Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

3 septembre 2019 2 03 /09 /septembre /2019 10:11

Albert Levy, architecte, urbaniste et chercheur, pointe les incohérences des pouvoirs publics qui défendent le projet d’un mégacomplexe de loisirs et de commerce au nord de Paris, tout en parlant de transition écologique et de lutte contre le réchauffement. Tribune publiée le 2 septembre 2019 par Le Monde. Lire aussi Les opposants à EuropaCity occupent le triangle de Gonesse et continuent à bloquer les travaux de la future gare.

« L’Etat veut passer en force et a démarré cet été les travaux de la gare en plein champ, à 1,7 km de toute habitation, face à des militants sur place résolus à les freiner » (Vue d'artiste du projet Europacity, méga-complexe de loisirs et de commerce porté par le français Auchan et le chinois Wanda). EUROPACITY

« L’Etat veut passer en force et a démarré cet été les travaux de la gare en plein champ, à 1,7 km de toute habitation, face à des militants sur place résolus à les freiner » (Vue d'artiste du projet Europacity, méga-complexe de loisirs et de commerce porté par le français Auchan et le chinois Wanda). EUROPACITY

La canicule du début de cet été avait une triple origine : la météo, le réchauffement climatique et l’îlot de chaleur urbain causé par la forte bétonisation et bitumisation de la région parisienne, caractérisée par un faible ratio d’espace vert par habitant, fruit d’un urbanisme inconséquent. Le thermomètre est monté jusqu’à 43 °C à Paris le 25 juillet. Il est urgent de stopper l’hyperdensification et de repenser les grands projets parisiens et franciliens poursuivis malgré les positions et plans sur le climat, la pollution, les mesures prises pour la transition énergétique.

Le projet Europacity, au nord de Paris, dans le Triangle de Gonesse (Val-d’Oise), est emblématique de cette contradiction : est prévu sur 80 hectares un projet d’un autre temps, avec un centre commercial de 230 000 m2 (500 boutiques), un parc de loisirs de 150 000 m2 (piste de ski artificiel, centre aquatique climatisé, salles de spectacle), des hôtels (2 700 lits), une zone de bureaux, etc., le tout desservi par une gare du Grand Paris Express (GPE) construite sur fonds publics. Un centre commercial de plus ruinerait ce qui reste de petits commerces des villes environnantes.

Promoteur mégalo

Ce projet pharaonique, anachronique, résulte de la coalition d’un promoteur mégalo, le groupe Auchan et son partenaire chinois Wanda, d’un architecte star danois à l’ego démesuré, Bjarke Ingels, de l’Etat, de la région et du maire PS de Gonesse médusés par un investissement de… 3,1 milliards d’euros. Comment peut-on promouvoir un pareil urbanisme dans le contexte de crise climatique et écologique actuel ?

Pourtant, la commission départementale de préservation des espaces naturels (Copenaf) est contre, l’ex-ministre Nicolas Hulot y était opposé, le plan local d’urbanisme (PLU) de Gonesse a été rejeté, la ZAC Triangle de Gonesse annulée. Mais malgré cela, l’Etat veut passer en force et a démarré cet été les travaux de la gare en plein champ, à 1,7 km de toute habitation, face à des militants sur place résolus à les freiner.

Nous voulons rappeler les incohérences des responsables politiques qui déclarent ce projet d’« utilité publique » et qui ont fait appel contre l’annulation de la ZAC, revalidée le 11 juillet, tout en parlant de transition écologique et de lutte contre le réchauffement climatique.

On constate, en Ile-de-France, un appauvrissement, voire un déclin de la biodiversité ces treize dernières années (Natureparif, 2016). Les plantes ont diminué de 20 % et les papillons de 18 % entre 2009 et 2015, la richesse des espèces a chuté de 45 % dans les grandes cultures dépourvues de bordures végétales (biotopes) contre 15 % dans celles qui en sont pourvues.

Disparition des oiseaux

Les effectifs d’oiseaux ont baissé de 30 % en onze ans en Ile-de-France, contre 17 % au niveau national, et cela s’accélère avec l’usage croissant d’insecticides neurotoxiques (néonicotinoïdes) persistants, responsables du déclin des abeilles et des insectes. Les pratiques agricoles intensives et l’étalement urbain dû à l’urbanisation galopante sont à l’origine de cette extinction des espèces dans la région.

Cela a précipité la disparition des oiseaux avec la suppression des haies, des bandes enherbées, des arbres, des fossés, des talus, des niches écologiques favorables à la diversité des espèces. Les causes se trouvent dans l’intensification des pratiques (drainage, fertilisation azotée, sélection variétale, extension des surfaces irriguées) et, surtout, dans l’usage de pesticides qui ont fortement dégradé la qualité des habitats et réduit de plus de 10 %, en moyenne, la population des oiseaux (la moitié des bruants et des pinsons, par exemple, a disparu). Ce déclin des oiseaux, des plantes, des insectes est néfaste à l’agriculture qui dépend aussi de cette biodiversité (pollinisateurs).

L’étalement urbain et l’artificialisation des sols en Ile-de-France, par la construction de routes, d’infrastructures, et le mitage pavillonnaire périurbain, responsables chaque année de la disparition de 200 hectares de terre agricole (en cinquante ans, plus de 100 000 hectares ont été engloutis), réduisent les territoires de la faune et fragmentent leurs biotopes. Par sa taille, le projet Europacity va renforcer ce processus qu’il faut inverser par deux actions.

D’une part, en faisant évoluer les pratiques agricoles vers des solutions alternatives conformément aux objectifs du plan Ecophyto du Grenelle de l’environnement qui veut limiter l’usage des pesticides de 50 % pour 2025, en développant l’agroécologie, la diversification des cultures, l’agriculture bio, l’agroforesterie, la permaculture ; utiliser la biodiversité en restaurant les habitats semi-naturels favorables à l’installation des « auxiliaires » de culture, alternative aux pesticides, pour rendre les agroécosystèmes plus résilients, rétablir des habitats refuges, des continuités/corridors écologiques à grande échelle pour faciliter leurs déplacements, selon les objectifs même du schéma régional de cohérence écologique (SRCE).

Préserver les terres arables

D’autre part, il faut limiter la bétonisation, la densification et l’artificialisation des sols en Ile-de-France pour lutter contre le dérèglement climatique et préserver les terres arables, surtout quand elles sont excellentes, comme ici, à Gonesse, et en conséquence stopper Europacity.

Ces objectifs de protection des terres arables, de la biodiversité, de transformation de l’agriculture en Ile-de-France, sont au centre même du projet alternatif Carma (Coopération pour une ambition agricole, rurale et métropolitaine d’avenir) et du Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG).

Le changement climatique causé par les activités humaines émettrices de gaz à effet de serre (GES), avec pour conséquences canicules, sécheresses, inondations, diffusion d’agents pathogènes nouveaux, est aujourd’hui largement prouvé. Les effets sanitaires du stress thermique sont aussi bien connus (près de 20 000 morts en France en 2003). Les villes, par leur forme, leur densité, leur fonctionnement, leur activité, leur métabolisme, sont les principales sources d’émission de GES (80 %), 20 % des émissions restantes venant, en France, de l’agriculture (fertilisation des sols et élevage).

Le changement climatique n’est qu’une facette du changement global caractérisé par l’érosion de la biodiversité qu’une hausse de plus de 1,5 °C finirait de dévaster. On sait que les écosystèmes en bon état de conservation contribuent à la lutte climatique (captage et stockage du COatmosphérique par les sols et la biomasse). Une double politique s’avère nécessaire d’atténuation par transition énergétique vers l’objectif zéro carbone et d’adaptation aux conséquences du dérèglement climatique par un alterurbanisme fondé sur/avec la nature (végétalisation).

Plusieurs pistes possibles

L’agriculture de la région Ile-de-France, responsable de 7 % des émissions de GES, se distingue par une forte mécanisation sur de grandes exploitations peu favorables à la biodiversité, et l’élevage y est faible (7 % des exploitations), l’atténuation des émissions de GES dans l’agriculture passe surtout par la diminution des intrants chimiques fertilisants et la production d’énergie renouvelable (méthanisation, éolien…)

Au total, plusieurs pistes sont possibles : encourager la diversification des cultures (légumineuses), protéger et développer les habitats favorables à la biodiversité (fossés, haies, arbres, bosquets, mares, lisières…), renforcer le stockage du carbone dans les sols et la biomasse par des prairies, introduire des arbres dans les cultures pour favoriser la fertilité biologique des sols et réguler leur humidité.

La région a signé le 20 mars, la charte du RES (Réseau environnement santé), « Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens », devenant ainsi la première région française à s’engager contre l’usage des substances chimiques toxiques, en respectant ses cinq points, dont les deux premiers qui exigent de « restreindre et éliminer à terme l’usage des produits phytosanitaires et biocides qui contiennent des perturbateurs endocriniens et accompagner les habitants dans cette démarche », et de « réduire l’exposition aux perturbateurs endocriniens en développant la consommation d’aliments biologiques ».

Plus de deux cents villes et territoires ont signé cette charte, dont Paris. Les effets sanitaires des perturbateurs endocriniens (PE) sont connus : baisse de la fécondité masculine et des naissances masculines, anomalies dans les organes reproducteurs mâles, problèmes de fertilité des femmes, puberté précoce, cancers du sein et de la prostate, maladies immunitaires et auto-immunes, maladies neurodégénératives, obésité, diabète… Ils sont responsables d’une crise sanitaire d’ampleur épidémique selon l’OMS.

92 % des cours d’eau contaminés

La région veut s’engager dans la production d’une alimentation saine, sans PE, et le Plan régional santé environnement 3e génération (PRSE3) a fait de la santé environnementale un enjeu majeur de santé publique, de la lutte contre les PE une grande cause régionale, avec la suppression totale des pesticides utilisés par l’agriculture intensive et néfastes pour la biodiversité, la santé des agriculteurs et plus largement des consommateurs.

De plus, une étude menée en 2015 par le commissariat général au développement durable (CGDD) a révélé que 92 % des cours d’eau et nappes phréatiques sont contaminés par ces pesticides. Avec son pacte agricole, la région voudrait bannir ces intrants chimiques à l’horizon 2030 en déployant une agroécologie à grande échelle dénuée de tout produit phytosanitaire, une agriculture bio, sans PE. La stratégie régionale pour la biodiversité voudrait également diminuer les effets des PE sur les écosystèmes.

Là encore, le projet Carma, qui se pose à la fois comme une alternative dans la région à l’artificialisation des sols et à l’agriculture intensive, pour la production d’une alimentation saine, s’intègre totalement dans ces objectifs qui lient santé des écosystèmes et santé humaine.

Ces arguments, en faveur du projet agricole Carma, démontrent les incohérences des pouvoirs publics et de la planification régionale qui soutiennent le projet Europacity, à l’heure de la crise écologique et du débat sur le climat.

Partager cet article

Repost0
11 juillet 2019 4 11 /07 /juillet /2019 10:52

A Romainville, le terrain de basket de la cité Gagarine est un lieu de vie. Il va être remplacé par un immeuble construit par BNP Paribas Immobilier. Les 5 chênes autour vont être abattus. Il ne s’agit pas d’empêcher les villes d’évoluer mais d'imaginer un urbanisme plus respectueux des habitants et de l'environnement. Par Julie Lefebvre le 9 juillet 2019 sur son blog Mediapart. Lire aussi  À Romainville, les habitants défendent une forêt sauvage contre une base de loisirs régionale.

Tour Gagarine - Romainville © Julie Lefebvre

Tour Gagarine - Romainville © Julie Lefebvre

Monsieur le Président Directeur Général,

Je vous écris sûrement en vain, certainement trop tard, tant les projets immobiliers ne sont rendus publics qu’une fois finalisés. A Romainville, le terrain de basket de la cité Gagarine est essentiel. Entouré de cinq chênes, il est le seul endroit de rencontre pour les jeunes de ce quartier mais aussi pour les enfants, qui y jouaient sous le regard de leurs parents. C’était un lieu à la croisée des écoles et des quartiers, où les mamans venaient discuter à l’ombre des arbres, un lieu de vie modeste.

C’est aussi l’une des entrées de notre ville, qui offre une perspective sur la Tour Gagarine, symbole des rêves de la conquête spatiale, mais aussi des tensions de la guerre froide. Depuis plusieurs mois, le terrain de basket est clôturé. De plus en plus de jeunes le désertent pour le pied des tours.

A Romainville, des bandes d’adolescents s’affrontent parfois, d’une cité à l’autre. Il y a déjà eu des morts, le plus jeune avait 13 ans. Nous sommes à quelques minutes de Paris et la société ne leur offre rien. Avec le déménagement de ce terrain de basket, elle leur confisque le peu qui leur reste. Qu’à cela ne tienne, ils iront ailleurs, les tensions continueront de s’exacerber. Et la perspective disparaîtra.

Vous avez acheté le terrain sûrement en ignorant cela, avec l’aval des équipes en place. Notre espace public va donc être « déclassé », tout comme l’a été notre place du marché, centrale, pour un autre projet immobilier. Un drôle de concept, pour des lieux censés appartenir à chacun d’entre nous.

A la place du terrain de Basket, votre branche « BNP Paribas Immobilier » va construire un immeuble-bloc en bordure de rue, pour quelques dizaines de logements de plus, dans une cité réhabilitée mais qui va voir sa population, et les prix de ces logements augmenter. Les chênes auxquels nous sommes attachés, irremplaçables, vont être abattus, c’est imminent, alors que le thermomètre s’affole.

Vous annoncez sur le site de votre fondation, soutenir les 18 – 29 ans et les collégiens du 93, vous êtes sensible à la place des femmes et à l’action environnementale, vous affichez des objectifs RSE ambitieux, mais ce projet immobilier détruit ce lieu de vie, des arbres et notre entrée de ville. Dans le 93, aux injustices sociales s’ajoutent les injustices environnementales.

De nombreuses voix d’habitants s’élèvent depuis que votre projet est affiché. Beaucoup sont résignés. Par cette lettre, je souhaite vous sensibiliser à cette situation. Il ne s’agit pas d’empêcher les villes d’évoluer mais de préserver et de renforcer les lieux et les liens, qui nous permettent de vivre ensemble.

Vous êtes la banque d’un monde qui change, mais qui laisse aussi de plus en plus de personnes sur le côté. Que pouvons-nous envisager pour les habitants, pour épargner nos chênes et notre entrée de ville ?

Pensant que vous serez sensible à cette situation compte-tenu de vos engagements, je vous remercie de l’attention que vous porterez à ce courrier.

Partager cet article

Repost0
4 juin 2018 1 04 /06 /juin /2018 13:39

Un communiqué du Collectif des Associations Unies pour une nouvelle politique publique du logement des personnes sans abri et mal logées sur le Projet de loi ELAN.

12 millions de personnes sont fragilisées par la crise du logement, 4 millions de personnes sont mal logées. Le gouvernement a lancé un « plan logement d’abord » national et propose aujourd’hui un projet de loi dit « Elan » affichant la volonté de garantir « davantage d’équilibre territorial et  de justice sociale en faveur des plus fragiles ».

Nous sommes 35 associations nationales de lutte contre le sans-abrisme et le mal logement, dont les actions permettent d’accompagner 3,8 millions de personnes en difficulté avec l’aide de 150 000 salariés et 200 000 bénévoles. Nous nous mobilisons chaque jour pour tenter d’améliorer le sort des plus démunis dans notre pays. Fortes de notre expérience quotidienne de la réalité des conditions de logement et d’hébergement des plus pauvres, nos associations souhaitent réaffirmer les messages qu’elles défendent depuis la création du Collectif des associations unies en 2008. L’objectif de justice sociale invoqué par le projet de loi Elan appelle en effet des orientations qui font actuellement défaut, pour apporter des solutions réellement efficaces aux plus fragiles tout en respectant la logique du logement d’abord.

1/ Développer massivement l’offre de logements dignes réellement accessibles aux ménages les plus modestes

Le choc de l’offre annoncé par le président de la République était indispensable à la réalisation du plan logement d’abord, à condition de favoriser l’accès au logement des plus démunis. Pourtant, les associations constatent que les moyens ne sont pas mis en œuvre pour le provoquer.

Pour les associations, le projet de loi Elan devrait être une occasion de créer les leviers nécessaires pour accroitre fortement la production d’une offre locative très sociale accessible aux ménages les plus pauvres, mobilisant les parcs public et privé, en particulier sur les territoires les plus tendus. Pour réaliser cet objectif indispensable à une politique effective du logement d’abord, le Cau demande dans ce sens depuis plusieurs années une loi de programmation pluriannuelle, fixant aux pouvoirs publics des objectifs ambitieux de production de logements sociaux à bas niveau de quittance et de production de logements privés à vocation sociale. 

Or le projet de loi Elan transforme le modèle économique du secteur HLM, notamment par la vente accrue des logements sociaux et la restructuration des bailleurs en grands groupes, par une gamme étendue de nouveaux produits immobiliers, et par l’accélération de la production de logements intermédiaires.

Combiné à la baisse des piliers de la politique sociale du logement en France que sont les APL et les aides à la pierre, ce projet de loi constitue une nouvelle étape de désengagement de l’Etat sur le logement social. L’Etat doit rester en première ligne pour garantir la solidarité nationale, la solidarité entre tous sur le territoire, nécessaire au logement des personnes les plus en difficulté d’entre nous. Nos associations ne comprennent donc pas le choix de l’Etat de se désengager de ce secteur. Dans cette perspective, il est par ailleurs impossible d’accepter que les 40 000 logements HLM qui doivent être vendus chaque année pour compenser le retrait de l’Etat, soient comptabilisés pour dix ans dans la production attendue des territoires dans le cadre de la loi SRU. Cette loi a permis à notre pays de renforcer la production de logements sociaux disponibles pour davantage d’équilibre entre les territoires.

Concernant le secteur privé, le rôle de l’encadrement des loyers pour éviter la flambée des loyers en zone tendue est démontré, ce système a fait ses preuves. Dès lors, rien ne peut justifier qu’il fasse l’objet d’une nouvelle expérimentation. Nous demandons donc le retrait du dispositif expérimental d’encadrement des loyers proposé dans le projet de loi, et la mise en œuvre de la loi Alur.

De la même façon, le bail mobilité, loin de répondre aux besoins des locataires les plus fragiles, risque au contraire de les précariser là où le droit actuel leur permet déjà de changer de logement librement, avec un à trois mois de préavis. Nos associations demandent son retrait du projet de loi. Ce nouveau bail risque d’être utilisé pour louer à court terme à des ménages fragiles, renforçant les risques d’instabilité pour les ménages les plus précaires et les risques d’expulsions. La France compte déjà plus de 15 000 expulsions avec le concours de la force publique par an, des ruptures qui contribuent à alimenter le sans-abrisme et que le ministre de la Cohésion des Territoires s’est engagé à réduire par l’introduction d’un plan de prévention des expulsions. Le projet de loi Elan doit participer de cette démarche en répondant réellement aux besoins des locataires en difficulté.

De plus, l’offre de logement doit être accessible à tous financièrement, mais aussi accessible aux personnes en situation de handicap. Les associations rappellent qu’un recul de l’obligation d’accessibilité des logements neufs constituerait une régression inconcevable du point de vue des droits des personnes en situation de handicap dans notre pays, qui a pourtant ratifié en 2010 la Convention internationale relative aux droits des personnes handicapées.

2/ Garantir l’accès et le maintien dans le logement pour mettre en œuvre le logement d’abord

Pour ne plus alimenter le sans-abrisme et l’exclusion par le logement, le projet de loi doit également assurer l’accès au logement des plus fragiles et le maintien dans le logement des personnes en cas d’accident de parcours. La mise en œuvre de la garantie universelle des loyers, prévue par la loi Alur, permettrait de sécuriser les bailleurs souhaitant louer à des ménages en difficulté. Elle faciliterait l’accès des plus précaires au logement. De plus, contre l’exclusion par le logement et les logements au rabais pour les plus pauvres, la lutte contre l’habitat indigne doit être renforcée, de manière à assurer aux habitants des procédures menant rapidement à des conditions de logement dignes (auto-réhabilitation accompagnée des propriétaires en difficulté, repérage et accompagnement des copropriétés en difficulté, procédures dissuasives et plus rapides de lutte contre les marchands de sommeil). La montée des expulsions, facteur de sans-abrisme, impose de renforcer la prévention par un travail interdisciplinaire coordonné, alliant à la fois professionnels du social, du médical et du juridique, l’accompagnement et le traitement efficaces des impayés de loyer ne pouvant se faire sans prendre en compte les situations de détresse mentale et psychologique.

3/ Garantir un accueil inconditionnel et digne quelle que soit la situation des personnes

Le Collectif des Associations Unies réaffirme également la nécessité de respecter le principe d’un accueil inconditionnel et digne de toutes les personnes en situation de détresse, sans distinction de statut administratif ou de ressources. Ce principe essentiel est d’ores et déjà mis en cause par la circulaire du 12 décembre 2017 et la baisse du budget de l’hébergement récemment annoncée, de 20 millions d’euros en 2018 et de 57 millions sur les quatre années à venir pour les CHRS. Ce coup de rabot va également concerner l’ensemble des centres d’hébergement franciliens subissant une baisse de 9 % des moyens dès 2018 (- 38 millions d’euros). Au vu de ces arbitrages budgétaires, le Collectif demande que soit adoptée une loi de programmation de la politique de l’hébergement et du « logement d’abord », fondée sur les besoins observés à l’échelle de chaque territoire.

Enfin, le Cau rappelle que le logement d’abord impose de favoriser les formes d’hébergement les plus proches possible du logement, dans le respect du droit à la vie privée et de l’unité de la famille. Le projet de loi Elan prévoit la transformation de bureaux en logements et en hébergements d’urgence sans garantir que les normes d’habitabilité de ces derniers seront les plus proches possibles de celles du logement. L’augmentation des places d’hébergement ne doit pas se faire sur le seul secteur de la mise à l’abri, au détriment du programme d’humanisation de l’hébergement et de l’accompagnement social global visant l’accès au logement des personnes. Les politiques publiques d’hébergement doivent porter un plus haut niveau d’exigence et s’ouvrir à tous les acteurs locaux de la lutte contre la pauvreté. 

Notre collectif espère donc que les propositions présentées ci-après, représentatives de notre positionnement commun, seront entendues, afin que l’objectif de justice sociale affiché par l’exposé des motifs de ce projet de loi se traduise réellement dans les articles de la loi Elan et dans les faits.

Signataires : Advocacy France ; Association des cités du secours catholique ; Association nationale des compagnons bâtisseurs ; Association Dalo ; ATD Quart monde ; Aurore ; Centre d’action sociale protestant (Casp) ; Collectif national droits de l’Homme Romeurope ; Collectif Les Morts de la rue ; Comité des sans logis ; Croix-Rouge française ; Emmaüs solidarité ; Emmaüs France ; Enfants de Don Quichotte ; Fédération d’aide à la santé mentale Croix Marine ; Fédération des associations et des acteurs pour la promotion et l’insertion par le logement (Fapil) ; Fédération de l’entraide protestante ; Fédération Française des équipes Saint-Vincent ; Fédération des acteurs de la solidarité ; Fédération nationale des associations solidaires d’action avec les Tsiganes et les gens du voyage (Fnasat-Gens du voyage) ; Fondation Abbé Pierre ; Fondation de l’armée du Salut ; France Terre d’asile ; Habitat et humanisme ; Jeudi noir ; Les petits frères des Pauvres ; Ligue des droits de l’Homme ; Médecins du Monde ; Secours catholique ; SoliHa – Solidaires pour l’habitat ; Union nationale des amis et des familles de malades psychiques (Unafam) ; Union professionnelle du logement accompagné (Unafo) ; Union nationale des comités locaux pour le logement autonome des jeunes (UNCLLAJ) ; Union nationale pour l’habitat des jeunes (Unhaj) ; Union nationale interfédérale des œuvres et organismes privés sanitaires et sociaux (Uniopss)

Partager cet article

Repost0
21 mars 2018 3 21 /03 /mars /2018 17:37

La victoire obtenue à Notre-Dame-des-Landes et la première bataille remportée à Gonesse contre le projet Europacity sont de formidables encouragements à poursuivre les luttes contre les grands projets inutiles, en particulier en Île-de-France sur le plateau de Saclay.

Samedi 24 mars, une journée à Saclay

Sur cette zone agricole parmi les plus fertiles d’Europe, 500 ha sont directement menacés par un « cluster » scientifique géant. À terme, c’est toute la vocation agricole du plateau qui disparaîtra si le projet de métro aérien -la ligne 18 du grand Paris- voit le jour.

Parce que rien ne vaut une visite sur place pour se rendre compte des enjeux et pour manifester notre soutien aux collectifs qui se battent, nous vous invitons à une découverte du plateau puis à une table ronde avec des acteurs/trices engagé·e·s localement :

* Rendez-vous à 11h au 8, rue Tronchet à Palaiseau pour un départ en voiture vers Saclay

* 12h buffet partagé à Palaiseau (Indiquez votre participation dans ce formulaire)

* 14h Table ronde - 8, rue Tronchet à PALAISEAU, RER B – à 5 min de la station Palaiseau.
Avec Claudine Parayre (membre de la COSTIF et de Saclay citoyen) ;

Laurent Sainte Fare Garnot (membre de la SCI Terres Fertiles) ;

Jacqueline LORTHIOIS (socioéconomiste spécialiste de la relation emploi-travail sur les territoires) ; un·e représentant·e du monde agricole ; les élu·e·s du territoire…

Les inscriptions pour Une Journée à Saclay le Samedi 24 Mars 2018 se font par formulaire sur notre site EELV IdF !

Partager cet article

Repost0
9 février 2018 5 09 /02 /février /2018 19:25

WWF France a organisé, mardi, une visite de son nouveau siège installé au Pré-Saint-Gervais. Un bâtiment classé Haute qualité environnementale (HQE), qui accueille une centaine de salariés. D’après Ivan Capecchi le 8 février 2018 pour Le Parisien.

WWF France siège © Rabot Dutilleul Construction

WWF France siège © Rabot Dutilleul Construction

En entrant dans les locaux du nouveau siège de WWF France, le visiteur tombe nez à nez avec une biographie de Luc Hoffmann, inscrite à même le mur. C’est lui qui cofonda, en 1973, l’antenne française de cette ONG de protection de la nature. C’est aussi grâce à papa Hoffmann, et à sa dotation initiale de 7,5 M€ à la fondation, que le nouveau QG, situé rue Baudin au Pré-Saint-Gervais, a pu voir le jour.

Lucie Niney, l’une des architectes du site, se charge de mener la visite. Au pas de course, elle débite les nombreuses caractéristiques du bâtiment. « On a fait le choix, précise-t-elle d’emblée, de rénover un bâtiment existant. Le gain énergétique est énorme par rapport à une construction neuve. » C’est là, la spécificité du bâtiment : être 100 % écolo.

Recyclage des eaux de pluie, potager installé sur le toit-terrasse, récupération de la chaleur produit par les systèmes informatiques afin de chauffer le bâtiment… L’immeuble, classé Haute qualité environnementale (HQE), dispose même d’un parking à vélos intérieur. Seul inconvénient : le manque de luminosité, dû à la forme longiligne du bâtiment, pallié notamment par la présence d’un patio végétal en son centre. Un bel écrin, particulièrement protégé. Durant la visite, interdiction de prendre des photos et prière de ne pas parler aux salariés.

« On voulait s’implanter dans un territoire qui fasse sens, explique de son côté Pascal Canfin, le directeur général de WWF France. La Seine-Saint-Denis regorge d’innovations en matière de transition écologique. » L’ONG souhaite également s’insérer dans le tissu local. D’abord par la présence d’un espace de coworking, prochainement ouvert aux acteurs du territoire, mais aussi par le lien tissé avec les commerçants du coin. 80 salariés travaillent au siège, une aubaine pour l’activité locale. « Sur la partie restauration, cela représente 10 % de notre clientèle, ce qui n’est pas rien ! », confirme Christian Cazaubon, restaurateur-épicier au Café vert, un établissement situé à quelques minutes à pieds du siège de WWF.

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2017 5 01 /12 /décembre /2017 09:07

Une contribution à l’enquête publique sur le PLU des Lilas 2017 de notre conseillère municipale préférée, Marie-Geneviève Lentaigne.

Je crois que le projet du PLU mériterait plus de pédagogie sur les enjeux de logement sur notre territoire et plus largement sur la région francilienne. Les alentours du parc Lucie Aubrac cristallisent beaucoup de rejets car il est vrai que notre commune est très dense comme beaucoup de villes situées dans des périmètres métropolitains. Nous sommes en zone urbaine dense mais nous restons en dessous de la densité parisienne, ville pourtant très attractive si l'on observe le prix de l'immobilier.

Je suis personnellement convaincue que l'urbanisation du 21e siècle passe par une densité assumée dans les zones urbaines, afin notamment d'éviter l'étalement urbain. Celui-ci génère trop de nuisances et pollutions, notamment en éliminant les terres agricoles, en repoussant les populations les plus modeste loin du cœur des villes, en multipliant les transports et les temps de parcours, notamment par voie routière. Le réseau de transports en commun est encore insuffisant et l'étalement rend encore plus difficile un maillage serré pertinent pour les usagers.

La demande en logements est très forte et la commune ne peut pas répondre aux aspirations légitimes de ses propres habitants pour y rester. Dans ce contexte, il est nécessaire d'avoir un point de vue global et équilibré. Je regrette un peu que le débat sur le PLU qui tend à se focaliser sur le parc Lucie Aubrac, soit séparé de données sur la politique de l'habitat et le Plan local d'Habitat intercommunal.  Il aurait été intéressant de disposer de données chiffrées précises sur le parc de logements de la ville depuis une vingtaine d'années. Bilan de la ZAC du centre-ville héritée de l'ancienne municipalité : combien de nouveaux logements et part du privé ou des bailleurs sociaux ? Même chose pour les choix plus récents faits par la nouvelle équipe municipale depuis 2001.

A propos du parc on entend beaucoup d'erreurs ou de fantasmes sur le parc qui serait « en danger », menacé, etc. L'aspiration à son extension peut être entendue, mais pas au prix de contre-vérités. Concernant les trois zones constructibles du PLU, il faudrait les rapporter à la quasi-absence d'autres espaces sur la ville. Pourtant la nature n'en est pas absente grâce aux zones pavillonnaires préservées, même si l'accès n'en est pas collectif, mais la contribution à l'atmosphère si ! Les architectes ne manquent pas d'imagination pour construire des résidences dans lesquelles la nature trouve une place (terrasses, toitures ou parois végétalisées, etc.). Le parc Lucie Aubrac est une incontestable réussite mais les enjeux de l'habitat ne peuvent être confisqués au profit des seuls riverains qui craignent un peu d'ombre sur celui-ci. Nous devons apprendre à partager pour réaliser un équilibre entre besoin de logements, de nature, d'espaces de vie en commun. Territoire très convoité, la ville des Lilas a vu le prix du m² bondir autour du parc. Les futurs habitants - dont 30 % dans des logements sociaux – n'auront sûrement pas à se plaindre du nouveau quartier, surtout avec les travaux en cours au futur parc Simone Veil. Celui-ci contribuera sans doute à mieux répartir les lieux de promenade pour enfants et adultes.

Je ne doute pas que le débat et la concertation qui suivront sur les aménagements à venir seront une occasion de mieux appréhender les choix à faire. Faisons confiance à l'imagination créative des habitants et urbanistes pour construire des projets qui préservent la qualité de vie sur notre commune, tout en répondant aux besoins d'une population croissante.

Les Lilas, le 20 octobre 2017.

Partager cet article

Repost0
29 novembre 2017 3 29 /11 /novembre /2017 09:06
Transports pénibles, une ville à repenser
Transports pénibles, une ville à repenser

Dans nos trajets de tous les jours, décidément nous sommes « trop » : conducteurs trop bloqués dans le trafic, piétons et cyclistes frôlés de trop près, passagers de RER et bus trop comprimés, trop perturbés par des incidents ; et tous, trop gavés de pollution. Nos déplacements sont alors des épreuves, longues, incertaines et usantes.

À quoi, ou à qui, la faute ? Un manque de moyens pour les transports en commun, leurs personnels, leurs matériels, la maintenance, les réseaux ? Des défauts d’organisation ? Des situations que l’on a mal anticipées ? Des projets absurdes (plusieurs se préparent, en région parisienne, en ce moment même) ? Ou encore, des villes mal équilibrées, ce qui allonge et multiplie les trajets ?

Dans tout cela, quel est le rôle des calculs financiers, des systèmes de décision, des volontés - ou du manque de volonté - politiques, des débats dans la société, de nos choix de vie ?

À l’inverse, y a-t-il des pistes bien repérées pour améliorer les choses ? Certaines sont-elles déjà explorées ?

Les collectifs « Les Lilas Autrement » et « à Gauche Autrement »
(Pré-Saint-Gervais), deux groupes politiques se réclamant d’une gauche alternative et écologiste dans nos deux villes, invitent à une réunion publique,

                                       le MARDI 5 DÉCEMBRE 2017 à 19H30
Mairie des Lilas / salle des Mariages.

Avec l’intervention de :
Marc Huret, urbaniste, ancien conseiller municipal « à Gauche Autrement » au Pré (et maire-adjoint pendant quelques années), vient notamment de publier l’ouvrage « Une autre ville est possible. L’agenda 2020-2040 de l’urbanisme en France » (éd. L’Harmattan).
Pierre Serne, conseiller régional EELV en Ile-de-France, est membre du conseil d’administration du STIF (Syndicat des transports d’Île-de-France) et du GART (Groupement des autorités responsables des transports).

Partager cet article

Repost0
28 novembre 2017 2 28 /11 /novembre /2017 14:17

L’enquête publique sur la révision du PLU des Lilas est maintenant close depuis un mois et nous attendons toujours la publication du rapport de la commissaire enquêtrice.

Depuis un an et les observations que le groupe local EELV des Lilas a pu faire sur ce projet de PLU, cf Derniers échos de la révision du PLU des Lilas, un collectif d’habitants et de riverains du Parc Lucie Aubrac s’est constitué autour de la défense de l’espace vert, et a lancé en mai 2017 une pétition, Préservons le parc Lucie Aubrac ! atteignant plus de 600 signatures.

Puis le projet de révision du Plan Local d'Urbanisme (PLU) des Lilas a été soumis à enquête publique du 20 septembre au 20 octobre. Dès le début, nous avons déposé notre contribution auprès de la commissaire enquêtrice, reprenant essentiellement les points développés fin 2016 dans notre lettre au maire et notre article Derniers échos de la révision du PLU des Lilas. Beaucoup d’habitants et de membres du collectif de préservation du Parc Lucie Aubrac devenu association, sont également intervenus lors des permanences de l’enquête publique ou sur le site internet dédié, cf. http://www.ville-leslilas.fr/plu2016/enquete-publique, 95% des contributions s’exprimant exclusivement à propos du Parc Lucie Aubrac contre le projet municipal. Bien sûr, on savait que Le projet de révision du PLU pourra être modifié suite à l'enquête publique, pour tenir compte des remarques des habitants et du rapport de la commissaire enquêtrice. Ce rapport pourra être consulté à la Mairie des Lilas ou au siège d'Est Ensemble à l'issue de l'enquête. L'approbation finale du nouveau PLU est prévue en fin d'année…(site du PLU).

La municipalité avait aussi décidé de tenir ses réunions d’information de quartier en octobre sur le thème «  chantiers en cours et projets d’urbanisme à venir aux Lilas ». Celle du Quartier Romain-Rolland à laquelle nous avons assisté, a permis à de nombreux riverains de s‘exprimer contre le projet municipal d’Opération d’Aménagement Programmée (OAP) prévue sur le secteur de Lucie Aubrac dans le cadre de la révision du PLU. Malgré cela, le maire a réaffirmé la nécessité d’inscrire cette OAP dans le nouveau PLU.

Est-ce la lecture des contributions de l’enquête publique, ou ces dernières réunions publiques qui l’ont fait changer d’avis ? Toujours est-il qu’au lendemain de la clôture de l’enquête publique, le 20 octobre, et avant la publication du rapport de la commissaire enquêtrice, le Maire des Lilas a demandé à rencontrer l'association du parc Lucie Aubrac le samedi 21 octobre. Il a annoncé à la délégation son souhait de se donner du temps pour la concertation sur l’aménagement du pourtour du parc. A cette fin, l’OAP du secteur Lucie Aubrac va être retirée de la révision du PLU. Surtout, la proposition a été faite de constituer un comité de pilotage tripartite (Ville, collectif et riverains, associations résidant aux abords du parc) chargé de réfléchir et d’élaborer des projets et d’organiser la concertation avec tous les riverains et tous les Lilasiens. Cette position a été officialisée via un article dans le dernier magazine municipal (extraits plus haut en italique).

Nous nous réjouissons qu’une enquête publique permette de modifier l’idée arrêtée de la municipalité. Remarquons que nos autres remarques liées à la préservation de l’environnement, au SRCAE ou au quartier du Fort de Romainville n’ont pas été prises en compte, de même que nous n’avons jamais reçu une réponse du maire à nos deux lettres, l’une sur le PLU, l’autre contre les aménagements bétonnés déjà effectués du Parc Lucie Aubrac. Mais nous étions seuls sur ces appréciations de l’impact environnemental du PLU, alors que l’élan populaire autour du Parc était perceptible. Souhaitons que nos arguments contre les aménagements bétonnés déjà effectués du Parc Lucie Aubrac soient repris par l’association.

Partager cet article

Repost0
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 18:02

En 2014, le Premier ministre a voulu affaiblir la loi censée encadrer les loyers. La plus haute juridiction administrative, saisie par Julien Bayou, vient de rendre sa décision. Par Hugo Boursier le 16 mars 2017 pour Politis, à lire intégralement sur www.politis.fr.

Loi Alur : le Conseil d'État confirme un « excès de pouvoir » de Manuel Valls

Le Conseil d’État a mis fin, mercredi 15 mars, au régime d’exception décidé par l’ancien Premier ministre, à propos de l’encadrement des loyers. En août 2014, le socialiste avait décidé que la mise en place de cette disposition serait limitée « à titre expérimental à la ville de Paris ». Cette décision du Premier ministre avait empêché des millions de citoyens d'accéder à des loyers réduits dans les zones dites « tendues », où la demande, largement supérieure à l’offre immobilière, fait grimper les prix. L'institution a jugé qu'il n'appartenait pas au membre du gouvernement de s'opposer à l'application de la loi. Le porte-parole d’EELV a donc mis en ligne une pétition pour que l’encadrement des loyers soit mis en place rapidement par le gouvernement.

Partager cet article

Repost0
19 octobre 2016 3 19 /10 /octobre /2016 11:41

  Le dernier « post » sur le site des Lilas consacré au PLU (le Plan Local d’Urbanisme) date du 29 janvier 2016. Après l’annulation pour cause d’attentats et le non-report à une date ultérieure d’un des 3 ateliers prévus, cet article (http://www.ville-leslilas.fr/plu2016/2-0-50/a-la-une/comte-rendu-de-l-atelier-du-plu-du-16-janvier-2016) faisait le Compte-rendu de l'Atelier du PLU du 16 janvier 2016 (qui a réuni plus de 50 personnes au gymnase Liberté) et présentait les principaux enseignements à en tirer – et nous y retrouvions nombre des propositions formulées ce jour-là.

Enfin prêt, le diagnostic, en principe préalable au PADD (le Projet d’Aménagement et de Développement Durable qui lui-même avait été présenté en Conseil municipal le 16 décembre 2015), était présenté en conseil municipal le 17 février 2016. Nous pensions qu’il serait mis à disposition de la population dans les ateliers du PLU pour éclairer les discussions des citoyens en janvier, ou sur le site de la ville, ce n’a pas été le cas, ou bien nous ne l’avons pas trouvé. Nous y avons donc consacré une lettre au Maire des Lilas, en lui proposant de la transmettre au cabinet d’experts accompagnant la ville pour la rédaction du PLU final, et un article : PLU des Lilas : enfin un Diagnostic et état initial de l’environnement ... à compléter.

Depuis, pas de nouvelles de cette révision du PLU. Nous avons donc noté avec plaisir la date de la seule réunion publique consacrée à exposer les choix faits par la municipalité dans ce nouveau PLU, le 5 octobre 2016. La ville y a consacré un rapide article sur le site PLU2016, http://www.ville-leslilas.fr/plu2016/2-0-53/a-la-une/reunion-publique-le-5-octobre-2016 : « Cette réunion s'est tenue devant un public très nombreux en Mairie des Lilas. Elle a permis de faire le point sur l'avancement du PLU et en particulier de présenter aux habitants les projets d'orientations d'aménagement et de programmation, concernant le secteur du Fort, du parc Lucie-Aubrac, les abords de la future station de métro Serge Gainsbourg au quartier des Sentes. » Le document-diaporama projeté ce soir-là y a été mis en lien, vous pouvez le télécharger sur http://www.ville-leslilas.fr/plu2016/media/files/presentation_reunion_publique_du_5_octobre_2016.pdf)

Nous sommes intervenus sur quelques points, que nous reprenons ici et complétons à la lecture détaillée du document-diaporama.

Tout d’abord, après des ateliers qui n'ont pas permis une appropriation complète du débat, faute de documents initialement fournis, dont le diagnostic de la ville, et réduits en nombre, nous avons fait part de nos remerciements à la municipalité pour l’écoute des remarques des citoyens. En témoigne par exemple, l’aménagement retenu aux abords du Parc Lucie Aubrac avec la préservation d’une bande de 15m non construite entre la rue du Centre et le Parc Lucie Aubrac, et la réduction potentielle du nombre de logements qui seraient construits autour du Parc (p 6 du document Présentation réunion 5 octobre 2016).

Mais cette préservation de 15 m a des répercussions sur l’aménagement du Parc en perte d’espaces verts : le hangar qui abrite les Services techniques de la ville, et surtout l’espace vert contigu qui lui sert de pépinière, changent de destination et deviennent au ¾ constructibles.

Si ceci doit se traduire par une perte sèche d’espace vert en zone dense de la ville – nous sommes contre ! Nous demandons à ce que le métrage précis des zones nouvellement créées et perdues soit communiqué.

30% de logements sociaux au minimum autour du Parc Lucie Aubrac, comme dans tout programme de nouvelle construction de 1000m² ou +, une bonne façon d’assurer nos 25% de logements sociaux lilasiens obligatoires.

En revanche, nous continuons à dire que la répartition entre les catégories de HLM n’est pas à la hauteur des besoins des lilasiens demandeurs d’un logement social : au moins 70% d’entre eux auraient droit à un loyer très modéré type PLAI, alors que ceux-ci ne représentent qu’environ 10% des HLM présents sur la ville (pas de chiffres précis disponibles nous disait le maire suite à des changements de statut). D’où notre proposition d’action positive privilégiant la construction de PLAI dans 50% au moins des logements sociaux à venir. Ce n’est pas la solution retenue : aux Lilas, autour du Parc, comme dans les 18 emplacements de « mixité sociale » retenus, les logements sociaux obligatoires se répartiront en 30% de PLAI, 30% de PLS et 40% de PLUS. Nous souhaitons aussi – nous l’avons dit en réunion - avoir un décompte des prévisions de logements plus précis par zone.

Nous avons salué l’affirmation réitérée du maire « il y a trop de voitures aux Lilas », faisant suite à l’organisation d’une « journée sans voiture » aux Lilas, une initiative qui existe depuis 1998 et non l’année dernière comme l’affirme Infos Lilas, et que nous avions proposée en vain au maire il y a plus de 10 ans… – tout vient à point à qui sait attendre ?

Avec « Encourager les mobilités apaisées et les alternatives à la voiture individuelle » (p 8 du document), nous saluons donc le résultat d’un arbitrage pas facile pour la municipalité, entre les aspirations parfois contradictoires des lilasiens, et les choix qu’elle a entraîné sur certains points du PLU, 1,5 m² de stationnement vélo/logement, et quelques projets de « zones de rencontre » et de « zones 30 » – redisons ici nos souhaits :

* la possibilité d’une zone 30 sur toute la ville, une solution adoptée par bien des villes denses comme la nôtre,

* la piste cyclable nécessaire rue de Paris, prévue dans le schéma départemental des pistes cyclables,

* et aussi l’urgence de stationnement vélos autour de la Mairie des Lilas, complètement saturés aujourd’hui – sans parler des parkings gardés (exemple vécu : un vélo volé tous les 5 ans en moyenne, quels que soient la chaîne et le cadenas).

 

 

Le quartier d’innovation d’intérêt métropolitain autour du Fort, dont l’aménagement répondrait à un concours international rassemblant urbanistes, architectes, paysagistes, nous semble une bonne solution, envisageant l’ouverture du site par un accès direct au Nord (et pas à l’E ? à l’O ?), et un habitat étudiant social.

Nous serons attentifs à ce que l’éco-quartier annoncé en soit vraiment un selon des critères environnementaux réels.

p 5 Présentation réunion 5 octobre 2016

Mais ces Orientations d’Aménagement et de Programmation prévues commencent par réduire la surface du projet potentiel, en retirant un cinquième environ de la surface du Fort, la protection paysagère et écologique de la zone UF, mitant ainsi les perspectives du projet d’aménagement.

Nous regrettons fortement qu’une partie UFb « mangeant » le  cinquième de la surface du Fort, ait été créée pour faciliter la construction par TDF d’un restaurant d’entreprise – inutile pour les lilasiens (sauf quelques cas particuliers qui y mangeront), qu’il privera d’un foncier si rare aux Lilas.

 

Nous avons également affirmé que sur la biodiversité et le respect des documents régionaux comme le SDRIF (Schéma directeur de la région Île-de-France), le SRCE (le Schéma régional de continuité écologique) et sa trame bleue et verte (les cours d’eau et les espaces verts ou naturels), le compte n’y était pas. Les dispositions retenues en obligation de pleine terre, de végétalisation des espaces libres et des toitures nous semblent positives. En revanche, nous ne sommes pas certains que le projet d’intérêt métropolitain présenté et la zone UF élargie au nord-ouest du Fort, ne grignote pas la trame verte et bleue qui passe par le « parc canin » à l’ouest du Fort, et nous seront très attentifs à préserver cette continuité le long du Fort depuis la base de la Corniche des Forts jusqu’à Pantin.

De même, la continuité écologique qui traverse Les Lilas du N-E au S-O en passant par la RD20, l’avenue du Maréchal Juin, n’a pas été renforcée comme nécessaire selon le SRCE, alors que la largeur des voies permettrait une végétalisation importante des trottoirs ou d’un terre-plein central. Nous renouvelons donc notre appel sur ces 2 points.

En conclusion, dans la perspective d’un développement nécessaire des énergies renouvelables aux Lilas, nous nous félicitons de la bonification d’emprise pour haute performance énergétique, même si d’autres préconisations plus fortes de normes énergétiques (isolation + énergies renouvelables) pour les futures constructions auraient pu trouver leur place dans le PLU de la ville des Lilas, les engageant au-delà de la RT 2012 vers des Bâtiments à Basse Consommation (BBC) ou « à énergie positive ».

  Pierre Stoeber, pour le groupe local EELV des Lilas

 

Partager cet article

Repost0

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

Les Lilas Ecologie en campagne

Le gouvernement abandonne Europacity, pas l’artificialisation des terres agricoles

Il faut stopper EuropaCity - marche citoyenne de Gonesse à Matignon 4 et 5 octobre

Aux Lilas, les citoyens s’unissent pour produire de l’électricité verte

Les promoteurs, les arbres et la cité - lettre ouverte à BNP Paribas

Toxic Tour de Pantin à Romainville dimanche 16 juin 2019

Une Biorégion Ile-de-France résiliente en 2050

Merci aux 1779 Lilasiennes et Lilasiens qui ont voté " Pour le climat, tout doit changer ! "

Pollution de l’air dans les écoles et crèches franciliennes

Volonté politique de créer une régie publique de l’eau à Est Ensemble, mythe ou réalité ?

À la base … un revenu ?

Balade naturaliste Parcs de la Corniche des Forts et abords de la forêt de Romainville le 9 mars 2019 à 11h

La forêt de Romainville, un enjeu écologique et politique

La Forêt passe à l'attaque !

Plâtre et béton sur la Corniche

Agir ensemble pour les Coquelicots le 7 décembre

Marche pour le climat, Défendons la forêt de la Corniche des Forts

Destruction des océans, sur-pêche, pêche électrique... avec Bloom mardi 20 novembre

À Romainville, les habitants défendent une forêt sauvage contre une base de loisirs régionale

Marches pour le climat et la biodiversité 13 et 14 octobre

Les amis des coquelicots étaient bienvenus...

Amis des coquelicots, agissons ensemble vendredi 5 octobre à 18H30

La forêt urbaine de la Corniche des Forts - une chance unique à nos portes

Mobilisation citoyenne à la marche pour le climat samedi 8 septembre à Paris

Un coup de pouce Vert pour les Électrons solaires ! 

Le collectif Eau publique des Lilas invite au dialogue le 21 mars

Entre le nucléaire et la bougie, il y a l’intelligence - du 10 au 18 mars aux Lilas

En Ile de France, les énergies renouvelables citoyennes ont le vent en poupe...

Le Syctom a organisé une concertation réservée aux sachants – et après ?

Une enquête publique sur le PLU des Lilas… qui change la donne !

Une victoire pour l'eau publique en Île-de-France

L’eau publique, c’est maintenant !

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet