Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenu.e

  • : Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • Les Lilas Ecologie : Blog des militants et élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas et du Pré Saint-Gervais
  • : Culture, information, réflexion de l'écologie politique par les militants et les élus Europe Ecologie Les Verts des Lilas, du Pré Saint-Gervais, d'Est Ensemble
  • Contact

Recherche

Nous contacter ...

S'abonner à la Lettre d'information ...

C'est dans la colonne de droite tout en bas...

25 mai 2016 3 25 /05 /mai /2016 13:57

Par Michèle Rivasi et Sergio Coronado, Députés le 24-05-2016 sur http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1519065-orientation-fonctionnement-dependance-au-ps-eelv-doit-changer-l-ecologie-debout.html

C'est l’heure de nous-mêmes. Sur les places, avec Nuit Debout, un nouveau monde est en train de naître. Aveuglé par le court terme, le monde actuel n'en finit pas de mourir. Pour l'écologie, une page se tourne, celle qui a vu l'écologie accompagner le monde qui s’effondre dans le chaos :

- Chaos écologique engendré par la crise climatique ; sixième extinction de la biodiversité ; catastrophes industrielles et sanitaires : selon le dernier rapport de l’OMS, 23% des décès dans le monde sont dû à l’environnement ; raréfaction des ressources naturelles et de l’eau. Le productivisme et l’extractivisme entrainent l’artificialisation de la Terre et l’accaparement des terres cultivables.

- Chaos géopolitique avec des guerres sans fin au Moyen Orient et en Afrique et leurs répercussions dans le reste du monde, notamment dans nos cités. L'obsession identitaire se substitue aux questions sociales et écologiques. Le retour au religieux, à l’ethnicisme, au nationalisme fait partout reculer l’esprit critique et l’humanisme. Elle met la société sous tension.

- Chaos économique et social par l’installation d’un ordre invisible des multinationales, qui s’attaque aux conquêtes sociales, et met des nations entières à genoux. L’uberisation de l’économie est en marche. Les Gafa (Google, Amazon, Facebook, Apple), ces nouveaux maîtres du monde ne paient pas d’impôts et font disparaître l’emploi.  

- Chaos financier qui, avec les bulles spéculatives détachées de l’économie réelle comme en 2008, entraîne la fragilisation du système par la robotisation.

Sortir EELV de la soumission aux institutions

Le capitalisme financiarisé – même repeint en vert – est inamendable. Pour refonder l’écologie politique, il faut avoir le courage de rompre en sortant EELV des logiques hexagonales de la 5e République et de la soumission aux institutions.

On ne fera pas l’écologie dans un seul pays. L’Union européenne est en voie d’implosion. Ses réponses de l’UE ne sont qu’un aveu d’impuissance, d’aveuglement et un accélérateur de désintégration. Il faut défendre l’Europe contre elle-même. Démocratiser l’Europe est l’une des tâches prioritaires de la génération à venir. Notre plan B c’est construire avec des forces comme Diem 25 ou Podemos un rapport de force suffisant pour desserrer la contrainte de la Commission européenne en nous battant contre les paradis fiscaux, les lobbies et la bancocratie. 

Face au chaos, la sortie de crise, celle dont les écologistes sont partie prenante est fondée sur la résilience et la résistance de secteurs entiers de la population qui cherchent des solutions positives par la l’innovation, la créativité, les liens sociaux. Le développement des ZAD, Alternatiba, Amap ou des monnaies locales sont autant de contre-pouvoirs mettant en place la transition écologique. 

Cette politique fondée sur le commun, le convivialisme et le cosmopolitisme n’a aujourd’hui pas de représentation politique réelle.

Tout doit changer : l’orientation, le fonctionnement...

EELV est à la fin d’un cycle, celui du parti né il il y a 22 ans et faussement renouvelé en 2010. Un sursaut s’impose. Tout doit changer : l’orientation, le fonctionnement, les pratiques militantes.

Notre faiblesse actuelle vient d’une illusion : nous aurions conquis la majorité culturelle. En réalité, si les idées écologiques ont irrigué la société, elles sont devenues les mots valises d’une langue de bois technocratique. L’écologie comme force de transformation est toujours minoritaire. Parce qu’elle a refusé de penser le monde qui vient, elle s’est accrochée à un logiciel créé dans les années 70. Nous avons besoin d’un nouveau récit, celui d’une écologie d’émancipation, qui veut faire la synthèse entre les trois écologies, mentale, environnementale et sociale, chère à Félix Guattari. L’écologie qui agit et lie l’urgence sociale à l’urgence environnementale. 

Aucun bilan n’a été tiré de la participation au gouvernement

D’autres raisons expliquent notre échec : la "PRGisation" d’un mouvement où les élus et les collaborateurs d’élus sont devenus une force d’inertie. La professionnalisation du parti a eu sur EELV les mêmes effets pervers que dans le reste de la classe politique. Mais comme notre image était fondée en partie sur la capacité de "faire de la politique autrement", ces conséquences ont été plus dures pour nous que pour les autres.

Enfin et surtout, la dépendance au Parti socialiste à chaque élection. Nous sommes passés des compromis aux compromissions sans même nous en apercevoir, heureux que nous étions de toucher les dividendes de la gauche plurielle. Nous le payons aujourd’hui au prix fort. Un parti faible dans une alliance avec un parti dominant est condamné à la figuration. Aucun bilan n’a été tiré de la participation au gouvernement, ni sur la sortie effectuée dans la précipitation, l’improvisation et sans débat militant. Aucun débat sur la stratégie n’a ensuite été impulsé.

On refuse de soumettre notre agenda à la présidentielle

Nous avons besoin de construire l’autonomie stratégique de l’écologie dans le cadre d’une Alternative. L’autonomie des écologistes, ce n’est pas l’isolement, mais la participation et l’engagement dans le mouvement social et politique à l’œuvre dans la société.

Nous refusons de soumettre notre agenda à l’élection présidentielle. Nous ne participerons pas aux primaires de la gauche. Nous ne voulons ni nous retrouver aux basques d’un représentant de l’aile sociale libérale néoconservatrice, ni soutenir un candidat de la gauche productiviste. Avec ce processus, il s’agit de donner sa voix à un candidat censé nous représenter alors que l’enjeu d’une citoyenneté active réelle est de reprendre la parole comme le montre le mouvement « Nuit debout ».

Refonder le parti sur une base coopérative et fédéraliste

Notre objectif dans les trois ans à venir c’est de nous ancrer localement en nous appuyant sur les luttes contre tous les projets inutiles. C’est la meilleure manière de réussir les prochaines municipales et de faire des Grenoble partout, notamment dans les villes petites et moyennes.

Mais pour favoriser cette implantation, il faut refonder le parti sur une base coopérative et fédéraliste au fonctionnement innovant, participatif et démocratique.

L’heure de nous-mêmes a sonné. Nous voulons une politique positive.

II n’y a qu’une seule voie possible, celle de la société en mouvement et ses principes : la coopération contre la compétition, la démocratie contre le clanisme, la responsabilité contre la culpabilisation, la proximité contre le centralisme parisien.

L’écologie est vivante et s’affirme comme une force politique en devenir, celle qui défend une société du "vivre mieux" face à la tyrannie du "toujours plus" en montrant que la mutation écologique peut produire un nouvel art de vivre, celui de la sobriété heureuse et partagée. Nous devons porter cette nouvelle demande de libertés et de démocratie radicale. L’heure n’est pas à la résignation. Si nous voulons que EELV soit le levier du changement, il faut changer EELV et c’est l’affaire de tous !

Partager cet article

Repost 0
Published by Vert Lilas - dans National Elections
commenter cet article

commentaires

L'écologie aux Lilas et au Pré ...

L’eau publique, c’est maintenant !

Le projet EuropaCity jugé peu compatible avec l'environnement

L’Ouest de la Seine Saint-Denis se mobilise pour la création d’un service public de l’eau

Romainville : le Syctom lance une concertation préalable pour la modernisation du centre de transfert et de tri des déchets

Que sont ces CSR - Combustibles Solides de Récupération - qu’on veut brûler à Romainville ?

Ces parents qui mijotent une cantine publique

De nouvelles préconisations nutritionnelles... Pas d'usine, on cuisine !

À Romainville contre l’incinération

Une victoire de l'engagement citoyen aux cantines rebelles du 10 novembre

Derniers échos de la révision du PLU des Lilas

Les Sans Radio retrouvent les ondes

Europacity : le débat public se conclut sur des positions inconciliables

Le parc (George-Valbon La Courneuve) debout !

Grand Paris : non à la logique financière

Pour une gestion publique, démocratique et écologique de l'eau

Le revenu de base ? Débat mardi 14 juin 20h

C'était la Grande Parade Métèque 2016...

La nature : une solution au changement climatique en Île-de-France

Participer à la Grande Parade Métèque samedi 28 mai 2016

PLU des lilas: enfin un diagnostic et état initial de l'environnement ... à compléter

Avec la loi « Travail », où irait-on ? Débattons-en mercredi 30 mars

Réduire la place de la voiture des actes pas des paroles

La COP 21 aux Lilas

La nature est un champ de bataille

Alternatiba et le Ruban pour le climat des Lilas à la République

Un compost de quartier aux Lilas

Devoir d'asile : de l'Etat jusqu'aux Lilas

Un ruban pour le climat aux Lilas

Six propositions vertes pour une révision du PLU véritablement utile

La Grande Parade Métèque samedi 30 mai

Fête de la transition énergetique et citoyenne le 9 mai aux Lilas

Des défenseurs de la Maternité des Lilas s'enchaînent devant le ministère de la santé

Romainville n'aura pas d'usine de méthanisation

Journal n°2 de Les Lilas Autrement (décembre 2014)

écolo ! n°19 : le téléphérique un GPII

écolo ! n°18

Gaz de schiste : du mirage économique au cauchemar écologique ?

Journée de la transition le 27 septembre aux Lilas

écolo ! n°17 : un nouveau modèle énergetique français

écolo ! n°16 : TAFTA ou TIPP, le traité de libre-échange transatlantique signerait la fin du projet