urgence

L’état d’urgence conduit à des décisions arbitrairesdes dérives autoritaires. Depuis novembre 2015, plus de trois mille perquisitions sont intervenues. Tout comme les assignations à résidence, elles ont donné lieu à de nombreux dérapages, à un accroissement des discriminations à l’égard de populations déjà stigmatisées en raison de leur origine et/ou leur religion supposée ou réelle. Toutes ces mesures, dont l’efficacité n’est pas démontrée, mettent à mal la séparation des pouvoirs : l’exécutif s’accapare le pouvoir législatif et relègue le pouvoir judiciaire hors de son rôle de gardien des libertés.

Inscrire l’état d’urgence dans la Constitution, c’est graver dans le marbre ce régime d’exception qui permet l’action des forces de sécurité sans contrôle du juge. C’est habituer les citoyen-ne-s à un état d’exception. Avec les moyens ainsi mis en place, il faut s’inquiéter des pouvoirs sans contrôle donnés à ceux qui peuvent arriver aux manettes de l’Etat…

Inscrire le retrait de la nationalité française aux binationaux condamnés pour crimes terroristes, c’est porter atteinte au principe même d’égalité des citoyens, inscrit à l’article 2 de la Constitution, fondement de la République. C’est instituer, dans la loi fondamentale de notre pays, deux catégories de Français, ceux qui le seraient et ceux qui le seraient moins, au motif que leurs parents ou grands-parents ne l’étaient pas. C’est, de fait, remettre en cause le principe d’une nationalité française ancrée dans le droit du sol.

C’est aussi mettre dans la Constitution une mesure dont personne ne croit à l’efficacité en termes de lutte contre le terrorisme, mais réclamée depuis longtemps par le Front national.

C’est banaliser la logique du rejet de l’autre. C’est s’exposer à ce que d’autres majorités politiques élargissent le champ des actes conduisant à la déchéance de nationalité.

N’acceptons pas la gouvernance de la peur : exigeons la sortie de l’état d’urgence !

Nous affirmons qu’il est nécessaire et possible que l’Etat protège les habitants face au terrorisme, sans remettre en cause les droits et les libertés. Nous refusons une société du contrôle généralisé, une société qui glisse de la présomption d’innocence au présumé potentiellement coupable. Ne donnons pas satisfaction aux terroristes qui cherchent justement à nous faire renoncer à notre vie démocratique.

L’état d’urgence contribue au renforcement des préjugés racistes, aux amalgames et aux pratiques discriminatoires.

Notre pays a été blessé, mais loin d’en soigner les plaies, l’état d’urgence risque de les exacerber en appauvrissant notre démocratie, en délégitimant notre liberté. C’est pourquoi, nous demandons la levée de l’état d’urgence et l’abandon de cette réforme constitutionnelle.

Nous appelons tous les habitants de notre pays à développer la citoyenneté et à agir pour construire une société solidaire

Manifestation le samedi 30 janvier
partout en France et à Paris, à 14h30, place de la République

Signez la pétition sur nousnecederonspas.org           Téléchargez le tract

 

Collectif « Nous ne céderons pas ! », à l’appel de AC ! Agir ensemble contre le chômage !, AC ! Trégor, Act Up-Paris, AFD International, Agir pour le changement démocratique en Algérie (Acda), Apel-Egalité, Altertour, Assemblée citoyenne des originaires de Turquie (Acort), Association démocratique des Tunisiens en France (ADTF), Association femmes solidaires comité Saint-Denis, Association France Palestine solidarité (AFPS), Association des Marocains en France (AMF), Association pour la reconnaissance des droits et libertés aux femmes musulmanes (ARDLFM), Association des travailleurs maghrébins de France (ATMF), Association des Tunisiens en France (ATF), Association des universitaires pour le respect du droit international en Palestine (Aurdip), Attac, Cadac, CADTM France, Cedetim, CGT Police Paris, Centre islamique Philippe Grenier (CIPG), Cercle Condorcet de Paris, Clamart-Citoyenne, Collectif des 39, Collectif des associations citoyennes, Collectif D’ailleurs nous sommes d’ici Tours 37, Collectif BDS Saint-Etienne, Collectif CGT Insertion-Probation (UGFF-CGT), Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), Collectif de défense des libertés fondamentales de l’agglomération rouennaise (CDLF), Collectif féministes pour l’égalité, Collectif Judéo Arabe et Citoyen pour la Palestine (CJACP), Collectif Mémorial 98, Collectif national des Faucheurs volontaires, Collectif national pour les droits des femmes (CNDF), Collectif de soutien aux sans-papiers du Trégor-Goëlo, Collectif Stop le contrôle au faciès, Comité pour le développement et le patrimoine (CDP), Comité pour le Respect des Libertés et des droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT), Commission islam et laïcité, Conseil national des associations familiales laïques (Cnafal), Confédération générale du travail (CGT), Confédération nationale du logement (CNL), Confédération paysanne, Coordination de l’action non-violente de l’Arche (Canva), Coordination nationale Pas sans nous, Coordination contre le racisme et l’islamophobie (CRI), Droit au logement (Dal), Droit solidarité, Emancipation Tendance intersyndicale, Emmaüs France, Emmaüs international, Espace franco-algérien, Espace Marx, Euromed Feminist Initiative IFE-EFI, Farapej, Fédération des CIRCs, Fédération internationale des Ligues des droits de l’Homme (FIDH), Fédération nationale de la Libre pensée, Fédération des Tunisiens citoyens des deux rives (FTCR), Femmes égalité, Filles et fils de la République (FFR), Fondation Copernic, Halte OPGM07, Ipam, Jinov International, Justice et libertés Strasbourg , La Cimade, Le Genepi, Le Gisti, Le Mouvement de la paix, Les Amoureux au ban public, Liberpensula Frakcio de Sat, Ligue des droits de l’Homme (LDH), Ligue de l’Enseignement, Maison des potes, Mamans toutes égales (MTE), Marche des femmes pour la dignité (Mafed), Minga-agir ensemble pour une économie équitable, Mouvement pour une alternative non-violente (Man), Mouvement pour l’économie solidaire (Mes), Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap), Mouvement pour l’économie solidaire, Négajoule!, Observatoire international des prisons (OIP) – section française, Osez le féminisme !, Planning familial, Pôle de renaissance communiste en France (PRCF), Powerfoule, Réseau d’alerte et d’intervention pour les droits de l’Homme (RaidH), Réseaux citoyens Saint-Etienne, Réseau éducation sans frontières (RESF), Réseau Immigration Développement Démocratie – IDD, Revue Ecole émancipée, Revue Inprecor, Revue Mouvements, Revue Regard, Romeurope 94, Survie, Syndicat des avocats de France (Saf), Syndicat français des artistes interprètes (SFA), Syndicat de la magistrature (SM), Syndicat de la médecine générale (SMG), Syndicat national des journalistes (SNJ), SNJ-CGT, SNPES-PJJ/FSU, SNUEP-FSU, SNUipp-FSU Paris, SNUTER-FSU, Solidaires étudiant-e-s, SUPAP-FSU, Union générale des fédérations de fonctionnaires CGT (UGFF-CGT), Union juive française pour la paix (UJFP), Union nationale des étudiants de France (Unef), Union rationaliste, Union syndicale de la psychiatrie (USP), Union syndicale solidaires.

Et pour mobiliser les citoyens et influencer directement les députés

PowerFoule vient de mettre en ligne une campagne permettant au public de connaitre la position de son-sa député-e sur la déchéance de nationalité et de lui envoyer un email personnel lui demandant de voter contre. Le lien est ici : www.powerfoule.org/stop-decheance  C'est très simple :

 - On rentre son code postal
 - On choisit son-sa député-e
 - La position du-de la député-e sur la déchéance s'affiche
 - On écrit son message et on l'envoie
 - La page suivant permet d'envoyer un tweet à son député et d'en envoyer également à d'autres députés. (suggestion de tweets selon la position du-de la député-e).
Nous proposons une série d'argumentaires pour aider le public à écrire son message.
Cette campagne vise la déchéance de nationalité, qui participe à la même déconstruction de notre République que l'état d'urgence.
Il est important que les députés reçoivent un maximum de messages individuels et sentent le vent tourner.
Partager cet article
Repost0
23 octobre 2015 5 23 /10 /octobre /2015 19:44

 

2005-2015, la révolte des quartiers populaires. C'était le thème d'une émission exceptionnelle de « En direct de Mediapart », jeudi 22 octobre, retransmise en streaming. À cette occasion, La rédaction de Mediapart associée à l'équipe du Bondy Blog pour raconter ce qui s'est passé en 2005 et débattre de la situation des quartiers dix ans après les émeutes urbaines parties de Clichy.

Soirée animée par Nordine Nabili (Bondy Blog) et Edwy Plenel (Mediapart).

La démocratie d'interpellation : l’exemple de « Pas sans nous »

Du rapport remis à François Lamy, puis de l’inaction gouvernementale et des entraves des pouvoirs locaux, jusqu’à l’élargissement d’une coalition pour faire reconnaître un fonds de la démocratie citoyenne, des acteurs de quartiers et des universitaires spécialistes d’études urbaines et de démocratie participative tentent (encore) de croire aux institutions…
Marie-Hélène Bacqué (universitaire)
Mohamed Mechmache (AC le feu)
Benoît Hartmann (France nature environnement)
Djamel Blanchard (Pas sans nous - Angers)
et Balla Fofana du Bondy Blog

VIDEO 1 avec Mohamed Mechmache

Notre sélection d'articles :
Démocratie citoyenne : les “Pas sans nous” ne lâchent pas l’affaire
Les « Pas sans nous » entendent peser sur la démocratie de quartier
Acteurs des quartiers populaires et universitaires tentent une alliance inédite
Billet Vidéo de Mehdi Meklat et Badroudine Said Abdallah
A Saint-Denis, les « racisé-e-s » lancent leur « marche de la dignité »
A Saint-Denis, la lutte contre l'islamophobie fait le plein

Les acteurs de la lutte contre l'islamophobie redoutent les répercussions des attentats
Comment Ali Ziri est mort asphyxié, «plié» par les policiers

L'équipe du Bondy Blog qui a participé à l'émission: Latifa Oulkhouir, Balla Fofana, Widad Ketfi, Mehdi Meklat et Badroudine Abdallah, Nadia Azzaz et Tahar Raaf, Victor Mouquet, Estelle Njandjo, Sandrine Dionys, Nina Di Batista, Assia Haddache, Ouafa Mameche, Sarah Ichou, Christelle Fabris, Myriam Bokhobza, Pénélope Champault.

Par ailleurs, Mediapart diffusera à partir du dimanche 25 octobre un documentaire en quatre épisodes : « Les Bosquets, An 10 », de Louise Oligny et Patrick Artinian. Entretiens, portraits croisés : quatre membres du collectif GEN ZU de la cité des Bosquets à Clichy-Montfermeil racontent les émeutes de 2005 mais, surtout, ce qu'ils sont devenus depuis. Louise Oligny et Patrick Artinian avaient également réalisé pour Mediapart « Notre France », quinze portraits d'habitants de la cité du Mont-Mesly, à Créteil (à voir ici).

Enfin, Mediapart publiera jusqu'au 2 novembre une série d'enquêtes et de reportages sur les quartiers populaires, vous les trouverez dans ce dossier déjà passablement bien fourni.

 

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 09:22

La Fête de la transition énergétique et citoyenne aux Bruyères le 9 mai, avait montré les alternatives lilasiennes sur l’énergie, l’alimentation, le respect de la biodiversité, les déplacements, pour montrer que la transition est possible, transition énergétique, transition citoyenne aussi. La participation d’associations nationales comme Alternatiba illustraient la volonté des mouvements locaux de converger pour créer un rapport de forces national, voire international, pour peser sur le niveau politique.

Fortes de ces contacts, les associations travaillant ensemble se sont rassemblées sous le nom de Collectif Climat des Lilas pour participer à l’initiative nationale du Tour Alternatiba.

Afin de sensibiliser les français aux enjeux climatiques actuels, l'association à dimension internationale Alternatiba (https://alternatiba.eu) a organisé un tour de France en tandem sous la devise : Nos enfants nous remercieront !  

Partie de Bayonne le 5 juin, c’est vendredi 25 septembre à partir de 9h15 que la caravane d’une trentaine de cyclistes, renforcée par quelques lilasiens, a porté son message « PRÉSERVER LE CLIMAT : ON PEUT AGIR » à travers Les Lilas, du lycée Paul Robert jusqu’au parc Lucie Aubrac.

Arrivée au Parc Lucie Aubrac, à 10h, le Tour Alternatiba a dialogué avec le maire des Lilas, lui proposant à nouveau (comme le 9 mai dernier) de signer le Pacte pour la Transition.

L’idée est de faire s’engager les élus des communes en leur proposant d’adopter au moins cinq parmi quinze mesures simples et concrètes correspondant à leurs compétences, qui peuvent être mises en œuvre en moins d’un an et sont facilement évaluables (sans être un « expert »), mais aussi de favoriser la création d’un espace partagé entre élus et citoyens pour discuter, élaborer et concrétiser les alternatives pour une transition écologique et sociale. Les voici :

La ville des Lilas n’a pas répondu pour l’instant, contrairement à 119 villes visitées par le Tour, comme Montreuil d’où était parti le Tour le matin même, ou Aubervilliers vers laquelle quelques cyclistes lilasiens ont guidé le Tour par la suite.

Au parc Lucie Aubrac, Alternatiba a aussi retrouvé plus d’une centaine d’adultes et les enfants de nombreuses classes des écoles lilasiennes attirés par le Ruban pour le Climat. Le Collectif Climat des Lilas, a repris l’initiative de la marche mondiale de 2014, un Ruban pour le Climat ! et Kate Mc Neely avait apporté des États-Unis plusieurs centaines de rubans représentant les espoirs d’un nouveau monde.  

Le Collectif Climat des Lilas invitait les enfants des écoles et tout citoyen à venir écrire leur souhait pour la terre (ou ce que vous ne voulez pas voir disparaître en raison du réchauffement climatique !) sur un ruban de tissus

et à l’accrocher sur les fils d’un grand mat porte-rubans…

Enfants et adultes mêlaient aussi leurs engagements sur un grand tableau.

Interrompue à midi, la manifestation a repris à partir de 16h, et plus d’une centaine de nouveaux rubans se sont joints pour porter les attentes des citoyens.

Et le lendemain, Place de la République à Paris…

le Ruban pour le climat était présent samedi 26 et dimanche 27 septembre au pôle Culture du Village des Alternatives, conclusion du Tour Alternatiba,

pour participer à ce grand festival de toutes les solutions qui existent déjà aujourd’hui et sont développées dans tous les domaines de la vie pour lutter contre le dérèglement climatique rassemblant plus de 300 organisations, du collectif de jardin partagé à Greenpeace en passant par des organismes d’éducation populaire, et 60 000 personnes !

Patrick Viveret et Edgar Morin dialoguent...

Et c’est pas fini ! Quelques mots en attendant la réunion-bilan du collectif cette semaine :      «  Je crois que nous pouvons être fiers de ces journées pour le Climat, qui, j’en suis sûr, portera ses fruits… Nous vous remercions de tout cœur d’avoir suivi cette initiative avec intelligence, bonne humeur, et un tel enthousiasme… Notre collectif citoyen s’est encore renforcé depuis la Fête de la Transition… Si vous avez des idées d’actions à initier, c’est une force que nous puissions compter les uns sur les autres, et selon les affinités avec le projet et le temps disponible de chacun, bien sûr, lancer de nouvelles actions. »

D’autres initiatives sont prévues prochainement. Pour rejoindre le Collectif Climat des Lilas : Sandrine (06 60 62 90 37), Stéphanie (06 65 76 17 43) ou David (06 60 18 49 10).

 

Partager cet article
Repost0
28 mars 2015 6 28 /03 /mars /2015 13:15

par Patrick Viveret, 20 mars 2015, http://www.reporterre.net/Il-n-y-a-pas-de-Barbares

« Si la logique de la guerre de civilisations s’imposait aujourd’hui en Europe, cela nous mènerait à des régressions sources de guerre civile »

JPEG - 22.7 ko
Patrick Viveret

A menace globale il faut une riposte globale, déclare un responsable tunisien après les attentats de Tunis venant après ceux de Paris, de Copenhague, de Tunis... Certes, mais encore faut-il ne pas se tromper de menace si l’on ne veut pas que la riposte soit inadaptée ou pire contre-productive. Car si à l’évidence, nous sommes en présence d’un conflit mondial qui peut toucher n’importe quel pays à n’importe quel moment, qui concerne tout autant l’échelle planétaire que l’échelle locale de nos cités, il y a deux approches radicalement différentes de l’analyse et de la stratégie à mettre en œuvre.

La première est celle de la guerre de civilisation théorisée il y a quelques années par le penseur conservateur américain Samuel Huntington. C’est celle qui a conduit le gouvernement Bush à réagir par la guerre, le mensonge, la torture, et la restriction massive des droits à travers le Patriot Act.

Cette logique, si elle s’imposait aujourd’hui en Europe, nous mènerait droit vers des régressions comparables ou même pires et pourrait devenir source de guerre civile, ce qui signerait d’ailleurs la victoire de la logique terroriste dont c’est l’objectif à terme.

L’autre voie c’est au contraire celle qu’avait indiquée le premier ministre norvégien après l’attentat meurtrier d’un fanatique d’extrême droite dans l’ile d’Utoya en juillet 2011 : "J’ai un message pour celui qui nous a attaqués et pour ceux qui sont derrière tout ça : vous ne détruirez pas la démocratie et notre travail pour rendre le monde meilleur (...) Nous allons répondre à la terreur par plus de démocratie, d’ouverture et de tolérance." Cette seconde voie est celle de la logique de vie, du dialogue de civilisation, du refus de confondre violence et conflit. C’est celle de la Liberté face aux régressions sécuritaires, de l’égalité face à l’explosion des inégalités et bien sûr de la fraternité, cette grande oubliée de la République, face aux fanatismes et aux racismes de toute nature.

Tel est l’enjeu de ce conflit mondial qui n’est pas pour autant une guerre mondiale car son objet est précisément, dans un travail sur la paix, de substituer la logique du conflit entre adversaires à celle de la violence entre ennemis.

Il y a des actes barbares, il n’y a pas de Barbares

Simple nuance de vocabulaire dira-t-on ? Pas le moins du monde. La logique de la violence entre ennemis est celle de l’éradication. L’Autre, est identifié substantiellement comme extérieur au genre humain. Il est le Mal incarné, le Barbare, le Terroriste. Le détruire, l’éradiquer, c’est alors une opération de purification, purification ethnique comme le disaient les milices serbes contre les bosniaques, de « nettoyage » comme le disait l’armée française pendant la guerre d’Algérie.

Remarquons que cette posture est parfaitement symétrique, interchangeable. Aux yeux de Ben Laden hier, de Daesh aujourd’hui, c’est l’Occident qui fait figure d’axe du mal. Cette absolutisation autorise à utiliser tous les moyens, en particulier celui de l’élimination physique.

La logique du conflit est toute autre. Il y a des actes barbares, il n’y a pas de Barbares. La barbarie est un dérapage dans l’inhumanité qui menace tout individu, tout groupe humain. C’est une aliénation, une altération d’humanité qui n’est pas réservée à certains. L’Europe a payé le prix lourd pour comprendre que la barbarie pouvait naître au cœur de grandes civilisations. La patrie de Kant et de Beethoven pouvait aussi enfanter le nazisme. La patrie de Dante pouvait enfanter le fascisme, celle des droits de l’homme le colonialisme, celle de Cervantès le franquisme, celle de l’habeas corpus l’impérialisme, celle de la libération du tsarisme, la terreur stalinienne, celle de la statue de la liberté organiser un système international de torture.. La liste est infinie.

Le fait d’avoir été victime ne constitue en rien une garantie de ne pas devenir soi même bourreau. L’holocauste dont ont été victimes les juifs ne justifie pas la politique d’apartheid du gouvernement israélien. Et le drame que vivent les palestiniens ne justifie pas plus les actes meurtriers qui sont commis régulièrement contre des juifs.

La barbarie est intérieure, pas extérieure

Dès lors que l’on a compris cela, on comprend que la barbarie n’est pas du côté de la diabolisation de l’altérité mais de l’absolutisation de l’identité. Nous retrouvons alors ce que ne cessent de nous dire depuis des millénaires les traditions de sagesse : la barbarie est intérieure et non extérieure. Elle n’est pas étrangère à l’humanité, elle en constitue la face sombre, celle de sa propre inhumanité. S’il y a un djihad, une guerre sainte, c’est en réalité un conflit intérieur, un travail sur soi individuel et collectif contre cette barbarie intérieure.

Et c’est là que nous saisissons l’enjeu de la fraternité. Car le frater, étymologiquement c’est le genre humain. Et l’esprit de fraternité dont parle la Déclaration universelle des droits humains nous pouvons le définir comme le travail sur lui-même que doit faire « le peuple de la terre », notre fragile famille humaine pour apprendre à s’humaniser, pour apprendre à mieux s’aimer. Faute de ce mouvement vers une qualité supérieure d’humanité et de fraternité nous risquons comme le notait Martin Luther King dans une phrase célèbre de « périr comme des idiots » !

Il y a en effet un lien étroit entre la brutalité et la bêtise comme le signale la fameuse expression : « bête et méchant ». Et il y a au contraire un lien étroit entre l’intelligence et l’esprit de fraternité n’en déplaise aux cyniques qui hurlent aux « bisounours » dès que l’on évoque ce lien. Car l’intelligence se nourrit de l’interdépendance, du lien, donc de l’écoute de la différence et de la divergence dès lors que celle-ci ne dérape pas en violence.

Oui, il est temps de revisiter les valeurs-forces de vie qu’exprime la tension dynamique entre liberté, égalité et fraternité à condition de redonner toute sa force à la dernière, de cesser d’en faire non la cerise sur le gâteau mais la cerise dans le gâteau, non un simple supplément d’âme mais l’anima, le souffle même qui permettrait de revisiter les deux autres valeurs clefs et même les trois autres si l’on y ajoute la Laïcité.

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 11:51

Un droit fragile, attaqué par les obscurantistes

Anniversaire

Les organisations féministes appellent à célébrer, ce samedi 17 janvier, la promulgation de la loi Veil. Débats et manifestation sont prévus toute la journée à Paris.

(L’humanité, vendredi 16 janvier 2015)

 « N'oublions jamais qu'il suffira d'une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. »

Les mots de Simone de Beauvoir résonnent avec fracas, quarante ans après la promulgation de la loi sur la légalisation de l'avortement. Car des vents contraires soufflent dans le pays de Voltaire, qui s'acharnent à balayer ce droit sans quoi la liberté des femmes n'aurait aucun sens. Un droit fondamental, un droit fragile que les féministes défendront bec et ongles, comme leurs aînées l'avaient fait dans l'histoire récente, en organisant de multiples initiatives ce samedi 17 janvier, jour anniversaire de la loi Veil.

Des associations, comme Osez le féminisme, débattront à la mairie du 4e arrondissement, à Paris, en présence de la ministre Marisol Touraine. Quant au Collectif national pour les droits des femmes (CNDF), il appelle à se rassembler, à 14 h 30, place de la Bastille. « Nous ne sommes pas parvenues à nous entendre, regrette Suzy Rojtman, du CNDF. Nous, nous voulions célébrer ce moment dans la rue. » Une célébration en ordre dispersé alors que les anti-avortement sèment les idées obscurantistes, dans une communion entre intégristes religieux, dirigeants d'extrême droite et de l'UMP. N'étaient-ils pas 10 000 personnes à défiler « pour la vie », le 17 mars 2013, à Paris ? Ils étaient encore plus nombreux, le 19 janvier 2014, à marcher derrière le même mot d'ordre. Deux jours plus tard, une majorité d'orateurs UMP tentaient de faire capoter l'amendement qui voulait supprimer la notion de « détresse », disposition désuète alors toujours dans la loi Veil. « Pour défendre, quoi qu'on en dise, la vie, il faut conserver ces garde-fous qui sont aussi moraux », avait affirmé Marion Maréchal-Le Pen, députée FN. Autant de voix qui tentent de culpabiliser les femmes et de les enfermer dans un corps réduit à son rôle reproducteur. « L'avortement ébranle les fondements du système qui consiste à contrôler les corps et les sexualités des femmes », précise Anne-Cécile Mailfert, porte-parole d'Osez le féminisme. Des voix portées au-delà du cercle des réactionnaires. Marie-Laure Brival, gynécologue-obstétricienne, analyse : « Dans une période d'instabilité, de crise économique et sociale, on constate une certaine perméabilité à des discours qui culpabilisent les femmes, et un retour à des valeurs religieuses, morales, perçues comme une solution à nos maux. » Gynécologue à la maternité des Lilas, Marie-Laure Brival défilera en tête du cortège parisien, samedi.

Car cette action se place aussi dans la défense des services publics où se pratique l'IVG. Selon le Haut Conseil à l'égalité femmes-hommes, « plus de 130 » de ces établissements ont fermé depuis dix ans. Ce processus, pointe l'institution, rend « le parcours de soins parfois difficile et peu accessible ». Une situation qui complique davantage le droit des femmes à disposer de leur corps. Le « programme national d'actions pour améliorer l'accès à l'IVG en France », qui doit être présenté vendredi par Marisol Touraine, sera-t-il à la hauteur de cette noble cause ?

Mina Kaci

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 12:23

L'association Ecologie pour tous a pris l'initiative de rassembler des citoyens et des associations lilasiennes, pour aller à la rencontre des habitants - nous soutenons bien sûr ! 

http://www.transitioncitoyenne.org/transition/evenement/183-

Voilà ci-dessous le tract d'annonce et quelques information sur cette campagne citoyenne nationale :

Flyers-MOI-CITOYEN-MOI-CITOYENNE.jpg

" La journée de la transition organisée par « Moi, Citoyen » vise à m’encourager et encourager mes proches à prendre la voie du changement en commençant par un premier pas très concret.

Elle veut proposer une alternative à notre mode de vie actuel qui épuise la planète, modifie dangereusement le climat et au final ne nous rend pas heureux.

Un vaste choix d’actions pratiques est possible rapidement : consommer des produits sains et locaux, utiliser de l’énergie renouvelable, donner du sens à son argent, élever ses enfants différemment, se déplacer en favorisant les circulations douces… Plusieurs associations locales ou nationales, concernées par cette démarche, seront présentes pour vous donner des pistes de réflexion et d'action. Des artistes animeront cet après-midi festif. "

La campagne « Moi, Citoyen »

Face à une crise systémique (écologique, économique, sociale…) chaque jour plus profonde, un mouvement est en marche qui, partout, réinvente nos façons de produire, d’échanger, d’habiter, de nous alimenter, de nous déplacer, d’élever nos enfants, de nous organiser… Des centaines de milliers de personnes construisent des alternatives au modèle actuel et œuvrent chaque jour à une profonde transition sociale, écologique et économique de la société.

L’objectif de la campagne « Moi, Citoyen » est d’encourager les citoyens et citoyennes à s’engager dans la transition* de manière concrète, à faire un premier pas et à le rendre visible pour l’inspiration de tous : s’approvisionner en produits sains et locaux, en énergies renouvelables, donner du sens à son argent, devenir coopérateur d’un média alternatif, monter un projet de récupération et réparation, participer à la gouvernance de son entreprise (Comité d’Entreprise…), soutenir des actions d’insertion ou le commerce équitable, participer à la vie associative locale, etc. Il s’agit de changer d’échelle en augmentant le nombre de personnes et de structures qui s’engagent concrètement, d’amplifier la visibilité des initiatives citoyennes et de leur donner un écho maximal !

Le Collectif pour une Transition Citoyenne regroupe 16 mouvements œuvrant, chacun dans leur domaine, agriculture, éducation, énergie, finance, économie, bien-être social, insertion, démocratie, accompagnement du changement… à la transformation vers une société écologique, sociale et humaine.

Ouvert aux partenariats avec d’autres organisations et réseaux, ce Collectif se propose notamment d’être une « caisse de résonance » pour les myriades d’initiatives citoyennes existantes et à venir.

Voici leur déclaration commune :

Face à une crise systémique (écologique, économique, sociale,...) chaque jour plus profonde, un mouvement est en marche qui, partout, réinvente nos façons de produire, d’échanger, d’habiter, de nous nourrir, de nous déplacer, d’éduquer nos enfants...

Des centaines de milliers de personnes construisent des alternatives au modèle actuel qui déstructure le tissu social, financiarise tous les aspects de nos vies, pille les ressources naturelles et encourage un consumérisme et une croissance matérielle forcenés.

Des organismes financiers d’un genre nouveau remettent l’économie au service du bien- être humain et non de l’enrichissement matériel d’une minorité. Des entreprises, des citoyen(ne)s, des élu(e)s donnent la priorité à une économie réelle, sociale, solidaire, ancrée dans les territoires et les communautés humaines ; ouverte aux solidarités internationales et à la diversité des peuples de la terre. Construisent une économie circulaire, intelligente, participant à la régénération des écosystèmes.

Des citoyen(e)s, ingénieurs, acteurs associatifs, collectivités, scénarisent une transition énergétique pour progressivement abandonner les énergies fossiles et fissiles et développer un bouquet d’énergies renouvelables. Proposent des trajectoires afin d’engager un véritable effort de sobriété et d’efficacité énergétique. Des fournisseurs d’énergie proposent une électricité 100% renouvelable, rapprochent les producteurs et les consommateurs au sein de circuits courts, permettant ainsi la réappropriation citoyenne de l'énergie.

Des paysans, des agronomes développent une agriculture capable de nous nourrir sans pétrole et sans intrants chimiques, fondée sur un haut savoir agronomique, la connaissance des processus naturels, une grande diversité de semences et de variétés, librement reproductibles. Des producteurs associés à des citoyens, des élus locaux, réimplantent une agriculture vivrière dans chaque territoire (rural, péri-urbain ou urbain), afin d’assurer sécurité, salubrité et autonomie alimentaire pour tous.

Des démarches pédagogiques nouvelles se montent, proposant à nos enfants une éducation basée sur la coopération, la complémentarité, la connaissance de soi, des autres et de la nature. Une éducation leur prodiguant les savoirs, savoir-être et connaissances dont ils auront besoin pour s’épanouir et relever les défis du XXIème siècle.

Des processus d'approfondissement de la démocratie sont conduits, facilitant la participation directe des citoyens aux décisions qui les concernent, dans la cité et dans l'entreprise, instaurant une véritable coopération entre les élu-e-s et les autres citoyen(ne)s. Inventant les institutions nouvelles qui permettent à chacun-e de peser dans le sens de la transition à laquelle nous aspirons.

Nous, organisations qui œuvrons, chacune dans notre domaine, à cette transition écologique sociale et humaine, croyons qu’il est temps d’amplifier ce mouvement et de lui donner la puissance nécessaire à un profond changement de société.

Afin d’encourager cette dynamique, nous créons aujourd’hui, le Collectif pour une Transition Citoyenne. Montrant ainsi qu’il est indispensable d’unir nos forces, de coopérer et de sortir des logiques de chapelles. Nous entendons ainsi rassembler nos compétences, nos ressources, nos réseaux afin d’optimiser l’impact de nos actions individuelles et collectives. Nous relier pour nous soutenir mutuellement.

Nous invitons aujourd’hui toutes celles et tous ceux qui souhaitent participer à ce grand projet d’une transformation non violente de notre société, à nous rejoindre en s’impliquant dans une ou plusieurs de nos structures.

Plus que jamais nous croyons indispensable « d’être ce changement que nous voulons pour le monde », individuellement et collectivement. De préférer dans nos vies une forme de sobriété heureuse à l’ébriété consumériste. La coopération à la compétition. L’altruisme à l’égoïsme.

N'attendons pas le changement. Prenons notre avenir en main, maintenant. Ces initiatives pionnières, ont fait leurs preuves. Si nous le voulons, elles pourront construire en quelques décennies, une société radicalement nouvelle, partout sur la planète.

A bientôt j'espère !


Partager cet article
Repost0
17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 16:02

Convergences 2014

Carte-de-visite-TPUV-copie-1.jpg

Balade sympathique des Lilas à Paris en passant par Romainville et Pantin: Toutes les banlieues ont un point de départ et nous nous retrouvons tous sur Paris: Ambiance bon enfant, un trajet sécurisé par l'organisation et le nombre important de cyclistes sur les voies. Retrouvez nous sur le parvis de la mairie des Lilas entre 9h00 et 9h45 avec la couleur de l'association, la couleur de notre ville ou celle indiquée sur le flyer!!!!

Nous vous convions tous à la convergence du 1er Juin 2014 à l’occasion de la fête du vélo nationale. Avec l'association Mieux se Déplacer à Bicyclette (MDB) Les Lilas et l'association « Tous Pour Un vélo », une branche "lilasienne" se crée pour la Convergence 2014 organisée à l'échelle régionale par MDB partant des Lilas et traversant Romainville et Noisy-le-Sec pour rejoindre l'itinéraire principal venant de l'est et suivant le canal de l'Ourcq à Bobigny et Pantin.

La décomposition horaire, en prévoyant large, serait la suivante :
Les Lilas : accueil et rendez-vous à 9 h 45 parvis mairie des Lilas ; départ à 10 h 00
Romainville : arrêt hôtel de ville de Romainville (et accueil à confirmer) à 10 h 15
Noisy-le-Sec : arrêt hôtel de ville (et accueil à confirmer) à 10 h 30
Bobigny : raccordement à la branche "Ourcq" à 11 h 00 (à Bobigny, parc de la Bergère, le long du canal de l'Ourcq) puis départ pour Pantin.

Nous souhaitons donc donner rendez-vous à nos adhérents et aux cyclistes le dimanche 1er juin sur le parvis de la mairie des Lilas.
Vélocipédiquement,

Didier Couval-Grima MDB Les Lilas 0661753754
Philippe Richon-Israel Président de TPUV 0688044863

carte Convergence 2014

Grand rassemblement manifestif organisé à l’initiative de Mieux se Déplacer à Bicyclette (MDB) par les associations franciliennes vouées au développement du vélo au quotidien, la Convergence francilienne vise à permettre à tous de vivre, le temps d’une grande parade, l’illusion que les rues de la capitale sont réservées au vélo.

Après le succès de l’édition 2013, nous vous invitons à venir toujours plus nombreux : il reste encore de l’espace à remplir place de la Concorde !

convergence2013-05-2.jpg

Plus de détails sur MDB

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2013 4 31 /10 /octobre /2013 20:46

Il y a les conseils municipaux, où les élus de la majorité peuvent débattre avec ceux de l’opposition, il y a les bureaux municipaux où les élus de la majorité plurielle échangent entre eux des projets à mener, et puis il y a une infinité de petites décisions qui ne demandent pas de débat. Un droit de voirie, une intervention exceptionnelle, un intervenant pour un spectacle, la vie municipale s’écrit aussi à travers ces détails. Ils sont alors très souvent appliqués par à un arrêté municipal.

Aujourd’hui un tract du Parti de Gauche (PG) interpelle l’équipe municipale sur l’armement des agents de la police municipale. Un sujet de société, un sujet qui traite du droit, un sujet qui nous interpelle sur la place de chacun au regard des règles de la communauté des Hommes. De la liberté, aussi.

Les Verts sont opposés à cet équipement, évidemment. Évidemment parce que aujourd’hui défendre des valeurs de liberté et de respect des personnes passe par un état d’égalité et de respect du vivre ensemble. Cela sous-entend éducation, compréhension et répression, partage.

Aujourd’hui certains s’émeuvent de l’armement de la police municipale. Un peu tard. L’arrêté municipal a été passé au printemps dernier. Avant celui-ci, au mois de Février, les élus Verts ont fait part à leurs collègues élus de la gauche municipale de leur opposition à cette mesure, avançant nos arguments sur le terrain du respect des personnes dans le cadre du « contrat civil ». Nous avons sollicité une discussion au sein de cette même majorité. Puis nous avons écrit à M. le Maire pour lui rappeler notre opposition. Pas de réponse, ou absence polie, la mesure est passée par un arrêté. Sans discussion, hélas.

Débat réchauffé, mais débat quand même. Nous y voyons surtout un défaut de gouvernance, déçus d’avoir dû marquer notre différence, déçus, très déçus de voir qu’il n’en a rien été fait. Ni débat, ni partage.

En cette période électorale, nous sommes dans un état de doute, partagés entre l’envie de participer à une équipe que nous apprécions à laquelle nous avons donné toute notre énergie, et le sentiment de rester sans réponse. Une fois de plus diront certains. Pour conserver notre énergie dans l’action municipale, les élus Verts souhaitent avoir une liberté de parole, souhaitent aussi infléchir des désirs ou des tentations toutes tracées.

Cette décision sans concertation nous interroge sur la valeur de l’usage de la « démocratie participative ». Nous souhaitons redynamiser le débat, nous souhaitons partager les sujets qui fâchent autant que ceux qui enchantent, parce que notre lettre de Février est restée voix morte, nous en avons encore la gorge sèche. Le débat n’a pas eu lieu. Mais pour que nos intentions ne restent pas lettre morte, les Verts s’annoncent vigilants et actifs, participatifs et constructifs, anticipatifs et informatifs. Sinon ça ne sert à rien…

Les élus Europe Écologie Les Verts lilasiens

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 15:03

Les antis ont défilé nombreux, très nombreux il faut le reconnaitre. Mais pour qui et pourquoi ? Pour défendre un ordre familial « naturel », voire religieux, sacralisé et largement idéalisé au regard de la réalité.

Aujourd’hui un mariage sur deux finit par un divorce, un million d’enfants vivent dans une cellule recomposée et une famille sur cinq est monoparentale. On est loin du schéma traditionnel de la famille (un papa, une maman, un petit garçon et une petite fille) affiché sur les tee-shirts des manifestants.

La famille a toujours été une valeur refuge, surtout en tant de crise, mais le triste paradoxe dans cette affaire, c’est de voir les cathos s’opposer à l’idée que des homos aient le même droit qu’eux, celui de fonder une famille. Ils se défendent d’être homophobes mais se mobilisent, non pour des droits qu’on leur retirerait, mais pour refuser qu’on les accorde à d’autres. Le refus et le rejet de l’autre, c’est de cela dont il s’agit. Finalement pour les antis-mariage pour tous (sans doute auraient-ils été contre la loi sur l’avortement à l’époque), tant pour les tradis que pour les plus modérés, il existerait des citoyens de seconde zone dont doivent faire partie les homos.

Que dire alors de la PMA (Procréation Médicalement Assistée) pratiquée dans 9 pays d’Europe dont  la Belgique et l’Espagne (tiens, encore elle !) ? 2000 bébés « Thalys » depuis 2007 en Belgique ! Le mariage pour tous, hétéros ou homosexuels, est déjà pratiqué dans différents pays d’Europe dont l’Espagne depuis 2005 et le Portugal en 2010. Deux pays avec une très grande ferveur catholique pratiquante. Alors pourquoi tant de haine au pays des droits de l’homme, chez nous en France !

La société évolue, il faut faire évoluer les droits avec. Comme le mariage, la PMA ne retire aucun droit aux femmes et  hommes  de notre temps,  bien au contraire elle  permet de choisir librement sans s’expatrier pour fonder une famille.

Pour finir, moi qui suis hétéro et qui vit depuis de nombreuses années avec la même femme, je ne me suis pas marié, ni pacsé. A la seule différence que moi, j’ai le choix… Et c’est ce choix que l’on devrait laisser à tous. Alors pour l’extension des droits pour tous, je vous appelle à manifester pour  une égalité des droits ce dimanche 27 janvier 2013.  

La Manif' pour l'Egalité partira à 14h de la place Denfert-rochereau vers la place de la Bastille.

Christophe PAQUIS

Écologiste, Adjoint au maire des Lilas

  (in  écolo ! n° 13 )

 

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 11:56

Veuillez trouver ci-dessous l'appel à la mobilisation citoyenne lancé par une soixantaine d'organisations (associations, syndicats, partis politiques), dont la LDH, pour le droit de vote des étrangers aux élections locales, dès 2014.

Signez et faites signez la pétition sur www.droitdevote2014.org 

ou par courrier en renvoyant le document ci-joint complété et signé à l’adresse suivante : LDH, 138 rue Marcadet, 75018 Paris

 

 Droit de vote pour tous les résidents étrangers dès 2014

Pour une République ouverte et fraternelle


Le suffrage universel a été une longue conquête dans l’histoire de la République.  

Si, en 1793, lors de la Révolution, la première République en adopta le principe, il fut réellement mis en œuvre par la IIe République , après la Révolution de 1848. Mais le suffrage resta limité aux hommes jusqu’en 1944, lorsque fut enfin instauré, à la Libération, le droit de vote pour les femmes. Trente ans plus tard, en 1974, l’âge du droit de vote fut abaissé de 21 à 18 ans.


En 1998, les étranger(e)s citoyen(ne)s des pays de l’Union européenne résidant en France ont été admis(es) au vote et à l’éligibilité pour les élections municipales et au Parlement européen.

En mai 2000, l’Assemblée nationale vote une proposition de loi accordant le droit de vote et d’éligibilité aux élections municipales pour les étranger(e)s extracommunautaires, qui résident légalement sur le territoire depuis cinq ans au moins. Le Sénat, à son tour, le 8 décembre 2011, adopte cette même proposition. Il reste à mettre en œuvre la révision constitutionnelle nécessaire.

De nombreux(ses) responsables politiques de gauche, et aussi du centre et de droite, se sont exprimé(e)s en faveur de ce droit.

En 2012, lors des élections présidentielles et législatives, la nouvelle majorité a inscrit cette réforme dans son programme. Conformément à ses engagements dans sa déclaration de politique générale, le Premier ministre, en juillet puis en septembre, a promis qu’il y aurait un projet de loi en 2013.

Près de deux millions et demi d’étranger(e)s extracommunautaires vivent et travaillent dans des communes où elles/ils participent à la vie locale et paient des impôts. Nombre d’entre elles/eux sont responsables d’associations, délégué(e)s de parents d’élèves, délégué(e)s syndicaux(cales)...

La vie locale est un lieu essentiel de la vie démocratique et il n’existe aucune raison  pour que toutes celles et tous ceux qui résident sur ces territoires n’y participent pas de façon égale. Il est temps de franchir une nouvelle étape pour l’élargissement du suffrage universel, la démocratie, la cohésion sociale et pour l’égalité des droits.

Les promesses électorales faites depuis plus de trente ans, approuvées par les électeurs(trices) à au moins quatre reprises, depuis 1981, doivent maintenant être tenues. 

Nous appelons à la mobilisation citoyenne pour que cette réforme, essentielle pour une République ouverte et fraternelle, soit mise en œuvre dès les élections municipales de 2014. 

Monsieur le Président de la République,
Nous vous demandons d'engager le processus de révision constitutionnelle permettant d'instaurer le droit de vote et d'éligibilité pour nos concitoyen(ne)s résident(e)s étranger(e)s aux élections locales, dès les municipales de 2014.
Cet impératif d'égalité et de démocratie est urgent !

 A l’appel de :
Associations : Aseca – Lettre de la citoyenneté, Assemblée citoyenne des originaires de Turquie (Acort), Association de soutien aux étrangers du Val-de-Marne (Assouevam), Association des Marocains de France (AMF), Association des travailleurs maghrébins de France (ATMF), Association nationale des élus communistes et républicains (Anecr), Association pour une citoyenneté européenne de résidence (Acer), Atams, Attac France, Banlieues actives, Cedetim, Collectif « Avà Basta », Collectif pour l’avenir des foyers (Copaf), Collectif « Votation citoyenne », Conseil français de la citoyenneté de résidence (Cofracir), Fédération des élu(e)s verts et écologistes (Feve), Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR), Fondation Copernic, France terre d’asile (FTDA), Gauche citoyenne 94, Ipam, Les Indivisibles, Ligue de l’enseignement (LE), Ligue des droits de l’Homme (LDH), Mouvement citoyen des Tunisiens en France (MCTF), Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap), Mouvement Utopia, Réseau éducation sans frontières (RESF), Ruptures, Solidarité laïque, Sortir du colonialisme, SOS Racisme, Union des Tunisiens pour l’action citoyenne (Utac), Vérité et justice pour l’Algérie, Visa.

Syndicats :Confédération française démocratique du travail (CFDT), Confédération générale du travail (CGT),  CGT-Radio France, Fédération indépendante et démocratique lycéenne (FIDL), Fédération syndicale unitaire (FSU), Snes-FSU, Snuclias-FSU, Syndicat des enseignants (SE-Unsa), Syndicat de la magistrature (SM), Union nationale des étudiants de France (Unef), Union nationale lycéenne (UNL), Union syndicale Solidaires.

Partis politiques : Europe écologie les Verts (EELV), Front de gauche (Convergences et alternative (CetA), Fédération pour une alternative sociale et écologique (Fase), Gauche anticapitaliste (GA), Gauche unitaire (GU), Les Alternatifs, Parti communiste des ouvriers de France (PCOF), Parti communiste français (PCF), Parti de gauche (PG), République et socialisme (RetS)), Jeunes de l’Union démocratique bretonne (UDB Yaouank/UDB Jeunes), Jeunes écologistes, Jeunes radicaux de gauche (JRG), Mouvement des jeunes communistes de France (MJCF), Mouvement des jeunes socialistes (MJS), Nouveau parti anticapitaliste (NPA), Parti radical de gauche (PRG)

 

La mobilisation continue !

 

Partager cet article
Repost0

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

Pour une restauration scolaire de qualité, durable, équitable, accessible aux Lilas

Les zadistes de Gonesse ont-ils raison de s’opposer à une gare en plein champ ?

Une nouvelle ZAD près de chez vous

Pour le projet CARMA contre la reprise des travaux de la gare "Triangle de Gonesse"

Les Lilas écologie - en campagne pour gagner

Les Lilas Ecologie en campagne

Le gouvernement abandonne Europacity, pas l’artificialisation des terres agricoles

Il faut stopper EuropaCity - marche citoyenne de Gonesse à Matignon 4 et 5 octobre

Aux Lilas, les citoyens s’unissent pour produire de l’électricité verte

Les promoteurs, les arbres et la cité - lettre ouverte à BNP Paribas

Toxic Tour de Pantin à Romainville dimanche 16 juin 2019

Une Biorégion Ile-de-France résiliente en 2050

Merci aux 1779 Lilasiennes et Lilasiens qui ont voté " Pour le climat, tout doit changer ! "

Pollution de l’air dans les écoles et crèches franciliennes

Volonté politique de créer une régie publique de l’eau à Est Ensemble, mythe ou réalité ?

À la base … un revenu ?

Balade naturaliste Parcs de la Corniche des Forts et abords de la forêt de Romainville le 9 mars 2019 à 11h

La forêt de Romainville, un enjeu écologique et politique

La Forêt passe à l'attaque !

Plâtre et béton sur la Corniche

Agir ensemble pour les Coquelicots le 7 décembre

Marche pour le climat, Défendons la forêt de la Corniche des Forts

Destruction des océans, sur-pêche, pêche électrique... avec Bloom mardi 20 novembre

À Romainville, les habitants défendent une forêt sauvage contre une base de loisirs régionale

Marches pour le climat et la biodiversité 13 et 14 octobre

Les amis des coquelicots étaient bienvenus...

Amis des coquelicots, agissons ensemble vendredi 5 octobre à 18H30

La forêt urbaine de la Corniche des Forts - une chance unique à nos portes

Mobilisation citoyenne à la marche pour le climat samedi 8 septembre à Paris

Un coup de pouce Vert pour les Électrons solaires ! 

Le collectif Eau publique des Lilas invite au dialogue le 21 mars

Entre le nucléaire et la bougie, il y a l’intelligence - du 10 au 18 mars aux Lilas

En Ile de France, les énergies renouvelables citoyennes ont le vent en poupe...

Le Syctom a organisé une concertation réservée aux sachants – et après ?

Une enquête publique sur le PLU des Lilas… qui change la donne !

Une victoire pour l'eau publique en Île-de-France

L’eau publique, c’est maintenant !

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas