Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

3 octobre 2015 6 03 /10 /octobre /2015 11:49

par Joël Cossardeaux, pour Les Echos, http://www.lesechos.fr/journal20151002/lec1_enquete/021338331651-les-impacts-ravageurs-dun-rechauffement-de-plus-4-degres-1161405.php La COP21 veut limiter le réchauffement à plus 2 degrés d'ici à 2100. Et si c'était le double ? Malnutrition, disparition des forêts… les conséquences seraient dramatiques pour les pays du Sud.

Cela a commencé en 1990 par 3 degrés Celsius de plus qu'avant l'ère industrielle, puis 3,6 degrés en 2001, avant de passer à 4 degrés en 2007 et 4,8 à la fin de l'an dernier. Les projections les plus pessimistes que le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a dressé au fil de ses rapports, n'ont cessé d'être revues à la hausse. C'est dire à quel point le réchauffement se fait plus palpable. Voilà pourquoi le sommet de la COP 21, à Paris, vise à obtenir des engagements des Etats suffisants pour limiter le réchauffement à plus 2 degrés d'ici à la fin du siècle. Pour l'heure, on est loin du compte puisque selon un rapport d'experts paru jeudi, les actions envisagées conduira ient à une hausse de 2,7 degrés.

Que se passerait-il concrètement si le scénario du pire (+4 degrés) se vérifiait ? La réponse est simple : la planète changerait complètement de visage en 2100. Les Pyrénées perdraient leurs glaciers et la plupart des gestionnaires de station de sports d'hiver fermeraient boutique, tandis qu'il ferait bon cultiver la vigne en Scandinavie. Ces conséquences pourraient presque passer pour bénignes au regard de « la probabilité d'impacts graves, étendus et irréversibles » qui s'accroît selon le GIEC. Surtout quand on sait que ce sont les pays du Sud, dont les moyens manquent pour s'adapter, qui vont subir les plus grands bouleversements provoqués par la montée du mercure.

L'agriculture, et en particulier la leur, va souffrir. Les terres arables pourraient sensiblement diminuer en Afrique, en Amérique latine, en Inde et dans le sud de l'Asie où la Banque mondiale chiffre à 10,7 % la part des surfaces cultivables qui pourraient y disparaître. Ce n'est vraiment pas le moment. Les Etats de ces régions vont compter de plus en plus de bouches à nourrir et le pic de croissance de la population mondiale, qu'elles tirent, ne sera en vue qu'en 2100 avec 11 milliards d'individus. D'ici là, les sécheresses et les submersions vont encore s'accélérer, mettant à mal le rendement de nombreuses cultures. La production de blé pourrait chuter de 14 à 25 % d'ici à 2050, celle de maïs et de soja respectivement d'au moins 19 et 15 %.

La planète aura également plus soif. Entre 43 et 50 % de la population mondiale, contre 28 % actuellement, habitera un pays en manque d'eau. L'Afrique, le Moyen-Orient, le pourtour méditerranéen seront les plus touchés par ce qui constitue une menace sur leur sécurité alimentaire. Les pays les plus au nord seront plus arrosés et n'auront pas à faire face à ce problème. Moins peuplés et dotés des bonnes technologies pour gérer la ressource, le réchauffement aura chez eux un impact plutôt positif. Cette carence en eau va aussi peser sur la sécurité énergétique des pays. Les barrages seront plus difficiles à remplir et les centrales plus compliquées à refroidir. Le débit du Danube, du Mississippi et de l'Amazone baisserait de 20 à 40 % avec « seulement » deux degrés de plus à la fin du siècle

Des déserts marins

Mais c'est aussi un appauvrissement considérable de la biodiversité qui est annoncé. Une élévation de la température de 2 à 3 degrés mettrait en jeu la survie de 20 à 30 % des espèces animales et végétales. La forêt en Amazonie, où le nombre d'incendies pourrait doubler d'ici à 2050, sera frappée de sécheresse. Elle pourrait même disparaître en Indochine, elle et ses espèces endémiques. Cette amputation du patrimoine naturel n'épargnera par les océans, dont le niveau s'élèvera de plus d'un mètre en 2100. Dans un scénario à +4 degrés, l'acidité de leurs eaux bondirait de 150 %, celles-ci ne pouvant plus absorber les rejets de CO2. Une catastrophe pour la faune marine et ses zones de reproduction, au premier rang desquelles les récifs coraliens. Et, au minimum, une perte de rendement importante pour les activités de pêche, notamment de coquillages et de crustacés. D'autres espèces, à l'inverse, vont se propager comme les insectes ravageurs.

En France, la chenille processionnaire du pin, un parasite d'origine méditerranéenne déclencheur d'allergies, est aux portes de Paris. Un problème sanitaire qui s'ajoute à bien d'autres, comme la recrudescence les maladies liées à la malnutrition dans les pays du Sud ou la hausse de la mortalité due aux canicules en Europe. De plus en plus soutenues, ces vagues de chaleur pourraient entraîner le décès de 60.000 à 160.000 personnes par an à partir des années 2080.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Vert Lilas - dans International
commenter cet article

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

L’eau publique, c’est maintenant !

Le projet EuropaCity jugé peu compatible avec l'environnement

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet